chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
105 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ars Moriendi - La singulière noirceur d'un astre

Chronique

Ars Moriendi La singulière noirceur d'un astre
Les habitués de Thrashocore et les fans de Geisterber, notre chroniqueur un peu disparu ces temps-ci, n’ont pas pu passer à côté d’ARS MORIENDI puisque ses deux premiers albums ont été présentés dans ces pages. Ce groupe français reste certes discret mais il sait enchanter tous ceux qui ont posé une oreille sur ses travaux. Les connaisseurs ont donc forcément déjà acheté un exemplaire de cette nouvelle sortie, et les autres pourraient bien être convaincus par les nouveaux titres. Comment leur présenter le one man’s band ? Eh bien en disant d’abord que sa démarche se rapproche de celles des PENSEES NOCTURNES, UNHOLY MATRIMONY, KADENZZA ou encore LOVE LIES BLEEDING. Non seulement ces projets ont été (principalement) menés par des individualités, mais ils ont aussi été inspirés par divers styles musicaux trempés allègrement dans le black metal. On retrouve ainsi dans toutes ces formations du heavy, de la musique progressive et des palettes vocales assez élargies... Et surtout chacune de ces formations aime le travail minutieux et le souci du détail et s’active à faire exploser les frontières, par goût de la mixité.

Le livret de La Singulière Noirceur d’un Astre prouve d’ailleurs la grande variété d’inspirations de Monsieur ARS MORIENDI, Arsonist. Il y cite IRON MAIDEN, DREAM THEATER, EMPEROR, ULVER et ELEND. Rien de très étonnant à l’écoute des 5 nouvelles compositions à la durée allant de 8 à 11 minutes. Mais l'équilibre entre chaque influence n'est pas vraiment respecté, et c’est d’ailleurs ce qui distingue ARS MORIENDI des groupes cités dans le premier paragraphe. Il met moins l’accent sur le heavy que l’un, se repose moins sur les claviers qu’un autre, ne martèle pas avec une BaR comme un autre, ni ne se jette à pieds joints dans le progressif comme le dernier (tout ça dans le désordre). C'est vrai qu'il propose un peu de tout cela, mais lui, il se concentre bien plus sur le jeu de chat et de souris entre la noirceur du black et la contemplation émotionnelle d’un ELEND. Dès les premières secondes on pense à celui-ci à cause de déclamations données sur le même ton que ceux des albums sortis depuis Winds Devouring Men, et que l'on retrouve plus loin, aux alentours de la 5ème minute de « De ma Dague ». Le groupe culte français se manifeste aussi dans la multiplication de chœurs, toujours jouissifs quand c’est aussi bien intégré à la musique, idéal en break et prologue de titre. Ce troisième album se retrouve ainsi empli de tels espaces de toute beauté, véritables bouffées d’oxygène veloutées.

Et à part ces dosages intelligents, l’autre plaisir certain de cet album vient du fait qu’Arsonist sache rester fidèle à son style tout en ajoutant encore de petites nouveautés. Comme à l’accoutumée certains passages se retiennent à la première écoute, des riffs et surtout certaines paroles balancées dans un français audible (« Le loup est dans la bergerie ! », « Tu t’es vu confier le livre de mort »...), mais une foultitude de détails se révèlent au fil des écoutes, donnant envie de réécouter les 47 minutes pour les redécouvrir. Le travail proposé est ainsi impeccable de justesse.

Impeccable, mais encore perfectible car, même si c’est une remarque assez subjective, les vocaux sont trop souvent hurlés de façon systématique. Arsonist aime faire traîner sa voix sur les dernières syllabes des mots, et quand on y prête attention cela a tendance à agacer légèrement. Bon, ce n’est pas grand chose, et cela ne porte pas préjudice à la qualité des titres donc il est à parier que la plupart des personnes ouvertes aux mélanges musicaux auront de quoi être rassasiés. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à tenter un titre et aller contacter Arsonist, qui devrait d'ailleurs comme à son habitude laisser un petit message sous la chro.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

dominiquelefranc citer
dominiquelefranc
12/07/2020 10:22
note: 9/10
Groupa découvert en 2020.
Une discographie splendide.
Invité citer
Arsonist
18/07/2014 23:01
Merci pour la chronique cher Sakrifiss. Et oui toujours un petit message pour rappeler qu'il reste des exemplaires dispo en me contactant à l'adresse suivante : bastien7984@yahoo.fr
Invité citer
Aguirre
18/07/2014 22:21
Bien bon album, plus resserré que le précédent, osant moins se perdre dans des échappées atmo pleine de circonvolutions rêveuses. Moins surprenant en somme et c'est dommage mais si ça reste très maîtrisé. j'ai l'impression qu'il est en train d'assurer son territoire, avant de l'agrandir un peu, j'espère.
Dysthymie citer
Dysthymie
18/07/2014 20:51

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ars Moriendi
Black progressif contemplatif
2014 - Archaic Sound
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ars Moriendi
Ars Moriendi
Black Metal progressif - 2001 - France
  

écoutez
tracklist
01.   De l'intouchable mort
02.   Vanité
03.   De ma dague...
04.   Ars Moriendi
05.   La singulière noirceur d'un astre

Durée : 47:31

line up
parution
21 Mars 2014

voir aussi
Ars Moriendi
Ars Moriendi
Du tréfonds d'un être

2011 - Archaic Sound
  
Ars Moriendi
Ars Moriendi
Sepelitur Alleluia

2016 - Archaic Sound
  
Ars Moriendi
Ars Moriendi
La solitude du pieux scélérat

2019 - Archaic Sound
  
Notre Amertume / Ars Moriendi
Notre Amertume / Ars Moriendi
Agonie d'un ancien monde (Split-CD)

2012 - Archaic Sound
  
Ars Moriendi
Ars Moriendi
L'Oppression du Rien

2008 - Griffin Music
  

Disavowed
Revocation Of The Fallen
Lire la chronique
Transilvania
Night of Nights
Lire la chronique
Wolfkrieg
When the Cold Comes
Lire la chronique
Korn
The Nothing
Lire la chronique
Prison of Mirrors
De Ritualibus et Sacrificii...
Lire la chronique
Spirit Possession
Spirit Possession
Lire la chronique
Valgrind
Condemnation
Lire la chronique
UNDERGROUND ! C'est quoi et à quoi ça sert ?
Lire le podcast
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)
Lire la chronique
Carthage
Punic Wars!
Lire la chronique
K.F.R.
Nihilist
Lire la chronique
Fistula
The Process of Opting Out
Lire la chronique
Shed The Skin
The Forbidden Arts
Lire la chronique
Pearl Jam
Pearl Jam
Lire la chronique
Masacre
Reqviem
Lire la chronique
Lantern
Dimensions
Lire la chronique
Temple Of Dread
World Sacrifice
Lire la chronique
Stygian Crown
Stygian Crown
Lire la chronique
Atavist
III: Absolution
Lire la chronique
Aherusia
Nostos ~ An Answer (?)
Lire la chronique
Nattverd
Styggdom
Lire la chronique
Bilan 2010-2019 : la sélection de la rédaction
Lire le bilan
Pearl Jam
Riot Act
Lire la chronique
Evil Warriors
Schattenbringer (EP)
Lire la chronique
Bastard Priest
Vengeance... Of The Damned ...
Lire la chronique
Panzer Squad
s/t (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Gigaton
Lire la chronique
Black Funeral
Scourge of Lamashtu
Lire la chronique
Thou
Blessings Of The Highest Or...
Lire la chronique
Temnein
Tales : Of Humanity And Greed
Lire la chronique