chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Type O Negative - World Coming Down

Chronique

Type O Negative World Coming Down
Se taper, souvent à titre posthume, l’intégralité (ou presque) d’une discographie n’est jamais chose aisée. C’était déjà le cas avec Bolt Thrower, ça l’est encore avec Type O Negative dont je rechigne presque à faire les dernières chroniques qu’il me reste faute de savoir comment les aborder sans donner ni avoir la désagréable impression de me répéter inlassablement. Mais bon, ma dernière chronique sur le sujet (October Rust) remontant à août 2014, j’ai bon espoir que ceux d’entre vous qui liront ces quelques lignes auront déjà oublié tout ou partie de mes écrits au sujet de cet emblématique groupe new-yorkais.

Quoi qu’il en soit, restons factuel. World Coming Down est le cinquième album de Type O Negative sorti sur Roadrunner Records. Ce dernier voit le jour en 1999 et met en scène la ville de New-York depuis les berges du Brooklyn Bridge. Une vue imprenable sur Manhattan qui semble alors baignée dans un épais brouillard vert dont on distingue à peine les multiples gratte-ciels à commencer par ceux du World Trade Center aujourd’hui disparus. Quelques marqueurs visuels familiers (la couleur, la disposition du titre et du nom du groupe) comme pour mieux baliser le terrain. Oui, il s’agit bel et bien d’un album de Type O Negative. Pas de doute possible.

World Coming Down suit donc en toute logique les traces de son prédécesseur. Le groupe n’a d’ailleurs pas perdu son sens de l’humour à en croire "Skip It", titre d’introduction de quelques secondes qui donne l’impression d’un disque rayé. Comme pour October Rust et le titre "Bad Ground", nombreux sont ceux qui ont dû retourner voir leur disquaire... Ce nouvel album vient également confirmer le subtil virage amorcé depuis October Rust à savoir un désintérêt total du groupe envers ces quelques réminiscences Thrash/Hardcore largement perceptibles à l’époque de Bloody Kisses. Un choix finalement assez naturel à l’écoute de ce World Coming Down, album le plus Doom et mélodique de la discographie des new-yorkais. Pas de changement de cap à l’horizon mais une accentuation évidente de certains penchants à commencer par ces rythmes pesés toujours aussi sensuels. Le jeu de Johnny Kelly apparaît alors bien plus mesuré, à l’image de titres comme "White Slavery" ou "World Coming Down" dont les frappes tout en retenues, presque sporadiques sur certains passages, donnent l’impression d’une longue procession avançant péniblement dans un espace vide de tous repères. Mais le bonhomme à plus d’une corde à son arc et malgré une moyenne de BPM à rendre fou von_yaourt, force est de constater que son jeu n’en demeure pas moins toujours aussi personnel et original avec surtout ce qu’il faut de groove pour captiver l’auditeur. Quoi qu’il en soit, à l’exception du tubesque "Everything Dies" et du medley "Day Tripper" en hommage aux Beattles, World Coming Down est plutôt du genre à trainer la patte sur un rythme funéraire de circonstance (d’ailleurs, à l’exception des interludes toujours assez dispensables, tous les titres font au moins six minutes).

Une atmosphère dépressive et moribonde que Type O Negative cultive à travers une approche toujours aussi personnelle, en premier lieu grâce à un son qui n’appartient qu’à lui, tout en distorsion. La basse de Peter Steele bien sûr mais aussi la guitare de Kenny Hickey (à l’exception cependant des quelques solos et autres arrangements discrets ici et là). Ensemble, elles apportent ce fameux côté chaud et rugueux devenus depuis déjà belle lurette la marque de fabrique d’un Type O Negative au grain irrésistible. Le rôle de Josh Silver n'est pas à oublier lui non plus. Ses nappes de clavier offrent ainsi un panel de couleurs discrètes et multiples à cet album, jouant bien entendu principalement la carte Doom ténébreux et dépressif mais en y apportant néanmoins d'autres éléments plus variés que ce soit dans les samples ou les sonorités (je pense par exemple à ce côté hindou sur "World Coming Down" même s'il y en à d'autres).
Quant aux compositions en elles-mêmes, pas de surprise si ce n’est le point évoqué dans le paragraphe ci-dessus. Titres à géométrie variable et aux idées multiples, les morceaux de ce nouvel album nécessiteront toujours un peu de temps et d’écoutes avant d’être appréhender, principalement à cause de leur durée. Néanmoins, il est juste de dire que le groupe semble avoir rendu les choses plus faciles. Est-ce le rythme plus "posé" de ces compositions qui en est la cause? Ces quelques passages plus lumineux? Ou bien encore ces mélodies sombres parfois un peu sucrées devenues trop accessibles? Peut-être. Toujours est-il que World Coming Down s’assimile selon moi plus facilement qu’un disque comme October Rust ou même Bloody Kisses en dépit de ses quelques tubes. Car oui, cet album se veut particulièrement mélodique et pas besoin de le retourner dans tous les sens pour s’en rendre compte. Des mélodies parfois aguicheuses et faciles ("Everything Dies", "Pyretta Blaze", "Day Tripper (Medley)") mais le plus souvent extrêmement sombres et désabusées ("White Slavery", "Everyone I Love Is Dead", "World Coming Down"...). Une atmosphère dépressive et toujours aussi cynique qui en dit long sur l’état d’esprit d’un Type O Negative probablement au sommet de sa notoriété en cette année 1999.
Cette impression de non-retour émotionnel passe aussi par la voix suave et sexuelle d’un Peter Steele toujours aussi charismatique et virile malgré des paroles beaucoup moins portées sur le sexe. Il est ici davantage question de la Mort, des proches qui disparaissent ("Everyone I Love Is Dead", "Everything Dies"), de la drogue ("White Slavery", "Who Will Save The Sane?") et du non-respect de soi-même ("World Coming Down"). Des thèmes déjà abordés par Type O Negative par le passé mais qui prennent ici davantage d’importance.

World Coming Down s’inscrit en toute logique dans la droite lignée de ses prédécesseurs même s’il se révèle presque imperceptiblement différent, que ce soit musicalement ou bien dans les thèmes abordées ou plutôt non-abordés (le sexe, en filigrane ici). Il y a dans ce disque beaucoup moins de légèreté qu’auparavant. Cela se ressent sur le rythme, plus lent, plus morne, plus lourd mais aussi dans les mélodies qui ont perdu presque toute trace de frivolité gagnant de fait en noirceur. Bref, je crois avoir tout dit, j’en ai chié... On se retrouve dans six mois minimum pour la suite. D'ici là, bisous sanglant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
06/09/2016 20:02
note: 9.5/10
Peut-être un des albums les plus sombre et plombé que Type O ait sorti. Je l'adore.
Et le couple artwork/nom de l'album qui se révèle quasi prophétique à posteriori... ^^
Clair qu'il manque ct'enfoiré de Steele... et son humour aussi...
AxGxB citer
AxGxB
05/03/2015 13:06
note: 8.5/10
Je vais déjà continuer avec les deux successeurs de celui-ci ("Life Is Killing Me" & "Dead Again"). Je conclurai très probablement par celui qui manque mais, à ce jour, je ne l'ai toujours pas écouté... Clin d'oeil
Kedran citer
Kedran
07/03/2015 03:37
note: 8.5/10
gulo gulo a écrit : Un album qui plombe, une pochette qui troue, que demande le peuple ?

La résurrection de Peter Steele Moqueur

Blague à part encore un opus excellent de la part de Type O Negative. Peut être leur opus le plus sombre dans une discographie qui ne compte, selon moi, aucun faux pas (Tu finiras par parler du cas "The Origin of Feces AxGxB ?).

Excellente chronique en tout cas, pas besoin d'attendre 6 mois pour la prochaine haha.

Définitivement un grand groupe.
gulo gulo citer
gulo gulo
05/03/2015 10:07
note: 9/10
Un album qui plombe, une pochette qui troue, que demande le peuple ?
BBB citer
BBB
05/03/2015 09:07
note: 9.5/10
Peut-être mon préféré.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Type O Negative
Doom Metal
1999 - Roadrunner Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (14)  8.93/10
Webzines : (8)  8.21/10

plus d'infos sur
Type O Negative
Type O Negative
Doom Metal - 1990 † 2010 - Etats-Unis
  

vidéos
Everything Dies
Everything Dies
Type O Negative

Extrait de "World Coming Down"
  

tracklist
01.   Skip It  (00:11)
02.   White Slavery  (08:21)
03.   Sinus  (00:53)
04.   Everyone I Love Is Dead  (06:12)
05.   Who Will Save The Sane?  (06:41)
06.   Liver  (01:42)
07.   World Coming Down  (11:11)
08.   Creepy Green Light  (06:56)
09.   Everything Dies  (07:44)
10.   Lung  (01:36)
11.   Pyretta Blaze  (06:57)
12.   All Hallows Eve  (08:36)
13.   Day Tripper (Medley)  (07:04)

Durée : 74:04

line up
parution
21 Septembre 1999

voir aussi
Type O Negative
Type O Negative
Life Is Killing Me

2003 - Roadrunner Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Slow, Deep and Hard

1991 - Roadracer Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Bloody Kisses

1993 - Roadrunner Records
  
Type O Negative
Type O Negative
October Rust

1996 - Roadrunner Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Dead Again

2007 - Steamhammer Records (SPV)
  

Essayez aussi
Funeral
Funeral
In Fields Of Pestilent Grief

2002 - Nocturnal Music
  
Lord Vicar
Lord Vicar
Gates of Flesh

2016 - The Church Within Records
  
Avatarium
Avatarium
The Girl With the Raven Mask

2015 - Nuclear Blast Records
  
Monolithe
Monolithe
Epsilon Aurigae / Zeta Reticuli

2016 - Debemur Morti Productions
  
Reverend Bizarre
Reverend Bizarre
III - So Long Suckers

2007 - Spikefarm Records
  

Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique
Mournful Congregation + Ophis
Lire le live report
Corpsessed
Impetus Of Death
Lire la chronique
Blackrat
Dread Reverence
Lire la chronique
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies ...
Lire la chronique
Spiritwood
The Art of the Subliminal W...
Lire la chronique
Metalhertz #3 - "La folie des compositeurs"
Lire le podcast