chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
117 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dødheimsgard (DHG) - A Umbra Omega

Chronique

Dødheimsgard (DHG) A Umbra Omega
Voilà un retour attendu par beaucoup d'entre-vous. Dodheimsgard, auteur de deux très bons disques de True-Black, d'un « 666 International » absolument superbe et d'un « Supervillain Outcast » d'un niveau plus que correct (mais qui a une note de merde ici, alors qu'il ne la mérite vraiment pas) revient en 2015 avec un cinquième album longue durée, intitulé « A Umbra Omega ». Le premier extrait n'était franchement pas terrible et après l'accident industriel qu'a été le « Planet Satan » de Mysticum, revoir le Black Industriel norvégien pointer le bout de son nez via Peaceville n'était pas forcément de très bonne augure. Rassurez-vous, le DHG nouveau s'apprécie même s'il n'est franchement pas simple à aborder. Vous allez me dire que j'enfonce des portes ouvertes puisque rien n'est jamais simple avec nos cinq musiciens mais quand même, le petit dernier est encore plus étrange à appréhender que ses frères.

Six titres donc, dont cinq dépassant les dix minutes, le tout couronné par une pochette franchement agréable à l’œil et réalisée avec un bon goût qui se perd dans le Black Metal. Ambitieux, « A Umbra Omega » l'est, rien que par sa longueur franchement terrifiante au premier abord. Après une (trop?) courte introduction, « Aphelion Void » déboule toutes dents dehors et nous gratifie d'une très belle kyrielle de passages inventifs et bien ficelés. S'il m'avait très peu enthousiasmé lors de sa révélation au public, j'avoue que que cette entame a su se refaire une santé, notamment grâce à plusieurs écoutes, quelques détails finauds et surtout son insertion en tant que pièce d'un tout. Au registre des détails, le premier qui saute aux yeux est bien entendu le style inimitable des norvégiens dans les riffs Black qu'il est toujours bon de retrouver, mais ce n'est pas tout... A partir de la septième minute, l'ambiance change et devient vraiment prenante avec des guitares en Delay et une basse électronique surprenante, fraîche et bienvenue. Et ce n'est pas fini puisque le titre enchaîne avec une aura progressive des plus réussies, faisant un peu penser dans la thématique et l'agencement au « Valyria » de Nokturnal Mortum, l'ambiance étant évidemment différente ici.

Le nouveau disque du quintet serait-il progressif ? Il y a effectivement de ça puisque le côté industriel/électronique, s'il est toujours présent par instants, semble avoir été mis de côté pour se focaliser sur une approche plus organique, plus groovy et presque jazzy, notamment sur quelques passages de « God Protocol Axiom ». Les mécaniques de Dodheimsgard s'étirent sur des formats plus longs pour livrer un album conçu sur la distance comme une longue pièce de Black Progressif 2.0. On retrouve bien évidemment une grande richesse d'arrangements, de production et d'instruments divers et variés (comme le piano qui effectue quelques retours remarqués). Une des autres grosses interrogations concernant ce nouveau disque était le retour d'Aldrahn au chant, alors quid de ce coming-back du bonhomme responsable des folles parties vocales de « 666 International » ? S'il est un poil moins transcendant et que ses lignes rappellent plus le passé qu'elles ne nous envoient dans le futur, il reste plutôt convaincant. Là où D.H.G avait plutôt l'habitude de nous envoyer en avant dans le temps, cette dernière cuvée est tournée vers l'arrière, vers les souvenirs des géniteurs qui semblent avoir mis dans ces morceaux de nombreux fragments de leurs écoutes estampillés seventies.

Non, le petit défaut de ce Dodheimsgard cuvée 2015 serait plutôt sa densité. Le côté progressif s'il apporte un renouveau certain a le fâcheux inconvénient de paraître également un peu rébarbatif. Il faut s’accrocher pour arriver au bout du disque et avoir clairement envie d'enquiller de longues phases ou les riffs semblent un peu tourner en boucle. Même si c'est logique puisque ça va avec le concept de faire un morceau-disque fleuve, c'est tout de même le principal problème de « A Umbra Omega » : il manque de mélodies attrayantes et il faut se botter le cul plusieurs fois pour le remettre dans la chaîne et commencer à apprécier des fragments de l'album. De même, je trouve que la formation s'en tire nettement mieux sur les passages qui n'ont pas grand chose à voir avec le Black Metal pur et dur (par exemple, le passage vers deux minutes et demi sur « The Unlocking » avec la voix d'Aldrahn est bien plus marquant que les riffs BM qui débutent le morceau). Peut-être que le sempiternel riffing si cher à leurs sorties est un peu en train de perdre de sa superbe ? En tout cas, il a pour sûr perdu son effet de surprise.

Ne chipotons pas trop. Certes l'aspect labyrinthique – voire hermétique - poussé en freinera à coup sûr un grand nombre cependant « A Umbra Omega » reste un disque réussi qui fait oublier bien vite les échecs récents d'autres formations de Black Industriel. Chaînon manquant entre « 666 International », Ved Buens Ende et un album de Sun-Ra, ce nouveau DHG s'inscrit comme un « 21st Century Schizoid Man » dans sa version Black Metal. S'il n'est pas le meilleur album des norvégiens, il reste néanmoins d'une qualité non-négociable, qui après plusieurs défrichages attentifs livrera à son auditoire de très bons moments de musique. En somme, un D.H.G. « moyen » est un très bon album qui surplombe largement la masse. Qu'on se le dise !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Serpent7 citer
Serpent7
26/03/2015 21:14
note: 7.5/10
J'ai tellement attendu cet album que je suis un peu aigri, je m'attendais a la révolution haha !
Autrement je me branle sur sinmara Mr Green
Kedran citer
Kedran
26/03/2015 01:08
note: 8.5/10
Après on peut se toucher pendant des heures, on est bien obligé d'avouer que cet album bute Sourire
Serpent7 citer
Serpent7
26/03/2015 01:08
note: 7.5/10
2)En somme, un D.H.G. « moyen » est un très bon album qui surplombe largement la masse. Qu'on se le dise ! "

La chronique la plus juste que j'ai vu sur cet album, c'est hallucinant le concert de louanges qu'il reçoit dans de nombreux webzines...
Dodheimsgard reste malgré tout sur ses acquis, après avoir bouffé du black metal a la sauce Ved Buens Ende pendant de nombreuses années ( coucou dso ?) ça devient un peu redondant.
Et maintenant tu as toute la vague islandaise a la svartaudi qui fait des petits mon dieu....


Dysthymie citer
Dysthymie
11/03/2015 11:41
note: 8.5/10
Ikea a écrit : FleshOvSatan a écrit : Dysthymie a écrit : Perso je n’apprécie pas Supervillain Outcast" . Puis style, vous n'avez jamais descendu un album ? Mr Green

C'est franchement mal me connaître. Jamais je n'oserais...


Mais lol Mr Green


Ah ! Ah ! Ah !
Stockwel citer
Stockwel
11/03/2015 11:15
J'ai hâte de l'écouter, je n'ose pas lire la chro pour ne pas être influencé mais je n'ai pas pu m'empêcher de regarder la note.
Et je n'ai écouté aucun extrait, je préfère tout découvrir d'un coup.
Supervillain n'était pas mauvais mais bien en-dessous des monuments que sont 666, Satanic Art et Mounumental possession à mon goût.
lkea citer
lkea
11/03/2015 11:09
FleshOvSatan a écrit : Dysthymie a écrit : Perso je n’apprécie pas Supervillain Outcast" . Puis style, vous n'avez jamais descendu un album ? Mr Green

C'est franchement mal me connaître. Jamais je n'oserais...


Mais lol Mr Green
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
11/03/2015 11:04
note: 8/10
Dysthymie a écrit : Perso je n’apprécie pas Supervillain Outcast" . Puis style, vous n'avez jamais descendu un album ? Mr Green

C'est franchement mal me connaître. Jamais je n'oserais...
Dysthymie citer
Dysthymie
10/03/2015 12:31
note: 8.5/10
Perso je n’apprécie pas Supervillain Outcast" . Puis style, vous n'avez jamais descendu un album ? Mr Green
Serpent7 citer
Serpent7
10/03/2015 10:31
note: 7.5/10
Les autres extraits ça passe beaucoup mieux mais c'est assez labyrinthique.
Vaut mieux ne pas commencer avec celui là quand on ne connait pas très bien dhg
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
10/03/2015 09:57
note: 8/10
Je crois qu'on a tous été interpellés / surpris / déçus par l'extrait. Rassurez-vous, ça se fond de manière impeccable avec le reste, sous réserve de prendre l'album comme un tout.
Sagamore citer
Sagamore
10/03/2015 09:26
J'avais jamais lu la chro et la note de "Supervillain Outcast" sur Thrasho, c'est honteux, je peux comprendre qu'on accroche pas au côté "barré" de l'ensemble mais de la à le descendre en flèche... Définitivement l'un de mes disques cultes, au dessus de "666 International", d'ailleurs.

Super chro, en tout cas ! Les premiers extraits entendus ne m'avaient pas réellement déçus, plutôt interpellés, je suis rassuré et j'ai hâte d'écouter l'ensemble. En espérant retrouver les parties supersoniques qui faisaient toute la force de "Supervillain"...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dødheimsgard (DHG)
Black Metal Industriel / Progressif
2015 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  8.72/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Black Metal Industriel / Progressif - 1994 - Norvège
  

tracklist
01.   The Love Divine  (01:03)
02.   Aphelion Void  (15:14)
03.   God Protocol Axiom  (13:13)
04.   The Unlocking  (11:21)
05.   Architect of Darkness  (11:59)
06.   Blue Moon Duel  (14:20)

Durée : 67.10 min.

line up
parution
16 Mars 2015

voir aussi
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Supervillain Outcast

2007 - Moonfog Productions
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
Kronet til Konge (Rééd.)

2015 - Peaceville Records
  
Dødheimsgard (DHG)
Dødheimsgard (DHG)
666 International

1999 - Moonfog Productions
  

Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique
Gods Forsaken
Smells Of Death
Lire la chronique