chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
123 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Teitanblood - Death

Chronique

Teitanblood Death
Malgré sa très bonne réputation au sein de la scène underground, Teitanblood fait partie de ces groupes que je découvre sur le tard. Mes quelques écoutes succinctes d’un ou deux morceaux tirés, de mémoire, de la compilation Black Putrescence Of Evil ne m’avaient pas bousculé plus que de raison et j’avais donc préféré en rester là, imaginant bêtement que la suite ne pourrait m’intéresser. Et bien quelle erreur car si j’avais su, Death, dernier album du groupe sorti en mars 2014, aurait facilement pu figurer en haut de mon bilan annuel.
Pour ce qui est des présentations, Teitanblood est donc un groupe espagnol qui compte déjà derrière lui douze années d’existence, deux albums, deux EP, deux splits (en compagnie de Proclamation et Necros Christos), une démo ainsi qu’une compilation regroupant l’ensemble des titres de ces trois plus anciennes réalisations. Le groupe évolue depuis 2007 sous la forme d’un duo avec NSK (ex-Proclamation, ex-Ofermod) au chant, à la guitare et à la basse et J à la batterie (ex-Bloodoline).

Collaborant ensemble depuis 2009 et la sortie de son premier album intitulé Seven Chalices, c’est une fois de plus sur le label français Norma Evangelium Diaboli qu’est paru ce deuxième essai longue durée de Teitanblood. Longue durée, c’est le cas de le dire puisque Death culmine tout de même à plus de soixante-huit minutes! De quoi décourager plus d’un curieux à se lancer dans ce périlleux voyage. Heureusement, ce n’est pas le genre de détails sur lequel je m’arrête personnellement. Et puis de toute façon, comment ignorer un album illustré par Timo Ketola (Dead Congregation, Kaamos, Murder Squad, Verminous...) qui, pour l’occasion, s’est tout de même montré moins cradingue que d’habitude?

Sept titres, soixante-huit minutes et vous êtes toujours là à lire ces lignes? Alors c’est que vous êtes bien courageux et surtout prêt à en prendre plein la tronche pendant une heure et huit minutes particulièrement intenses et éprouvantes. Car si les compositions des Espagnols sont plutôt longues (entre quatre et seize minutes - même si les huit dernières minutes de "Silence Of The Great Martyrs" ne comptent pas vraiment), n’allez pas croire pour autant qu’elles laissent place à de longues séquences lumineuses, mélodiques ou aériennes. Non, non, vous vous trompez lourdement si vous imaginez que Teitanblood joue dans la cours de ces groupes de Black shoegaze contemplatifs! Au contraire, le duo se situe plutôt à l’extrême opposé avec une musique particulièrement radicale et oppressante qui ne laisse que bien peu de place aux passages moins tendus. Un Black/Death sauvage dont les premières secondes sont à l’image de tout l’album : agressif, excessif, punitif, jouissif.

Tout ce bordel, on le doit à une section rythmique particulièrement expressive à commencer par une batterie survoltée. Derrière ses fûts, J impose son rythme sans broncher une seule seconde. Une cadence particulièrement épuisante à base de blasts et autres séquences meurtrières dont le niveau d’intensité ne faiblit que très rarement, à l’occasion de quelques moments de répits providentiels où il vous sera possible de sortir la tête de l’eau pour enfin respirer. Sur ces passages massifs, Teitanblood va alors jouer la carte du contre-pied (à l’image du court "Unearthed Veins") comme pour mieux mettre en relief ces assauts incessants et quasi ininterrompus qui viennent saigner nos oreilles. Cette sensation est d’ailleurs renforcée par quelques conclusions abstraites (la transition entre "Plagues Of Forgiveness" et "Cadaver Synod" a de quoi vous faire faire un arrêt cardiaque) capables elles-aussi d’instaurer un climat tout aussi étrange et oppressant. Rien de bien nouveau mais une mise en exergue de l’atmosphère complètement schizophrène, presque hallucinée, qui règne à l’écoute de cet album tout à fait inquiétant
Et si la batterie semble tenir le rôle principal de cette section rythmique, celui des guitares n’est pourtant pas à oublier. Bien qu’assez compacte, la production signée Javier Félez (guitariste de Graveyard) offre une pleine lisibilité de ces riffs obscurs et tout aussi intenses. Un brin étouffée (donc légèrement en arrière dans le mix comparativement à la batterie), la guitare de NSK semble suivre le rythme imposé par J et son instrument de torture. Ces riffs aliénants font leur travail de manière peut-être moins évidente mais avec pourtant autant d’efficacité. Car si la batterie donne le sentiment de mener la dance, ce sont bien ces riffs tourbillonnants qui créent cette atmosphère de vide étouffant. Un jeu extrêmement bas du front néanmoins illuminé par de nombreux solos biens foutraques et agressifs.
Pour accompagner ces instruments de terreur, la voix arrachée et possédée d’un NSK en transe. Car finalement, c’est bel et bien lui qui mène la messe d’une voix fétide et maladive puant le souffre et la mort. Cet état de schizophrénie évoquée un peu plus haut est ici mis en avant par un chant aux intonations multiples qui ne servent qu’un seul et même but, celui d’établir une atmosphère sinistre et fuligineuse. Entreprise réussie sur toute la ligne. A noter également la participation discrète mais toujours fort sympathique de Chris Reifert d'Autopsy sur le titre "Burning In Damnation Fires".

Si les écoles néo-zélandaise et canadienne jouaient principalement à huis-clos dans le registre du Black/Death intense et blasphématoire, force est de constater que d’autres trublions se sont invités à la fête. Entre l’Amérique du Sud, l’Italie et maintenant l’Espagne, on compte un nouveau contingent de pays bien décidés à prendre leur place sur l’échiquier. En l’état, Teitanblood vient de marquer un sacré coup à la concurrence grâce à un deuxième album furieux et parfaitement maitrisé malgré une durée totale qui a de quoi effrayer et décourager. Car au-delà de la puissance pure de ce Death, c’est aussi son caractère presque "abordable" et le fait de ne pas subir cette durée a priori excessive qui surprend. Quoi qu’il en soit Death est du pain-béni pour les amateurs de Black/Death obscur, intense et furieux. Un disque qui aurait aisément mérité sa place dans mon bilan 2014.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
26/03/2017 20:10
Quelle dommage cette prod, je trouve que ça enlève énormément de puissance à la musique de ce groupe, notamment les guitares. Quand tu montes le son, du coup tu prends un surplus d’aiguës pas très agréables...
Parce que niveau compos, ça envoie tellement!
Sreen citer
Sreen
16/03/2016 20:32
note: 9.5/10
Grosse branlée cette album de noirceur , de violence brut durant tout l'album , je découvre seulement et je peut déjà dire que c'est un coup de coeur !
Kedran citer
Kedran
04/03/2015 21:06
note: 9/10
C'est vrai que c'est assez excellent, je ne connaissais pas du tout et je suis surpris de la facilité avec laquelle l'heure passe malgré la violence de l'ensemble. "Plagues of Forgiveness" est un sacrée tuerie.
AxGxB citer
AxGxB
03/03/2015 22:58
note: 9/10
Bah trois extrait sur sept, sachant que le morceau plus posé fait 3 minutes, t'as donc déjà écouté la moitié de l'album. L'autre est du même acabit. Donc oui, tu devrais tester Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
03/03/2015 19:31
C'est vrai que les extraits sont assez jouissifs et n'ennuient pas malgré leur durée. Cela dit j'ai peur de m'emmerder sur tout l'album. Faudrait que je le chope pour tester.
lkea citer
lkea
03/03/2015 18:20
note: 9/10
La grosse KATHARSIS et une chouette chronique !
But citer
But
03/03/2015 14:51
note: 8.5/10
Excellentissime ! Même si je lui préfère son prédécesseur
Dysthymie citer
Dysthymie
03/03/2015 12:09
note: 9/10
Une tuerie !
gulo gulo citer
gulo gulo
03/03/2015 10:12
note: 9/10
La transe. Necro-derviche tourneur cannibale.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Teitanblood
Black / Death Metal
2014 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (13)  8.92/10
Webzines : (7)  8.36/10

plus d'infos sur
Teitanblood
Teitanblood
Black / Death Metal - 2003 - Espagne
  

tracklist
01.   Anteinfierno  (04:57)
02.   Sleeping Throats Of The Antichrist  (12:27)
03.   Plagues Of Forgiveness  (09:43)
04.   Cadaver Synod  (11:20)
05.   Unearthed Veins  (03:46)
06.   Burning In Damnation Fires  (09:44)
07.   Silence Of The Great Martyrs  (16:36)

Durée : 68:33

line up
  • NSK / Chant, Guitare, Basse
  • J / Batterie

parution
13 Mars 2014

voir aussi
Teitanblood
Teitanblood
Accursed Skin (EP)

2016 - Norma Evangelium Diaboli
  
Teitanblood
Teitanblood
Purging Tongues (EP)

2011 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Prezir
Prezir
Contempt (EP)

2017 - Autoproduction
  
Demonomancy
Demonomancy
Throne Of Demonic Proselytism

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Lord Shades
Lord Shades
The Downfall of Fïre-Enmek

2008 - Autoproduction
  
Hell United
Hell United
HornoKracy

2008 - Lilith Productions
  
Vortex Of End
Vortex Of End
Fvlgvr.Lvx.Terror

2015 - Deadlight Entertainment
  

Mavorim
Der König Ist Tot (EP)
Lire la chronique
Helms Alee
Stillicide
Lire la chronique
Wolfkrieg
Wolvish Reign
Lire la chronique
Magic Circle
Departed Souls
Lire la chronique
Full Of Hell
Weeping Choir
Lire la chronique
Ataraxie + Dionysiaque + Mauvaise Foi
Lire le live report
Time Lurker / Cepheide
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Pissgrave
Posthumous Humiliation
Lire la chronique
Devin Townsend
Empath
Lire la chronique
Grimgotts
Dragons of the Ages
Lire la chronique
Fields of the Nephilim
Elizium
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Accursed (EP)
Lire la chronique
Warkunt
Of Ruins And Agony
Lire la chronique
Vision-Conquest-Discipline European Conquest 2019
Doombringer + Mgla + Revenge
Lire le live report
Zaum
Divination
Lire la chronique
Indian Nightmare
Taking Back The Land
Lire la chronique
Moloth
Reconquista
Lire la chronique
Soundgarden
King Animal
Lire la chronique
Le Canyon - S2//Épisode 4 - Rétro-Satanisme et tartinage à l’Italienne
Lire le podcast
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)
Lire la chronique
Mondfinsternis
Galdrastafir
Lire la chronique
PPCM #16 - Top 5 du Thrash qui tache
Lire le podcast
Nightfog Descends
Promo Tape 2018 (Démo)
Lire la chronique
Metalhertz - S02E03 - Surveillez le ciel!
Lire le podcast
Void Of Silence
The Sky Over
Lire la chronique
Keys of Orthanc
Dush agh Golnauk
Lire la chronique
Godskill
The Gatherer Of Fear And Blood
Lire la chronique
BLACK METAL 1990-1994 : Le top 10 / Le pas-top 3
Lire le podcast
Totalitarian
Bloodlands (EP)
Lire la chronique
Malenuit
Incandescente (EP)
Lire la chronique