chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
195 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble - From The Stairwell

Chronique

The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble From The Stairwell
Jazz et Metal sont souvent associés. Et souvent à tort. Hormis dans quelques cas (le bienheureux et libre Shining norvégien ou encore le premier opus de The Phantom Carriage), quand on lit le mot « Jazz » quelque part à propos d'un disque de Metal, on en revient souvent à l'écoute à une sorte d'ambiance façon ascenseur. Que ce soit chez Lantlôs (le soit-disant jazzy « .neon ») ou chez d'autres groupes plus mainstream (même Nightwish se réclame de passages jazzy...), on est très souvent déçus du résultat qui ressemble bien plus à une bande-son de sitcom télévisuelle qu'à une véritable patte Jazz.

Mais, The Killimanjaro Darkjazz Ensemble n'est pas de ceux-là, non monsieur. Débutant comme un trio formé pour modeler des Bandes Originales de films muets (« Metropolis » et « Nosferatu » en tête...), ils finissent par évoluer en un collectif changeant de line-up très fréquemment. Signée chez les excellent teutons de Denovali Records (connus pour Celeste, bien évidemment...), la formation néerlandaise persiste et signe dans un univers Doomy, Ambient, Post-Rock et vraiment Jazz. Croyez-moi, on a rarement connu plus plombant. Dès le troisième titre «  White Eyes », l'envie d'aller pécho une corde pour en finir dans le couloir se fait sentir. Si « Blackjazz » de Shining reprenait le côté agressif et violent du free-jazz pour l'incorporer à un Metal rapide et dissonant, « From The Stairwell » fait son tri pour ne reprendre que ce qu'il y a de plus triste dans les styles qu'il mélange.

Des boîtes à rythmes lentes ou un batteur sous morphine ? Les deux, mon capitaine... Et avec ça, on se doute que ça ne va pas donner envie de sauter partout dans son salon. On note aussi des guitares claires, parfois jouées en « reverse », parfois livrant des arpèges déprimés. En y ajoutant une basse profonde, lourde et étouffée on se retrouve déjà avec un cocktail de base très « Dimanche après-midi sous la pluie »... Mais ce n'est pas tout. Dès lors qu'arrivent ces voix féminines presque déshumanisées, ses synthétiseurs tournant en boucle, ses coups de distorsions Doom et ses saxophones qui tournent en boucle, on finit par ne plus avoir envie de croire en l'humanité. Et ce ne sont pas les quelques étincelles de beauté (« Celladoor ») qui vont sauver notre âme de ce naufrage annoncé dans les abysses.

The Kilimanjaro Darkjazz Orchestra fout la pression, à tel point que face à tant de tristesse, on se sent vite tout petit. Vraiment, je vous jure... Il y a de quoi faire passer le DSBM pour des rigolos. Même le sublime touche du doigt le moche, les recoins du plombé humain. On y retrouve souvent d'ailleurs des similitudes avec les ambiances des derniers disques du géant norvégien Ulver. La différence ce que ce post-jazz-ambient et plus bas que terre enfonce plus qu'il ne regarde. Comme un Silver Mont Zion couvert de suie, « From The Stairwell » déroule une suite de paysages ravagés et usés, gris et décapés... « Over and over again » comme dirait ce sbire parlant dans la chanson « Cotard Desilusion », avant de finir enfoui sous les violoncelles. Alors évidemment, on peut toujours essayer de se raccrocher à quelque chose mais ce n'est pas évident même si on retrouve quelques accointances dans les sons électroniques qui rappellent de temps à autres un Son Lux ou une instrumentale du premier Zola Jesus. Même si quelques longueurs rendent le disque parfois un peu lourd, les passages moins efficaces sont d'office compensés par d'immenses envolées post-apocalyptiques.

Nous ne sommes pas ici en présence d'un truc facile, écoutable sur le pouce entre deux stations de tramway. Non, ce disque redoutable demande définitivement une grand application pour en saisir toutes les subtilités mais il finira par atteindre son but sans même que vous vous en rendiez compte. « From The Stairwell » sent la boîte en sapin, les valises sous les yeux et les nuits que l'on était à se morfondre, dans quelque pub anglais du cœur de Londres. The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble donne ses menstruations à l'auditeur qui se retrouve à pleurnicher pour rien. Feutré, sobre et lointain à la manière d'un « Tutu » passé à la moulinette occulte puis plombé à grands coups d'urbanisme et d'une modernité définitivement bien terne. Le Kilimanjaro n'est plus ici une dominante blanche surplombant une nature sauvage. Il est une masse grise écrasant un Serengeti en flammes.

Le jazz en reconstruction 28 semaines plus tard.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
09/08/2014 22:08
note: 5.5/10
Aguirre a écrit : si tu accroches a ce style de musique, je dois signaler deux, trois groupes qui sont très bien:
the Dale Cooper Quartet
Terminal sound System
Povarovo
et évidement Bohren and the Club of Gore.

Avec ça, tu ve passer des soirées bien Lynchéennes en perspective.


Merci pour ces infos, je ne connaissais vraiment pas ce genre de musique, donc j'suis vraiment novice et vais m'empresser d'aller écouter tout ça !
Merci à vous !
gulo gulo citer
gulo gulo
08/08/2014 20:56
Pour ma part, dans le genre et également drivé par Jason K, je préfère sans conteste White Darkness, les ambiances anxiogènes sans doute...
Invité citer
Aguirre
08/08/2014 17:27
si tu accroches a ce style de musique, je dois signaler deux, trois groupes qui sont très bien:
the Dale Cooper Quartet
Terminal sound System
Povarovo
et évidement Bohren and the Club of Gore.

Avec ça, tu ve passer des soirées bien Lynchéennes en perspective.
Streker citer
Streker
08/08/2014 16:09
note: 5.5/10
J'y jetterai un oeil !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
08/08/2014 14:55
note: 8/10
Non, plus free à n'en point douter. Mais ça reste tout de même très chouette de ce que j'en ai entendu. Cependant, je n'ai pas eu encore l'occasion d'approfondir.
Invité citer
Aguirre
08/08/2014 14:52
cette autre formation est carrément plus jazz impro et moins ambient; c'est semblable, mais pas tout à fait la même chose quand même.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
08/08/2014 13:02
note: 8/10
Ah tiens, d'ailleurs, j'en profite pour conseiller leur autre formation : The Mount Fuji Doomjazz Corporation. Très intéressant aussi.
Invité citer
Aguirre
07/08/2014 22:50
je recommande à ceux que ce type de musique intéresse/séduit d'éplucher consciencieusement le catalogue de Denovali ainsi que les albums que ce label distribue. Il y a des pépites dans ce genre jazz ambient crépusculaire. Et d'autres choses obscures aussi fascinantes.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
07/08/2014 18:53
note: 8/10
Pas de quoi, ça fait toujours plaisir de voir que quelqu'un est sensible à la chronique et surtout à un groupe aussi particulier que TKDE.

Tu ne seras pas déçu !
Streker citer
Streker
07/08/2014 18:08
note: 5.5/10
Merci pour la découverte.

Je viens de le commander et me langui de le recevoir !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
Ambient / Drone / Electro / Jazz
2011 - Denovali Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  6.5/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
Ambient / Drone / Electro / Jazz - 2000 - Pays-Bas
  

écoutez
tracklist
01.  All Is One
02.  Giallo
03.  White Eyes
04.  Cocaïne
05.  Celladoor
06.  Cotard Delusion
07.  Les Étoiles Mutantes
08.  Past Midnight

Durée : 62.42 min.

line up
parution
2 Mars 2011

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique