chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Rude - Soul Recall

Chronique

Rude Soul Recall
Ruuuuuude booooooy! Oups pardon, rien à voir, juste un vieux relent de jeunesse. Surtout que ce n'est pas du tout pour ça que j'ai été attiré par Rude de prime abord. Non, zieutez plutôt à droite. Oui là, la belle image. Voilà pourquoi je me suis penché sur les Américains que je ne connaissais ni d'Yves ni d'Adam comme dirait un talentueux défenseur brésilien chauve (bye Alex d'ailleurs, merci pour tout!). Quelle pochette splendide du légendaire Dan Seagrave! Sans elle, je n'aurais sans doute pas pris le temps de découvrir ce quatuor californien, anciennement baptisé Forsaker. Et c'eût été bien dommage.

Non pas que la musique de Rude montre quelconque signe de révolution ou de génie incroyable mais ce Soul Recall, premier full-length de la formation sorti le mois dernier sur F.D.A. Rekotz, n'en demeure pas moins un album de death metal fort appréciable pour les gens qui, comme moi, n'en ont jamais assez de dénicher des combos underground de talent. Ce qui est exactement le credo du sympathique label allemand. Rude s'inscrit ainsi dans la droite ligne de son catalogue et les habitués ne seront surpris ni par la qualité ni par le style. Et encore moins par l'absence d'originalité. Vous l'avez compris, vous allez encore bouffer du death old-school! Cela dit, Rude ne joue pas le genre de retro death le plus trendy. C'est aussi ce qui m'a plu chez le combo d'outre-Atlantique. On peut en effet voir sa musique comme un mélange de Morbid Angel (ok, plutôt commun) et de Pestilence (déjà moins), porté par un growl arraché qu'on croirait sorti tout droit de la gorge râpeuse de Martin van Drunen. Difficile pour moi de résister à l'une de mes voix préférées du DM, même si le côté copie carbone s'avère abusif. L'autre avantage, c'est que derrière, ça suit grave aussi! Le death metal de Rude suinte bon la fin des années 80 et le début des années 1990 quand le style raflait tous les suffrages. Des morceaux simples mais bien composés, des riffs percutants inspirés, du tremolo, du groove, de grosses infuences thrash, une ambiance assez sombre, des solos chaotico-mélodiques savoureux, une basse qui ne se cache pas, une production naturelle claire et puissante, voilà ce que nous propose Rude. Rien d'original comme on l'a dit mais c'est rudement (haha!) bien foutu. Le batteur met même à rude (re-haha) épreuve ses fûts sur quelques blasts pour me faire plaisir! Et surtout beaucoup de tchouka-tchouka thrash entraînant et de mid-tempos groovy et dark à la Morbid Angel. Tout va bien, quoi!

Enfin presque! Au-delà d'une absence de personnalité évidente mais peu dommageable en ce qui me concerne, la musique de Rude manque aussi de variation. Ce sont en effet toujours les mêmes types de riffs, de rythmiques qui reviennent. En conséquence, les morceaux ont une fâcheuse tendance à se ressembler. Soul Recall affichant pas loin de trois quarts d'heure au compteur, une certaine lassitude peut poindre en cours de route, en particulier sur la deuxième moitié. Heureusement, le combo californien a tout de même placé en sixième position un "Conjuring Of Fates" plus long, varié et atmosphérique s'ouvrant (et se clôturant) sur des arpèges enchaînés par un très bon riff doom dissonant, mettant ainsi pour la première fois en avant une rythmique plus lente que les skunks, blasts et mid-tempos habituels. Il y avait déjà eu un essai concluant sur l'intro de "Memorial" mais trop bref même si quelques ralentissements auront lieu par la suite, notamment vers 3'45 sur lequel un solo posé et plein de feeling viendra s'inviter. La musique reprendra son cours habituel sur "Conjuring Of Fates" aussi mais qu'à partir de la troisième minute sur une seconde partie plus classique, avec toutefois plus de lourdeur sur certains riffs (avec la voix van Drunienne par-dessus, ça marche toujours!).

Résultat des courses, ce Soul Recall s'avère une bonne surprise en ce qui me concerne. Les amateurs occasionnels de death passeront volontiers leur chemin pour un album sans importance mais les fans insatiables et nostalgiques trouveront de quoi passer un moment très agréable dans ce death old-school thrashy efficace dont l'artwork magique signé Seagrave vaut à lui seul l'achat en LP. Entre Morbid Angel et le old-Pestilence, Rude n'invente rien mais fait les choses suffisamment bien pour mériter le coup d'oreille. Une nouvelle bonne pioche signée F.D.A. Rekotz!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
15/06/2014 19:21
Écouté (un peu distraitement je l'avoue) l'autre jour et il m'a un peu ennuyé. Je le retenterai peut-être...
Invité citer
fab666
15/06/2014 19:04
Pour moi, un tres bon album.
tres orienté pestilence 1ere periode ,ca bastonne bien, c'est bien produit, il n'ay pas trop de monde dans ce creneau du death donc mission accomplie.
un bon petit skeud pour l'été!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rude
Death Metal
2014 - F.D.A. Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (10)  6.96/10

plus d'infos sur
Rude
Rude
Death Metal - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Haunted
02.  In Thy Name
03.   Memorial
04.   Soul Recall
05.   Forsaker
06.   Conjuring Of Fates
07.   Last Of Us
08.   Internal Ascension

Durée : 43'41

line up
parution
30 Mai 2014

voir aussi
Rude
Rude
Remnants

2017 - F.D.A. Records
  

Essayez aussi
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Aeon
Aeon
Bleeding The False

2005 - Unique Leader Records
  
Burial Invocation
Burial Invocation
Rituals Of The Grotesque (EP)

2010 - Dark Descent Records
  
Epitaph
Epitaph
Seeming Salvation

1993 - Thrash Records
  
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique