chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shining - IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends

Chronique

Shining IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends
En 15 ans SHINING a sorti neuf albums. SHINING... Ou disons plutôt Niklas Kvarforth puisque c’est le seul membre d’origine a être encore là et que tout tourne autour de lui. Les autres sont des exécutants, avec plus ou moins de marge dans le processus de création, mais il est rare qu’ils s’éternisent dans la formation. Vingt personnes ont déjà fait partie du groupe, parmi lesquels Hellhammer (MAYHEM, ARCTURUS...), Uruz (URGEHAL, SO MUCH FOR NOTHING), Ludwig Witt (GRAND MAGUS, SPIRITUAL BEGGARS) ou encore Andreas Classen (BETHLEHEM, DARKENED NOCTURN SLAUGHTERCULT). La stabilité n’a jamais été facile dans le groupe suédois, et c’est pour cela que l’on félicite encore plus le guitariste Peter Huss (APOSTASY) qui y est toujours chargé des guitares depuis 2005. 10 ans dans SHINING, bon anniversaire. Les autres membres actuels sont Christian Larsson, bassiste avec lequel Niklas avait travaillé lors du premier album de LIVSNEKAD, groupe devenu depuis ACACIA, Euge Valovirta, guitariste finlandais amateur de Stoner (GODSPLAGUE, BLAKE) et enfin Rainer Tuomikanto, également d’origine finlandaise et batteur professionnel qui pourra vous donner un cours puisqu’il est de plus professeur.

Voici donc les membres, ou plutôt les locataires de la maison SHINING 2015, tenue d’une belle main de maître(sse de maison) par Niklas. Je dis « locataire » car les opus du groupe me font toujours penser à une demeure, qui évolue. SHINING n’a cessé de construire sa maison musicale, l’agrandissant à chaque album, nous faisant découvrir des pièces qui n’étaient pas là avant. Nous retrouvons à chaque fois le même lieu, mais agrandi. A ses débuts le groupe vivait dans une cave sombre, inquiétante, où l’on pouvait entendre des sanglots amers résonner. Puis peu à peu sont apparus un escalier, une chambre, une fenêtre, un salon... des toilettes aussi, car SHINING avait aussi ses parties chiantes... Personnellement c’est VII - Född förlorare (2011) qui m’a fait douter de certains goûts du propriétaire. Mais voilà, ce qui est certain avec SHINING c’est que lorsque quelque chose ne vous plaît pas, ce même quelque chose pourra plaire à un autre. C’est extrêmement subjectif, et c’est ce qui explique que certains, dont Keyser, se sont plaints plus fort de l’album suivant, Redefining Darkness (2012) alors qu’il est pour moi dans le top 3 du groupe... C’est simple, la seule chose que je lui reproche c’est de ne pas avoir poursuivi la tradition des albums titrés en suédois et devancés de chiffres romains. Il était censé s’appeler VIII - Omdefiniera Mörker ! Niklas a d’ailleurs fait un petit retour en arrière sur ce point-là, et ce dès sa compilation de 2013 qu’il avait nommé 8 ½ - Feberdrömmar i vaket tillstånd. Pas de chiffre romain, mais tout de même un « 8 » et un titre en suédois !

Le nouvel album par contre a été baptisé IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends. Chiffres romains... Titre anglais... Mais ouf, une autre tradition a été respectée, le nombre de pistes : six. Et le fait que l’album soit encore une fois plus court, pour descendre pour la première fois en dessous des 40 minutes : 39:33. Et si l’on reprend notre comparaison immobilière, on dira que la maison SHINING n’a pas vraiment été agrandie cette fois-ci et qu’aucune nouvelle pièce ne nous est présentée, mais qu’un petit jardin fleuri a été installé devant l’entrée. Une introduction instrumentale particulièrement claire, de 4 minutes, nous accueille tendrement. Un jardinet qui fait un peu niais, mais qui était apparemment nécessaire pour obtenir les 6 pistes habituelles ? En tous cas, il dépare énormément de l’intérieur de la maison qui est toujours aussi mal éclairée et qui empeste encore la torture et la souffrance. Une fois entré, on reconnaît les lieux et les repères reviennent tout de suite, d’autant que le long corridor qui nous accueille n’a pas changé, « Vilja & dröm » aurait pu se trouver sur n’importe quel album du groupe. Puis on reconnaît tout autant chaque endroit qu’il nous indique, la terreur qui plane, des hurlements raclés qui se transforment parfois en chant de crooner, des cris soudainement stridents, des breaks qui imposent la sérénité dans un désert de souffrance, des guitares acoustiques emplis de peine...

Au bout d’un moment, on a envie de demander à Niklas pourquoi il nous a invité s’il n’a rien de neuf à nous montrer. Ce serait un autre groupe encore... on est habitué à être appelé juste pour passer un moment ensemble à parler pour la énième fois du même sujet assis sur le même canapé usé, mais Niklas n’est pas comme ça normalement... C’est là qu’il anticipe la question et nous dit : « Tu as remarqué que j’ai mis des petites fantaisies dans la déco ? Regarde «Framtidsutsikter », j’ai mis des riffs hard rock / heavy » sur la fin ». « Ah ouais, ça fait un peu comme un poster de GUNS’N ROSES période « You could be mine ! ». « Tu trouves ? Boarf, venant de toi qui a comparé GLACIATION à KYO, je ne sais pas trop quoi en penser... Et sinon, là, sur « Inga broar kvar att bränna », j’ai ajouté un instrument surprenant, écoute ! ». « Ah oui, ça j’avais vu. On dirait un banjo, non ? J'aime bien ce genre d'ajout tu sais, mais... tu l’as piqué à TAAKE ? ». « Raaah, rien à voir, mais alors rien à voir du tout ! ».

Et la visite se termine un peu après. On se quitte et on est contents de s’être revus. J'ai passé un bon moment chez mon ami. Je rentre chez moi et j’explique à mon chat que Niklas a installé un petit jardin, acheté quelques babioles qui égaient bien sa maison mais qu’il ne s’est pas débarrassé de ses bonnes vieilles odeurs qui font que chez lui, c'est toujours chez lui...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Hoover citer
Hoover
27/04/2015 17:32
Sakrifiss a écrit : Hoover, il y a de bonnes choses tout de meme non ? ETHER m'a beaucoup plu, GLACIATION a une patte assez fraîche. Et certaines surprises arrivent aussi.
J'admire ta capacité à toujours pouvoir t'enthousiasmer pour des nouveautés. Question d'état d'esprit peut-être. Je me souviens des interviews de vieux artistes que je lisais quand j'étais plus jeune, et qui disaient écouter toujours les mêmes vieux disques. Plus ça va et plus je comprends ça. :-)
Sakrifiss citer
Sakrifiss
21/04/2015 14:30
note: 7.5/10
Hoover, il y a de bonnes choses tout de meme non ? ETHER m'a beaucoup plu, GLACIATION a une patte assez fraîche. Et certaines surprises arrivent aussi.
donvar citer
donvar
21/04/2015 10:20
note: 7.5/10
Rien de nouveau, certes, mais Shining étant déjà un groupe à part, cela ne me dérange pas trop.
Chaque album est toujours de bonne facture (seul le VI m'avait un peu déçu) et les performances de Kvarforth restent hors norme !
Du coup je suis content Sourire Belle chro aussi Sakrifiss !
Kedran citer
Kedran
20/04/2015 23:45
Disons que j'ai un bon feeling avec les albums impairs de Shining, alors ça devrait le faire.

Par contre Hoover je ne partage pas ton avis quant à l'état de la scène metal actuelle, 2015 est d'ores et déjà une bonne année pour moi, et j'espère que c'est loin d'être terminé.
Hoover citer
Hoover
20/04/2015 21:30
Assez d'accord avec le chro. Presque tout a déjà été entendu sur un autre disque, même si ça s'écoute avec plaisir si on arrive à passer outre. Après c'est sûr qu'il me fera moins tripper que IV. The eerie cold (que je préfère définitivement à Halmstadt).

Après au-delà de Shining, j'ai de plus en plus l'impression d'avoir le choix entre écouter des groupes récents sans intérêt et des groupes anciens qui s'autoplagient. L'état de la scène metal en 2015 me semble décidément peu réjouissant...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
20/04/2015 06:33
note: 7.5/10
Oui, la note n'est pas dégueu, c'est sûr. Tu ne risques pas de regretter l'achat.

L'album est loin d'être mauvais d'ailleurs. Par contre il ne rivalise pas du tout avec Halmstadt ou (Redefining Darkness en ce qui me concerne), donc il ne peut pas avoir plus dans la logique des choses.
Kedran citer
Kedran
19/04/2015 21:00
Belle chronique qui viendrait presque m'arracher une larme, le côté vieil ami, bon moment, je raconte à mon chat que Niklas s'occupe de ses fleurs peut être.

Bon je pense que je ne résisterai pas à l'achat. Et puis c'est bien 7,5/10.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shining
Black Metal varié
2015 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  6.5/10
Webzines : (11)  7.46/10

plus d'infos sur
Shining
Shining
Black Metal - 1996 - Suède
  

tracklist
01.   Den påtvingade tvåsamheten
02.   Vilja & dröm
03.   Framtidsutsikter
04.   Människotankens vägglösa rum
05.   Inga broar kvar att bränna
06.   Besök från i(ho)nom

Durée : 39:33

line up
parution
20 Avril 2015

voir aussi
Shining
Shining
III - Angst
(Självdestruktivitetens Emissarie)

2002 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
X - Varg utan flock

2018 - Season Of Mist
  
Shining
Shining
IV - The Eerie Cold

2005 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
Redefining Darkness

2012 - Spinefarm Records
  
Shining
Shining
VII: Född Förlorare

2011 - Spinefarm Records
  

Déception de l'année
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique