chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Agalloch - The Serpent & The Sphere

Chronique

Agalloch The Serpent & The Sphere
2014 n'a décidément rien de réjouissant. La crise qui perdure, le chômage qui monte, le FN aux Européennes, la rupture du couple présidentielle, le film sur l'affaire DSK à New York, la division de l'Ukraine, Montebourg encore au gouvernement, le temps de merde... Je ne me lancerai pas dans une liste exhaustive évidemment, ça fait déjà beaucoup. Heureusement, certaines nouvelles nous permettent de tenir le coup : la femme de Niktareum attend son 12ème enfant, FleshOvSatan semble encore écouter du black, Chris a écrit une chronique, Arch Enemy a sorti un bon album (non je rigole). Sans oublier le plus important : 2014 = coupe du monde de football ! Oui, on va être emmerdé pendant un mois par ce pseudo sport et notre équipe de guignols mais cela signifie surtout que l'on est dans une année Agalloch. Comme tous les 4 ans, nos routiers du folk accouchent d'une nouvelle oeuvre, la cinquième à ce jour, un événement en soit qui à l'instar d'un nouveau GTA balaie d'un revers de main tous vos soucis. Car à chaque fois, on n'est jamais déçu, n'est-ce pas ?

Enfin quand je dis "jamais déçu", "Marrow of the Spirit" n'a pas franchement fait l'unanimité. Pouvait-il en être autrement après l'aboutissement que représentait "Ashes Against the Grain" ? Il fallait être un peu réaliste. Toutefois, leur précédente production valait le détour à bien des égards : certes hétérogène, inégale et délicieusement maladroite, elle poussait néanmoins le groupe vers l'avant en proposant quelques accélérations et expérimentations intéressantes qui laissaient entrevoir de nouveaux horizons. Difficile donc d'imaginer ce que donnerait la suite... Quoiqu'il en soit, je n'aurais jamais pu envisager un virage vers ce "The Serpent & the Sphere". La limite entre évolution et recherche d'identité n'est pas toujours évidente à appréhender. Jusqu'à maintenant, le parcours de nos Orégonais ne faisait aucun doute ; ce cinquième album vient bousculer les certitudes. Pour faire court, le groupe revient à un style plus conventionnel et prévisible. Sombre et introverti, hargneux, contemplatif, "The Serpent & the Sphere" arbore plusieurs visages répartis au sein des 3 parties qui le composent, ponctuées par de superbes interludes acoustiques ("Serpens Caput", "Cor Serpentis" et "Serpens Cauda"). A la croisée du black, du dark folk et du doom rappelant parfois un Katatonia ou un Swallow The Sun, Agalloch abandonne les expérimentations d'un "Black Lake Niðstång", le chant clair de Haughm et une partie de leur touche progressive pour une entité aux contours flous.

Représenté par le titre fleuve "Birth and Death of the Pillars of Creation", le premier acte plante le décor et les doutes. Dénuées de réelle progression, ces 10 minutes laissent perplexe au premier abord, un titre lent et un poil faiblard, une introduction qui ne leur ressemble guère, sauvé par son atmosphère froide et tenace ainsi que quelques belles mélodies. Pour moi, l'album tient sur sa seconde partie avec l'enchaînement "The Astral Dialogue", "Dark Matter Gods" et "Celestial Effigy". Là encore, rien de la trempe de "Marrow of the Spirit" mais on retrouve enfin la verve et la griffe des américains. Elan nostalgique ou réel désir de revenir aux sources, ces sont les sensations d'un "Pale Folklore" qui ressurgissent, avec quelques relents des pièces les plus sévères de "The Mantle". Les guitares électriques et le chant rugueux de Haughm au centre, les compositions n'offrent que peu de raffinement, privilégiant une approche résolument aride qui ravira probablement les adorateurs de la première heure. Malgré le côté réchauffé et les quelques temps morts, il serait idiot de bouder son plaisir : les morceaux se révèlent aussi efficaces que plaisants et les leads se montrent particulièrement inspirés, notamment en conclusion de composition. Malheureusement, la dernière partie qui succède à "Cor Serpentis" se prend les pieds dans le tapis sur un "Vales Beyond Dimension" qui ferait passer "Ghosts of the Midwinter Fires" pour un chef-d'oeuvre. Durant ses 7 minutes, on se demande ce que le groupe a bien voulu faire, commençant sur une sorte de doom/death puis enchaînant avec des breaks et leads nullissime pour continuer sur une accélération poussive... Ca sent le désespoir à plein tube, un titre bancal, sans consistance et dénué d'inspiration. Le supplice fait finalement place à l'instrumentale "Plateau of the Ages" qui, à défaut de proposer un morceau construit de bout en bout, relève le niveau par des mélodies rafraîchissantes, dans la veine de la partie précédente.

Au delà de la qualité intrinsèque de l'album dont chacun se fera son propre avis, les choix artistiques réalisés sur "The Serpent & the Sphere" demeurent un mystère en ce qui me concerne. Habitué à aller de l'avant, le groupe se complait ici dans un frustrant surplace et se laisse aller à une auto-caricature peu glorieuse. Si encore l'album était irréprochable mais il souffre de tellement de passages à vide et de fautes de goûts qu'on finit par se lasser. Sans doute sous couvert de vouloir nous entraîner dans un univers plus austère qu'à l'accoutumée, la disparition du chant clair et la tendance doomesque de l'ensemble cassent également la magie de leur folk qui puisait autrefois sa force dans un mélange plus subtil entre électrique et acoustique (pourtant vous savez comme j'aime le doom). On ne peut pas non plus dire que nos quatre compères excellent dans ce nouvel exercice, entre les hurlements black de plus en plus poussifs de Haughm et le jeu de batterie planplan de Dekker... Malgré tout, s'il y a bien une chose qui perdure, c'est cette ambiance hivernale comme les Américains en ont le secret. Agalloch maîtrise ses paysages dans leurs moindres contours et nous plonge une nouvelle fois au coeur des terres froides et sauvages de leurs contrées. Même s'il ne transporte pas autant que leurs précédentes productions, on ne peut enlever à cet album cette faculté de faire jaillir des images dans vos oreilles et de vous isoler du monde. Avec ses deux ou trois bons titres ("The Astral Dialogue" en tête) et ses interludes (tous fantastiques pour le coup), Agalloch assure le minimum syndical et signe, de mon point de vue, l'album le moins marquant de sa discographie. Un disque qui manque cruellement d'âme, de passion et d'émotion... Dur à avaler après quatre ans d'attente.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
09/02/2019 15:15
note: 7.5/10
Kedran a écrit : Il se bonifie avec le temps celui là. J'étais aussi assez déçu au début mais il fait tranquillement son chemin. Pas le meilleur c'est sûr mais très très loin d'être honteux.

Même chose ici, il reste très agréable à écouter, il est assez "confortable" à écouter cet album
Kedran citer
Kedran
14/07/2015 14:55
note: 8/10
Il se bonifie avec le temps celui là. J'étais aussi assez déçu au début mais il fait tranquillement son chemin. Pas le meilleur c'est sûr mais très très loin d'être honteux.
Invité citer
Ellestin
13/07/2014 19:12
Pas convaincu du tout pour ma part. L'atmosphère est élégamment mise en place, mais musicalement ils sont grave à la pêche par moments. On va quand même le laisser mûrir, des fois qu'on aurait zappé quelque chose...
Streker citer
Streker
02/06/2014 11:33
Mouais...en plus quand tu dis que "The Astral Dialogue" est un des meilleurs morceaux...ça donne vraiment pas envie !
But citer
But
01/06/2014 01:33
note: 7/10
abruti, réécoute les précédents et voit comment ils fonctionnent
Momos citer
Momos
31/05/2014 14:03
But a écrit : 3 écoutes au compteur et je peine toujours à retenir des moments accrocheurs
écouter Agalloch comme du mélodeath
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/05/2014 13:53
Mouais, j'avais vraiment kiffé Marrow Of The Spirit, à voir avec celui-là, même si ça se présente plutôt moyennement....
Dead citer
Dead
31/05/2014 13:35
note: 7/10
Oui je ne comprends pas les chroniques dithyrambiques des webzines...
But citer
But
31/05/2014 12:36
note: 7/10
3 écoutes au compteur et je peine toujours à retenir des moments accrocheurs

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Agalloch
Dark/Doom/Folk
2014 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (8)  7.44/10
Webzines : (27)  7.85/10

plus d'infos sur
Agalloch
Agalloch
Dark/Doom/Folk - 1995 † 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Birth and Death of the Pillars of Creation
02.   (Serpens Caput)
03.   The Astral Dialogue
04.   Dark Matter Gods
05.   Celestial Effigy
06.   Cor Serpentis (The Sphere)
07.   Vales Beyond Dimension
08.   Plateau of the Ages
09.   (Serpens Cauda)

Durée : 60 min.

line up
parution
19 Mai 2014

voir aussi
Agalloch
Agalloch
Of Stone, Wind And Pillor (EP)

2001 - The End Records
  
Agalloch
Agalloch
Marrow of the Spirit

2010 - Profound Lore Records
  
Agalloch
Agalloch
Pale Folklore

1999 - The End Records
  
Agalloch
Agalloch
The Mantle

2002 - The End Records
  
Agalloch
Agalloch
Ashes Against The Grain

2006 - The End Records
  

Déception de l'année
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique
Grylle
Les Grandes Compagnies
Lire la chronique