chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
170 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

AC/DC - Back In Black

Chronique

AC/DC Back In Black
300 chroniques en trois ans et cinq mois de bons et loyaux services. Voilà donc où j’en suis actuellement de ma modeste contribution à Thrashocore, webzine qui m’a redonné goût à l’écriture après une longue période de démotivation. Mais ne vous méprenez pas sur mes intentions puisque l’idée n’est absolument pas de fanfaronner autour d’un chiffre qui n’a finalement aucune espèce d’importance. Celui-ci est surtout pour moi l’occasion de marquer le coup et revenir sur l’un des trois albums qui m’a permis de découvrir cette vaste scène qu’est le Metal et ses dérivés plus ou moins proches. Sachant que Ride The Lightning de Metallica et Killers d’Iron Maiden ont déjà été chroniqués, mon choix s’est porté par défaut (et non par dépit) sur Back In Black des Australiens d’AC/DC. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, petit retour en arrière pour comprendre l’importance de ce disque sur ma petite personne.

Nous sommes en 1990, j’ai dix ans et jusque-là je n’écoutais rien d’autre que la radio et la musique de mes parents dans la voiture (The Pogues, Pink Floyd, David Bowie...). Lors d’un repas dominical chez mes grands-parents, mon oncle qui à l’époque vivait encore chez ses parents me propose, plutôt que de rester m’ennuyer à table à écouter les conversations d’adultes qui ne m’intéressent pas, de visionner un film de son choix. Mon oncle possédait déjà une sacrée collection de disques et de cassettes vidéo. De cette collection de films constituée de cassettes achetées dans le commerce et de films enregistrés sur Canal + (agrémentés des jaquettes trouvées dans le regretté TéléK7), celui-ci me propose alors un film intitulé Maximum Overdrive. Je n’oppose aucune résistance et suis tout de suite sous le charme de ce truck américain Kenworth visiblement lancé à pleine allure et duquel dépasse de la calandre un cadavre ensanglanté. Mais je ne suis pas au bout de mes surprises. Seul dans la chambre, allongé sur le lit devant l’écran et alors que Stephen King se fait copieusement insulter par un distributeur de billets, voilà que résonne les notes de "Who Made Who". Je suis alors très vite séduit par ce que j’entends et cette attirance se confirmera largement avec le reste de la bande-originale intégralement constituée de titres d’AC/DC. Parmi ces morceaux, on retrouve les excellents "Hells Bells", "For Those About To Rock (We Salute You)" et "You Shook Me All Night Long". Si j’ai évidemment apprécié le film (bien qu’un peu perturbé par ce gamin qui se fait écraser par un rouleau compresseur), je crois avoir encore davantage accroché à la musique. Aussi, à la fin de ce visionnage mémorable, j’annonce à mon oncle que j’ai vraiment adoré la musique du film. Il ne lui en fallait pas plus pour qu’il se décide à m’initier en m’offrant le jour même trois de ces vieilles cassettes, Ride The Lightning de Metallica, Killers d’Iron Maiden et bien évidemment Back In Black d’AC/DC. Vingt-quatre ans plus tard, si j’en suis là musicalement parlant, c’est donc grâce à ce qu’il s’est passé en ce dimanche après-midi de 1990.

Mais trêve de sentimentalisme et de nostalgie, passons à la chronique de cet album d’AC/DC sorti en 1980. Ce disque est le premier du groupe australien à avoir été enregistré sans Bon Scott, premier chanteur emblématique d’AC/DC décédé quelques mois auparavant après une soirée de beuverie à Londres. Album au titre évocateur, Back In Black porte le deuil de cette disparition jusque dans les couleurs de cette pochette noire débarrassée de tout artifice (à l’exception d’un logo et d’un titre que le label a voulu apparent). Mais au-delà de cet hommage vibrant, ce sixième album (le huitième si l’on compte les deux sorties australiennes de High Voltage et T.N.T. en 1975) marque également les débuts de Brian Johnson au sein d’AC/DC. Difficile pourtant de passer après Bon Scott et surtout l’excellent Highway To Hell, l’un des disques les plus emblématiques du groupe australien. Pourtant, Back In Black sera très vite un énorme succès commercial et reste à ce jour l’album le plus vendu par AC/DC (plus de 50 million de copies ont été vendues depuis sa sortie devenant ainsi le deuxième album le plus vendu au monde après Thriller de Michael Jackson).

Et il ne faut pas chercher bien loin pour comprendre les raisons de ce succès planétaire. Back In Black est tout simplement une vraie usine à tubes, une boule de nerfs de pur Rock’n’Roll, quarante-deux minutes de plaisir simple sur la base d’un Blues gonflé aux hormones, le meilleur du Hard Rock tout simplement. Sérieusement, comment résister à des titres comme "Hells Bells", "Shoot To Thrill", "Let Me Put My Love Into You", "Back In Black", "You Shook Me All Night Long" ou "Rock And Roll Ain’t Noise Pollution" devenus aujourd’hui de véritables hymnes?
Alors oui, c’est vrai, il n’y a rien de bien sorcier dans la musique d’AC/DC. De ces fameux riffs bluesy, à cette batterie des plus scolaires en passant par le chant rugueux et nasillard de Brian Johnson, la formule déployée par le groupe australien depuis le début de sa carrière n’a rien de transcendant en soit. Là où AC/DC tire naturellement son épingle du jeu c’est dans le feeling et le groove incroyable qui se dégage de chaque composition. Ainsi, il n’y aurait rien d’étonnant à ce que vous vous retrouviez à taper du pied et dodeliner de la tête au son des patterns de batterie de Phill Rudd, à ressentir dans vos tripes les vibrations de la basse vrombissante de Cliff Williams, à vous sentir l’âme d’un air guitariste à l’écoute des riffs incisifs et ultra efficaces des frères Young ou encore à reprendre à tue-tête les refrains (Let me put my love into you babe, let me put my love on a line) entonnés par le souriant et sympathique Brian Johnson. Un sacré sens du rythme auquel il me semble bien difficile d’opposer une quelconque résistance. Que ce soit sur ses titres les plus rapides ("Shoot To Thrill", "What Do You Do For Money Honey", "Have A Drink On Me", "Shake A Leg") ou ceux plus mid-tempo ("Hells Bells", "Let Me Put My Love Into You", "Rock And Roll Ain’t Noise Pollution"), AC/DC conserve cette même énergie, cette même fougue et cette même capacité à se mettre l’auditeur dans sa poche grâce à un petit côté entêtant et surtout grâce à des putains de bons riffs. On ne présente plus les frères Young, et plus particulièrement l’électrique et survolté Angus qui n’a semble t’il jamais quitté le lycée, mais AC/DC ne serait certainement pas AC/DC sans les riffs et les soli de ce dernier. Et on pourra reprocher aux Australiens de se satisfaire encore et toujours de la même recette, aucun des riffs ou des solis de Back In Black n’est à jeter. Ainsi, vingt-quatre ans après ma première écoute, j’ai toujours les poils qui se hérissent sur les solos de "Hells Bells" à 3:33, Shoot To Thrill" à 2:43 et 4:38, "Given A Dog A Bone" à 1:56, "Let Me Put My Love In You" à 2:41, "Back In Black" à 1:49 et 3:36, "You Shook Me All Night Long" à 2:20, "Shake A Leg" à 2:28 ou encore sur les riffs nerveux de "Shoot To Thrill", "What Do You Do For Money Honey", "Back In Black", "Have A Drink On Me", "Shake A Leg" ou plus sombres et/ou plus posés de "Let Me Put My Love Into You", "You Shook Me All Night Long" et "Rock And Roll Ain’t Noise Pollution".
Quant à la performance de Brian Johnson, n’en déplaise aux puristes, elle n’a pas à rougir de la comparaison avec Bon Scott. Gamin, je me souviens ne pas avoir fait la différence entre les deux. Aujourd’hui, cette nuance me semble évidemment beaucoup plus perceptible mais dans l’ensemble on reste sur un type de voix assez proche, c’est-à-dire assez nasillarde, même si celle de Brian Johnson se fait plus grave et un peu plus puissante. Quant aux sujets abordés par AC/DC, rien n’a changé, le groupe continue de chanter autour des mêmes sujets qu’autrefois à savoir les femmes, le rock’n’roll, les éclairs et l’enfer. Il n’y a que le titre "Back In Black" qui vient rendre hommage au regretté Bon Scott: Nine lives. Cats eyes. Abusing every one of them and running wild.

