chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

God Macabre - The Winterlong

Chronique

God Macabre The Winterlong
Si God Macabre n'est pas le plus connu des groupes de Death Metal suédois, c'est pourtant l'un des plus anciens. Formé en 1988, la carrière du groupe semble n'avoir été qu'une succession d'embûches: changement de nom à trois reprises, défection de Niklas Nilsson (batterie) quelques semaines avant l'enregistrement du premier album (malgré sa participation en tant que membre de session), séparation officielle du groupe avant même la sortie de celui-ci... Un parcours en dent de scie qui a mené doucement mais surement God Macabre à tomber dans l'oubli...
En 2002, fort de ce regain d’intérêt porté à la scène Death scandinave, Relapse décide de rééditer The Winterlong. Une version remise au goût du jour (comprendre remixée et remasterisée) qui offre alors en guise de bonus les trois titres du EP Consumed By Darkness. Le rayonnement du label américain étant ce qu'il est (déjà à l'époque), le nom de God Macabre se retrouve alors propulsé aux yeux d´un public beaucoup plus large. Le caractère déjà culte de ce groupe au sein des milieux initiés s'occupera de faire le reste, cette réédition se voyant ainsi très vite épuisée.

Courant 2013, le groupe annonce sa reformation et par la même occasion la composition de nouveaux morceaux. On se plait alors à imaginer une seconde réédition de The Winterlong surtout lorsque l'on voit les prix pratiqués sur Ebay ou Discogs... Évidement, Relapse à été plutôt prompt à réagir puisqu'il annonçait quelques mois après cette reformation un nouveau pressage avec en bonus un titre inédit ("Life's Verge") récemment enregistré par le groupe suédois. Comme quoi, la patience à souvent du bon puisque quelques euros plus tard voici enfin entre mes mains cet album que j'attendais depuis trop longtemps.

Enregistré au Sunlight studio par Tomas Skogberg en 1991, The Winterlong porte le sceau de ces productions suédoises qui ont fait le Death Metal (un son de guitare passé à la fameuse HM-2 pour une production légèrement étouffée qui rappelle celle du premier album d’Epitaph). Témoignage d'une époque aujourd'hui révolue mais à laquelle beaucoup continue de rendre hommage, cet unique album (et l'EP qui l'accompagne) n'a rien à envier à ses contemporains même s'il est facile de comprendre pourquoi celui-ci n'a pas eu la porté qu’il méritait. Sorti en décembre 1993, The Winterlong à fait les frais d'un très mauvais timing (les premiers albums d'Entombed, Dismember, Grave et Unleashed sont sortis depuis au moins deux ans) et d'une promotion probablement inexistante (à l'heure ou Internet n’inondait pas encore les foyers, difficile de promouvoir un disque lorsque l'on à splitté).

Évidemment, plus de vingt ans après sa sortie, cet album ne réserve pas les mêmes surprises qu'à l'époque. On y retrouve ainsi tout ce qui constitue ou constituait les albums de Death Metal, même le plus mauvais (vous n'échapperez pas à ces nombreuses nappes de synthétiseur aujourd'hui ridiculement désuètes). Affichant moins de trente minutes au compteur, The Winterlong fait parti de ces albums sans détour qui se concentre sur l'essentiel. En effets, très peu de séquences mid-tempo chez God Macabre qui privilégie les attaques frontales plutôt que de tourner trop longtemps autour du pot. Pour autant, ce disque ne manque pas de relief notamment grâce à ces deux interludes que sont "Teardrops" et "Lamentation". Un soupçon de mélodie ("Teardrops") et de douceur (l’acoustique "Lamentation") pas désagréable mais pas non plus indispensable d’autant que ces deux compositions accusent aujourd’hui le poids des années principalement à cause de ce clavier particulièrement cheap... Mais après tout, n’est-ce pas ce genre de détails qui fait aussi le charme de ces albums des années 90?
Construit autour d'une batterie nerveuse et volontaire qui du Thrash à conservé cette dynamique héritée du Punk (les 90 premières secondes de "Into Nowhere" sont en ce sens assez révélatrices), les compositions de God Macabre se font particulièrement véloces. D-beat, tchouka-tchouka ou semi blast, il y en a pour tous les goûts. A cela s’ajoute le growl grave et glaireux de Per Boder et surtout une quantité de riffs ("Into Nowhere" à 0:38 et 1:19, les premières secondes de "Lost", "Ashes Of Morning Light" à 0:42, "Spawn Of Flesh" etc...), leads ("Into Nowhere" à 0:20 et 2:45, "Lost" à 1:44 et 2:23, "In Grief" à 0:19) et autres soli ("Into Nowhere" à 0:48 et 3:05, "Lost" à 3:01, "Spawn Of Flesh" à 2:38) suffisamment sinistres et inspirés pour ne pas démériter face à la concurrence de l’époque. Bref, un album qui à quelques détails près n’a pas pris une ride aujourd’hui.

Pour cette réédition, God Macabre nous gratifie d’un titre inédit intitulé "Life’s Verge" enregistré spécialement pour l’occasion. Fidèle à ses racines, le groupe suédois propose un titre de Death Metal simple, tout à fait classique mais redoutablement efficace. Pas de révolution ni de révélation mais une leçon de Death Metal old school bas du front que n’aurait pas renier un groupe comme Interment et qui surtout laisse présager le meilleur pour l’avenir de God Macabre.

Cette réédition se conclue par les trois titres du EP Consumed By Darkness paru en 1991 à l’époque où le groupe se faisait encore appeler Macabre End. On constate finalement qu’il y a eu peu d’évolution entre ces deux périodes, les différences principales se situant au niveau du chant encore un peu plus profond et du rythme peut-être légèrement moins soutenu. Pour le reste, tout était déjà en plus ou moins en place. A noter que "Spawn Of Flesh" sera le seul titre de ce EP à figurer plus tard sur The Winterlong.

Réédition quasi providentielle, The Winterlong devrait rapidement trouver sa place chez tous les amateurs de Death Metal suédois. Pour le côté historique évidemment, même si comme je le disais plus haut la portée de God Macabre à été plutôt limitée à son époque mais aussi et surtout parce que The Winterlong est tout simplement un album de Death Metal tout à fait solide qui, sans avoir le génie de ses compatriotes de l’époque, n’a pas du tout à rougir d’être sorti deux ans trop tard. Quoi qu’il en soit, parmi les groupes et albums de cette période majeure du Death Metal, The Winterlong est assurément un album à posséder.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
10/08/2014 09:24
note: 7.5/10
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
God Macabre
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (7)  8.29/10

plus d'infos sur
God Macabre
God Macabre
Death Metal - 1991 - Suède
  

tracklist
01.   Into Nowhere
02.   Lost
03.   Teardrops
04.   Ashes Of Mourning Life
05.   Spawn Of Flesh
06.   Lamentation
07.   In Grief
08.   Life's Verge
09.   Consumed By Darkness
10.   Ceased To Be
11.   Spawn Of Flesh

Durée : 41:24

line up
parution
13 Décembre 1993

Essayez aussi
Witch Vomit
Witch Vomit
A Scream From The Tomb Below

2016 - Memento Mori
  
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Towards Divine Death

2014 - Dark Descent Records
  
Verminous
Verminous
The Unholy Communion

2013 - Xtreem Music
  
Mercyless
Mercyless
Unholy Black Splendor

2013 - Trendkill Recordings
  
Krisiun
Krisiun
The Great Execution

2011 - Century Media Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview