chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Schammasch - Contradiction

Chronique

Schammasch Contradiction
Alors que je m’apprêtais à faire tranquillement mon râleur de première classe en disant que « cette année, l'orthodoxe, c'était quand même un peu de la merde, si l'on excepte Nightbringer », un groupe vient changer la donne comme l'ont fait Ascension, Order Of Orias ou Svartidaudi il y a déjà quelques années. Et cette année, le sursaut d'orgueil de la mouvance orthodoxe en perte constante de vitesse et de visibilité (la faute au post-black, notamment) sera suisse. Oui monsieur. Schammasch et son « Contradiction » viennent rendre justice au style tout entier, éclipsant au passage le second (et tout de même de fort bon niveau) album des messies Ascension. Il faut dire que le genre a cette fâcheuse tendance à se galvauder dans la série des « un groupe, un album d'exception et puis plus rien ». Gageons qu'il n'en sera pas de même pour ces Suisses mais n'anticipons pas sur leur avenir et concentrons-nous sur la pilule de cette année, découverte malheureusement un peu trop tard (c'est sorti en Avril quand même, mais que voulez-vous, on ne peut pas avoir les yeux partout) par votre Webzine préféré.

Comme dirait l'autre, il ne sont pas Helvètes pour rien, puisqu'à la première écoute de ce double-CD, j'ai pensé tout de suite au « Monotheist » de Celtic Frost. Schammasch sera lent, peinera considérablement à remuer la graisse Black/Death qui lui sert accessoirement de postérieur et ce pour notre plus grand plaisir. Dès le premier titre éponyme, on en prend carrément plein la gueule : la production est monstrueuse, le son de basse se décalotte directement pour montrer à quel point il est brave et apte à la reproduction. « Contradiction » n'est pas un vulgaire loup Black Metal à la con qui vit en société et élève ses petits comme un père de famille modèle, montrant les dents seulement quand une bande de jeunes s'approche trop près du Scenic garé dans l'allée. Non, « Contradiction » est un putain de Dragon de Komodo, à l'instinct de chasseur-né qui putréfie la proie à la première morsure et va la chercher quand elle est morte. Il marche lentement, comme un gros reptile imposant, jusqu'à taper un sprint pour fondre sur la pauvre bestiole qu'il a pris en chasse (« Split My Tongue » et son blast-beat final décapant). Et puis, pour être massif, c'est sûr qu'il l'est (deux disques de quarante minutes chacun quand même) mais quand on regarde pareil bestiole à l’œuvre, on ne s'ennuie pas un instant. Non, cet album des Suisses, c'est une vraie chasse sauvage, un Man Vs Wild abusé dans sa version la plus Black Metal.

Enfin, Black Metal certes, mais pas que puisqu'en y faisant attention, on trouve aussi une bonne louche de Death, de Doom pour la lourdeur et un soupçon de post-itude histoire d'être satanique mais quand même un peu dans l'actualité (les petites interludes en clair comme sur « Provoking Spiritual Collapse » et son final ou encore l'excellente introduction de « Serpent Silence »). Un cocktail auquel le géant américain Prosthetic a donné les moyens nécessaire à la réussite d'un projet d'une telle envergure. Le tout est chapeauté d'un artwork signé Metastazis, puisque Metastazis sort un artwork pour à peu près tout les projets sataniques ou intéressants qui sortent sur la planète Terre. C'est joli oui, on a vu mieux quand même de la part de Valnoir. Par contre, le T-Shirt est absolument collector, avec l'inscription « Rien n'est vrai qui soit faux, rien n'est faux qui soit vrai ». Amis philosophes voilà le merch rêvé pour briller dans votre prochaine soirée mondaine.

On aurait pu avoir un peu les jetons puisque mixer comme ça des passages très lents et très axés sur l'ambiance et des blast-beats n'étais pas forcément un choix simple à mettre en pratique. Mais rassurez-vous, l'aspect limite cheesy des mélodies fondent le tout à l'intérieur du morceau comme si de rien n'était. Les passages les plus nerveux se contentent de remodeler légèrement les notes en les accélérant pour obtenir la vitesse nécessaire, le tout conservant finalement une certaine rondeur.
Sorti de ça, on observe donc deux parties dans cet album, logiquement agencées par disque. Le premier CD est somme toute classique, présentant le groupe et sa façon de faire particulière. Vu que ça fait tout drôle au début, on en prend carrément pour son grade tellement la recette est efficace, burnée et prenante en terme d'émotions. Le second disque est quant à lui un peu plus imprévisible, sortant des carcans proposés et distillant plus de riffs tordus (« Golden Light ») et d’accélérations temporaires. Dans les deux cas, le mélange est diablement réussi et si l'on discerne clairement les deux actes composant l’œuvre, elles restent intimement liées et de qualité équivalente. On semble trouver dans le concept une dualité entre l'aspect réel et l'aspect spirituel, ce qui explique probablement le choix de cette double galette.

Richesse instrumentale donc (tant les pistes de guitares s'entremêlent, parfois avec un côté surprenant (le riff Flamenco vers 3.30 minutes sur le titre éponyme)) mais richesse vocale également : le vocaliste nous gratifie de chuchotements, chants, cris, grunts, growls, etc... La grande variation des registres sert assurément l'album n'hésitant pas à aller piocher dans le bidouillage audio pour plus de puissance (« The Inner World » absolument bluffant sur sa partie en reverse). D'un coup, on se dit quand même que c'est vachement bien et on va faire un tour sur Metal-Archives pour situer un peu d’où vient tout ce beau monde. Si les membres du groupe sortent de formations plutôt inconnues, le staff et les guests expliquent un peu la claque présente. Jugez plutôt : Michael Zesch (du SOS Studios responsable d'Hell Militia, Ascension, Secrets Of The Moon...), V. Santura (membre de Tryptikon, ex-Celtic Frost, Dark Fortress et producteur d'Obscura...), Filip Dupont (Gorath), Frederyk Rotter (C.R.O.W.N.) et j'en passe. L'équipe de production derrière Schammasch est tellement imposante qu'elle explique le rendu du disque, sa qualité mais qu'elle a presque une allure de complot Suisse pour régner sur le monde. D'ailleurs, en lisant les références on a plus moins une idée du cocktail livré ici, toutes étant des inspirations notoires (sauf Obscura vu que ça n'a rien à voir avec l'histoire, l'influence Death serait plutôt à chercher dans un "Demigod" ou un "Lucifer Incestus"...).

Incroyable que Schammasch, sorti de nulle part après un premier disque passé complètement inaperçu en 2010, déboule de chez Prosthetic avec ce blockbuster orthodoxe massif, puissant et d'une densité rarement atteinte mais paradoxalement passé à la trappe par la majorité du public Black Metal. Pavé conséquent, ambitieux et indubitablement réussi, « Contradiction » est l'album sauce Satan le plus risqué, émouvant et dévoué de cette année. Un disque qui risque de se faire sa place dans les tops du mois de Janvier prochain...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

15 COMMENTAIRE(S)

Serpent7 citer
Serpent7
20/11/2014 15:22
A bah j'étais persuadé metanazi zut alors
Invité citer
excelwhite
20/11/2014 04:57
Cette pochette je la trouve juste excellente ,une parmi ses meilleurs.
Invité citer
Metanazi
20/11/2014 00:19
La pochette de Behemoth est l’œuvre de Denis Forkas, pas de Metastazis.
Serpent7 citer
Serpent7
19/11/2014 19:47
Valnoir peut se renouveler je pense, la pochette du dernier behemoth est magnifque

http://www.metalinjection.net/wp-content/uploads/2014/01/Behemoth_TheSatanist_coverart.jpg
C'est juste que depuis le ascension une tripotée de groupes de bm doivent lui demander la même chose

Invité citer
Metanazi
19/11/2014 19:28
Bof ça a toujours été moche mais pratique pour déceler l'épilepsie. Un peu de géométrie fluo et 3 serpents qui se tournent autour, bonjour tristesse.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
19/11/2014 10:04
note: 8.5/10
Sangarn a écrit : Je commence a faire une overdoze de Metastazis ...

Ouais, moi aussi, maintenant, ça devient juste "joli", mais ça n'a plus le même impact qu'auparavant.
Sangarn citer
Sangarn
18/11/2014 21:39
Je commence a faire une overdoze de Metastazis ...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
18/11/2014 19:22
note: 8.5/10
Streker a écrit : Et leur premier album il vaut quoi ?

