chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mindful of Pripyat - ...and Deeper, I Drown in Doom...

Chronique

Mindful of Pripyat ...and Deeper, I Drown in Doom... (EP)
Petit conseil avant l’écoute : accrochez-vous bien à tout ce que vous pouvez parce que ça va aller vite, très vite. Normal me direz-vous, au vu de l’étiquette qui colle le mieux à Mindful of Pripyat. Les italiens officient effectivement dans un Grindcore pure souche, contenant de nombreuses touches de Brutal Death Metal. Fortement attachés à une imagerie apocalyptique influencée par le Tchernobyl post-1986, nos trois gaillards cherchent donc à tout ravager sur leur passage à l’aide de ce cocktail explosif à base de breaks, d’accélérations incontrôlées et de vocaux variés et implacables. Et si l'ensemble n’est pas exempt de défaut, ce premier EP montre déjà un groupe sur lequel il faudra certainement compter à l’avenir.

Plus que l’artwork plutôt réussi de ce … And Deeper, I Drown in Doom..., c’est la présence de personnalités relativement connues de la scène italienne qui m’a fait me pencher sur Mindful of Pripyat. Le line-up du combo voit en effet se rassembler Giulia, officiant chez les très bons Into the Darness, ainsi que Tya, vocaliste pour l’excellent groupe de Brutal Death Anthropofagus. Le line-up est complété par Giovanni, pizzaiolo batteur auparavant totalement inconnu. Et malheureusement, cet inconnu (ou en tout cas son jeu) ne se présente pas vraiment comme l’élément idéal pour un groupe comme Mindful of Pripyat. Le bonhomme s’avère en effet comme le point faible du trio sur ce premier EP, son jeu n’étant clairement pas assez varié pour un groupe de Grind. Attention, Giovanni se débrouille très bien derrière ses fûts et arrive même à atteindre des vitesses assez ahurissantes. Cependant, son jeu gagnerait certainement à acquérir plus de variété au vu de la grande dynamique de la musique de Mindful of Pripyat, et permettrait par le même coup à une chanson comme "Rusty Skin" de rentrer dans une autre dimension.

Malgré cette légère déconvenue, l’EP présente de très bons passages et ce notamment sur la deuxième partie de la galette. C’est en effet la chanson "Mindful of Pripyat" qui amorce pour moi les choses sérieuses, la première partie de … And Deeper, I Drown in Doom... s’avérant dans le fond assez classique, tout en étant bien sûr extrêmement efficace. Là où les pistes précédentes n’offraient qu’un Grindcore bas du front, Mindful of Pripyat nous laisse donc entrevoir pour la première fois la force du groupe pour varier intelligemment les rythmiques Death Metal plus linéaires avec des accélérations et breakdowns furieusement Grindcore, comme pourrait le faire Napalm Death ou Dead Infection. La qualité ne redescendra plus jusqu’à l’excellente "Impression of a Sick Mind", qui ravagera les cervicales du plus expérimenté des headbangueurs en moins de deux. Et heureusement que le groupe arrive à être efficace rapidement, au vu de la durée des chansons, comprise entre 1 min 30 et 2 min 30, qui nous rappelle que Mindful of Pripyat est avant tout un groupe de Grind.
L’aspect Grindcore de la galette est également facilité par le fait que les trois membres du groupe mettent la main à la pâte au niveau du chant. On a donc ici le droit à trois chants bien distincts, allant du growl Death Metal le plus graveleux, au chant plus hurlé faisant parfois même penser à WARFUCK.

En dépit d’une première partie légèrement moins engageante, Mindful of Pripyat frappe fort avec son premier EP. La force de frappe du trio italien est indéniable, tout comme le talent de composition qui se cache derrière ce Grindcore à première vue bas du front. Ce … And Deeper, I Drown in Doom…, s’avère finalement être la meilleure chose que j’ai entendue en Grind cette année (le Napalm Death étant hors catégorie). Un bonheur que ne vient pas entacher les deux reprises présentes sur la galette, une de Defecation et une de Unseen Terror, puisque celle ci sont très bien réalisées et s’insèrent sans problème dans l'EP. Je ne peux donc que conseiller à tous les amateurs de brutalité de jeter une oreille sur ce premier méfait de Mindful of Pripyat, un groupe de Grindcore qui a la décence d’appeler une sortie de 20 minutes un EP, là où beaucoups de groupe du genre en aurait fait un album.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mindful of Pripyat
Grindcore
2015 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  3.5/5

plus d'infos sur
Mindful of Pripyat
Mindful of Pripyat
Grindcore - 2014 - Italie
  

tracklist
01.   Containment  (01:47)
02.   Liquidators  (01:14)
03.   Chernobitch  (01:11)
04.   Cleansed by Fallout  (01:04)
05.   Lone in Town  (00:55)
06.   Deterrence  (01:00)
07.   Deep Water Coffin  (01:16)
08.   Mindful of Pripyat  (02:12)
09.   Oblivion Descends (Unseen Terror cover)  (02:06)
10.   Rusty Skin  (01:00)
11.   40 Seconds  (01:16)
12.   Maruta  (01:05)
13.   Rabid  (01:05)
14.   G.W.I.  (01:04)
15.   Impressions of a Sick Mind  (01:28)
16.   Contagion (Defecation cover)  (02:00)

Durée : 21'43''

line up
parution
6 Janvier 2015

Essayez aussi
Gendo Ikari
Gendo Ikari
Unit 1 (EP)

2016 - Autoproduction
  
Mumakil
Mumakil
Behold The Failure

2009 - Relapse Records
  
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Trepan'Dead
Trepan'Dead
Instinct

2012 - Autoproduction
  
Massive Charge
Massive Charge
Silence

2007 - Autoproduction
  

USBM is SH*T
Lire le podcast
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream
Lire la chronique
Sabaton
The Great War
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique