chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Horrendous - Ecdysis

Chronique

Horrendous Ecdysis
Le travail d’un chroniqueur n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Parmi les contrariétés que mes collègues et moi-même pouvons rencontrer, il y a par exemple le cas de ces albums qu’on ne sait jamais trop comment aborder. Des chroniques que l’on devine déjà laborieuses avant même d’avoir commencé à rédiger quoi que soit. Pas que l’album soit nécessairement mauvais, c’est souvent même le contraire, juste qu’il semble parfois impossible d’avoir les bons mots, les idées claires et cette espèce d’aisance à coucher sur le papier ces quelques lignes censées faire sens. Ainsi, à l’instant même où j’écris cette supposée introduction, je suis toujours bien incapable de savoir par quel bout commencer ni même comment vous parler de Ecdysis.

Afin de m’aider à avancer sur le sujet, replaçons si vous le voulez bien les choses dans leur contexte. Horrendous est donc un groupe de Death Metal américain révélé à travers une première démo intitulée Sweet Blasphemies qui vient d’ailleurs d’être rééditée en CD par Dark Descent (mais ça, je vous en parlerai plus tard). C’est en janvier 2012 que le trio commence à faire parler de lui grâce à la sortie de The Chills.Un premier album ambitieux, grâce auquel Horrendous va réussir à s’extirper de la cohorte de suiveurs infestant cette vague revival. Trois ans plus tard (enfin presque), le groupe vient réitérer l’exercice avec la sortie, toujours sur Dark Descent, de son deuxième album intitulé Ecdysis.

Après s’être octroyé les services de Raul Gonzalez pour l’artwork de The Chills, Horrendous a souhaité faire appel à un newcomer dans le petit monde de l’illustration Death Metal. Ainsi, l’artwork d’Ecdysis a été confié à un certain Brian Smith qui, avouons-le, a particulièrement réussi son coup. Pas de logo, pas de titre mais un simple cadavre dont le visage décharné semble être aspiré par quelque chose situé hors champ. Le tout dans un ensemble de couleur assez vif, passant ainsi de l’ocre au bleu ou au jaune et réussissant à occulter l’aspect sinistre de cette scène étrange. Bref, un joli coup de crayon qui donne naturellement envie de se plonger dans l’écoute de ce nouvel album.

Pour ceux d’entre vous qui se poserait la question, Ecdysis est un terme un peu barbare utilisé dans les pays anglophones pour évoquer le phénomène d’exuviation (rejet de l’ancienne carapace pour les arthropodes de type insectes, crustacés, arachnides...). Une mue qui symbolise donc par définition une certaine forme de renaissance. Doit-on alors comprendre qu’Horrendous a décidé de changer son fusil d’épaule à la manière d’un Tribulation ou d’un Morbus Chron? Non, pas vraiment. Il faut plutôt y voir là un désir d’émancipation. Aussi, ce qui frappe à la découverte de ce nouvel album, c’est la place et le soin apporté aux mélodies pourtant déjà très présentes sur The Chills. On savait le groupe américain largement influencé par la NWOBHM et des groupes comme Death ou Pestilence, cela se confirme encore un peu plus à l’écoute d’Ecdysis. Ce nouvel album vient donc enfoncer le clou en s’affranchissant toutefois de son affiliation relativement marquée avec la scène scandinave des années 90.
Une rupture perceptible d’abord à travers une production moins rugueuse et stéréotypée que sur son prédécesseur. Celle-ci conserve pourtant un certain feeling old school même si le son se veut désormais moins organique, gagnant alors en clarté et en précision. Pour autant, les guitares n’ont pas complètement perdu ce grain qui faisait une partie de leur caractère. On retrouve encore ce petit côté rugueux et abrasif qui, malgré les années qui passent, continue de faire recette.
Mais cette rupture se fait également sentir d’un point de vue rythmique. Alors que The Chills n’hésitait pas à user du tchouka-tchouka, les choses semblent ici moins évidentes. Les compositions d’Horrendous n’ont pas forcément perdu en intensité, simplement les patterns rythmiques se sont dans l’ensemble étoffés et complexifiés. De fait, la musique des Américains est devenue moins frontale, moins bas du front mais a gagné au passage en personnalité et en richesse. Et si The Chills pouvait s’apprécier rapidement dès les premières écoutes, Ecdysis demandera un peu plus d’efforts pour être assimilé et apprécié à sa juste valeur. Il m’a d’ailleurs fallu plusieurs écoutes avant de me laisser véritablement séduire par cet album un peu plus compliqué de prime abord. Nul doute qu’il vous en faudra également quelques-unes.

Cette baisse/complexification rythmique s’accompagne d’une recherche mélodique particulièrement approfondie. Comme je le soulignais brièvement dans un précédent paragraphe, c’est ce qui frappe le plus à l’écoute de ce nouvel album. Car si les solos et autres leads (très Carcassien d’ailleurs) avaient déjà une place importante sur The Chills, ils sont ici non pas l’ossature mais les ligaments autour desquels s’articule toute la mécanique Horrendous. Trop nombreux pour être tous cités, sachez juste que vous en trouverez sur chacun des dix titres qui composent Ecdysis. D’une qualité plutôt égale, certains brillent tout de même par les émotions et l’intensité qu’ils véhiculent à l’image par exemple de "The Stranger" à 0:44, 3:26, 3:45, "Weeping Relic" à 1:32, "Heaven's Deceit" à 0:30 et 2:10, "Resonator" à 0:40, 1:14 puis 2:21, "Nepenthe" à 0:23 et 1:36, "Monarch" à 0:32 et 2:20, "Pavor Nocturnus" à 2:53 (qui ne sera d’ailleurs ensuite qu’une succession de leads et de solos) et pour finir "Titan" à 1:24 et 2:48.
Mais finalement, la meilleure surprise vient peut-être du morceau le plus mélodique de l’album, "The Vermillon". Un titre instrumental d’à peine trois minutes construit autour de deux guitares acoustiques. D’une réelle simplicité que ce soit dans la composition, la construction ou l’exécution, les mélodies déployées se révèlent pourtant extrêmement puissantes et évocatrices. Il en émane une espèce de mélancolie automnale saisissante qui à chaque écoute me file la chair de poule. D’une pureté et d’une beauté incroyable, « The Vermillon » me rappelle ces titres instrumentaux que l’on trouvait beaucoup dans les années 80/90 sur les disques de Heavy Metal/Thrash. Pour être honnête, lorsque j’écoute "The Vermillon" je ne suis pas sans penser à Metallica pour l’atmosphère qui s’en dégage. Probablement l’un de mes titres préférés de l’album même si j’aurai aimé qu’il dure un peu plus longtemps. Toujours instrumental, on retrouve également "When The Walls Fell", un titre 100% Heavy Metal, probablement joué torse nu, les cheveux au vent et moulé de cuir. Et malgré cette mélodie presque Glam et ce côté America Fuck Yeah, je le trouve plutôt intéressant et finalement à sa place contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là.
Cette recherche mélodique passe également par l’ajout de quelques passages au chant (presque) clair. J’en vois déjà fuir ou crier au scandale... Inutile de vous mettre dans tous ces états car ces séquences sont très rares et surtout amenées avec intelligence (quelques backings comme sur "Weeping Relic" à 1:56, "Heaven’s Deceit" et sur "Titan" à 3:11, "Nepenthe" à 3:03). Pas de quoi gâcher les titres concernés et encore moins un Ecdysis qui a décidément gagné en maturité. Il est d’ailleurs agréable de constater, notamment grâce à un mixage favorable à tous les instruments, l’harmonie et l’équilibre général qui caractérise ce nouvel album. Tout est très net, présenté avec beaucoup de maîtrise et de sobriété. Un album capable de sonner old school et moderne à la fois et faisant preuve d’une qualité d’écriture particulièrement soignée et intéressante.

En dépit de ces quelques évolutions, Horrendous n’a pas pour autant perdu toute sa rage et son énergie. Et même si les compositions se montrent dans l’ensemble moins frontales, Ecdysis recèle encore quelques moments de bravoure menés tambours battants, la rage au ventre. Par exemple, les premières secondes de "Weeping Relic" suivit par cette conclusion à compter de 2:58, les débuts de "Resonator" repris de plus belle à partir de 1:27, le thrashisant "Nepenthe" à 0:47, "Monarch" et cette séquence entre 1:19 et 2:03, la dernière partie de "Pavor Nocturnus" à partir de 4:43. Et puis il y a cette voix qui, qu’on le veuille ou non, renvoie à deux chanteurs marquants des années 80/90 à savoir Chuck Schuldiner et Martin Van Drunen. Cela m’avait moins frappé à l’écoute de The Chills mais c’est encore plus flagrant ici (et après réécoute de The Chills ça l’était déjà pas mal). Un chant âpre et éraillé. Un timbre particulier, à la limite de la rupture, presque poussif par moment. Bref, un moyen de marquer son identité même si les références sont d’emblée évidentes.

Malgré toutes ces qualités, il semble évident qu’Ecdysis laissera derrière lui quelques personnes déçues du chemin emprunté par les trois Américains. Moins frontal, moins dynamique, ce deuxième album a peut-être perdu un peu de cette fougue qui caractérisait Horrendous et faisait de The Chills un album particulièrement efficace. Pourtant, Ecdysis le surpasse en tout point. Plus riche, plus varié, plus inspiré, plus personnel, plus marquant aussi... On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est un fait. Il faut cependant saluer cette volonté d’évoluer et mûrir tout en continuant à rendre hommage à ses aînés et à ses influences. En cela, Ecdysis ne déçoit pas et surprend même par cette faculté à naviguer entre les époques. Un album compliqué et exigeant qui mérite bien plus que quelques écoutes dans les transports en commun et qui, contre toute attente, risque même de terminer sur le podium de fin d’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Johnjohn citer
Johnjohn
23/12/2014 23:46
Les jours de verre à moitié vide, je trouve que cet album ressemble au Symbolic de Death, avec des compos globalement moins prenantes, avec un chant un peu trop forcé, et surtout... avec 20 ans de retard.
Les jours de verre à moitié plein, je me dis "p'tain! c'est quand même bien bonnard. Ce feeling melodique, ce son de grattes, ça me renvoie direct au... Symbolic de Death."
L'un dans l'autre, y'a pire comme évocation...
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
28/11/2014 16:30
AxGxB a écrit : Bah j't'en prie. Plaisir d'offrir Mr Green

Arf c'est vrai qu'il faut que je le récupère celui-là tiens !
AxGxB citer
AxGxB
28/11/2014 16:15
note: 9/10
Bah j't'en prie. Plaisir d'offrir Mr Green
Invité citer
Chris
27/11/2014 19:14
J'ai adoré, merci AxGxB, c'est commandé. Bluffant comme les leads s'intègrent bien aux compos sans surjouer.
AxGxB citer
AxGxB
27/11/2014 08:40
note: 9/10
Merci beaucoup. Je ne peux que t'inviter à l'écouter. Un album fort intéressant, qui se dévoile au fur et à mesure.
Invité citer
Cathedrale
27/11/2014 08:26
Chronique fluide qui donne salement envie de passer à l'acte !


AxGxB citer
AxGxB
16/11/2014 09:58
note: 9/10
L'album est d'ailleurs en écoute sur Bandcamp Clin d'oeil
NightSoul citer
NightSoul
15/11/2014 18:03
Intéressant...
von_yaourt citer
von_yaourt
14/11/2014 16:52
note: 7/10
Un album très cool, assez bluffant dans la reconstitution du death metal de 1988 à 1991, jusque dans la production vraiment agréable.

Plein de leads sympas, quelques bonnes mélodies et un "The Vermillon" vraiment très bon.

Mais j'ai toujours du mal avec cette démarche qui consiste à refaire à l'identique ce que les précurseurs ont déjà fait en mieux sans jamais chercher à innover ou apporter quelque chose de plus. C'est beaucoup trop marqué du sceau de Death et Pestilence pour que ce soit mauvais, mais c'est surtout beaucoup trop inspiré pour être vraiment bon, la fin de "Resonator" est même à la limite du plagiat éhonté de Leprosy/Spiritual Healing.

Et c'est dommage parce qu'en plus, contrairement aux précurseurs, il n'y a aucun riff vraiment marquant, aucun moment de grâce en dehors d'un instru qui justement s'éloigne un peu de cette époque. C'est cool mais ça glisse tout seul.

Un album qui ne parlera sans doute qu'à ceux qui ont connu et sont nostalgiques du début des années 90, à condition qu'ils n'aient rien contre un manque d'originalité total.
Keyser citer
Keyser
14/11/2014 16:25
note: 7/10
Décidément, c'est la mode d'évoluer d'un death old-school primaire à une musique plus mélodico-progressive. Ils font pareil que Death en fait, leur plus grosse influence. Alors l'album est pas mal du tout, assez fouillé, avec plein de belles leads et mélodies mais ça manque cruellement de hargne, je n'ai pas mon quota de violence qu'il me faut à l'écoute d'un disque de death metal. Toujours mieux que les étrons faussement intellos de Tribulation et Morbus Chron en tout cas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Horrendous
Death Metal
2014 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (7)  7.71/10
Webzines : (19)  8.3/10

plus d'infos sur
Horrendous
Horrendous
Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Stranger  (07:24)
02.   Weeping Relic  (04:04)
03.   Heaven's Receit  (03:15)
04.   Resonator  (03:45)
05.   The Vermillion  (02:59)
06.   Nepenthe  (04:29)
07.   Monarch  (04:04)
08.   When The Walls Fell  (02:29)
09.   Pavor Nocturnus  (06:34)
10.   Titan  (04:51)

Durée : 43:54

line up
parution
14 Octobre 2014

voir aussi
Horrendous
Horrendous
Idol

2018 - Season Of Mist
  
Horrendous
Horrendous
Sweet Blasphemies (Rééd.)

2014 - Dark Descent Records
  
Horrendous
Horrendous
Anareta

2015 - Dark Descent Records
  
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Decaying
Decaying
Devastate

2011 - Hellthrasher Productions
  
Exhumed
Exhumed
Horror

2019 - Relapse Records
  
Entrapment
Entrapment
Lamentations Of The Flesh

2014 - Soulseller Records
  
Undergang
Undergang
Til Døden Os Skiller

2012 - Xtreem Music
  
Malignant Altar
Malignant Altar
Retribution Of Jealous Gods (Démo)

2019 - Clandestine Productions
  

Dark Forest
Oak, Ash & Thorn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Descend (EP)
Lire la chronique
Repression
Portals To Twisted Frailtie...
Lire la chronique
Cattle Decapitation
Death Atlas
Lire la chronique
Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique