chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
171 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ad Nauseam - Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est

Chronique

Ad Nauseam Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est
Avez-vous déjà entendu parlé des Big Data ? Ces études des masses de données informatiques prennent apparemment (pour le béotien vaguement renseigné et paranoïaque que je suis) une place de plus en plus importante dans nos vies, celles-ci ayant permis de définir les critères favorisant à l'époque la réélection de Barack Obama au poste de président des États-Unis. À un niveau moindre, la série à succès House of Cards a profité de statistiques permettant de prédire sa réussite, par une recherche sur les attentes actuelles des spectateurs. Un outil certes flippant (tant il parvient avec justesse à cibler nos goûts les plus particuliers) mais capable d'offrir des créations nécessairement satisfaisantes – quant à savoir si cela tient plus du produit que de l'Art, je laisse la question à de plus doués que moi pour y répondre.

Je dis ça, car j'ai l'impression que Ad Nauseam a profité de ces outils. Ce jeune groupe formé en 2012, aux membres auparavant inconnus au bataillon (issus aux trois quarts de Death Heaven, formation death metal), tape tellement dans le mille avec son premier album qu'il fait se demander s'il n'a pas usé des enquêteurs les plus experts pour composer Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est. Pratiquant un death metal qui se permet d'être affreusement jouissif et technique mais aussi ambiancé où les noms de Gorguts, Ulcerate ou Deathspell Omega viennent rapidement à l'esprit, les Italiens ont bien potassé leurs leçons sur les courants intéressant de plus en plus nombre d'amateurs de metal bac + 5, cela à un point où il devient difficile de dire ce qui tient du recopiage et de l'assimilation complète frôlant le génie.

Car de ce batteur mimant à la perfection John Longstreth (pour sa justesse et sa vigueur à user de tous les types de blasts mis à sa disposition) et Jamie Saint Merat (pour son feeling apparaissant lors des moments aériens) à ces guitares enchaînant sans jamais se perdre mélodies improbables et accrocheuses ainsi que concassages touchant au mathcore, tout paraît taillé pour plaire aux fanatiques de ce death metal hybride, à la fois à l'aise dans la barbarie la plus sauvage que les instants vécus au ralenti dans le Warp. Un style que l'album Colored Sands de Gorguts avait magnifié et auquel Ad Nauseam se permet d'apporter une folie que la musique jouée avec précision de Luc Lemay manquait parfois. Normal après tout, puisque l'on parle d'un groupe italien et que l'on sait que ce pays n'est pas le dernier pour offrir une lecture excessive du metal ! Sur Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est, tout est débordant, furieux, perçant et baroque, transmettant parfaitement une atmosphère de guerrier perdu dans la galaxie, le manque d'oxygène lui faisant halluciner des images monstrueuses. Dès « My Buried Dream » et son accélération à trois minutes six secondes tellement vigoureuse qu'elle donne envie de sortir son Bolt, le quatuor choisit le camp du death metal impétueux, raffiné à l'extrême dans son art de la boucherie.

Mais tout cela se révélerait vite fatigant sans quelques riffs dont l'évidence marque au fer et Ad Nauseam l'a bien compris. Celui aimant écrire au stylo bic les passages faisant directement mouche ferait bien de renouveler son stock de papier avant d'écouter ces cinquante-six minutes, des morceaux comme « La Maison Dieu », « Terror Haze » (et son rire terrifiant à deux minutes dix secondes) ou « Into the Void Eye » (et ses orchestrations finales évoquant « The Battle of Chamdo » sur Colored Sands) risquant rapidement de lui faire manquer de quoi noter. Ayant pris le parti de ne pas maquiller leur musique outre-mesure (production limpide au possible), les Italiens ne cherchent à aucun moment à avancer voilés, préférant attaquer de front malgré leurs tactiques élaborées.

Une accroche qui donne envie de poursuivre avec eux de nombreuses traversées dans leurs dédales, mais fait voir les quelques défauts présents ici. Parfois trop lisible dans ses influences (à l'image de « Into the Void Eye » dont les guitares cristallines évoquent à s'y méprendre le Deathspell Omega de Paracletus), Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est montre que derrière une maîtrise impressionnante, Ad Nauseam possède encore une marge de manœuvre pour donner un caractère particulier à son (post) death metal. Peut-être devra-t-il aller davantage vers ces quelques moments noise proches de Daughters et The Locust à l'avenir ? En l'état, ce premier longue-durée reste une œuvre imposante méritant pleinement sa belle pochette signée Manuel Tinnemans. Complètement dans l'air du temps mais possédant quelques à-côtés prometteurs pour le futur, les Italiens gagneront sans doute une popularité méritée, figurant en bonne place dans les bilans de fin d'année. 2015, définitivement un excellent cru !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

14 COMMENTAIRE(S)

Sangarn citer
Sangarn
08/04/2015 19:20
Du très bon Gorguts Worship !
human citer
human
08/04/2015 18:14
note: 8/10
Ikea a écrit : human a écrit :
À noter que ce n'est pas La Maison Diev mais La Maison Dieu.


T'es sûr de ton coup ? Car je n'arrive pas à trouver l'information... Il est noté "La Maison Diev" sur Metal archives et, concernant le livret, l'écriture ne facilite pas les choses ahah

edit : Mince, je viens de regarder l'intérieur du livret et tu as raison ! Je corrige ça de suite, merci pour la précision !

Ha ha, ça m'a fait pareil que toi, j'ai été surpris en ouvrant le livret. Même si, finalement, ça semble logique vu la police utilisée sur la pochette.

@Keyser: Je déteste pas Artificial Brain mais le son de guitare est horrible et je trouve les compos moins marquante.
BBB citer
BBB
08/04/2015 17:58
note: 8/10
Bon, j'ai craqué! Une nouvelle écoute et zouh! commandé. Comme quoi...
Keyser citer
Keyser
08/04/2015 17:02
note: 7/10
human a écrit : En effet, très bon album.
Bien meilleur qu'Artificial Brain et même un poil au dessus du dernier Ara.
À noter que ce n'est pas La Maison Diev mais La Maison Dieu.


Ah par contre moi je préfère Artificial Brain, rien qu'au niveau du chant , pas assez growlé ici, la plus courte durée et le côté tout de même plus direct.
lkea citer
lkea
08/04/2015 16:48
note: 8/10
human a écrit :
À noter que ce n'est pas La Maison Diev mais La Maison Dieu.


T'es sûr de ton coup ? Car je n'arrive pas à trouver l'information... Il est noté "La Maison Diev" sur Metal archives et, concernant le livret, l'écriture ne facilite pas les choses ahah

edit : Mince, je viens de regarder l'intérieur du livret et tu as raison ! Je corrige ça de suite, merci pour la précision !

@BBB : personnellement, je ne trouve pas ça rebutant. C'est sûr, on pourra leur reprocher mais il n'y en a pas trouze mille qui le font, et encore moins aussi bien qu'ici !
BBB citer
BBB
08/04/2015 16:24
note: 8/10
Très (trop?) Gorguts-like. Je ne sais trop quoi en penser pour l'instant. Après la 12ième écoute peut-être...
human citer
human
08/04/2015 16:06
note: 8/10
En effet, très bon album.
Bien meilleur qu'Artificial Brain et même un poil au dessus du dernier Ara.
À noter que ce n'est pas La Maison Diev mais La Maison Dieu.
Clovis citer
Clovis
08/04/2015 15:27
Maison Diev...j'adhère totalement !
KPM citer
KPM
08/04/2015 14:12
Longstreth, Saint Merat... Got me.
AxGxB citer
AxGxB
08/04/2015 13:44
note: 8/10
Pour ma part je suis encore loin de l'avoir diggéré et même terminé.
Je n'ai du écouter que la première moitié pour le moment.
Il n'est pas évident de prime abord. Mais on sent qu'il y a du travail.
Keyser citer
Keyser
08/04/2015 12:24
note: 7/10
Hey moi je l'ai l'album de Death Heaven! Je ne savais pas qu'Ad Nauseam était la suite (tu m'étonnes, les deux groupes n'ont rien à voir à part le traînage en longueur!).

Sinon, je suis surpris d'apprécier cet album, pourtant très dans l'air du temps par ses dissonances à outrance, ces accalmies post, bref très Gorgutsien alors que je ne suis pas grand fan de "Colored Sands". L'opus se fait aussi beaucoup trop long. Mais ce "Nihil Quam Vacuitas Ordinatum Est" a une folie, une noirceur et un côté paradoxalement accrocheur qui m'y fait revenir, contrairement aux groupes de ce style. Ad Nauseam doit avoir une base DM classique plus solide je pense. Et je trouve certaines parties de batterie hallucinantes.

Merci pour la chronique en tout cas, ça fera plaisir à Jan!
lkea citer
lkea
08/04/2015 12:02
note: 8/10
Ahah, je ne suis pas étonné, je me disais bien qu'on n'allait pas être d'accord sur celui-là !
gulo gulo citer
gulo gulo
08/04/2015 11:56
Comment j'ai eu la flemme de dépasser la moitié du second morceau...
lkea citer
lkea
08/04/2015 11:50
note: 8/10
En écoute intégrale sur Bandcamp

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ad Nauseam
(Post) Death Metal
2015 - Lavadome Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.8/10
Webzines : (6)  6.71/10

plus d'infos sur
Ad Nauseam
Ad Nauseam
Post Death Metal avant-gardiste - 2012 - Italie
  

écoutez
tracklist
01.   My Buried Dream
02.   Key to Timeless Laws
03.   La Maison Dieu
04.   Into the Void Eye
05.   Terror Haze
06.   Lost in the Antiverse
07.   The Black Veil of Original Flaw
08.   Superimposing Mere Will and Sheer Need

Durée : 55 minutes 39 secondes

line up
parution
31 Mars 2015

voir aussi
Ad Nauseam
Ad Nauseam
Imperative Imperceptible Impulse

2021 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Gorguts
Gorguts
Obscura

1998 - Olympic Recordings
  
Sordid Leader
Sordid Leader
Serpent Aeon (EP)

2010 - Autoproduction
  
Ulcerate
Ulcerate
Stare Into Death and Be Still

2020 - Debemur Morti Productions
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Flourishing
Flourishing
Intersubjectivity (EP)

2012 - The Path Less Traveled Records
  

Découverte de l'année
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique