chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Queens Of The Stone Age - Queens Of The Stone Age

Chronique

Queens Of The Stone Age Queens Of The Stone Age
Tu la sens venir hein, tu la sens monter en toi la vibes ribs de porc sauce barbecue, note écrite au tube de rouge à lèvre sur la vitre des toilettes du bar et Chevrolet rabaissée jantes chromées ? Allez, avoue que tu y as pensé direct dès les notes de « Regular John ». Non mais rassure-toi, c'est la même chose pour tout le monde. Tout simplement parce que les notes que tu as entendues au début de ce disque éponyme des Queens Of The Stone Age sont des notes de rock'n'roll. Et le rock'n'roll, c'est le sex et les drugs mais aussi – un peu – les grosses bagnoles et la bouffe du désert dans le cas présent. Et au cas où tu ne le saurais pas, ça déchire. Et ça donne envie de tout envoyer promener. Il paraît que quand il écoute ce disque, Sakrifiss est tellement captivé qu'il en oublie de mettre les noms des groupes en majuscules... C'est dire l'effet salvateur et va-te-faire-foutre-le-monde de cette première sortie des Californiens !

Oui, « Queens Of The Stone Age », c'est du rock à grosse burnes qui montre son slip aux passants. Mais c'est également du Rock à la sensibilité féminine, mystérieuse et érotique. Du coup, fondamentalement, ça nous donne cette pochette de fille mystérieuse et érotique qui montre son slip aux passants. Et puis d'abord, pourquoi ce serait toujours les mecs qui feraient de la guitare avec une grosse distorsion ? Pourquoi ça ne pourrait pas être une fille « badass » à mort ? Imagine un peu Mikasa Ackerman qui va démarrer son Impala, cheveux au vent, avec une paire de Ray-Ban, une clope au bec. La main gauche sur le volant et la main droite qui recharge d'un mouvement de poignet son Maverick prêt à dégommer du titan. A l'aise quoi. C'est un peu près ça qu'on peut s'imaginer sur « If Only » ou sur « Walkin On The Sidewalks » titres décapant les tympans avec leurs riffs groovy et grassouillets.

Je trouve qu'Homme et sa bande de potes sont le groupe de mecs les plus amoureux des femmes au monde. Sans vraiment le vouloir et avec leurs petites émotions chantées sur les refrains ou leur petites notes discrètes de guitares claires, ils font de la femme affirmée, puissante et inaccessible le cœur de leur musique. Les gros durs les plus féministes de la planète en quelque sorte. M'en fous d'abord, Queens Of The Stone Age, c'est aussi de la Love-Music. Punchy certes, mais quand même on ne va pas se mentir, un titre comme « You Would Know », c'est très lovely : cette basse chantant doucement et ces guitares fondantes c'est finalement des petits va-et-viens discrets mais présents qui se dessinent dans vos têtes. La façon dont ils accélèrent pendant le refrain en plus, ça ne vous rappelle rien ? Oh allez, sauf si vous avez 12 ans (et là, je tiens à vous féliciter personnellement pour votre précocité à fréquenter Thrashocore), ça vous rappelle quelque chose. Cette première livraison post-Kyuss des Reines de l'âge de pierre est finalement leur album le plus sensuel pour ma part, voire carrément un disque sexuel dans le sens le plus noble du terme. Non, ce n'est pas de la pornographie monsieur, c'est de l'érotisme classe comme un pro-shoot chez Vogue ou une peinture de la renaissance. On ne bave pas devant monsieur, on admire.

Quand on écoute ce disque, on a comme un sensation innée de connaître enfin la classe, le style, la distinction. La bête domestiquée, le sauvage comme un passé difficilement accouplé à toute la finesse que peut avoir l'humain dans ses instants les plus raffinés et délicats. C'est ça qui définit le mieux la musique gravée ici, comme dans cette dualité dans « How To Handle A Rope » entre le rugueux des cordes et la délicatesse de la voix. L'homme moderne, tatoué derrière son costume Armani et arborant fièrement des pompes cirée à damiers rouges et blancs. Un certain anti-conformisme bien planqué derrière un masque de bon-goût. Là est la réussite la plus incontestable de « Queens Of The Stone Age », celle qui définit finalement le profil de ses créateurs et leur envie de faire avancer la musique dans une dimension qu'elle n'avait pas encore explorée. Le métrosexuel est dorénavant au sommet de sa forme.

Évidemment, la production défonce puisque comme d'habitude avec les mecs du désert, tout est magnifiquement mixé, pas forcément de manière parfaite en terme de standards de l'industrie musicale mais avec le savoir-faire et la personnalité si propre au combo. Un coup de graisse sur la basse, un coup de saleté sur les guitares et parfois un son finement bossé pour ne donner à l'auditeur que le meilleur. Tout ça étant bien sûr occasionnel, ce qui permet d'être surpris à chaque instant. Si on devait trouver un défaut à ce disque éponyme, c'est peut-être qu'il est un poil moins tubesque que les deux suivants mais putain, ça reste de l'art avec un grand « A ».

On ne va pas refaire la conclusion habituelle qui est sensée clôturer la chronique parce qu'elle paraphraserait celle des deux autres albums déjà décrits ici par mes soins. Les vrais se reconnaîtront et si vous voulez les reconnaître ils aiment les cactus desséchés par le soleil, la viande nourrissante, les mains endurcies par le travail et la sueur et l'aspect convivial d'un groupe de vieux potes. Et oui, j'oubliais, ils aiment Queens Of The Stone Age.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
26/08/2017 15:34
note: 7.5/10
LANGOUSTE a écrit : Ah oui c'est sûr qu'on a jamais entendu d'autres groupes de stoner tiens.

J'ai pas compris.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
26/08/2017 13:50
note: 9/10
Ah oui c'est sûr qu'on a jamais entendu d'autres groupes de stoner tiens.
rivax citer
rivax
26/08/2017 10:24
note: 7.5/10
Il faut écouter cet album après un KYUSS pour mesurer l'immense fossé entre les deux sons. QOTSA (surtout sur cet album) est simple, direct et beaucoup plus accessible que KYUSS. C'est ce que voulait Homme, mais force m'est de constater que si beaucoup d'avatars de QOTSA ont vu le jour depuis, KYUSS reste un groupe au son vraiment unique.
chaussure citer
chaussure
04/11/2014 18:56
note: 9/10

avaler du bitume le long d'une route sableuse, une bouteille de sky coincé entre les jambes, jusqu'au prochain bar à hôtesse, c'est ça cet album.
même si juqu'à la lecture de ta chronique, j'ai toujours été persuadé que c'était un drag queen sur la pochette.

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/10/2014 17:12
note: 9/10
Ce split coûte trop cher pour que la France d'en bas puisse se le procurer. Et je suis, que dis-je, nous sommes la France d'en bas !
KPM citer
KPM
31/10/2014 17:10
note: 9/10
Faux fan, la première sortie de QOTSA c'est le split avec Kyuss Clin d'oeil

Sinon presque tout pareil que la chronique, hormis que pour moi ce disque est trop occupé à bander dur pour envoyer se faire foutre le monde. Le seul truc qu'il a en tête c'est de foutrer sur la serveuse du roadside restaurant dont tu parles.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Queens Of The Stone Age
Stoner Rock
1998 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (11)  8.68/10
Webzines : (10)  7.9/10

plus d'infos sur
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
Rock - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Regular John  (04:35)
02.   Avon  (03:23)
03.   If Only  (03:21)
04.   Walkin' On The Sidewalks  (05:03)
05.   You Would Know  (04:16)
06.   How To Handle A Rope  (03:31)
07.   Mexicola  (04:54)
08.   Hispanic Impressions  (02:45)
09.   You Can't Quit Me Baby  (06:34)
10.   Give The Mule What He Wants  (03:10)
11.   I Was A Teenage Hand Model  (05:01)

Durée : 46:27

line up
parution
22 Septembre 1998

voir aussi
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
Villains

2017 - Matador Records
  
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
Songs For The Deaf

2002 - Interscope Records
  
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
R
(Rated R)

2000 - Interscope Records
  
Queens Of The Stone Age
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork

2013 - Matador Records
  

Essayez aussi
Sleep
Sleep
The Sciences

2018 - Third Man Records
  
Kyuss
Kyuss
Blues For The Red Sun

1992 - Elektra Records / Dali Records
  
Torche
Torche
Admission

2019 - Relapse Records
  
Helms Alee
Helms Alee
Night Terror

2008 - Hydra Head Records
  
Blaak Heat Shujaa
Blaak Heat Shujaa
The Edge Of An Era

2013 - Tee Pee Records
  

Nimbifer
Demo I & II (Compil.)
Lire la chronique
Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique