chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
128 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Obituary - Inked In Blood

Chronique

Obituary Inked In Blood
Les premiers albums d’Obituary ont beau être des références du death metal et avoir été des albums de chevet dans mon adolescence, il faut avouer que depuis l’excellent (oui oui) « Back From The Dead » le groupe s’est embourbé dans son propre style, multipliant les sorties sans grand intérêt, frôlant même l’électroencéphalogramme plat sur un « Darkest Day » dont Minus et Cortex avaient bien mesuré le potentiel débilitant.

C’est donc avec un détachement certain limite je-m-en-branle-total que j’accueillis la nouvelle d’un successeur à l’album le plus dispensable de la discographie des Floridiens. Et je ne parle même pas de l’épisode crowdfunding pour financer un album qui finira par sortir chez Relapse… Pourtant à ma grande surprise, les deux ou trois extraits ayant filtré avant la sortie semblaient augurer d’un léger mieux. En bon félin ébouillanté j’attendais donc de juger sur pièce.

J’avoue volontiers avoir été agréablement surpris par un album qui renoue avec quelques qualités des anciennes sorties du combo à l’image d’un opening track qui ne s’embarrasse pas en fioritures pour deux minutes qui n’auraient fait tache sur aucun des albums précédents. Le groupe aurait-il retrouvé sa superbe ? N’exagérons rien mais force est de constater qu’il y a du mieux. Serait-ce l’arrivée de Kenny Andrews dont les leads font le plus grand bien aux compos (« Violent By Nature », « Back On Top », « Violence », « Deny You », « Out Of Blood ») qui aurait apporté un nouveau souffle à un groupe moribond ? Ce serait peut-être un peu excessif mais reconnaissons que ses interventions solistes – à défaut d’avoir réellement apporté une touche personnelle au riffing immuable du groupe – frappent plutôt juste (contrairement à celles d’un Santolla en décalage total avec le style du groupe). En parallèle d’une approche plus frontale (« Centuries Of Lies », « Violence », « Minds Of The World » ) Obituary renoue également ici avec leur facette plus groovy tant décriée par certains à la sortie de l’excellent (oui oui) « Back From The Dead ». Nombre de titres arboreront ici en effet un groove salvateur (« Visions In My Head », « Back On Top », « Minds Of The World » ) qui, savamment dosé, participera à éviter l’effet de lassitude rédhibitoire sur les dernières productions des Américains.

Bien évidemment tout n’est pas si rose et même s’il y a indubitablement du mieux, « Inked In Blood » est loin d’être exempt de défauts. Une prod de batterie un peu trop sèche, passons. Surtout Obituary n’évite pas l’écueil de compositions pataudes sans grand intérêt venant ralentir fâcheusement la dynamique d’ensemble tel « Pain Inside », « Inked In Blood », « Within A Dying Breed » ou encore une « Deny You » dont le riffing principal indigent n’aurait même pas sa place sur une première démo d’adolescents ayant débuté la musique quinze jours plus tôt. Le milieu d’album s’en ressent donc fortement et l’on se serait largement accommodé d’une coupe franche des titres sept à neuf, ce qui n’aurait pas été un luxe l’album frôlant les cinquante minutes (ce qui est bien trop vu le style pratiqué). Mais le principal questionnement soulevé après la parution des quelques extraits concernait la performance vocale de Môssieur John Tardy himself, éructeur émérite depuis un quart de siècle chez les nécrologiques. Le timbre de voix semblait en effet quelque peu éraillé et moins puissant. Honnêtement il n’y a à mon humble avis pas de quoi crier au loup car si l’intensité est peut-être un peu moindre, on s'y fait très rapidement et le chant du frontman reste malgré tout fidèle à lui-même (lui qui a été tant de fois singé !).

Finalement « Inked In Blood » et sa mignonne pochette s’avère être plutôt une agréable surprise, surtout venant d’un groupe qui avait depuis bien longtemps creusé sa propre tombe. Alors Obituary, back from the dead ? Peut-être bien. Certes le riffing est toujours aussi basique (d’aucuns diraient pauvre) mais c’est une marque de fabrique du groupe. Certes ce nouvel opus ne propose pas une once de nouveauté mais qui en aurait douté ? Certes l’album ne fera pas le poids face à un « Slowly We Rot » ou « World Demise » mais qu’importe vu d’où l’on partait dernièrement. Il reste probablement le plus difficile pour le groupe maintenant : confirmer ce qu’on pourrait appeler – toutes proportions non gardées – une renaissance.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

KPM citer
KPM
02/02/2015 17:50
note: 7/10
Si on aime Obituary je vois pas trop comment on peut détester cet album, première ou millième écoute peu importe. C'est du classique de chez classique avec un retour au son de la période Roadrunner.

S'attendre à un Cause Of Death 2.0 quand il n'y a aucune trace de James Murphy dans le line-up ? Espérer un John Tardy au summum quand Slowly We Rot date d'il y a 25 ans ? Restons lucides et apprécions un bon album d'Obituary en 2015.
sylvain citer
sylvain
02/02/2015 14:37
Ca faisiat longtemps qu'Obituary nous avait sorti un bon album! Clair qu'il ne vaut pas les premiers mais il se laisse écouter avec plaisir. L'arrivée du nouveau soliste a été bénéfique c'est certain.
BBB citer
BBB
02/02/2015 13:42
note: 9/10
Meilleur Obituary depuis 20 ans!
Et pourtant je l'ai détesté aux premières écoutes (merci gulo de m'avoir fait voir la lumière).
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
02/02/2015 09:27
note: 6.5/10
On est d'accord dans l'ensemble. J'étais catastrophé à la 1ère écoute, sans doute parce qu'inconsciemment j'attends toujours un album du niveau des 4 premiers. Et puis John Tardy a pas mal perdu, surtout sur le titre d'ouverture où on se demande ce qui lui arrive! Un peu dommage le son de batterie également. Sinon Kenny Andrews assure plutôt pas mal. Bien aimé "Back On Top" qui sonne comme du vieux Biohazard.
gulo gulo citer
gulo gulo
01/02/2015 12:22
note: 8/10
Du bonheur en tranches juteuses.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Obituary
Death Metal
2014 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (8)  7.88/10
Webzines : (34)  7.63/10

plus d'infos sur
Obituary
Obituary
Death Monolitique - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Centuries of Lies
02.   Violent by Nature
03.   Pain Inside
04.   Visions in My Head
05.   Back on Top
06.   Violence
07.   Inked in Blood
08.   Deny You
09.   Within a Dying Breed
10.   Minds of the World
11.   Out of Blood
12.   Paralyzed with Fear

Durée : 49'04

line up
parution
27 Octobre 2014

voir aussi
Obituary
Obituary
Xecutioner's Return

2007 - Candlelight Records
  
Obituary
Obituary
The End Complete

1992 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Dead (Live)

1998 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Slowly We Rot

1989 - Roadrunner Records
  
Obituary
Obituary
Cause Of Death

1990 - Roadrunner Records
  

Essayez aussi
Incantation
Incantation
Vanquish In Vengeance

2012 - Listenable Records
  
Thorium
Thorium
Ocean Of Blasphemy

2000 - DieHard Music
  
Carnation
Carnation
Chapel Of Abhorrence

2018 - Season Of Mist
  
Cromlech
Cromlech
Eschatological Horrors (Compil.)

2017 - Dark Blasphemies Records
  
Interment / Brutally Deceased
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)

2013 - Doomentia Records
  

Moribund Scum
Only Death
Lire la chronique
Slave Hands
No More Feelings
Lire la chronique
Enepsigos
Wrath of Wraths
Lire la chronique
AODON pour l'album "11069"
Lire l'interview
Meshuggah
I (EP)
Lire la chronique
Bismuth / Undersmile
Split (Split 12")
Lire la chronique
Anhedonist / Spectral Voice
Abject Darkness ​/ ​Ineffab...
Lire la chronique
Tzun Tzu
The Forbidden City (EP)
Lire la chronique
Primitive Man
Steel Casket (Démo)
Lire la chronique
Coma Wall / Undersmile
Wood & Wire (Split 12")
Lire la chronique
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")
Lire la chronique
METALHERTZ - S03E01 - Le power metal parodique
Lire le podcast
Black Curse
Endless Wound
Lire la chronique
Thanatos
Violent Death Rituals
Lire la chronique
Moongates Guardian
Cold Waters of Anduin
Lire la chronique
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique