chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
94 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Acid Bath - Paegan Terrorism Tactics

Chronique

Acid Bath Paegan Terrorism Tactics
Allez savoir pourquoi, voici que m’a pris ces dernières semaines une furieuse envie d’écouter Acid Bath. Peut-être est-ce ce temps aussi agréable qu’inquiétant d’un mois de janvier où les coups peuvent se boire en terrasse, le retour à mon bayou natal qui m’a donné des désirs de sludge entre deux disques de black metal… Ou le bête rappel à l’ordre que l’on a parfois, quand on n’a plus écouté depuis un moment un groupe important pour nous et qu’on se sent obligé d’aller le revoir, histoire de vérifier si la magie est toujours présente.

A moins que la raison soit à chercher dans cette image revenant de temps en temps dans mon esprit, celle d’un autel dédié à la Vierge Marie que j’ai croisé lors d’une balade en Lorraine. Une journée à la chaleur écrasante où je naviguais entre des vieilles maisons silencieuses en direction d’une forêt, dans l’espoir de trouver un peu de frais sous les arbres. Devant la façade d’une bâtisse, elle était là, m’ayant attiré de son blanc irritant mon regard sous la lumière d’un été peu accueillant. Surplombant un jardin de fleurs sauvages, s’entremêlant les unes aux autres, le lierre et les mauvaises herbes devenant une flore parmi d’autres, son allure classique, austère, avait été massacrée de couleurs criardes, fauves, ajoutées d’une façon paraissant arbitraire et maladroite en même temps, un bleu royal, un rouge sang barbouillé sur les lèvres, du noir sous les yeux et sur le cou. C’est son étrangeté qui m’a interpellé, son air saint mutilé par une peinture naïve, bizarrement sensuelle et dégoulinante. Le temps de ma contemplation, des chiens de garde s’étaient mis à enfoncer leurs crocs dans le grillage me séparant d’elle. Je suis alors parti, remarquant juste un écriteau non loin disant, par des morceaux de bois vissés ensemble, « Priez pour nous ».

Peut-être n’est-ce pas la raison, toujours est-il que c’est ce souvenir qui s’est attaché directement à mes écoutes récentes de Paegan Terrorism Tactics. Cela tombe bien, il n’en avait pas de particulier à lui, contrairement à son prédécesseur que je vois encore aujourd’hui comme ma première véritable expérience de la virilité mise en musique, avec son agression avançant tel un serpent, son charme nécrosé, sa libido de redneck bellâtre et pervers. Simplement, je voyais en sa suite une version moins réussie, une redite dont la renommée profitait plus de la courte carrière d’Acid Bath que de ses qualités intrinsèques. Car, avec ses morceaux s’enchainant difficilement, ses passages hésitant entre coups de bourre sludge, blues amoureux et expérimentations diverses, frôlant aussi bien le black metal que le heavy rock (du metal « alternatif » en somme, du moins dans une version pouilleuse, sans shampoing ni démêlant), ce second longue-durée laisse une impression moins ébouriffante que When the Kite String Pops où les mêmes éléments se marient sans donner une impression de fourre-tout, d’incohérence, mais avec le naturel des meilleurs séances de baises imprévues. Certes, un album marqué par un tel chant et de telles compositions est nécessairement plus qu’un « très bon album » ! Cependant, à aucun moment l’essai de 1996 n’arrivait jusque-là à me faire oublier son aîné, autrement plus trouble et troublant.

Il aura donc fallu une image. Une image pour voir que la formation possédait encore ici cette beauté vénéneuse, décadente, où la consanguinité devient un mélange en soi, une mutation de freaks vivant seuls dans la campagne, arbre généalogique incohérent, filiation embrouillée. Une image pour voir la poésie malade de ces morceaux-ci qui, au-delà des paysages mentaux d’une Amérique profonde et fantasmée qu’ils convoquent, donnent l’impression d’instaurer en Royaume les endroits reclus où vivent les marginaux, entre plans de conquête (le groupe n’a pas perdu sa hargne de boiteux, cf. « 13 Fingers » ou encore « Diäb Soulé ») et instants fédérateurs, les gâchés et les cachés se réunissant pour chanter leurs odes aux oubliés de tout poil, prostituées, morts, clochards, au sein d’un temple fait de bois pourrissant, de guirlandes végétales, de sculptures grunge, où l’apparente moquerie de leurs traits grossiers drape une sincérité romantique. Une image pour aller au-delà d’un rythme à la versatilité fonctionnant moins bien qu’auparavant, les émotions et décors étant une nouvelle fois aussi inédits que forts.

Il y a par contre une chose qui n’a pas changé et n’en avait pas besoin : cette sensualité qui parcourt « Dead Girl » et « Bleed Me an Ocean », les plaçant comme meilleurs morceaux d’Acid Bath. Des coups d’éclat qui en font presque oublier d’autres, que Paegan Terrorism Tactics a à la pelle. Les Louisianais se sépareront l’année suivant cet album, abasourdis de voir la mort toucher un de leurs membres (le bassiste Audi Pitre), malgré leur goût pour les paroles l’appelant sans cesse. Reste une musique imparfaite, bancale, qui pourtant continue de fasciner vingt-deux ans après sa sortie, au point de nourrir l’esprit quand elle s’y invite. Certainement, disque aussi daté en surface et pourtant actuel dans les sentiments qu’il procure mérite bien d’être qualifié de « culte » ! Il m’aura juste fallu un rappel pour m’en convaincre définitivement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

13 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
21/01/2019 08:30
note: 9/10
TarGhost a écrit : Que de souvenirs, merci pour le rappel Clin d'oeil
Tout comme pour Langouste ,"New Death Sensation" reste l'une des "ballades" que j'ai du le plus faire tourner. Ses mèlodies sont toujours intemporelles, 30 ans plus tard.
Et le reste de l'album est jouissif, oui, jouissif !


Hey oh, 30 ans ! Calmos. Ne vous vieillit pas aussi vite hein Clin d'oeil
TarGhost citer
TarGhost
20/01/2019 14:00
Que de souvenirs, merci pour le rappel Clin d'oeil
Tout comme pour Langouste ,"New Death Sensation" reste l'une des "ballades" que j'ai du le plus faire tourner. Ses mèlodies sont toujours intemporelles, 30 ans plus tard.
Et le reste de l'album est jouissif, oui, jouissif !
gulo gulo citer
gulo gulo
20/01/2019 09:39
note: 10/10
Daté... pas tant que ça, sous la surface. Tellement bâtard qu'il est intemporel. Un peu comme... Untouchables ^^
lkea citer
lkea
20/01/2019 09:24
note: 9.5/10
Les commentaires précédents ne font plus sens ? C'est normal, la chronique a été réécrite ! Sourire
Invité citer
catch33
18/10/2014 17:08
Mon premier commentaire sur Thrasho mais comment passer à côté d'un des meilleurs album " metal" des ces 20 dernières années. Album moins fou et intense que le premier mais d'une violence et sensibilité à fleur de peau qui vous prend aux tripes de façon insidieuse. J'adore leurs ballades, Scream of the butterfly compris .
gulo gulo citer
gulo gulo
17/10/2014 14:45
note: 10/10
Non mais tu as un point de vue hyper étrange sur Acid Bath globalement. C'est... rafraîchissant. Enfin j'imagine ^^
Kimy Baby citer
Kimy Baby
17/10/2014 10:48
Toutes mes excuses, AxGxB, vraiment Déçu

Pour te donner un exemple, sur WTKSP, la ballade "The Bones Of Baby Doll", la voix est transformée à partir de 1:58, mélange entre un effet mégaphone et de la distorsion... Je ne suis pas fan du tout.

AxGxB citer
AxGxB
17/10/2014 09:59
note: 9/10
Mais... J'avais réservé cette chronique Déçu
Par contre, pas du tout d'accord avec toi concernant la qualité des "ballades" sur WTKSP ni même sur la voix de Dax (effets électroniques bizarres?).
Enfin bon, excellent album mais que j'aime un tout petit peu moins que son prédécesseur.
Kimy Baby citer
Kimy Baby
17/10/2014 09:15
Pour Static-X : Ahah, je m'en doutais que ça en ferait hurler certain. En attendant, si c'est assez imagé pour parler aux gens, ça vaut le coup.

Pour Nickelback : Ce n'était rien d'autre qu'une boutade, pour le coup.

Bon ok, j'arrête mes références foireuses.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/10/2014 09:00
note: 10/10
... Et nickelback. La jeunesse est un naufrage.
Krokodil citer
Krokodil
17/10/2014 08:30
note: 7.5/10
Carrément mieux même Sourire
lkea citer
lkea
17/10/2014 06:52
note: 9.5/10
Citer Static X dans une chronique d'Acid Bath... Je me suis frotté les yeux quand j'ai lu ça Mr Green
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
16/10/2014 23:57
note: 10/10
Parfait, mon préféré. New Death Sensation est juste la ballade la plus marquante que j'ai pu entendre.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Acid Bath
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (9)  9/10
Webzines : (12)  8.43/10

plus d'infos sur
Acid Bath
Acid Bath
Sludge - 1991 † 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Paegan Love Song  (05:40)
02.   Bleed Me An Ocean  (06:15)
03.   Graveflower  (06:07)
04.   Diäb Soulé  (04:34)
05.   Locust Spawning  (04:40)
06.   Old Skin  (01:11)
07.   New Death Sensation  (06:44)
08.   Venus Blue  (04:42)
09.   13 Fingers  (04:10)
10.   New Corpse  (03:21)
11.   Dead Girl  (24:08)
12.   Ode Of The Paegan  (01:39)

Durée : 73:11

line up
voir aussi
Acid Bath
Acid Bath
When The Kite String Pops

1994 - Rotten Records
  

Essayez aussi
Come to Grief
Come to Grief
The Worst of Times (EP)

2017 - Fuck Yoga Records
  
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep
Seven Sisters of Sleep (EP)

2012 - A389 Records
  
Potop
Potop
Channels (EP)

2008 - Iron Pig Records
  
Baroness
Baroness
First & Second (Compil.)

2009 - Hyperrealist
  
Facedowninshit
Facedowninshit
NPON
(Nothing Positive, Only Negative)

2006 - Relapse Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique