chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Katatonia - Brave Murder Day

Chronique

Katatonia Brave Murder Day
Parler de "Brave Murder Day", c'est quelque part, toucher au mythe, à un album qui a fait et fait encore aujourd'hui office de référence dans le milieu du metal dépressif. Bon nombre de groupes s'en sont inspirés et le cite encore comme référence. Ayant découvert Katatonia par l'autre bout (il y a de ça 5 ans avec "Tonight's Decision" notamment), j'ai mis un long moment avant de me décider à l'acquérir, je ne sais pour quelle raison... Peut être la peur d'être déçu tellement j'aime leur nouveau style.

Et puis, finalement, la claque. C'est dans ce genre de moment que l'on réalise à quel point on est passé à côté de quelque chose pendant tant d'années. Si vous adorez leurs dernières productions, sachez que "Brave Murder Day" n'a rien à voir. La première époque du combo est plus tournée vers le doom (voir quasi-death) et à part les deux morceaux que l'on pourrait qualifier d'expérimental (pour le groupe) que sont "Day" et "Endtime", le reste de l'album utilise joyeusement les guitares lourdes et la voix gutturale de Mikaël Akerfeldt !!! Et oui, ce n'est pas Jonas qui hurle sur cet album (ce dernier n'y arrivant plus), mais leur ami de longue date et aussi chanteur d'Opeth, Mikaël qui apporte sa voix d'outre tombe à peine sortie de "Morningrise". C'est par contre Jonas qui assure le chant clair et bien qu'il soit encore hésitant et plutôt rare, on reconnaît déjà sa voix douce et fragile qui fera la marque de fabrique des albums qui suivront.

Pour en revenir à la musique, on touche presque ici à la perfection, le talent des suédois étant désormais incontestable. Les mélodies sont magnifiques, envoûtantes et la musique est lancinante, vous entraînant dans un tourbillon de noirceur et de tristesse duquel il vous sera difficile d'en sortir. Le groupe alterne habilement les passages lourds avec murs de guitares et tempo très lents, et passages plus atmosphériques, tout en conservant une ambiance unique et dépressive. Les titres sont assez longs dans l'ensemble (les deux tiers dépassant les 6 minutes) et possèdent également un petit côté Opeth première période plutôt agréable (surtout dans la composition des guitares et dans le côté progressif). Il n'y a qu'à écouter les excellents "Brave" et "12" pour se rendre compte à quel point Katatonia a travaillé avec ses tripes, tellement la profondeur émotionnelle de ces morceaux est grande.

Des défauts, oui, cet album en a. La production tout d'abord est assez moyenne. Bien que le son soit correct (quoiqu'un peu bas), le mixage n'est vraiment pas génial, les guitares rythmiques étant rétrogradées au second plan et la batterie (et la double pédale surtout) se retrouvant devant. Et musicalement, c'est la batterie qui pêche (et oui encore...) par sa simplicité : le jeu de batterie de Jonas est vraiment très répétitif et sommaire. Il est clair que le style ne nécessite pas d'avoir Gene Hoglan ou Martin Lopez derrière les fûts, mais un peu plus de richesse à ce niveau là n'aurait pas été de refus. Quant à l'artwork, je le trouve très réussi, même s'il faut admettre que le livret est un peu pauvre en informations (avec seulement des extraits de paroles).

Pour conclure, "Brave Murder Day" est un disque qui ne souffre pas du nombre des années et qui n'en souffrira jamais. Les suédois ont fait preuve ici d'un éclat de génie qui a déjà fait entré ce second album, au pantheon des chef d'oeuvres metalliques. Alors certes, la production est moyenne, certes, il possède quelques imperfections, mais ces détails n'ont que peu d'importance face à l'émotion qui se dégage de ces 40 minutes de noirceur. Katatonia termine la première période de son existence en nous délivrant un chef d'oeuvre, avant de voguer vers d'autres horizons...

DOSSIERS LIES

October Tide, l'autre destinée de Katatonia
October Tide, l'autre destinée de Katatonia
Septembre 2010
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

colin.lmbrt citer
colin.lmbrt
05/11/2018 23:16
note: 9.5/10
Pour moi le meilleur de leur discographie, l'un de mes albums préférés tous groupes confondus!
Sreen citer
Sreen
30/01/2016 20:58
note: 8/10
Album sympas , mais qui ne permet pas de récolter plus de 8/10 car trop homogène à mon goût , on à l'impression d'écouter la même chansons à chaque fois , dommage..
NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 01:45
note: 9/10
Selon moi, le meilleur album (1ère période) du groupe !
DarkLord citer
DarkLord
09/02/2006 20:26
note: 8.5/10
Un album de dark proprement génial et triste.
Mitch citer
Mitch
06/05/2005 18:47
note: 9/10
Je me le réécoute et c'est proprement magnifique, que ce soit l'ambiance dégagée, le chant de Jonas, les mélodies entêtantes des titres comme "12" ou "Endtime" et ce son qui me rappelle fortement un Crimson (même prod oblige): c'est beau.
Borealis citer
Borealis
12/10/2004
Quel album! Je vais encore me faire traiter de borné mais qu'est-ce-que c'est mieux que le Katatonia d'aujourd'hui!!

Des ambiances irréelles, des riffs ultra-répétitifs mais qui passent comme une lettre à la poste! La synthèse parfaite entre lourdeur et mélancolie avec la voix death de Monsieur Åkerfeldt parfaitement mixée. Le tout pour un album vraiment atypique dans le monde du metal, ni vraiment dark comme certains veulent l'étiqueter, ni vraiment doom mais un peu tout ça à la fois...

Bravo les gars! Si vous aviez pu continuer sur cette voie...
narog citer
narog
09/10/2004
D'un autre côté beaucoup de styles musicaux viennent d'une étiquette à la con posée par le groupe lui même.
Le fait est que Dissection a commencé à sortir des chôse en 90 et leur premier album en 93 et que Bethlehem ont commencé en 92 et que "Dark Metal" est sorti en 94.
Je ne sais pas de quand date l'auto qualification de Dissection mais en soi elle n'a pas moins de valeur que celle de Bethlehem, d'où la distinction (qui a, je trouve, son importance pour différentier le -- sweedish -- Dark Metal du War Metal au lieu d'utiliser le bâtard "Black/Death"Clin d'oeil.
Dead citer
Dead
08/10/2004
note: 9/10
Ok alors je vais mettre Dark Metal. Désormais, je saurai ce que c'est Sourire
Holy citer
Holy
08/10/2004
Dissection n'a jamasis fais de Dark Metal (du moins pas du vrai)

c'est une auto-étiquette qu'ils se sont collé pour fair cool! c'est comme Impaled Nazarene avec leur Nuclear
Metal

Le vrai Dark Metal c'est comme les groupe que Géro a cité!
narog citer
narog
08/10/2004
Bien que ne connaissant pas des masses cet album, je lui préfère, et ce nettement, son prédécesseur, le génial Dance Of December Souls.

Pour ce qui est du "Dark Metal", c'est tout connement le nom du premier Bethlehem. Depuis c'est utilisé pour qualifier les mélanges à base de Doom et de Black.
... mais aussi, en effet, pour les groupes pratiquant un mélange Black/Death dans la veine de Dissection (s'entend veine mélodique).

Pour clarifier les chôses on peut parler de "Suicidal Dark" et de "Sweedish Dark".
Jayraw citer
Jayraw
08/10/2004
Le dark, y'en a plusieurs "sortes"
Katatonia (old), Bethlehem ou encore les nouveaux Forgotten Tomb sont des albums de dark, les influences sont simplement pas les memes qu'avec Dissection.
Dead citer
Dead
08/10/2004
note: 9/10
Du Dark Metal ???? C'est plutôt Dissection qui fait du dark metal, non ?
Chri$ citer
Chri$
08/10/2004
bah, tant qu'il dit pas que c du heavy ou du néo, on devinera plus ou moins la tendance générale de l'album, c ce qui compte Clin d'oeil

dire que je l'avais vu en occaz à Gibert et que je n'avais pas osé le prendre, ne connaissant point le groupe à l'époque...
Jayraw citer
Jayraw
08/10/2004
Dark Metal, pas Doom rohdijiou

sinon sympa la kro.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Katatonia
Dark metal
1996 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (25)  8.76/10
Webzines : (19)  9.06/10

plus d'infos sur
Katatonia
Katatonia
Metal/rock dépressif - 1991 - Suède
  

écoutez
tracklist
01.   Brave
02.   Murder
03.   Day
04.   Rainroom
05.   12
06.   Endtime

Durée totale : 41:12

line up
voir aussi
Katatonia
Katatonia
My Twin (EP)

2006 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Viva Emptiness - 10th Anniversary Edition (Rééd.)

2013 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Live Consternation (Live)

2007 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Tonight's Decision

1999 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
The Great Cold Distance

2006 - Peaceville Records
  

Essayez aussi
October Tide
October Tide
Rain Without End

1997 - Vic Records
  
Nightfall
Nightfall
Astron Black And The Thirty Tyrants

2010 - Metal Blade Records
  
Bethlehem
Bethlehem
Sardonischer Untergang Im Zeichen Irreligiöser Darbietung

1998 - Red Stream
  
Iskald
Iskald
The Sun I Carried Alone

2011 - Indie Recordings
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Sleep Of The Angels

1999 - Century Media Records
  

Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique