chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ævangelist - Omen Ex Simulacra

Chronique

Ævangelist Omen Ex Simulacra
La concupiscence. S'il y a une sensation que j'aime trouver dans le death metal – quelque soit sa forme –, c'est bien celle-ci : une jouissance sensuelle, primitive, qui donne le plaisir de l'interdit.

Et, au risque de surprendre, Omen Ex Simulacra est peut-être bien le disque du genre qui me comble le plus quand ce besoin se fait sentir. Il est clair que ce n'est pas à Ævangelist que l'on pense en premier quand l'envie d'écouter un « putain de disque de death metal » surgit. Pourtant, si ce premier jet estampillé Debemur Morti mérite tout autant sa place au panthéon du chaos que son grand frère, la différence fondamentale entre l'étouffant De Masticatione Mortuorum in Tumulis et son ci-présent successeur est bien là, cachée derrière les malformations, excroissances, tortures, espaces non-euclidiens et terreurs psychiques avec lesquels aime jouer le duo Matron Thorn et Ascaris : ne plus faire subir la confusion mais la rendre séduisante, accrocheuse, au point qu'elle ne soit plus un supplice mais une influence s'acceptant aisément, se mêlant à nous.

Réussir à rendre les oscillations qu'aime créer Ævangelist aussi satisfaisantes n'est pas un mince exploit. On parlera de maîtrise évidemment, le groupe ayant donné à son death metal ce qui lui manquait d'homogénéité sur l'un peu trop dissipé De Masticatione Mortuorum in Tumulis. Plus acide, tourmenté, violent et caverneux que son aîné, ce deuxième longue-durée est aussi d'une étrange accessibilité une fois passées les quelques écoutes obligatoires laissant nauséeux. Non, le duo n'a clairement pas mis de l'eau dans son vin, ni pris des cours de géométrie pour composer un morceau comme « The Devoured Aeons of Stygian Eternity » dont les nombreux breakdowns et accélérations imprévisibles déboulent sur nous comme une armée de tanks. La consigne est bien au désordre laissant essoré. Seulement, l'heure s'écoule dans une symbiose, une fluidité, qui font qu'on ne se range plus en victime mais en assassin.

Ævangelist ne se contente plus de rendre son metal mutant mais fait aussi de nous sa chose sur Omen Ex Simulacra. Cela tient à un déferlement constant (quasiment toutes les compositions commencent dans une course aux BPM) pratiqué avec une rigueur aveugle évoquant l'autorité des musiques industrielles ainsi qu'une production renvoyant aux plus malpropres disques de death metal old school. D'ailleurs, certains titres auraient très bien pu figurer sur un obscur album des années 90, une fois les dissonances et nappes bruitistes enlevées (« Seclusion » en particulier) ! Si la recette déjà rencontrée sur De Masticatione Mortuorum in Tumulis ne change pas fondamentalement, ces quelques à-côtés – auxquels s'ajoute l'utilisation d'un saxophone parfois terrifiant de détresse (« Abysscape » et ses passages ambiants stridents) – font qu'elle devient une expérience rare, énigmatique mais clairement rassasiante.

Car, malgré son nom, le death metal est aussi une musique de vie, où sous la destruction se cache celui qui détruit et trouve son bien-être à détruire. Omen Ex Simulacra, dans ses cascades de brutalité, couleurs psychédéliques et ambiances spatiales faisant imaginer des guerres transdimensionnelles vécues en première ligne, rappelle cela. Il rappelle aussi que le death metal peut très bien se faire expérimental mais se doit d'être charnel en toutes occasions. Même si l'ensemble possède une unicité que j'aimerais voir se rompre par moments, on peut dire que le contrat est rempli pour Ævangelist... comme pour moi, qui me suis promis de ne pas citer directement la saga Warhammer – L'Hérésie d'Horus lors de cette chronique. Oui, ça n'a pas été facile.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Henrik citer
Henrik
06/08/2014 11:07
Ok thx, moi je le trouve abominable... et industriel
lkea citer
lkea
06/08/2014 11:25
note: 8.5/10
Henrik a écrit : Testé leur bandcamp, tu as le même son de batterie dégueulasse sur cd?

Je dirais que oui. Mr Green J'aime beaucoup le son de la batterie perso, tambour de guerre, industriel etc...
Henrik citer
Henrik
06/08/2014 10:59
Testé leur bandcamp, tu as le même son de batterie dégueulasse sur cd?
Sangarn citer
Sangarn
06/08/2014 02:23
Quelle claque !
Excellente découverte, merci,
je commande ca au plus vite.

C'est ... annihilant.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/08/2014 10:13
note: 9/10
Je le fais pour toi : ce disque, c'est un peu les quatre dieux du Chaos à la fois. Et toutes leurs promesses exaucées en même temps.
lkea citer
lkea
05/08/2014 08:52
note: 8.5/10
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ævangelist
Industrial Death Metal
2013 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (10)  8.55/10
Webzines : (8)  8.38/10

plus d'infos sur
Ævangelist
Ævangelist
Atmospheric Black / Death Metal - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Veils
02.   Mirror of Eden
03.   Hell Synthesis
04.   The Devoured Aeons of Stygian Eternity
05.   Prayer for Ascetic Misery
06.   Relinquished Destiny
07.   Seclusion
08.   Abysscape

Durée : 64 minutes 13 secondes

line up
parution
30 Octobre 2013

voir aussi
Ævangelist
Ævangelist
Writhes in the Murk

2014 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
Matricide in the Temple of Omega

2018 - I, Voidhanger Records
  
Ævangelist
Ævangelist
Enthrall to the Void of Bliss

2015 - 20 Buck Spin Records
  
Blut Aus Nord / Ævangelist
Blut Aus Nord / Ævangelist
Codex Obscura Nomina (Split-CD)

2016 - Debemur Morti Productions
  
Ævangelist
Ævangelist
Dream an Evil Dream (EP)

2015 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Deus Salutis Meæ

2017 - Debemur Morti Productions
  
Drug Honkey
Drug Honkey
Ghost In The Fire

2012 - Diabolical Conquest Records
  
Flourishing
Flourishing
Intersubjectivity (EP)

2012 - The Path Less Traveled Records
  
Emptiness
Emptiness
Nothing But The Whole

2014 - Dark Descent Records
  
Drug Honkey
Drug Honkey
Cloak of Skies

2017 - Transcending Obscurity
  

Die Kunst Der Finsternis
Revenant in a Phantom World...
Lire la chronique
Opeth + The Vintage Caravan
Lire le live report
Negator
Vnitas Pvritas Existentia
Lire la chronique
Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique