chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Death Vomit - Gutted By Horrors

Chronique

Death Vomit Gutted By Horrors
Groupe sud-américain originaire d’une petite ville du Chili (oui, encore un!), Death Vomit suit le parcours classique de n’importe quelle formation de Death Metal underground. Formé en 2011, le trio accouche l’année suivante d’une première démo intitulée Infestation. Le groupe passe alors à l’étape supérieure avec, en 2013, la sortie d’un split en compagnie de ses compatriotes d’Utterbomb (dont on retrouve ici le titre "Corpse Immolation"). La suite, Death Vomit l’a probablement cherché et espéré sans vraiment s’y attendre. En effet, celui-ci s’est vu proposer un deal sur le label Xtreem Music pour la sortie de Gutted By Horrors. Probablement inconnu d’une bonne majorité de la scène européenne, Death Vomit débarque aujourd’hui avec un premier album de Death Metal old school à la sauce sud-américaine.

Hors de toutes considérations musicales et géographiques, Death Vomit a su attiser ma curiosité grâce à un artwork fort plaisant mêlant une illustration des plus macabres à, comble du bon goût, une couleur particulièrement vive et donc inhabituelle qui ne sera probablement pas sans faire grincer quelques dents. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que je décide de me pencher sur la musique de ce groupe chilien qui, soyons franc, n’a rien de bien nouveau à offrir mais semble vouloir faire les choses selon les traditions.

Ainsi, c’est presque sans surprise les douze compositions de ce premier album se dévoilent à nos oreilles. Death Vomit emprunte sans honte le même chemin que celui pris par ses aînés il y a déjà plusieurs années afin de nous (re)servir un Death Metal putride et poussiéreux, classique mais suffisamment efficace pour faire oublier (partiellement) ses quelques défauts.
Car des défauts il y en a, notamment en ce qui concerne quelques riffs et séquences que je trouve pour ma part un peu trop génériques pour être véritablement convaincants. Ce n’est pas tant une question de simplicité qu’une question de pertinence et d’efficacité. En effet, je ne m’en suis jamais caché, j’ai toujours su apprécier ce qu’il y avait de plus simple en matière de musique. Le seul impondérable étant pour moi la notion d’efficacité qui ne peut en aucun cas être mise de côté tout comme le soin apporté à l’atmosphère d’un album. Or, certains passages sur Gutted By Horrors ne sont pas suffisamment efficaces et pertinents à mon goût pour espérer séduire. Ainsi, dans les choses à revoir on notera ce break à 1:01 sur "Thorns Damnations", celui de "Holocaust" à 1:28 ainsi que les quelques riffs qui s’en suivent, cette courte séquence sur "Swallowed By Transphormutation" entre 0:25 et 0:40 répétée d’ailleurs une nouvelle fois quelques secondes plus tard et enfin ce riff mélodique, presque guilleret, qui accompagne cette légère accélération sur "Devoured By Carcass" à 1:14. Pas de quoi flinguer l’écoute de ce premier album mais quelques points noirs toujours un peu gênants.

Certains reprocheront également à Gutted By Horrors son manque de relief, je préfère pour ma part célébrer l’aspect primitif et bestial qui continue d’habiter encore aujourd’hui la scène sud-américaine, même parmi ses plus jeunes rejetons. D’autant qu’à y regarder de plus près, Death Vomit n’est jamais sans proposer (certes, avec plus ou moins de succès - voir au-dessus) quelques passages moins bas du front ("Indestructible Abominations" à 0:58 et 1:52, "Painful Prayer" à 1:07, les premières secondes de "Holocaust"...) où un certain sens du groove se fait même parfois sentir ("Ashes Of Necromancy" à 1:08, "Demoniac Hunger" à 2:09, "Corpse Immolation" à 0:48...). Pour le reste, on retrouve ce qui fait le charme de ce genre de Death Metal à savoir une succession de riffs sournois et possédés ("Indestructible Abominations", "Thorns Damnations", "Holocaust", "Deeds Of Pestilence", "Resurrection Grotesque"...) ainsi que plusieurs soli et leads bien sentis ("Thorns Damnation" à 2:10, "Holocaust" à 2:06, "Swallowed By Transphormuation" à 1:31, "Ashes Of Necromancy" à 1:19, "Corpse Immolation" à 2:25...). Une batterie qui semble être restée bloquée dans les années 80, enchaînant ainsi les séquences rapides tantôt en mode tchouka-tchouka, tantôt en mode (semi) blasts, tantôt en mode d-beat. Et enfin une voix d’outre-tombe, quelque part entre le cri et le growl, auquel on a ajouté une bonne grosse dose de réverb’ dans les limites de l’acceptable.
L’ensemble tend naturellement à produire une atmosphère blasphématoire, morbide et poussiéreuse plutôt réussie qui (re)plongera l’auditeur dans le meilleur du Death Metal des années 80/90. D’autant que la production de Gutted By Horrors va également dans ce sens en privilégiant le côté cru des compositions. Ainsi la batterie se veut presque rachitique avec un son ultra sec comme pour mettre en avant le côté nerveux de ces riffs abrasifs.

Avec ce premier album, Death Vomit est donc sur la bonne voie. Son Death Metal à l’ancienne sait se montrer efficace même s’il devra à l’avenir se débarrasser de quelques casseroles s’il veut véritablement convaincre. En effet, Gutted By Horrors est malheureusement ponctué par quelques séquences beaucoup trop quelconques pour espérer séduire durablement. Voici donc un bon début qui méritera cependant d’être confirmé à l’avenir sous peine de passer à la trappe faute de moments marquants. A suivre donc...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
04/11/2014 11:24
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death Vomit
Death Metal
2014 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.58/10

plus d'infos sur
Death Vomit
Death Vomit
Death Metal - 2011 - Chili
  

tracklist
01.   Intro - Float On Shadows
02.   Indestructible Abominations
03.   Thorns Damnations
04.   Holocaust
05.   Swallowed By Transphormutation
06.   Devoured By Carcass
07.   Deeds Of Pestilence
08.   Ashes Of Necromancy
09.   Painful Prayer
10.   Demoniac Hunger
11.   Corpse Immolation
12.   Resurrection Grotesque

Durée : 37:28

line up
parution
1 Juillet 2014

Essayez aussi
Domains
Domains
Sinister Ceremonies

2014 - The Sinister Flame
  
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Towards Divine Death

2014 - Dark Descent Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Realm Of Chaos (Slaves To Darkness)

1989 - Earache Records
  
Unleashed
Unleashed
Odalheim

2012 - Nuclear Blast Records
  
Wound
Wound
Inhale The Void

2013 - F.D.A.
  

Galvanizer
Sanguine Vigil
Lire la chronique
Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique