chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Defeater - Travels

Chronique

Defeater Travels
Ah oui, Defeater, quelle histoire ça aussi... Avec leur concept qui raconte les périples d'une famille dans l'Amérique d'après-guerre, quelle drôle d'idée ! Et puis, faire la tournée dans un tour-bus expressément modifié pour rouler au bio-carburant, non mais c'est un bordel ça, s’agirait de grandir hein, s'agirait de grandir... Mais, on va quand même parler de « Travels » tout simplement parce que c'est ce qui se fait de mieux dans le genre hein, son of a bitch. D'accord, faisons comme ça.

Bon, si je fais des références cinématographiques faciles et humoristiques, c'est peut-être que je me voile la face, « Travels » n'ayant rien de comique même si on peut y déceler un petit quelque chose pas tant éloigné du septième art qu'on voudrait bien le croire. Rien que la pochette déjà, ça ne vous rappelle pas un « Coffee & Cigarettes » de Jarmusch ? Bon, la thématique n'a rien a voir (encore qu'on pourrait tirer des points en commun, comme l'aspect narratif/tranches de vie ou la dimension musicale) mais l'esthétique m'y fait personnellement un peu penser. Et puis, la trame de Defeater dans toute sa carrière fait franchement penser à un film en plusieurs volets, avec ce côté initiatique et descriptif des paroles, allant vraiment dans le sentiment et dans l'écriture visuelle. Le passage sur « Everything Went Quiet » par exemple, avec l'histoire du train est tellement bien écrit qu'on s'imagine sans problème la scène dans notre tête, la batterie reprenant le motif rythmique d'une locomotive. Non franchement, conceptuellement parlant, ils bossent chez Defeater, en tout cas au moins autant que leurs potes de « The Wave » qui s'en tirent tous très bien à ce niveau. Mine de rien, ce n'est pas si courant quand un concept est si important pour apprécier l'univers d'un groupe et c'est ici parfaitement le cas puisque c'est très réussi.

Musicalement, Defeater a des troubles de la personnalité, du genre bipolaire voire carrément schizophrène. Il suffit de prendre « Blessed Burden » comme exemple qui démarre sur les chapeaux de roue, riffing Hardcore et matraquage de batterie inclus avant de finalement dériver sur un riff beau à en pleurer et limite fleur-bleue. Singulier mais franchement accrocheur puisque le choc des deux univers musicaux qui se rencontrent au sein de chaque titre fait le sel de ce « Travels » en tout point remarquable. Parfois chaotique (« Forgiver, Forgetter » sur sa première partie), parfois post-quelque-chose (« Cowardice », long titre final en forme de conclusion et de transition pour la suite) et parfois carrément louche (« Prophet In Plain Clothes » et son final comprenant deux minutes et des bananes de folk acoustique surprenant, certes, mais seyant à l'ambiance comme la mini-jupe en faux cuir rouge convient à la prostituée sur le retour), Defeater mixe les univers sans trop se soucier du qu'en diras-t-on. On citera aussi « The City By Dawn », chargé dès le début d'un riff presque New-York-Hardcore ralentissant progressivement pour se métamorphoser en décharge brute de puissante tristesse.

C'est clair que nos lascars du jour ont le sens du riff et savent en plus le placer au moment adéquat mais pas seulement. Celui qui fait forte impression c'est le vocaliste Derek Archambault qui a la capacité d'animer son texte comme s'il était dans un petit Théâtre Hardcore. Tantôt habité, tantôt confiné, tantôt débitant des paroles aux allures de déclarations solennelles, le brave homme se livre à cent pour cent, permettant au passage de sublimer les compositions et d'y apporter une grosse touche de subtilité. Chaque mot semble être raccroché aux notes, rendant le tout encore plus prenant. Et en plus, il s'adjoint l'aide du vocaliste de Verse pour injecter la juste dose de fragilité comme on le voit sur cette fameuse interlude Dylanienne. Je peux légitimement lui tirer mon chapeau puisque sans lui, cette première livraison du combo ne serait qu'un très bon disque et pas un album culte comme c'est le cas aujourd'hui.

Parce que oui, « Travels » est culte. Non seulement pour le retentissement qu'il a eu partout et pour le nombre de groupes qu'il a inspiré mais surtout parce qu'il est au plus près de l'humain, de sa sensibilité et, fait peu commun, de son passé. Là où les autres définissent des émotions présentes à un instant T, Defeater fait la même chose en prenant en compte les traumatismes anciens, les blessures enfouies et les souvenirs de l'enfance. Au travers de son concept, Defeater développe ses personnages, leur offrant une psychologie et donc une proximité évidente pour l'auditeur qui s'attacherait presque aux déambulations de ces êtres fictifs. Bien sûr, la musique est étudiée pour correspondre au mieux et même s'il rentre dedans, l'album ne néglige jamais l'ambiance au profit d'une efficacité basique, privilégiant les petits chemins sinueux aux autoroutes mélodiques.

Il n'y a finalement aucun hasard en ce qui concerne le fait que Defeater occupe aujourd'hui cette place de leader du Hardcore Mélodique quand on analyse un peu la tonne de travail présente sur ce « Travels », tant en terme de nouveautés musicales que de conceptualisation tenant la route de A à Z. Ce premier disque de Bostoniens est tout simplement parmi ce qui se fait de mieux dans le genre, captivant son auditeur à chaque écoute et l'incitant à appuyer sur « Play », encore, encore et encore.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
04/02/2015 17:07
note: 9/10
Et bien merci pour cette précision que j'ignorais !
gregwar citer
gregwar
04/02/2015 14:15
Après enquete suite à une nouvelle écoute il s'agit effectivement de Connor Orbest de Bright Eyes qui interprète cet intermède folk. Pas étonnant donc que ça y fasse penser.
gregwar citer
gregwar
03/02/2015 09:59
je découvre ce groupe avec cet album suite à la lecture de la chronique. le passage folk du milieu de l'album fait beaucoup penser au meilleur de Bright Eyes, même chant poignant, même ambiance, même détresse.
Krokodil citer
Krokodil
10/12/2014 08:30
note: 8/10
Boston's finest. Les mecs sont ultra constants, pas un raté pour l'instant.
KPM citer
KPM
10/12/2014 01:03
note: 8.5/10
Mon album de Defeater préféré serait un best-of entre Travels et Empty Days à vrai dire, mais si l'on garde les pieds sur Terre, je vais dans le sens du collègue en dessous. Un groupe qui me colle des frissons et me fais serrer les dents à chaque fois, il n'y a que Witness de Modern Life Is War qui atteigne ces sommets-là pour moi.

But there's no forgiveness here,
No hope beyond that pier.
AxGxB citer
AxGxB
09/12/2014 18:47
note: 8/10
Disque incroyablement bien fichu. La chronique lui rend bien justice. Personnellement, j'ai tout de même tendance à lui préférer le tout aussi recommandable "Lost Ground". Un EP particulièrement chargée émotionnellement parlant et tout aussi intense.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Defeater
Hardcore Mélodique
2008 - Bridge Nine Records / Topshelf Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (8)  8.38/10
Webzines : (14)  8.17/10

plus d'infos sur
Defeater
Defeater
Hardcore Mélodique - Etats-Unis
  

tracklist
01.   "Blessed Burden"
02.   "Everything Went Quiet"
03.   "Nameless Streets"
04.   "Forgiver Forgetter"
05.   "The City by Dawn"
06.   "Prophet in Plain Clothes" (feat. Sean Murphy of Verse)
07.   "Carrying Weight"
08.   "Moon Shine"
09.   "The Blues"
10.   "Debts"
11.   "Cowardice"

Durée : 32.09 min.

line up
parution
16 Septembre 2008

voir aussi
Defeater
Defeater
Empty Days & Sleepless Nights

2011 - Bridge Nine Records
  
Defeater
Defeater
Abandoned

2015 - Epitaph Records
  

Essayez aussi
Poison The Well
Poison The Well
The Opposite Of December

1999 - Trustkill Records
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
Twelve Tribes
Twelve Tribes
Midwest Pandemic

2006 - Ferret Music
  
Darkest Hour
Darkest Hour
Godless Prophets & The Migrant Flora

2017 - Southern Lord Recordings
  
Twitching Tongues
Twitching Tongues
In Love There Is No Law

2013 - Closed Casket Activities
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique