chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
192 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Son Of Aurelius - Under A Western Sun

Chronique

Son Of Aurelius Under A Western Sun
Gaudeamus igitur, le fils de l'empereur et philosophe romain Marc Aurèle fait son retour. Et quel retour… Découverte majeure il y a de ça quatre ans, le prometteur Son Of Aurelius perdait certes son pénible chanteur (boulet de The Farthest Reaches) mais aussi le fameux guitariste Chase Fraser (parti chez le voisin mastodonte Decrepit Birth) quelques mois après la sortie de son premier album. La deuxième six cordes de Cary Geare prendra seule le relais. Quant aux vocaux, un certain Riley McShane (Inanimate Existence, groupe brutal death technique signé chez Unique Leader) agrippera le micro. Comme de nombreuses autres formations frustrées par leur label, le jeune groupe de Santa Cruz délaisse sa maison mère pour autoproduire ce nouvel opus. Un enregistrement fait à l'habituel Castle Ultimate Studios du « techos » Zack Ohren (Brain Drill, Cattle Decapitation, Decrepit Birth, Deeds Of Flesh, Odious Mortem…).

Avertissement en surbrillance : virage significatif ! Les titres « teasers » dévoilés quelques semaines avant la sortie ayant déjà eu de vives réactions sur la toile, nul besoin de créer quelconque suspense. Oui, Under A Western Sun poussera à la porte une partie des adorateurs de The Farthest Reaches. Le coupable ? Le chant clair du nouveau frontman Riley McShane. Car autant prévenir de suite les réfractaires, les interludes instrumentaux de côté, seuls deux morceaux n’en possèdent pas (« A Great Liberation » et « The Prison Walls »). Pour le reste une alternance ou fusion (l’introduction de « Attack On Prague » comme vitrine parfaite) de cris (nettement moins poussifs que son prédécesseur, ouf !) et de passages gutturaux profonds passant désormais en second plan, dominée par les envolées lyriques de Riley. Point de virées extrêmes dans les aigus nasillards ni d’horrible vocodeur, des lignes polyphoniques teintées rock alternatif et épique (spectre de Devin Townsend) portant une nouvelle fois sur une histoire fictive de l’époque romaine (comme parallèle à la société actuelle). Pris de court comme beaucoup lors de la découverte de leur mutation, je dois avouer avoir été quelque peu défiant… Sauf qu’à ma grande stupéfaction, au fil des écoutes mes oreilles se convertiront peu à peu à la cause de ce « soleil occidental », bercées et même frissonnant sur « The Weary Wheel », « Long Ago » ou le final du titre éponyme. Comme si le chant et la musique ne faisaient plus qu’un… Envoutant.

Under A Western Sun ou le pavé musical. Il y aurait tellement à écrire… Ne pensez pas dompter la galette en quelques écoutes désintéressées, il va falloir plutôt s’habituer à être surpris à chaque nouvel essai en découvrant une énième subtilité. Son Of Aurelius garde sa base death mélodique technique mais ira la marier à un aspect progressif prononcé et surtout… Une richesse ahurissante. L’unique guitariste Cary Geare, élément central, dévoile une pléthore d’idées au feeling rare pour le genre pratiqué. Les arrangements, nappes de piano, la diversité des riffs et breaks, sans oublier les soli interminables… Une luxuriance assommante qui larguera loin derrière cet amas technico-moderne. Tout ceci dans un socle ô combien accrocheur et étonnamment fluide. Les vagues de mélodies homériques et indécrottables sont présentes sur chaque titre sans exception ! Le trio fantastique « The Weary Wheel » - « Coloring The Soul » - « The Stoic Speaks » en crucifiera plus d’un. Finalement cette musique multicouche, bigarrée, aux mélodies sous vitamines D et associée au chant clair, la comparaison avec Between The Buried And Me semble inévitable. Une influence déjà perceptible sur leur précédent album. Une référence qui témoigne ici de l’achèvement des Californiens.

Pour se délecter de ce déluge de notes enchanteresses et alambiquées, une production quasi-parfaite. Cary n’est effectivement pas isolé de cette excellence ambiante. Le travail rythmique demeure des plus impressionnants. La basse de Max Zigman (aux manettes de l’enregistrement de l’album) prend encore plus de place dans Son Of Aurelius, ses passages à la fretless donneront des bouffées chaleurs conséquentes aux amateurs de lignes vrombissantes (« Long Ago » à 2:42 ou « Strange Aeons »)… On en redemande ! Le jeu de batterie calque lui aussi toute la finesse de jeu de ses comparses. Nullement de surenchères de blast beats synthétiques ou de descentes de toms, mais une variation dans les cymbales et les frappes (mains et pieds) qui enfoncera le clou dans l’analyse sans fin des compositions de Under A Western Sun.

Que d’éloges et pourtant... Un départ en demi-teinte (« Return To Arms » et « Chorus Of The Earth ») et un milieu d’album freinant abruptement l’enivrement. Je pense à la balade « Blinding Light » et la brutale « The Prison Walls » (comme réponse aux futurs détracteurs) qui manqueront de saveurs par rapport au reste. Avec 1h12 au compteur, peut-être aurait-il fallu amputer ce Under A Western Sun de quelques titres ? Aux dires du groupe une dizaine de compos sont restées dans les cartons, l’inspiration ne manque clairement pas. On ne crachera pas dans la soupe.

Cum laude, Son Of Aurelius a osé et réussi son pari. Ma conclusion de The Farthest Reaches a eu droit à sa réponse. Le groupe dévie du moule saturé et aseptisé du « death technique » pour donner libre cours à ses expérimentations et émotions. Beaucoup abandonneront les Californiens pour ce choix. Une première approche méfiante pour un résultat… Juste bluffant. Outre une richesse de composition prodigieuse et un effet complètement addictif, Under A Western Sun démontre une réelle personnalité. Inutile de préciser la rareté de cet aspect. Adeptes de metal mélodique et progressif, vous ne pouvez pas échapper à cet album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

THUNDER citer
THUNDER
25/09/2014 08:05
note: 9/10
Super album, très bonne chronique qui résume bien l'œuvre
Pourtant loin d'être mon style de prédilection, je suis devenu accroc!
donvar citer
donvar
28/07/2014 16:18
note: 9/10
Cet album est une merveille technique, de composition et d'émotions.
En plus, voici un autre groupe à prouver que l'on peut sortir d'excellentes productions par "soi-même" (Conducting from the Grave...).
Merci Mitch pour la re-découverte (j'aimais aussi le 1er album...)
Invité citer
Serviet
13/06/2014 23:04
Bonne chronique bien détaillée (Le groupe a posté votre chro sur le FB pour dire). Seulement 2-3 trucs, l'ancien chanteur n'est pas un boulet, il poutrait tout ! Et the Prison Walls est juste un putain de titre, qui renvoie à The Farthest Reaches.
Sarment citer
Sarment
11/06/2014 18:42
Bon... je vais devoir le réécouter. J'avais pas été convaincu par ma première écoute, un brin "désintéressée" je dois l'avouer.
Ant'oïn citer
Ant'oïn
11/06/2014 07:18
Et bien voila, il suffisait d'un vrai chant pour que je m’intéresse à ce groupe. Super !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
11/06/2014 06:47
Nom de nom, ça fait envie !
Mitch citer
Mitch
10/06/2014 23:17
note: 9/10
Ecoutable en intégralité sur la page Bandcamp du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Son Of Aurelius
Death mélodique technique et progressif
2014 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (4)  8/10

plus d'infos sur
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
Death mélodique technique et progressif - 2009 † 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Return to Arms
02.   Chorus of the Earth
03.   The Weary Wheel
04.   Coloring the Soul
05.   The Stoic Speaks
06.   Attack on Prague
07.   Flailing Saints
08.   A Great Liberation
09.   Clouded Panes
10.   Blinding Light
11.   The Prison Walls
12.   Submerge & Surface
13.   Long Ago
14.   Under a Western Sun
15.   Strange Aeons

Durée : 01:12:14

line up
parution
3 Juin 2014

voir aussi
Son Of Aurelius
Son Of Aurelius
The Farthest Reaches

2010 - Good Fight Music
  

Essayez aussi
With Passion
With Passion
In the Midst of Bloodied Soil (EP)

2005 - Earache Records
  
After The Burial
After The Burial
Wolves Within

2013 - Sumerian Records
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
The Prodigal Empire

2011 - Willowtip Records
  
Carcariass
Carcariass
E-xtinction

2009 - Great Dane Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Elite

2013 - eOne
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique