chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
151 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ævangelist - De Masticatione Mortuorum in Tumulis

Chronique

Ævangelist De Masticatione Mortuorum in Tumulis
Enfants de la nouvelle chair, si votre morphologie vous le permet, à genoux ! Ævangelist est votre nouveau dieu de ces lieux où l'espace, le temps et la matière sont des notions abjectes. Ho, le death en a vu passer des prétendants au trône de l'amorphe, repoussant à qui-mieux-mieux les lois physiques dans leurs derniers retranchements. Pourtant la formation, tout en paraissant s'inscrire parfaitement dans cette mouvance où le death se fait abstrait pour mieux écraser, tape juste comme aucune autre. Car elle n'est comme aucune autre.

Et dès la longue introduction du tentaculaire « Anno Mortii : Gnostic Transcendental Heresy » Ævangelist ouvre grand la porte sur l'infini et ses innombrables terreurs cosmiques avec des ambiances aussi astrales que chaotiques. La symbiose entre Ascaris (Shavasana) et le très prolifique Matron Thorn (Benighted in Sodom, Midwinter Storm) semble parfaite chacun apportant ses influences marquées allant du death au black sans oublier le doom mais dont le résultat surclasse leurs formations respectives – certaines mauvaises langues diront que cela n'était pas bien difficile. En effet, le duo délivre une musique beaucoup plus personnelle aussi riche que cauchemardesque avec un chant guttural très caverneux renvoyant par son côté à la fois lourd et horrifique à la scène finlandaise.

On est tout de suite désarçonné par pareille musique. Ævangelist mélange, modifie, corrompt sans jamais véritablement évoquer d'autres formations (tout juste pense-t-on à Evoken lors de la sépulcrale « Crematorium Angelicum »). Aussi, les formules type « du death metal qui aurait pu sortir chez Cold Meat Industry » (cf. ces nappes ambiantes semblant issues des plus belles morgues du défunt label) s'abandonnent vite au profit d'une succession d'adjectifs : là, la bestialité d'une animalité génétiquement modifiée (« Death Illumination » et ses hurlements sortant de toutes parts), ici, le désespoir total qui séduit pour mieux engouffrer (l'industrielle « Hierophant Disposal Facility »), le tout, une abîme nous cerclant de tous côtés, au point de rapidement subir sans mot dire les virages autoritaires du duo. C'est que, comme diSEMBOWELMENT en son temps, le groupe des États-Unis étourdit mais ne nous perd jamais, une sensation étrangement homogène et satisfaisante, presqu'agréable malgré la noirceur environnante, nous obligeant à aller plus loin avec lui.

Un long voyage durant lequel cette ténébreuse entité vous malmène avec son death illuminé et monolithique déversant une violence tant inhumaine que parfaitement maîtrisée de « Anno Mortii : Gnostic Transcendental Heresy » à « Funeral Monolith ». Une atmosphère malsaine et étouffante qui est surlignée par des nappes sonores des plus menaçantes, de nombreux breaks ainsi que les alternances entre passages violents et mid tempo. L'auditorat ploie sous les riffs aussi incisifs que répétitifs emporté par une force surnaturelle vers un univers parallèle frôlant sur son passage d'innombrables masses hideuses et informes. Mais ce chaos cosmique ne dure qu'un temps, « Hierophant Disposal Facility » prenant un tournant plus éthéré et onirique se délestant des effluves miasmatiques. Une sensation à la fois merveilleuse et effrayante due notamment au déferlement continu d'ambiances qui se poursuit jusqu'au titre de clôture « Crematorium Angelicum ».

« What you see is what you get » : à la manière de sa fantastique pochette, De Masticatione Mortuorum in Tumulis est une entité peu humaine – suffisamment pour qu'on s'y plonge et s'y reconnaisse, fasciné – nous contemplant d'un regard fixe, agressif, entourée d'un monde de douleur. Ævangelist y est déjà unique, même si l'impression globale est étrangement celle d'une certaine retenue l'encombrant encore. C'est bien le seul défaut qu'on pourra trouver ici, défaut qui tient lui-même sa part de menaces. Qu'un tel monstre ne soit qu'une « entrée en matière » – expression inappropriée, on l'aura compris ! – donne quelques sueurs lorsque se lance le longue-durée qui lui succède, Omen Ex Simulacra… à suivre !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
06/08/2014 13:40
L'album a été réédité cette année en format LP par le label suédois Blood Haverst et est en écoute intégrale sur leur bandcamp : https://bloodharvestrecords.bandcamp.com/album/de-masticatione-mortuorum-in-tumulis-2x12lp
gulo gulo citer
gulo gulo
04/08/2014 12:24
note: 9/10
Asphyxiant, ce que ne sera pas l'ecstatique Omen ex Simulacra.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
04/08/2014 12:21
note: 7/10
Bonne chro ! Je serais une chouille moins enthousiaste que vous mais album qualité quand même ! Bonne ambiance et gros son !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ævangelist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8/10
Webzines : (6)  7.17/10

plus d'infos sur
Ævangelist
Ævangelist
Atmospheric Black / Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Anno Mortii : Gnostic Transcendental Heresy
02.   Pendulum
03.   Death Illumination
04.   Funeral Monolith
05.   Hierophant Disposal Facility
06.   The Longevity of Second Death
07.   Blood & Darkness
08.   Crematorium Angelicum

Durée : 62 minutes 22 secondes

line up
parution
12 Novembre 2012

voir aussi
Ævangelist
Ævangelist
Matricide in the Temple of Omega

2018 - I, Voidhanger Records
  
Ævangelist
Ævangelist
Enthrall to the Void of Bliss

2015 - 20 Buck Spin Records
  
Ævangelist
Ævangelist
Writhes in the Murk

2014 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord / Ævangelist
Blut Aus Nord / Ævangelist
Codex Obscura Nomina (Split-CD)

2016 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
Omen Ex Simulacra

2013 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Neokhrome
Neokhrome
Perihelion

2012 - Autoproduction
  
Profane Order
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimony (EP)

2018 - Krucyator Productions
  
Belphegor
Belphegor
Pestapokalypse VI

2006 - Nuclear Blast Records
  
Hetzer
Hetzer
The Rise Of Abaddon

2007 - Redrum 666
  
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier