chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

ZOM - Flesh Assimilation

Chronique

ZOM Flesh Assimilation
ZOM est un trio irlandais originaire de Dublin formé en 2011. Le groupe compte à son actif deux démos ainsi qu’un EP et a sorti en novembre dernier son premier album intitulé Flesh Assimilation. Celui-ci est paru sous forme de collaboration entre Invictus Productions et Dark Descent Records, autant dire qu’il est donc plutôt bien-né. Aussi, malgré tout l’intérêt que je porte pour le groupe depuis maintenant plus de deux ans, je dois bien reconnaître que je n’explique toujours pas pourquoi ses précédentes réalisations sont toutes passées sous silence... Il fallait bien la sortie d’un premier essai longue durée pour corriger, en partie, ce fâcheux oubli.

Illustré par Zbigniew Bielak, Flesh Assimilation attirera aisément le regard de l’auditeur un tant soit peu curieux. A ce titre, l’artwork est en effet particulièrement réussi et ne se limite pas au simple format de la pochette que vous pouvez apercevoir ici à votre droite. En effet, le travail du Polonais s’étire sur deux autres feuillets (voir l'image à la fin de cette chronique), prenant ainsi sa véritable mesure. On y distingue encore un peu plus aisément la patte de celui qui a collaboré par le passé avec Absu, Demonomancy, Entombed A.D., Mayhem, Vader ou encore Watain.

Au risque de me faire taper sur les doigts par certains ayatollahs de l’étiquette, la musique de ZOM renvoie à mon sens autant au Death Metal version suédoise circa 80/90 qu’au Punk/Crust cradingue et contestataire d’un Discharge, Anti-Cimex voir même d’un His Hero Is Gone. Une manière de boucler la boucle puisque comme vous devez le savoir, le Death Metal des années 80 n’est qu’un dérivé du Thrash lui-même dérivé du Punk/Hardcore qui, en parallèle, à également engendré le Crust. Ça va, vous arrivez à suivre? Toujours personne pour me taper sur les doigts?

De l’énergie, le trio en a donc à revendre et c’est assurément l’un des atouts de ce premier album. D’ailleurs, ceux parmi vous ayant eu l’opportunité de les apercevoir sur scène ne me contrediront probablement pas à ce sujet. Une urgence palpable tout au long d’un Flesh Assimilation mené tambour battant, le couteau entre les dents, au rythme d’une batterie hystérique qui n’aura de cesse de mettre à mal vos chères petites oreilles. Une frénésie empruntée au Grindcore le plus sauvage atteignant ici son paroxysme lors de ces séances de blasts ultra Punk, presque bordéliques mais toujours absolument jouissives. Et lorsque Sabbac ne blast pas, les séquences en mode tchouka-tchouka et d-beat (plus ou moins rapides) prennent le relai offrant alors un groove à vous filer la trique ("Tombs Of The Void" à 1:17, "Hordes From The Cursed Realms" à 0:38 ou 1:18, "Gates To Beyond" à 2:30, "Conquest" à 1:18, "Illbeings Unspeak" à 1:28, "Dead Worlds" à 1:33, "The Depths" à 1:04 et 3:08, "Flesh Assimilation" à 1:15 et 2:02). Entre les deux, on trouve également son content de breaks ou de passages brises-nuques (les premières secondes de "Hordes From The Cursed Realms" ainsi qu’à 2:00, l’introduction bien Hardcore de "Gates To Beyond", "Dead Worlds" à 2:52, le début de "Flesh Assimilation" ainsi qu’à 2:42) venus ainsi prêter main-forte à ce raz de marée rythmique, comme pour mieux plier la volonté de l’auditeur aux bons désirs d’un ZOM punitif et extrêmement revanchard. On trouve aussi quelques passages nettement moins soutenus et en comparaison beaucoup plus lourds (la première minutes de "Dead Worlds" par exemple) qui viennent ainsi casser le rythme et apporter un semblant de demi-mesure à ce disque radical et éprouvant.

Loin d’en rester là, ZOM n’y va pas avec le dos de la cuillère en matière de riffing. Tout aussi bas du front que son collègue Sabbac, Sadomaniac impose à sa guitare un rythme d’enfer au son de riffs d’une simplicité déconcertante naturellement héritée du Punk (trois/quatre notes balancées dans l’urgence la plus totale) et dont l’efficacité n’a d’égale que l’énergie dispensée ici par ZOM en l’espace de seulement trente-deux minutes. Quelques notes suffisent ainsi à ce grand barbu portant décidément très bien son pseudonyme pour tout détruire sur son passage, se fendant même de quelques solos bien crados à l’image de "Tombs Of The Void" à 1:58 et 3:02, "Hordes From The Cursed Realms" à 1:31, "Illbeings Unspeak" à 2:04 ou encore "Dead Worlds" à 3:40. Matt Calvert, patron du label Dark Descent faisait ainsi la promotion de l’album sur Facebook en affirmant en substance que si l’on n’appréciait pas Flesh Assimilation alors c’est qu’on n’appréciait tout simplement pas les bons riffs. Bien qu’assez radicale comme affirmation, je serais pourtant enclin à partager ce point de vu tant ce premier album recèle de moments de bravoures incroyables à vous faire pleurer de bonheur. Jouissif du début à la fin, ces riffs sont probablement trop nombreux pour être cités même si l’on retiendra à titre d’exemple ceux de "Tombs Of The Void", "Hordes From The Cursed Realms", "Gates To Beyond", "Dead Worlds", "The Depths" ou encore "Flesh Assimilation". Bref, ça déglingue et chaque nouvelle écoute me donne ainsi l’irrépressible envie de me fracasser la tête contre les murs et de foutre des mandales à tout le monde autour de moi.

Finalement, il n’y a bien que cette réverb’ sur les voix pour venir éventuellement gâcher le plaisir de certains. Et si en concert celle-ci a pu être pénalisante, un pas en avant a néanmoins été fait depuis la première démo. Bien qu’exagérée, elle est ici tout à fait acceptable et correspond tout à fait à l’esprit Punk/Death old school revendiqué par ZOM. Arrachées ou plus profondes, les voix éructent avec violence, rage et conviction comme en provenance d’un étrange cosmos. Une marque de fabrique tout à fait particulière qui en laissera probablement certains sur le bord de la route mais qui dans l’absolu ne gâche en rien le plaisir éprouvé à l’écoute d’un Flesh Assimilation ultra frontal.

Certains disques s’apprivoisent, se domptent, demandent du temps et parfois même beaucoup d’abnégation avant d’être appréciés à leur juste valeur. A l’inverse, d’autres s’imposent violemment à nous, par la force des choses (brutale et/ou frontale). Flesh Assimilation fait évidement parti de cette seconde catégorie. Un disque sans fioriture (à peine quelques samples accompagnant le début ou la fin de certains morceaux), destructeur et nihiliste dont la frénésie n’a d’égale que le génie d’un ZOM avançant les tripes à l’air, dans une attitude de défi en se fichant bien de savoir ce que l’on peut penser de lui.


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sreen citer
Sreen
23/03/2016 21:46
note: 9/10
Comme le dit Ax un album vraiment rentre dedans sans fioriture , le genre d'album qui te donne envie de sauter dans le pit emporter par cette tornade death 'crustyser'
KPM citer
KPM
03/01/2015 13:00
note: 8.5/10
Je sais déjà où je vais le mettre celui-là. Un album parfait pour retourner son salon en se rasant le crâne pendant un circle-pit endiablé.
AxGxB citer
AxGxB
02/01/2015 09:28
note: 8.5/10
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
ZOM
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.67/10
Webzines : (13)  7.43/10

plus d'infos sur
ZOM
ZOM
Death Metal - 2011 - Irlande
  

tracklist
01.   Tombs Of The Void
02.   Hordes From The Cursed Realms
03.   Gates To Beyond
04.   Conquest
05.   Illbeings Unspeak
06.   Dead Worlds
07.   The Depths
08.   Flesh Assimilation

Durée : 32:21

line up
parution
24 Novembre 2014

Essayez aussi
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Lantern
Lantern
Subterranean Effulgence (EP)

2011 - Internecion Productions
  
Ancient Crypts
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)

2014 - Mushantufe Productions
  
Perdition Temple
Perdition Temple
The Tempter's Victorious

2015 - Hells Headbangers Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Vile

1996 - Metal Blade Records
  

Album de l'année
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique
Keys of Orthanc
Dush agh Golnauk
Lire la chronique
Godskill
The Gatherer Of Fear And Blood
Lire la chronique
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Totalitarian
Bloodlands (EP)
Lire la chronique
Malenuit
Incandescente (EP)
Lire la chronique
Kampfar
Ofidians Manifest
Lire la chronique
Murdryck
Födelsen
Lire la chronique