Bref, inutile d’en faire des tonnes sur un album de Rock’n’Roll. AC/DC avait déjà tout compris il y a belle lurette et Back In Black n’en est que la représentation la plus aboutie et la plus efficace (à égalité avec Highway To Hell, faut pas déconner). Trente-quatre ans après sa sortie, Back In Black se pose comme l’un des albums majeurs de la musique en général et du Rock’n’Roll en particulier. Un héritage qui traverse les générations depuis plus de trente ans et qui continuera probablement à le faire pendant encore un paquet d’année. Un album qui se devait donc de figurer sur Thrashocore. Un album auquel je devais rendre hommage d’une manière ou d’une autre. Un album que vous vous plairez à réécouter je l’espère après avoir lu cette chronique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
18/10/2016 18:15
note: 8.5/10
'You Shook Me All Night Long' est le morceau du groupe que je déteste le plus depuis toujours, inécoutable!!! Dommage pour le dernier "grand" album d'AC/DC!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
25/07/2016 13:37
note: 9/10
Sans être aussi parfait que son prédécesseur (car la seconde partie de ce "Back In Black" s'essouffle pas mal) il est indispensable rien que pour ces sept premiers titres absolument parfait et qui n'ont pas pris une ride presque quatre décennies plus tard
AxGxB citer
AxGxB
06/11/2014 11:18
note: 10/10
Bah oui écoute. Enfin j'en sais trop rien, j'avais 10 ans Sourire
Merci pour la coquille. C'est corrigé.
Norn citer
Norn
05/11/2014 23:48
Et ses parents, ton oncle les vivaient bien ? Je crois que tu as oublié "chez"... (3è ligne du 2e paragraphe)

Cool la chro nostalgie sinon !
AxGxB citer
AxGxB
01/11/2014 12:03
note: 10/10
Je ne connais pas le "Flick Of The Switch". J'écouterai à l'occasion mais c'est vrai que je privilégie les premiers albums en général.
Et oui, AC/DC manquait grandement à Thrashocore. Je ne couvrirais certainement pas toute la discographie mais certains albums méritent aussi leur place ici.
gulo gulo citer
gulo gulo
31/10/2014 20:04
\m/
Niktareum citer
Niktareum
31/10/2014 15:32
note: 10/10
Que dire de plus ? Un classique de chez classique découvert à la même époque que toi (vers 90-91) mais moi grâce à ma soeur. Sourire
Un des premiers écoutés avec "Highway to hell" et l' injustement mal-aimé "Flick of the switch". Un enchainement de tubes intemporels, un feeling absolument incroyable dans le riffing et le songwriting et puis la voix rocailleuse de Brian Johnson. Juste parfait.
Je me faisais justement la réflexion il y a qqs semaines qu' AC/DC manquait cruellement sur le site. Bien joué ! Clin d'oeil
BBB citer
BBB
31/10/2014 13:53
note: 8.5/10
Très bon album, mais la voix de Brian m'horripile toujours autant. Ma préférence va donc naturellement vers 'Highway To Hell', 'Let There Be Rock', 'Powerage' (malgré ses défauts) et le live 'If You Want Blood'.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
AC/DC
Hard Rock
1980 - Atco
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (16)  8.94/10
Webzines : (6)  9.42/10

plus d'infos sur
AC/DC
AC/DC
Hard Rock - 1973 - Australie
  

vidéos
Back In Black
Back In Black
AC/DC

Extrait de "Back In Black"
  
Hells Bells
Hells Bells
AC/DC

Extrait de "Back In Black"
  
You Shook Me All Night Long
You Shook Me All Night Long
AC/DC

Extrait de "Back In Black"
  
Let Me Put My Love Into You
Let Me Put My Love Into You
AC/DC

Extrait de "Back In Black"
  
What Do You Do For Money Honey
What Do You Do For Money Honey
AC/DC

Extrait de "Back In Black"
  

tracklist
01.   Hells Bells
02.   Shoot To Thrill
03.   What Do You Do For Money Honey
04.   Givin The Dog A Bone
05.   Let Me Put My Love Into You
06.   Back In Black
07.   You Shook Me All Night Long
08.   Have A Drink On Me
09.   Shake A Leg
10.   Rock And Roll Ain't Noise Pollution

Durée : 42:17

line up
parution
25 Juillet 1980

voir aussi
AC/DC
AC/DC
Rock Or Bust

2014 - Columbia Records
  
AC/DC
AC/DC
Flick Of The Switch

1983 - Sony Music / Atlantic Records
  
AC/DC
AC/DC
Powerage

1978 - Atlantic Records
  
AC/DC
AC/DC
Let There Be Rock

1977 - Atlantic Records
  

Essayez aussi
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Brand New Sin
Brand New Sin
Recipe For Disaster

2005 - Century Media Records
  
Motörhead
Motörhead
Rock 'n' Roll

1987 - Gwr Records
  
Motörhead
Motörhead
The Wörld Is Yours

2010 - UDR Music
  
Callisto
Callisto
True Nature Unfolds

2005 - Earache Records
  

Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique