chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dephosphorus - Ravenous Solemnity

Chronique

Dephosphorus Ravenous Solemnity
Qui attendait Dephosphorus si haut dans le palmarès de la fin d'année ? Probablement pas grand monde puisque si ce combo en est déjà à son deuxième disque, c'est personnellement la première fois que j'entends parler de ces Grecs et de leur style autoproclamé « Astrogrind ». Ouais, il y a de ça, du Grind, du Black Metal, du Hardcore sur les bords et un soupçon de Death par ci par là. Ce qui est sûr c'est que « Ravenous Solemnity » s'impose comme un disque fort, décapant et bougrement bien balancé. C'est carrément une petite claque qui surgit à la première écoute et c'est donc largement suffisant pour en parler un peu sur Thrashocore.

Dephosphorus fait preuve d'une grande capacité à prendre le meilleur des styles cités, ce qu'on pourrait résumer en deux mots qui techniquement en font trois : « le bon goût ». Là où l'on en manque énormément sur certains disques, comme le récemment chroniqué Bastard Sapling, « Ravenous Solemnity » axe l'intégralité de sa musique sur une fusion qualitativement imparable de dissonances Black, de lourdeur Death, d'énergie Hardcore et de violence Grind. Que du bon en d'autres termes et évitant avec talent le Sludge, histoire de ne pas se noyer dans la masse de groupes fusionnant actuellement le Black, le Hardcore et le Sludge. Tout ces éléments confèrent une originalité non négligeable qui permet aux grecs d’apparaître uniques, ce qui n'est pas une mince affaire. Si ce cocktail est franchement prometteur sur le papier, on pouvait être cependant inquiet en appréhendant une telle promesse. Rassurez-vous, c'est impeccable.

Pour faire simple, on rapprocherait le groupe d'un Dragged Into Sunlight, d'un Anaal Nathrakh ou d'un CTTTOAFF plus Black, plus propre et plus mélodieux. Dès les premières notes de « Reversed Into Contraction », on est happés dans l'ambiance grâce à ce riff d'outre-tombe dissonant délivré par les guitares à la fois engluées et pourtant très limpides. C'est sûr qu'avec une ouverture de ce calibre on attaque l'écoute avec une pêche peu commune. La voix du vocaliste est une des choses qui saute aux yeux puisque ce dernier hurle de manière Hardcore mais avec parfois de petits accents de dévotion complètement Black Metal. On sent que le bonhomme est habité par son chant et il n'y a franchement rien de plus agréable dans le cas d'un disque qui mise sur l'ambiance. D'ailleurs son comparse guitariste ose également le chant clair rituel, par exemple sur « Astroclyte Portal » et on peut franchement dire que le bougre s'en tire avec les honneurs tant ses interventions dans ce registre tapent en plein dans le mille. Techniquement aucun problème non plus, la production somme toute assez claire sert les parties les plus touchantes et les musiciens se démènent pour sortir des riffs parfois inattendus afin de faire sursauter l'auditeur. D'ailleurs, le batteur est assez remarquable, fait cependant prévisible au vu de la liste sans fin de groupes auxquels il a participé (Dodsferd, Ravencult, Thou Art Lord...).

Mais plus que tout, « Ravenous Solemnity » est un album qui a sa propre personnalité : lancinante, opaque et développée dans chacun des quinze titres présents. Ce qui est d'ailleurs assez remarquable, c'est la facilité avec laquelle le combo pose son style, son aspect planant et tordu sur des titres de moins d'une minute. Là ou nous sommes plutôt habitués à des titres longs, Dephosphorus fait au moins aussi bien en terme de ralentissements et de trips noircis en moitié moins de temps. Cet album est un voyage de nuit, une vision de friches industrielles rouillées et désaffectées. Seulement, quand vous levez la tête au dessus des usines, on peut voir la voie lactée et sa lumière pâle, rendant finalement beaux les déchets de l'industrie humaine. « False Vacuum » est un très bon exemple de cette conjugaison de blast-beats et de cette manière savante de détourner un riff brutal en riff finalement malsain et distordu. Tout est décidément très bien construit, enchaîné et étudié dans cet album. On notera également quelques courts solis, comme sur « Storming The Sloan Wall », qui permettent de renforcer l'aspect volontairement chaotique de certaines parties.

Vous l'aurez compris, Dephosphorus, c'est du très lourd qui fait vraiment du bien. Un album melting-pot qui paraît très étudié tout en conservant un aspect volontairement foutraque servant clairement les ambiances. Un bien beau job de la part des grecs qui s'assurent avec ce disque une fort belle place dans les surprises de cette année 2014.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Serpent7 citer
Serpent7
29/12/2014 22:31
Le chant est un peu trop étouffé par les instrus
tasserholf citer
tasserholf
19/12/2014 10:54
note: 9/10
CROM a écrit : Dis donc "Ta Sœur", tu vois du punk partout . Et si tu te mettais à en écouter, pour de vrai ?
J'veux dire , il y a autant de rapport entre ce Dephosphorus (sympathique au demeurant grâce à un son de basse couillu notamment, mais le chant est particulièrement à côté de la plaque) et le punk... qu'un sketch de Dieudonné avec un truc drôle. Sourire

Comme si j'en écoutais pas xD Mais boum tchak boum tchak effrénés et voix qui hurle = punk.

ps : tu noteras que je n'ai pas dit que c'était du punk mais que ça en avait l'énergie.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
19/12/2014 10:42
note: 8.5/10
Streker a écrit : J'ai cherché un peu partout pour me le procurer. Il n'est dispo qu'en version vinyl ?



Tout à fait cher monsieur.
Streker citer
Streker
19/12/2014 10:34
J'ai cherché un peu partout pour me le procurer. Il n'est dispo qu'en version vinyl ?

Invité citer
CROM
18/12/2014 20:44
Dis donc "Ta Sœur", tu vois du punk partout . Et si tu te mettais à en écouter, pour de vrai ?
J'veux dire , il y a autant de rapport entre ce Dephosphorus (sympathique au demeurant grâce à un son de basse couillu notamment, mais le chant est particulièrement à côté de la plaque) et le punk... qu'un sketch de Dieudonné avec un truc drôle. Sourire















Deathcrumble citer
Deathcrumble
18/12/2014 17:11
Sacré découverte merci, je connaissais pas du tout, je vais écouter ca en entier au plus vite !
tasserholf citer
tasserholf
18/12/2014 15:03
note: 9/10
Ce disque donne la patate, tout comme son prédécesseur, tout en étant plus léché, plus abouti.

J'ai eu peur qu'ils aient perdu cette urgence punkisante qui fait leur originalité dans le black à tendance cosmique mais pas du tout.
Krokodil citer
Krokodil
18/12/2014 14:39
note: 6.5/10
C'est le genre de disque fourre-tout où j'ai toujours l'impression qu'on cale les idées au chausse-pied : y'a plus de place, mais on veut quand même que ça rentre.
AxGxB citer
AxGxB
18/12/2014 13:58
Cool de voir le groupe chroniqué sur Thrashocore. Le premier était déjà très bon mais je n'ai pas encore pris le temps d'écouter celui-ci. Ta chronique donne envie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dephosphorus
Astrogrind / Blackened Death-Hardcore
2014 - 7 Degrees Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (4)  7.96/10

plus d'infos sur
Dephosphorus
Dephosphorus
Grindcore / Crust / Black Metal - 2008 - Grèce
  

tracklist
01.   Reversed Into Contraction  (3:02)
02.   There Is A Color  (2:54)
03.   Ancient Drone  (2:27)
04.   Dark On Dark  (1:34)
05.   Astrocyte Portal  (3:20)
06.   Storming The Sloan Wall  (2:56)
07.   False Vacuum  (3:33)
08.   Ravenous Solemnity  (4:03)
09.   Towards The Cold, Mysterious Infinity  (2:28)
10.   Hammer Of Logic  (2:53)
11.   A Fountain Of Daggers  (3:28)
12.   Buried Alive In Obsolescence  (3:18)
13.   Glorification Of The Anti-Life Equation  (3:33)
14.   Vicious Infinite Regress  (2:35)
15.   The Blood Runs Red  (1:47)

Durée : 44.01 min.

line up
parution
10 Février 2014

voir aussi
Dephosphorus
Dephosphorus
Impossible Orbits

2017 - Selfmadegod Records
  

Sick Of It All
Wake the sleeping dragon
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast
Requiem
Global Resistance Rising
Lire la chronique