Au vu des extraits que j'ai écouté, ça m'a pas paru transcendant mais je vais redonner une chance, sait-on jamais.
Streker citer
Streker
18/11/2014 19:16
Et leur premier album il vaut quoi ?
BBB citer
BBB
18/11/2014 15:47
note: 8/10
Assez proche dans l'esprit à Secrets Of The Moon.
Mais un poil trop "policé" cependant avec effectivement un coté "post" peut-être trop poussé par endroits.
Du "lourd" quand même.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
12/11/2014 18:25
note: 8.5/10
tasserholf a écrit : Faut que je vois tout ça vu comme t'as l'air d'apprécier Fesh, mais le moceau que j'ai écouté était un poil (voire toute une mèche) trop lent, trop doom quoi, pour moi.

Insiste, mets-toi au calme dans la canapé et laisse tourner tranquille. C'est un disque dans lequel il faut vraiment se plonger mais vu ce que tu aimes, tu devrais adhérer sans problème.
tasserholf citer
tasserholf
12/11/2014 17:37
Faut que je vois tout ça vu comme t'as l'air d'apprécier Fesh, mais le moceau que j'ai écouté était un poil (voire toute une mèche) trop lent, trop doom quoi, pour moi.
Deathcrumble citer
Deathcrumble
11/11/2014 22:44
Les 2-3 morceaux que j'ai écouté sont vraiment plaisants, merci pour la découverte ! Je vais approfondir ca au plus vite.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
10/11/2014 19:18
note: 8.5/10
Ouaip c'est bien Metastazis qui a fait l'artwork de "Consolamentum" ainsi que celui-ci comme dit dans la chronique. Et pas mal d'autres d'ailleurs !

Après, c'est justement ce côté Post-BM qui m'a séduit dans l'approche relativement fraîche que propose Schammasch et qui se démarque de la "concurrence". Mais c'est vrai que ce détail peu gêner, je conçois !

Invité citer
Rillettes
10/11/2014 19:03
Fort probable que l'artwork ait été réalisé par le même bonhomme qui a fait celui de "Consolamentum".

Quant à la qualité du truc, c'est du lourd : des ambiances superbes, tout est parfaitement maîtrisé. Petit reproche personnel : le côté post-bm un poil trop présent dans certains passages alors qu'une approche plus bm orthodoxe aurait été plus efficace.

Mais je chipote, faut l'écouter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Schammasch
Black / Death / Doom sauce Orthodoxe
2014 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.58/10
Webzines : (12)  8.55/10

plus d'infos sur
Schammasch
Schammasch
Black / Doom / Orthodoxe / Ambient - 2009 - Suisse
  

vidéos
Golden Light
Golden Light
Schammasch

Extrait de "Contradiction"
  

tracklist
Disc 1

01.   Contradiction
02.   Split My Tongue
03.   Provoking Spiritual Collapse
04.   Until Our Poison Devours Us
05.   Crown

Disc 2

01.   The Inner Word
02.   Serpent Silence
03.   Golden Light
04.   JHWH

Durée : 84.00 min.

line up
parution
19 Mai 2014

voir aussi
Schammasch
Schammasch
Sic Lvceat Lvx (Rééd.)

2015 - Prosthetic Records
  
Schammasch
Schammasch
Triangle

2016 - Prosthetic Records
  

Essayez aussi
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Predatory Light
Predatory Light
Predatory Light

2016 - Invictus Productions
  
Into Coffin
Into Coffin
Unconquered Abysses

2019 - Terror From Hell Records
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  

Yoth Iria
Under His Sway (EP)
Lire la chronique
Ghostemane
Anti-Icon
Lire la chronique
Ritual Suicide
Nocturnal Haematolagnia
Lire la chronique
Sad
Misty Breath of Ancient For...
Lire la chronique
Origin'Hell
Realm Of The Necromass
Lire la chronique
Shit Life / Noisy Neighbors
Competitive Victimhood (Spl...
Lire la chronique
Incinerate
Sacrilegivm
Lire la chronique
Life's Question
A Tale Of Sudden Love And U...
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Mestarin kynsi
Lire la chronique
Defeated Sanity
The Sanguinary Impetus
Lire la chronique
Lilim
Weighted Ghosts
Lire la chronique
Necrowretch
Welcome To Your Funeral (Live)
Lire la chronique
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Sp...
Lire la chronique
Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique