chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Body - Master, We Perish

Chronique

The Body Master, We Perish (EP)
Des sirènes annonçant une catastrophe imminente, puis un vent de panique. Difficile de faire plus adapté pour lancer Master, We Perish. Là où d'autres endossent le rôle de prédicateurs, The Body lui est le bras porteur de mort. Son existence ne se justifie que par sa volonté de briser l'Homme, comme le laisse si bien deviner la pochette. Cette entité bicéphale nous impose une violence dont la pureté n'a d'égale que sa détermination à frapper, encore et toujours, jusqu'à ne laisser plus qu'un charnier derrière lui. Le maître mot de The Body est simple : la punition.

La condition mentale du groupe ayant dépassé l'instabilité, il aime à nous entraîner avec lui dans son tourbillon de folie intérieure dès « The Ebb And Flow Of Tides In A Sea Of Ash », qui sans introduction pose déjà le contexte : éprouvant, aussi bien pour le corps que l'esprit. Vous avez déjà la boule au ventre et les tripes serrées, symptômes inhérents au mauvais pressentiment ? Attendez un peu que cette voix de harpie rentre dans l'équation pour vous poursuivre jusque dans vos cauchemars les plus profonds. The Body ne faisant aucun compromis et visant la musique la plus carnassière possible, on peut penser à This Gift Is A Curse, car les Américains se rapprochent de ces derniers de par leur approche extrémiste de l'acharnement sonore.

Cependant, là où I, Guilt Bearer ne se refusait rien et pillait sans gène tout ce qu'il y a de plus méchant aux rayons hardcore et metal – ainsi qu'un certain feeling industriel – pour en réaliser une parfaite synthèse, The Body se contente pour nous cogner dessus d'un apparat bien plus simple et épuré – tout en lui restant assez personnel et ô combien effrayant. Chip King et Lee Buford le prouvent sur un « The Blessed Lay Down And Writhe In Agony » dénué de toute transition digne de ce nom, si ce n'est un coup de shotgun qui fait résonner la lourdeur de la frappe du duo dans ce qui subsiste de boîte crânienne après détonation. Le mot « finesse » leur est donc étranger.

The Body s'amuse avec nos vies comme le ferait un enfant lors d'une « expérience » avec un petit animal, car c'est ce que nous sommes à ses yeux : d'insignifiantes créatures. La cruauté dont il fait preuve durant Master, We Perish semble lui échapper, de la même façon qu'un bambin écrasant un vers de terre ne se demande pas si ce qu'il fait est bien ou mal. Les fléaux que la paire fait s'abattre sur nous sont façonnés froidement, à son image, l'empathie étant aussi à bannir de son lexique. Un gros quart d'heure suffit pour se faire à l'idée que The Body appartient à la race de ceux ne se s'embarrassant pas de vains salamalecs dans le but de rendre leur musique attrayante, alors que l'objectif est de placer l'auditeur dans la position la plus inconfortable possible.

J'avoue prendre un malin plaisir à me laisser martyriser par ces deux psychopathes, car leur démarche jusqu'au-boutiste fait écho en moi. Je ne parle pas de « l'honnêteté » qui fait souvent débat, mais de matière concrète comme l'indéniable ferveur avec laquelle The Body s'applique à punir envers et contre tout. Nul doute qu'un certain nombre restera sur le bord de la route après ces 3 titres, notamment à cause du chant. Seulement pour ceux qui en redemandent toujours même une fois à terre, sachez que si cet EP représente l'adieu à la vie, l'album suivant lui incarne le passage dans l'autre monde, et croyez-moi, c'est une douleur encore bien plus insupportable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
12/12/2014 14:23
ça ne doit pas être une bonne idée de débuter une éducation musicale avec ça, mais la 1ère face du Christ Redeemers, débarrassé de toute notion de morbidité, fait office de berceuse imparable.
un 1er choix pour les après midi grincheuse


l'EP j'ai écouté vite fait, pas retenu grand chose.
Dysthymie citer
Dysthymie
06/12/2014 15:23
FleshOvSatan a écrit : Je n'ai accroché qu'à "Christ, Redeemers" personnellement. P'tet que je ré-écouterais cet EP un beau jour.

Itou !
KPM citer
KPM
13/12/2014 15:01
note: 4/5
Plus j'écoute de la musique down tempo, plus je suis convaincu que la lenteur est le meilleur vecteur émotionnel pour ce qui est assimilé au négatif : malaise, peur, nostalgie, angoisse etc. Il y a quelques groupes qui me crispent d'une façon difficilement descriptible : Damad, Dystopia, Abandon par ex. L'intro du deuxième morceau de cet EP, c'est pareil.

Je te conseille tout de même d'écouter Christs, Redeemers sur lequel on peut dire que The Body arrive à maturité.
tasserholf citer
tasserholf
05/12/2014 18:20
Ha... Une voix surcriée et sous mixée, des sons indus très lents et très distos, des patterns répétés à l'excès et quelques samples ça vous fait peur ?

Je suis vraiment admiratif sur la capacité de certains à ressentir des émotions aussi diverses et les traduire en mots à l'écoute d'un album comme ça. Je n'arrive à ressentir que la violence et la nostalgie. La peur est une émotion que je connais (j'aurais pas la prétention de n'avoir peur de rien ce serait con) mais que je n'arrive pas à retrouver dans une musique ou un film, et vraiment très rarement dans un bouquin. Je suppose que ça dépend fortement du vécu de chacun.

Bref tout ça pour dire que j'ai écouté et je me suis fait un peu chier... Dommage.
KPM citer
KPM
13/12/2014 15:02
note: 4/5
Krokodil a écrit : Une cour de récréation, ce disque. Préférence pour les camps de concentration du suivant.

Ouai, c'est assez désordonné et un peu naïf dans l'exécution, mais alors ils ne se posent aucune question là-dessus et c'est justement ce qui rend le disque bien brutal pour moi.

Je vais faire Christs, Redeemers le plus tôt possible. L'étape du camp est déjà passée chez moi, c'est plus la fosse commune baignant dans les cris d'agonie intérieurs des autres victimes (les chœurs et arrangements vocaux filent les miquettes putain).
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
05/12/2014 14:59
Je n'ai accroché qu'à "Christ, Redeemers" personnellement. P'tet que je ré-écouterais cet EP un beau jour.
Krokodil citer
Krokodil
05/12/2014 10:08
note: 1.5/5
Une cour de récréation, ce disque. Préférence pour les camps de concentration du suivant.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Body
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (4)  3.13/5
Webzines : (7)  3.4/5

plus d'infos sur
The Body
The Body
Industrial / Noise - 1999 - Etats-Unis
  

vidéos
The Ebb And Flow Of Tides In A Sea Of Ash
The Ebb And Flow Of Tides In A Sea Of Ash
The Body

Extrait de "Master, We Perish"
  

tracklist
01.   The Ebb And Flow Of Tides In A Sea Of Ash
02.   The Blessed Lay Down And Writhe In Agony
03.   Worship

Durée : 17 minutes 59 secondes

line up
parution
16 Avril 2013

Essayez aussi
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  
Yerûšelem
Yerûšelem
The Sublime

2019 - Debemur Morti Productions
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique