chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkspace - Dark Space III

Chronique

Darkspace Dark Space III
Dans toute discographie relativement fournie de tout groupe qui se respecte, on peut trouver un point culminant, un sommet de qualité que l'on pense absolu, sans commune mesure. Un indice de comparaison véritable avec le reste des productions d'une formation. Le genre de disques qui fait craindre l'auditeur quant à l'avenir de son groupe fétiche. "Comment prendre la relève après une galette pareille ?". Cette question, nous nous la sommes tous posés après l'écoute de "Dark Space III", le bien-nommé troisième opus du trio de cosmonautes Suisses. Rien à faire, en retournant la situation dans tous les sens, en se perdant en suppositions, personne ne pensait le groupe capable de dépasser une telle qualité d'exécution, de production, un tel voyage dans les étoiles. Darkspace aura réussi son coup en égalant, mais également en dépassant ce coup de maître, avec la sortie de "Dark Space III I", cette année. Mais ce n'est pas notre sujet, ayant déjà eu l'occasion d'encenser la dernière réalisation des cosmonautes helvètes.

"Dark Space III" relève des aspects très symboliques, tant pour moi que pour le public. Il est l'album par lequel j'ai découvert, ébahi, Darkspace, et il est le fruit de trois longues années d'attente pour ceux qui étaient déjà amateurs de l'univers du combo. Un disque qui s'est fait désirer, présenté au public lors d'un concert, public chauffé à blanc par un énigmatique medley posté sur la page web du groupe et relayé aussi bien par la presse papier que les webzines. L'astéroïde a percuté la surface terrestre, mais également établi un nouvel indice de qualité dans la discographie du trio Suisse.

On pourrait débattre longtemps de ce qu'est la perfection musicale. Pour moi, "Dark Space III" est ce qui l'incarne le plus, en ce sens qu'il est la synthèse impeccable de tout ce qui faisait, sur les albums précédents, l'originalité et l'efficacité du combo. On y retrouve aussi bien le côté cosmique poussé à l'extrême du premier volet, mais aussi les embrasements sonores, les parties chaotiques du second. Darkspace ajoute à sa formule déjà testé et approuvée une teinte encore plus progressive, dont "Dark 3.16", véritable crescendo, se fait l'écho. Encore une fois, il explose littéralement les codes trop rigides du Black Metal traditionnel comme moderne : qui pourrait prétendre soumettre un trou noir à des règles établies ? Voyage à part entière, qui, sans surprise, aura fait la quasi-unanimité auprès de ses auditeurs, représentant un défi pour tout chroniqueur qui se respecte : transmettre un vécu, une sensation reste une tâche fort difficile à accomplir quand on ne peut pas la décrire, la minuter, la diviser en parties distinctes.

Car Darkspace forme un tout, dont chaque piste ne pourrait être prise séparément d'une autre au risque de faire perdre toute sa force, tout son sens à l'album entier. De la plage ambiante énigmatique de "Dark 3.15" jusqu'au synthétiseur ouvrant cette longue marche qu'est "Dark 3.14", Darkspace agrémente ses compositions d'explosions de voix incompréhensibles, mixées à peine en retrait pour un rendu "distant", des astres explosant dans le lointain, apparaissant finalement presque "anecdotiques" quand toute l'attention, la vigilance de l'auditeur est mise à contribution pour tenter de trouver une aspérité, une prise à laquelle s'accrocher au milieu du chaos. De turbulences en crashs, la navette accélère dans des montées en puissance d'une superbe inégalée ("Dark 3.16"), la carrosserie de l'engin enrobée des corps célestes qui chantent à l'unisson en des choeurs éthérés qui, immanquablement, provoquent frissons et chair de poule. Pour celui que le minimalisme parfois excessif et la production "brute de forge" ne rebutera pas, bien entendu.

"Dark Space III", album de chevet et sommet d'une aventure qui ne demande qu'à être poursuivie, a véritablement assis la popularité et l'aura de Darkspace dans la durée. Ainsi, tout comme je dois ma découverte de ce groupe hors-norme à Metallian, j'aimerais lui rendre un petit hommage en citant Laurent Michelland, dont le départ de l'équipe de rédaction signa le déclin du magazine. Je vous parlais du défi que constitue la chronique d'un album du combo Suisse ? Lui aura réussi la prouesse d'en réaliser la meilleure synthèse qui soit, et ce, en une seule phrase :

"Darkspace, c'est la construction d'un monde sans parois, d'ou, paradoxalement, on ne s'évade pas."


(Promis, après celle-ci, j'arrête les chros dithyrambiques)

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
07/11/2014 22:19
note: 10/10
J'étais déjà bien secoué par I et II mais celui là m'a achevé à sa sortie.
Serpent7 citer
Serpent7
06/11/2014 14:22
Le dernier est beaucoup plus accessible et sonne assez sun of the blind
Mitch citer
Mitch
06/11/2014 13:53
note: 9.5/10
Leur chef-d'oeuvre.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
06/11/2014 13:29
note: 9/10
Très bonne chronique et évidemment, album culte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkspace
Black Metal Cosmique
2008 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (15)  9.57/10
Webzines : (11)  8.68/10

plus d'infos sur
Darkspace
Darkspace
Black Metal Cosmique - 1999 - Suisse
  

écoutez
tracklist
01.   Dark 3.11  (11:04)
02.   Dark 3.12  (10:40)
03.   Dark 3.13  (11:48)
04.   Dark 3.14  (11:01)
05.   Dark 3.15  (03:34)
06.   Dark 3.16  (14:09)
07.   Dark 3.17  (16:58)

Durée : 01:19:14

line up
parution
30 Août 2008

voir aussi
Darkspace
Darkspace
Dark Space II

2005 - Haunter Of The Dark
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space I

2003 - Haunter Of The Dark
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space III I

2014 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Limbonic Art
Limbonic Art
Spectre Abysm

2017 - Candlelight Records
  
Volc Vermaledide
Volc Vermaledide
Nietig

2021 - Heidens Hart Records
  
Etoile Filante
Etoile Filante
Magnum Opus Caelestis

2020 - Northern Silence Productions
  
Omnihierophantom
Omnihierophantom
Beyond Eternity

2000 - Black Flame Records
  

Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
Lavender Blues (EP)
Lire la chronique
Eastwood
Antibiose
Lire la chronique