chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Last Days Of Humanity - Putrefaction in Progress

Chronique

Last Days Of Humanity Putrefaction in Progress
"Putrefaction in Progress", c'est un peu ma Madeleine de Proust. Ce n'est pas son goût (fort heureusement, au vu du layout) mais bel et bien ses riffs monocordes, sa production approximative, sa caisse claire en boîte de conserve et sa voix de chasse d'eau qui me rappellent une certaine période de ma vie. Cette galette me rappelle les longs après-midis de mes week-ends ou, lassé de l'habituel Death Metal au son clinique, j'écumais les catalogues de Bizarre Leprous et Bones Brigade à la recherche de la prochaine merveille nauséabonde que j'allais pouvoir digérer. En gardant comme ligne de conduite de trouver toujours plus rapide, toujours plus violent que le disque précédent. Une petite routine à laquelle je m'étais habitué, jusqu'à tomber sur le groupe, et l'album qui allaient changer ma perception du genre, et de la musique également - c'est peut-être bien depuis ce "traumatisme" que j'arrive à apprécier la Noise, comme quoi...

Last Days of Humanity, donc, quatuor batave ayant pour le moins marqué le Grindcore international, par le biais de sorties tantôt complètement brouillonnes ("Human Atrocity"), tantôt délicieusement groovy ("Hymns Of Indigestible Suppuration"), et d'une chiée de compilations et autres split-albums. Toutes ces sorties rivalisant de poésie, tant dans les compositions que dans l'imagerie. Le groupe se sépare en 2005, après avoir enregistré "Putrefaction in Progress", album-épitaphe dont nous parlons ici. Pour finalement se reformer avec d'anciens membres pour refaire quelques concerts - et, aux dires de bons nombres, LDOH n'est définitivement pas un groupe de scène. Dernière réalisation du groupe, "Putrefaction in Progress" est effectivement un point culminant dans leur discographie. Plus rapide, plus inhumain, plus dégueulasse que le reste. La notion de mélodie en est totalement absente.

"Now forget about intros and mid-temps breaks! Non-stop ultra fast Goregrind !" Point de publicité mensongère de la part de Bones Brigade, puisque LDOH ne faiblit à aucun instant. La quarantaine de morceaux durent tous entre trois et cinquante secondes, à l'exception du dernier, proprement insoutenable, qui dure trois minutes. Le son est pour le moins surprenant, puisqu'hormis le tintement métallique de la caisse claire omniprésent, nous n'entendons strictement rien. Pas la moindre variation de riff, pas le moindre changement de corde. J'en viens même à douter de la présence d'une basse sur cet enregistrement tant les cordes forment un ensemble compact qui bourdonne en fond sonore, la batterie mixée bien en avant. On sent quand même quelques petites pauses aménagées au sein même des titres, probablement pour permettre au batteur de reposer ses petits bras - sur "A Divine Proclamation Of Finishing The Present Existence", on croirait entendre un épileptique en pleine crise. Hans, tout premier vocaliste de la formation, est revenu le temps d'un disque pour nous servir des vocalises masquées sous dix-huit pédales d'effets, à mi-chemin entre porcinet découvrant son corps et le siphon d'évier. Grondements sourds et textures liquides qui nous rappellent les plus belles heures du groupe (l'excellent "In Advanced Haemorrhaging Conditions" en tête).

L'intérêt musical de "Putrefaction in Progress" frise le néant. Il est le néant. On ne comprend rien à ce qui se passe, on se contente passivement de manger les quarante torgnoles que le groupe nous administre, et ce sans broncher. On ne peut que rester bouche bée face à ce disque, soit positivement ('Bordel, des années que je recherchais quelque chose d'aussi gratuit !"), soit négativement ("C'est donc ça que ça donne quand on enregistre le plombier en train de réparer la machine à laver ?"). "Putrefaction in Progress" est un pur plaisir coupable, apocalypse sonore complètement gratuit, sans aucun fondement, aucune profondeur, enregistré pour le simple plaisir de repousser les limites d'un genre pour se caler au frontière du bruit sourd. Un disque aussi régressif fait parfois beaucoup de bien quand la majorité des groupes rivalisent de technique pour sortir du lot. LDOH, lui, fait du bruit. Et le fait remarquablement bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

33 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
04/03/2021 00:04
J'ai aucun adjectif approprié pour qualifier ça... mais en tout cas la batterie est surprenamment entraînante.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/02/2020 16:35
Solarian a écrit : gulo gulo a écrit : Solarian a écrit : Jamais pu saquer ce genre d'étron, et celui-là dépasse tout en matière de d'antimusicalité coprolithe.
De toute façon excepté les premiers Napalm, Carcass et peut-être Brutal Truth, j'ai jamais pu blairer le grind.


C'est ce qu'on appelle un troll.
Comme si, mettons, moi j'allais mettre 0,5 à tous les disques de heavy en disant que c'est trop de le merde, et qu'en heavy à part quelques Judas Priest je trouve que le genre est une anomalie de la nature.
C'est mon droit. j'ai aussi le droit de le garder pour moi.

"Bonjour, je suis venu dire que ce disque d'un genre que je ne supporte pas et n'écoute jamais, je le trouve mauvais" : vraiment, merci Professeur Rollin.


Crois-moi, si j'avais su j'aurais gardé cet insupportable affront bien enfoui et cadenassé au fin fond de mon cerveau.
Bah oui c'est vrai finalement, il est préférable de ne blablater que de ce qu'on kiffe et garder pour soi ses jugements sur les trucs qu'on aime pas (même si on les connait), ça évite les situations conflictuelles à la noix vu qu'apparemment, certains ici ne supportent pas qu'on vienne dire ce qu'on pense (ce que j'avais déjà pigé).

Je n'étais pas du tout dans l'agressivité avec le sieur Sagamore. Manque de bol, il ne l'a pas du tout vu de cet oeil, pas plus que toi d'ailleurs... Dommage.
Tant pis pour moi, ça me servira de leçon.


Tu déformes mes propos parce que ça t'arrange.

Je ne dis pas qu'il faut commenter et noter seulement à partir de 8/10 sinon verboten.
Je dis que dire "je trouve que ce gratin au caca est raté", à part si on est une mouche..
Sagamore citer
Sagamore
05/02/2020 14:41
note: 9/10
Solarian a écrit : ça évite les situations conflictuelles à la noix vu qu'apparemment, certains ici ne supportent pas qu'on vienne dire ce qu'on pense (ce que j'avais déjà pigé).

Et quand bien même je me vautre complètement sur la "réalité objective" de la musicalité du grindcore (ce que je peux entendre car je n'ai pas la prétention d'avoir la science infuse, hein), est-ce pour autant que ça justifie un tel tollé ?
Question d'époque certainement, où la moindre critique un peu acerbe déchaîne les esprits...


Pour genre la sixième fois, et terminer là-dessus, tu as tout à fait le droit de sabrer un disque, j'ai pas de problème avec ça. Tu as également tout à fait le droit de dire, peu ou prou, que "le Grind c'est pas de la musique", tout comme j'ai le droit de te répondre que c'est une immense connerie. Le tollé, il est dans ta tête, dans l'absolu, je m'en fous et je n'ai aucun problème avec toi haha !

Si j'admets avoir été un peu sec dans ma première réponse, et m'en excuse, débarquer, dire une bêtise, te faire reprendre avec des contre-points pour te montrer que, non, le Grind ce n'est pas que du bruit, pour que tu termines sur un "Ohlala excuse de donner mon avis c'est un peu totalitaire dans le secteur", franchement...
Solarian citer
Solarian
05/02/2020 14:27
note: 0.5/10
gulo gulo a écrit : Solarian a écrit : Jamais pu saquer ce genre d'étron, et celui-là dépasse tout en matière de d'antimusicalité coprolithe.
De toute façon excepté les premiers Napalm, Carcass et peut-être Brutal Truth, j'ai jamais pu blairer le grind.


C'est ce qu'on appelle un troll.
Comme si, mettons, moi j'allais mettre 0,5 à tous les disques de heavy en disant que c'est trop de le merde, et qu'en heavy à part quelques Judas Priest je trouve que le genre est une anomalie de la nature.
C'est mon droit. j'ai aussi le droit de le garder pour moi.

"Bonjour, je suis venu dire que ce disque d'un genre que je ne supporte pas et n'écoute jamais, je le trouve mauvais" : vraiment, merci Professeur Rollin.


Crois-moi, si j'avais su j'aurais gardé cet insupportable affront bien enfoui et cadenassé au fin fond de mon cerveau.
Bah oui c'est vrai finalement, il est préférable de ne blablater que de ce qu'on kiffe et garder pour soi ses jugements sur les trucs qu'on aime pas (même si on les connait), ça évite les situations conflictuelles à la noix vu qu'apparemment, certains ici ne supportent pas qu'on vienne dire ce qu'on pense (ce que j'avais déjà pigé).

Et quand bien même je me vautre complètement sur la "réalité objective" de la musicalité du grindcore (ce que je peux entendre car je n'ai pas la prétention d'avoir la science infuse, hein), est-ce pour autant que ça justifie un tel tollé ?
Question d'époque certainement, où la moindre critique un peu acerbe déchaîne les esprits...

Je n'étais pas du tout dans l'agressivité avec le sieur Sagamore. Manque de bol, il ne l'a pas du tout vu de cet oeil, pas plus que toi d'ailleurs... Dommage.
Tant pis pour moi, ça me servira de leçon.


Drug-Sniffing Dog a écrit : T'avoueras que la discussion avec des "c'est comme ça, point-barre", elle en prend un sacré coup dans le tarin. Mort de Rire
Mieux vaut s'abstenir, car c'est juste du dialogue de sourds.
J'en reste là, donc.
Même si je suis plutôt de ton avis rapport au grind -et ne suis sûrement pas le seul-, c'est pas ça qui en fera une vérité absolue et universelle.


Pas mieux camarade.
Il est certain que quand on donne dans l'argument massue et qu'on érige son avis personnel en vérité universelle, bah ça refroidit ;-)


DARKFACHOR a écrit : Le sang a coulé dans cette pièce, lol.
Pour moi, cet album n'en reste rien de moins qu'une excellente façon de faire chier ses voisins, et rien d'autre !


Ah ça, je ne te contredirai pas sur ce point ! Comme quoi tout a une utilité dans ce bas monde ;-)
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
05/02/2020 13:28
Le sang a coulé dans cette pièce, lol.
Pour moi, cet album n'en reste rien de moins qu'une excellente façon de faire chier ses voisins, et rien d'autre !
gulo gulo citer
gulo gulo
05/02/2020 12:15
Solarian a écrit : Jamais pu saquer ce genre d'étron, et celui-là dépasse tout en matière de d'antimusicalité coprolithe.
De toute façon excepté les premiers Napalm, Carcass et peut-être Brutal Truth, j'ai jamais pu blairer le grind.


C'est ce qu'on appelle un troll.
Comme si, mettons, moi j'allais mettre 0,5 à tous les disques de heavy en disant que c'est trop de le merde, et qu'en heavy à part quelques Judas Priest je trouve que le genre est une anomalie de la nature.
C'est mon droit. j'ai aussi le droit de le garder pour moi.

"Bonjour, je suis venu dire que ce disque d'un genre que je ne supporte pas et n'écoute jamais, je le trouve mauvais" : vraiment, merci Professeur Rollin.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
05/02/2020 11:47
T'avoueras que la discussion avec des "c'est comme ça, point-barre", elle en prend un sacré coup dans le tarin. Mort de Rire
Mieux vaut s'abstenir, car c'est juste du dialogue de sourds.
J'en reste là, donc.
Même si je suis plutôt de ton avis rapport au grind -et ne suis sûrement pas le seul-, c'est pas ça qui en fera une vérité absolue et universelle.
Sagamore citer
Sagamore
05/02/2020 11:33
note: 9/10
yog a écrit : On peut néanmoins admettre qu'il y a des paliers dans le grind, si on doit comparer Napalm / Nasum / Pig destroyer (ou Agathocles qui ne représente pas à mes yeux un projet particulièrement dégueu), qui restent des groupes très "structurés", avec le vomi d'un LDOH, la débilité profonde d'Anal cunt ou les délires porno/scato/whatever-phile qu'on trouve ici ou là.

(nb - j'apprécie tous les groupes précités)


Nous sommes entièrement d'accords Sourire
yog citer
yog
05/02/2020 11:27
A la décharge de Solarian (dont le ton est effectivement un peu irritant pour peu qu'on soit d'humeur irritable), on peut néanmoins admettre qu'il y a des paliers dans le grind, si on doit comparer Napalm / Nasum / Pig destroyer (ou Agathocles qui ne représente pas à mes yeux un projet particulièrement dégueu), qui restent des groupes très "structurés", avec le vomi d'un LDOH, la débilité profonde d'Anal cunt ou les délires porno/scato/whatever-phile qu'on trouve ici ou là.

(nb - j'apprécie tous les groupes précités)
Sagamore citer
Sagamore
05/02/2020 11:22
note: 9/10
Drug-Sniffing Dog a écrit :
Si discuter avec quelqu'un en désaccord signifie forcément qu'In Fine, l'un doit se ranger à l'opinion de l'autre... pffffiou...
On peut pas s’accommoder des divergences des uns et des autres ? Vous y tenez tant que ça à la pensée unique ?


Jamais dit ni sous-entendu ça. Et pas de pensée unique non plus, j'insiste juste sur le fait que résumer le Grindcore a un truc "anti musical", c'est faux, point barre. Encore une fois, avoir un avis sur un disque, aucun souci, et je conçois tout à fait que ce LDOH ne plaise pas, c'est bien son objectif, je pense. Mais entre le goût personnel (subjectif, qui donc, ne se discute pas) et le fait de dire une ânerie (vérité objective, tous les groupes de Grindcore ne sont pas "anti-musicaux"), il y a une différence.

Le troll, c'est tout ce que m'inspirent ses réponses à rallonge qui, au final ne disent pas grand chose. Mais bref, passons.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
05/02/2020 10:58
Y a de l'ambiance ici.
Je vais moi aussi participer au référencement, ça sera toujours ça de porté à mon crédit, il en a sûrement bien besoin.

En ce qui concerne l'album en question, je le trouve absolument naze. De manière générale le bourrinage gratuit, et surtout constant, j'ai jamais été client, quel que soit le style. Pour moi ça tue complètement l'effet escompté, puisqu'il n'y a plus aucune dynamique. C'est plat.
"Hymns of indigestible suppuration" en revanche, j'adore. Surtout pour l'aspect rythmique. Et puis il y a aussi un facteur quasi "madeleine de Proust" en ce qui me concerne. M'enfin on parle pas de cet album là en l’occurrence.


Je ne suis pas d'accord avec Solarian sur le grind qui serait par essence "non-musical", ou "anti-musical". (d'ailleurs lui-même doit un peu douter, peut-être, puisqu'il semble trouver un intéret aux premiers ND, Carcass, etc...)
(Puis au fond je suis même pas certain de comprendre ce que ça veut dire "anti-musical", et j'ai vraiment pas envie de mettre un doigt de pied dans ce qui me semble être l'enfer de la musicologie, merci)
M'enfin si c'est son opinion, c'est ainsi. Moi ça me dérange pas qu'il pense ça.
Je vois pas l’intérêt de le traiter de troll pour autant. De mon point de vue, un troll, c'est pas ça.
Si discuter avec quelqu'un en désaccord signifie forcément qu'In Fine, l'un doit se ranger à l'opinion de l'autre... pffffiou...
On peut pas s’accommoder des divergences des uns et des autres ? Vous y tenez tant que ça à la pensée unique ?


Solarian citer
Solarian
05/02/2020 10:56
note: 0.5/10
Me faire taxer de troll par un chroniqueur sur un site Metal, c'est la première fois qu'on me fait le coup.
Remarque y'a un début à tout, la preuve.
Pour rappel, c'est toi qui est venu m'apostropher en me faisant gentiment remarquer que si je n'aimais pas, c'était pas la peine de m'infliger des écoutes et ensuite venir critiquer pour essayer de "dégoûter" les autres.
J'aime pas ouais, mais je connais quand même "un petit peu" la zique que je critique, en l'occurrence ici le disque en question.
Visiblement ça te défrise (je me souviens d'un échange avec toi au sujet du dernier Mgla, échange plus courtois et constructif à défaut d'être plus amical).

Exprès de ne pas comprendre quoi ? Que j'aurais dû en effet m'abstenir de venir traîner mes guêtres ici ? Grâce à toi j'ai enfin pigé, thanx.
Et puis faut voir le bon côté des choses, si c'est un plus pour le référencement de la chro, tant mieux ça aura au moins servi à ça ;-)
Sagamore citer
Sagamore
05/02/2020 06:20
note: 9/10
Pas tant irritant, vu ta réponse complètement a côté de la plaque, soit tu trolles soit tu fais exprès de ne pas comprendre... T'as raison, arrêtons là, ça vaut mieux, même si pour le référencement de la chro, c'est pas si mal.
Solarian citer
Solarian
04/02/2020 23:29
note: 0.5/10
Sagamore a écrit : Je ne revendique aucune culture particulière ni science infuse, et je n'ai à aucun moment parlé de Goregrind, ni de Pornogrind (qui à mon sens n'existe pas), ni de Noisegrind. J'ai simplement parlé de Grindcore et cité des groupes qui donnent tort à ce que tu affirmes et maintiens.

Ta déclaration n'est ni scabreuse ni outrancière, elle est juste subjective en plus d'être fausse. Encore une fois, que ça te débecte, c'est ton choix et ton droit, ça ne se discute pas, par contre, comme dirait l'autre, pas la peine d'essayer d'en dégoûter les autres.

EDIT : Ha, et des genres extrêmes "anti-musicaux" il y en a, et revendiqués : Noise, Harsh Noise, Power Electronics... Le Grindcore ne serait donc pas le seul.



Je me trompe peut-être, mais je sens comme une "légère" irritation dans ton dernier post...
C'est de ma faute, le prochain coup j'essaierai d'affûter ma modeste rhétorique afin de mieux faire passer le second degré de certains de mes propos, car c'est ce dont il était principalement question dans mon dernier com.

Essayer de dégoûter les autres ? Allons donc, comme tu y vas... Je donne juste mon avis (qui par essence est bien évidemment subjectif) en formulant la critique virulente d'un skeud, et par extension d'un genre.
Partant de là, j'ai quand même du mal à concevoir que la simple opinion (aussi radicale soit-elle) d'un gus comme moi puisse être apte à déstabiliser et à dégoûter d'un coup d'un seul la personne portée sur le genre en question, auquel cas son attachement serait pour le moins superficiel.
Réduire à néant l'engouement du profane qui vaudrait s'y frotter ? Peut-être davantage oui, mais dans ce second cas son esprit critique lui dictera naturellement de se faire son propre avis, et de surcroît de s'en tenir davantage à la chronique officielle plutôt qu'à un commentaire partial, aussi gratuit et vulgaire que la "musique" en question ;-)

Pour le reste, en effet tu n'as pas parlé de gore/porngrind, mais ces dénominations conceptuelles existent bel et bien au sein de la scène grindcore (qui ne regorge pas que de militants antifa et d'anars idéalistes).

Ah, et puis aussi, bah c'est pas moi qui ai affublé ce skeud de LDOH de l'étiquette "Gore/Noisegrind", mais le site dans lequel tu as eu l'honneur de publier cette chro'.
Je m'arrêterai là dans l'argumentation.
Sans rancune ;-)
Sagamore citer
Sagamore
04/02/2020 18:34
note: 9/10
Solarian a écrit :
Je ne me prévaudrai certes pas de disposer de ta culture en matière de gore/porn/noisegrind (mis à part les sus-cités PxDx, les vétérans de Nasum et un petit florilège d'autres vieux noms post 90's), mais tu me pardonneras néanmoins de maintenir avec vigueur mes déclarations scabreuses voire outrancières sur le seul genre extrême "anti"musical (si si j'insiste) qui m'a toujours profondément débecté, malgré le fait d'avoir hélas trempé dedans malgré moi durant mes tendres années de rébellion et d'ingénuité métallique.
Que veux-tu, les aînés entraînent souvent les plus jeunes dans des trucs pas très ragoûtants, ça laisse des séquelles ✌(-‿-)✌


Je ne revendique aucune culture particulière ni science infuse, et je n'ai à aucun moment parlé de Goregrind, ni de Pornogrind (qui à mon sens n'existe pas), ni de Noisegrind. J'ai simplement parlé de Grindcore et cité des groupes qui donnent tort à ce que tu affirmes et maintiens.

Ta déclaration n'est ni scabreuse ni outrancière, elle est juste subjective en plus d'être fausse. Encore une fois, que ça te débecte, c'est ton choix et ton droit, ça ne se discute pas, par contre, comme dirait l'autre, pas la peine d'essayer d'en dégoûter les autres.

EDIT : Ha, et des genres extrêmes "anti-musicaux" il y en a, et revendiqués : Noise, Harsh Noise, Power Electronics... Le Grindcore ne serait donc pas le seul.
Solarian citer
Solarian
04/02/2020 18:27
note: 0.5/10
Sagamore a écrit : Absolument pas, bien au contraire ! Les voix discordantes sont les bienvenues, c'est justement ce qui est intéressant, de confronter les opinions. Je réagissais simplement à ce que tu disais, saquer un disque alors qu'on ne goûte pas le genre, ça me paraissait un peu facile.

Me voilà rassuré ( ͡ᵔ ͜ʖ ͡ᵔ )
N'étant pas coutumier du fait, je n'ai pourtant pas pu résister ici à l'envie de dézinguer "gratuitement" ce truc "gratuit" que je connais quand même très bien à défaut de le surkiffer, mais ça t'es maintenant au courant ;-)


Sagamore a écrit : Citation :
Le grind est juste antimusical


C'est faux. Que tu n'apprécies pas, c'est une chose et j'ai rien à dire là-dessus, mais dire peu ou prou "C'est du bruit", c'est faux. Si y'a effectivement une bonne partie de formations assez difficiles à encaisser, je peux t'en citer pas mal qui font rimer violence débridée avec musicalité : Gridlink (et récemment les sorties de No One Knows What the Dead Think et Takafumi Mastubara), Discordance Axis, Fuck the Facts, Pig Destroyer, Splitter, les derniers Nasum, le milieu de disco de Cephalic Carnage, Antigama, Cloud Rat...

Bien entendu, je ne mets pas cet album de LDOH là-dedans Mr Green


Je ne me prévaudrai certes pas de disposer de ta culture en matière de gore/porn/noisegrind (mis à part les sus-cités PxDx, les vétérans de Nasum et un petit florilège d'autres vieux noms post 90's), mais tu me pardonneras néanmoins de maintenir avec vigueur mes déclarations scabreuses voire outrancières sur le seul genre extrême "anti"musical (si si j'insiste) qui m'a toujours profondément débecté, malgré le fait d'avoir hélas trempé dedans malgré moi durant mes tendres années de rébellion et d'ingénuité métallique.
Que veux-tu, les aînés entraînent souvent les plus jeunes dans des trucs pas très ragoûtants, ça laisse des séquelles ✌(-‿-)✌
Sagamore citer
Sagamore
04/02/2020 16:19
note: 9/10
Solarian a écrit :
Mais rassure-moi sur le fond : dois-je pour autant me justifier de cet "affront" ? La critique dure, même acerbe et radicale, serait-elle malvenue voire implicitement prohibée en ces lieux ?
J'ose espérer que non car si tel est le cas, je préfère encore tourner les talons.


Absolument pas, bien au contraire ! Les voix discordantes sont les bienvenues, c'est justement ce qui est intéressant, de confronter les opinions. Je réagissais simplement à ce que tu disais, saquer un disque alors qu'on ne goûte pas le genre, ça me paraissait un peu facile.

A mon tour de réagir,

Citation : Le grind est juste antimusical

C'est faux. Que tu n'apprécies pas, c'est une chose et j'ai rien à dire là-dessus, mais dire peu ou prou "C'est du bruit", c'est faux. Si y'a effectivement une bonne partie de formations assez difficiles à encaisser, je peux t'en citer pas mal qui font rimer violence débridée avec musicalité : Gridlink (et récemment les sorties de No One Knows What the Dead Think et Takafumi Mastubara), Discordance Axis, Fuck the Facts, Pig Destroyer, Splitter, les derniers Nasum, le milieu de disco de Cephalic Carnage, Antigama, Cloud Rat...

Bien entendu, je ne mets pas cet album de LDOH là-dedans Mr Green
Solarian citer
Solarian
04/02/2020 16:13
note: 0.5/10
Sagamore a écrit : Solarian a écrit : j'ai jamais pu blairer le grind.


A partir de là, est-ce bien pertinent de t'infliger l'écoute du disque ? J'aime pas le Doom, je vais pas saquer la discographie de Cathedral pour autant...


Mon côté maso sûrement ;-)
J'aime les musiques brutales. Le grind est juste antimusical donc je confirme, j'ai jamais pu encadrer le grind mais c'est pas pour autant que je ne connais pas un bon lot de machins issus de cette scène, et si je me suis permis de commenter celui-ci en particulier, c'est parce que je le connais plus que bien (et bien malgré moi).
Rien d'extraordinaire pourtant. Je ne suis pas (plus) chroniqueur et je donne juste mon avis librement.
Tkt, je me lancerai pas dans le saccage des disco d'Agathocles ou Gronibard pour en piocher 2 à la volée, mais ce LDOH m'a fait réagir sur le vif c'est comme ça.
'Pis bon, balancer un vomi lexical sur du vomi auditif c'est pas complètement antinomique, non ?

Mais rassure-moi sur le fond : dois-je pour autant me justifier de cet "affront" ? La critique dure, même acerbe et radicale, serait-elle malvenue voire implicitement prohibée en ces lieux ?
J'ose espérer que non car si tel est le cas, je préfère encore tourner les talons.
Sagamore citer
Sagamore
04/02/2020 13:03
note: 9/10
Solarian a écrit : j'ai jamais pu blairer le grind.


A partir de là, est-ce bien pertinent de t'infliger l'écoute du disque ? J'aime pas le Doom, je vais pas saquer la discographie de Cathedral pour autant...
Solarian citer
Solarian
04/02/2020 10:27
note: 0.5/10
Jamais pu saquer ce genre d'étron, et celui-là dépasse tout en matière de d'antimusicalité coprolithe.
De toute façon excepté les premiers Napalm, Carcass et peut-être Brutal Truth, j'ai jamais pu blairer le grind.
Allez, 0,5/10 pour le lapin duracell qui fait office de batteur.
Oxcidium citer
Oxcidium
31/01/2020 15:53
note: 10/10
Un album de violence à l'état pur. Un album qui a dû faire découvrir à beaucoup de personne le genre du Gorenoise. Excellent, mais quand même une préférence pour l'album d'avant, même si là on a l’extrême bout de la violence musicale, je pense pas que on peut aller plus loin que ça.
tasserholf citer
tasserholf
02/09/2014 19:06
La_girondelle a écrit : Une bonne chronique pour un mauvais album, LDOH a le mérite de montrer les limites de la musique extrême.
Bof je trouve qu'un The Berzeker ou un Genghis Tron sont bien plus extrêmes.
Invité citer
Seb`
02/09/2014 17:58
Le chef d'oeuvre par excellence de Goregrind.
Comme l'ont dit d'autres personnes avant moi, c'était soit 0, soit 10.
Soit on hait, soit on adore. Dans mon cas, c'est 10.
(Album qui tourne fréquemment dans la Polo :-D)
Ca fait du bien par où ça passe.
Très bonne chronique en tout cas (-:
But citer
But
31/08/2014 13:48
note: 10/10
Cet album aurait mérité soit 0/10 soit 10/10, mais je vois pas l'intérêt d'une notation habituelle

Et oui c'était sympa à Rennes ce petit fest (2002 ou 2003 je sais plus trop) avec Mortician, Gronibard, Depraved, Ultra Vomit et d'autres
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
30/08/2014 11:08
note: 9/10
Je suis ultra fan de cet album ! Je ne saurais expliquer pourquoi !
gulo gulo citer
gulo gulo
30/08/2014 11:02
Bien digne du pays du gabber et de Kids Nitro. On m'avait raconté un concert (Rennes in Blood, je crois ?) assez positivement (...) traumatisant.
Ander citer
Ander
29/08/2014 18:53
La_girondelle a écrit : Une bonne chronique pour un mauvais album, LDOH a le mérite de montrer les limites de la musique extrême.

Bien résumé.
La_girondelle citer
La_girondelle
29/08/2014 18:49
Une bonne chronique pour un mauvais album, LDOH a le mérite de montrer les limites de la musique extrême.
Invité citer
Pénis
29/08/2014 14:46
C'est de toute beauté. Enfin de la musique pour homme.
Niktareum citer
Niktareum
29/08/2014 14:11
Inutile.
Keyser citer
Keyser
29/08/2014 13:28
Sans moi aussi, aucun intérêt.
Chri$ citer
Chri$
29/08/2014 10:51
Très très bonne chronique pour un album / groupe, à faire écouter à ceux qui pensent que "ton métal, c'est que du bruit" afin de les noyer définitivement dans l'eau croupie des toilettes en leur donnant (pour une seule et dernière fois) raison. Une belle merde, dans tous les sens du terme, mais qui a le mérite d'être authentique et assumée.
AxGxB citer
AxGxB
29/08/2014 10:34
note: 3/10
Sans moi. J'ai refourgué mon exemplaire envoyé à l'époque par Bones Brigade. Insupportable...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Last Days Of Humanity
Gore/Noisegrind
2006 - Bones Brigade Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  6.19/10
Webzines : (7)  5.71/10

plus d'infos sur
Last Days Of Humanity
Last Days Of Humanity
Grindcore - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Covered with Faeces as Decoration
02.   Visible Stains Slashes & Marks of Self-Disgust
03.   Sewing Up the Abdominal Rupture for the Successive Acts of Degradation
04.   Sexually Imminent Perverted Deviant
05.   Infinitive Putrefaction in Progress
06.   A Manual of Heinous Ways in Degeneration
07.   In the Wards of Large Scaled Decompositions
08.   A Delightful Scenario of Depravity
09.   Equal Pleasures in the Realms of Dehumanisation
10.   Intrigue Redolence Inside Putridity
11.   Immersing the Body in a Cesspool of Lye as a Satisfying Method
12.   Deliberate Full Corporal Slicing with a Cleaver
13.   The General Attributes for Partial Trunk Separation
14.   Careless Utterly Dissected
15.   Irresistible Fixation for the Human Disarray
16.   Corroded Hookworm Phenomenon
17.   A Demonstration in Disassembling the Bodily Numbless
18.   Fragrant Facial Purulence
19.   Carnivorous Nausea
20.   Slithered Limbs (Adorable Congestion of Body Remnants) 21. Gradually Cut Up Under a Series of Light Sedations
22.   Continual Septic Waste
23.   The Beauty of Perfection in Sensible Cruelty
24.   Allowing the Carvings for Mutual Compassion
25.   Driven by Motivations of Gracious Hatred
26.   Disconnected the Cranium with a Sense of Peculiar Interest
27.   Emerging Fungus During Gastric Pressures
28.   Some Edible Innard Fragments to Digest
29.   Accepted Foulness Amongst the Humane
30.   Proceed the Mass Lite Disposal Without Compassion
31.   Saw Down the Remaining Carbonised Bits
32.   Precisely Eviscerated and Conserved in a Formaldehyde-Methanol Solution
33.   Exceeded in a Frenzied Mayhem
34.   Congenital Interior Defects
35.   Persuaded in Legalized Cannibalism
36.   Educative Treatment in Torture, Abuse & Finally Beheading
37.   The Hatched Justifies the Means
38.   Behold the Freshness of Tenderised Human Meat
39.   Prolapsed Transpired Bowel Junk
40.   Preservation of Headless Carrion
41.   A Divine Proclamation of Finishing the Present Existence

Durée : 25:14

line up
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique