chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sink - The Process

Chronique

Sink The Process
« Imaginez donc, hommes, une chose impossible, absurde, démentielle, incroyable et terrible. Imaginez que le monde entier s'arrête subitement, à un moment donné, et que toutes choses demeurent en l'état où elles sont, que tous les hommes s'immobilisent telles des statues, dans l'attitude qui était la leur à cet instant, dans l'acte qu'ils allaient effectuer […]. Voyez-les dans leurs postures les plus répugnantes et les plus ridicules, les plus fatigantes et les plus sottes ; voyez l'homme surpris dans son pesant sommeil, la bouche entrouverte, pareil à un cadavre ivre […]. Et maintenant, si vous en avez encore la force, imaginez les pensées de tous ces hommes condamnés au même instant à avoir conscience de leur mort. Croyez-vous qu'il s'en trouvera un seul – un seul homme, vous m'entendez bien – un seul qui soit ravi et satisfait de cet instant où le destin l'a ainsi figé ? Croyez-vous que pour un seul de ces hommes ce soit là le moment de Faust, l'instant beau que nous souhaiterions arrêter, fixer, conserver pour l'éternité ? Vous ne le croyez guère, vous ne pouvez pas le croire ! » (Papini, Le miroir qui fuit)

Une mort consciente. Voilà ce que propose Sink avec The Process. Ce groupe originaire de Finlande – pays dont quelqu'un a justement dit qu'il était « le Japon de l'Europe » – peut paraître une bizarrerie de plus d'une contrée qui en a déjà apportées beaucoup. Pourtant, le trio a avec cet album franchi une toute autre dimension, entre doom, ambient et drone.

Une pensée. Celle que décrire une musique faisant autant passer Unholy ou Fleshpress pour des choses terrestres est un rêve. Celle qu'une expérience rappelant autant la mort – non pas son rituel ou sa tristesse comme on peut en avoir l'habitude en musique, mais son état, indifférent et inéluctable – puisse être transmise est un objectif que je laisse à de meilleurs scribouillards que moi. The Process ne se décrit pas, ne se vit pas non plus : il se subit, prenant pour départ une envie d'introspection qui va trop loin, trop loin dans le délitement, trop loin dans l'intention de se replier sur soi-même, enlevant chaque couche de vie, chaque mouvement à notre personne, la rendant statique trente-neuf minutes durant et dont on se réveille à chaque fois étrangement nerveux, étranger au monde physique encore quelques instants. Mais point d'onirisme, de décors merveilleux ici : plutôt une dureté d'une blancheur aveuglante, muette, totale.

Un souvenir. Celui d'une crise de nerf. D'un lendemain de journée à trop travailler et de nuit sans sommeil. D'un jour d'été où je regarde par la fenêtre. Une lumière intense, âpre, qui renforce temporairement la couleur des arbres avant de l'engloutir. Des jambes qui ne me tiennent plus. Une minute passée sur un parquet froid sans envie de me relever, de penser, rien. Une « absence ».

Une peur. Celle que cela se renouvelle. Non pas de simplement mourir – j'avoue ne pas faire grand cas du mien – mais, de nouveau, de n'avoir rien à en penser, rien à en ressentir, d'être insensible à cette idée. L'erreur de Papini : croire que rester statique et horrifié soit la chose la plus terrible. Ne rien avoir à en faire, comme Sink nous le transmet sur The Process, est la véritable terreur.

Un avertissement. Celui usuel quand on parle de musique aussi stérile, cruelle, minimale : elle n'intéressera pas tout le monde. Elle ennuiera certains. Qu'ils se considèrent chanceux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
04/02/2015 20:04
note: 9/10
DJIZZUS, le son que t'entends quand tu passes de l'autre côté.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/02/2015 10:05
note: 10/10
LE disque de descente de kétamine.
lkea citer
lkea
04/02/2015 13:38
note: 10/10
En écoute et téléchargement libre sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sink
Drone / Doom / Ambient
2008 - Kult Of Nihilow / Kaos Kontrol
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (4)  9.38/10
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Sink
Sink
Psychedelic (Neo)Folk / Ambient - 2002 - Finlande
  

tracklist
01.   Weakness (The Process)
02.   Ascension
03.   Deserted
04.   Receiving Silence
05.   Resignation
06.   Borderzone
07.   The Silence

Durée : 38 minutes 59 secondes

line up
parution
1 Avril 2008

voir aussi
Sink
Sink
Ark of Contempt and Anger

2016 - Svart Records
  
Sink
Sink
The Holy Testament (Compil.)

2013 - Svart Records
  
Sink
Sink
Permanence (Compil.)

2014 - Ominous Silence
  

Essayez aussi
Fvnerals
Fvnerals
The Light

2014 - Eerie Echoes / Throne Records
  
Fvnerals
Fvnerals
Wounds

2016 - Golden Antenna Records
  
The Poisoned Glass
The Poisoned Glass
10 Swords

2016 - Ritual Productions
  

Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique