chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
154 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anatomia - Decaying in Obscurity

Chronique

Anatomia Decaying in Obscurity
À ma connaissance, il n'y a que le death, le doom et le hardcore qui donnent ce sentiment. Celui faisant pointer du doigt une de leurs créations en disant « voilà, c'est ça ». La sensation totale et subjective d'écouter un disque qui est l’aboutissement du genre, en somme. Pour le death metal, j'ai cette impression en écoutant les premiers Morbid Angel, les derniers Lvcifyre, Grave Miasma, Gorguts, Encoffination, à peu près tout Bolt Thrower, à peu près tout Incantation et... beaucoup d'autres, dont Decaying in Obscurity d'Anatomia fait partie.

Des œuvres différentes mais possédant chacune, à leur manière, cette essence qui fait du death metal ce qu'il est. Concernant ce deuxième album des Japonais, il s'agit d'un versant particulier du style qui pourtant, le temps qu'il dure, fait croire qu'il est sa seule définition possible. « Morose », « sensuel », « putride », « terne » et « spectral » sont des mots que j'ai déjà utilisé pour parler de Dissected Humanity, premier longue-durée par lequel Anatomia semblait timidement s'échapper d'un simple Autopsy-worship : ils trouvent ici leur pleine place, Decaying in Obscurity faisant honneur à la pornographie austère et satanique de sa pochette délicieusement surannée et néanmoins fascinante dans sa morbidité. Une ambiance de giallo qu'aiment rappeler ces claviers parsemant l'essai, dont les sonorités vieillottes ne font qu'accentuer l'allure macabre.

Un signe parmi d'autres prouvant qu'Anatomia ne cherche pas à offrir un énième hommage au Mental Funeral d'Autopsy avec Decaying in Obscurity. Se dessinent ici des liens avec Coffins (pour la stupidité lubrique des morceaux les plus bas du front, « Sinking into the Unknown » et « Garbage » en tête), Encoffination et Evoken (pour cette paisible avancée vers le cadavérique, cf. « Imminent Death » ou encore « Consumed in Darkness »)... mais surtout Anatomia lui-même qui, dans son interprétation old school et cependant étrange, ne doit rien à personne.

C'est qu'il faut bien un peu de génie personnel pour parvenir à rendre crédible doom/death aussi stupide, premier degré dans son obsession pour la chair et la mort. Livide bien que carnassier, Decaying in Obscurity creuse autant les joues qu'il titille le bas-ventre, se révélant satisfaisant sur ces deux tableaux entre plaisir de croquer et d'évider ses victimes de leur sang. Ainsi, les hurlements savent se faire à la fois bassement jouissifs, barbouillés, mais aussi traînants et nécrosés, à l'image des cris présents sur « Eternally Forgotten ». Une morne marche funèbre qui, si elle n'a pas le jusqu'au-boutisme d'un Hear Me, O' Death, trouve sa saveur particulière dans sa langueur parvenant toujours à accrocher par quelques accélérations mettant un cafard aussi plombant que les passages lents.

J'insiste : rien d'intellectuel dans cette débauche. Anatomia, en bon groupe japonais, ne cesse de jouer son doom/death avec une outrance primaire et raw. Son esthétisme est celui du grotesque appelant au vice idiot vécu dans quelques caves froides et humides, à la façon du Huysmans de « Là-Bas ». Seulement, cette sereine manière qu'a Decaying in Obscurity de se décomposer dans ses perversions donne de la profondeur à sa musique, la rendant singulière malgré quelques moments moins convaincants (« Cadaveric Dissection », trop classique par rapport au reste de l'album).

Decaying in Obscurity dure cinquante minutes, paraît plus long que ça et pourtant ne donne jamais envie d'arrêter son écoute. Il est clair qu'il se destine à ceux voyant dans le death metal des ambiances où plonger avec volupté plutôt qu'une performance, qui pourra passer pour plate et insipide chez les amateurs de brutalité. Une œuvre pour qui sait que le death metal est du sexe et que le sexe n'est pas Youporn, pour résumer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
25/04/2015 19:49
note: 8.5/10
Ah je peux comprendre, il est très prenant ce disque.

Pas écouté les splits encore, j'espère une compilation un jour (j'avais lu une interview de Tanaka disant que ce n'était pas impossible) !
gulo gulo citer
gulo gulo
25/04/2015 19:29
note: 9/10
Alors je me dois de m'inscrire en faux, tout personnellement : Anatomia N'EST pas le death metal, puisqu'Anatomia est Anaputaindetomia. A partir d'ici au moins. La suite (cf le split avec Sex Messiah) s'annonce redoutable.
Blague à part, je serais rigoureusement incapable d'être aussi analytique avec ce disque, qui m'avale comme un gouffre putride, gluant et glacial qu'il est. Plus que de la matière sonore, un trip pur au cœur de la chair.
lkea citer
lkea
25/04/2015 12:23
note: 8.5/10
En écoute sur Bandcamp

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anatomia
Doom / Death Metal
2012 - Nuclear War Now! Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.67/10
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Anatomia
Anatomia
Doom / Death Metal - 2002 - Japon
  

tracklist
01.   Cadaveric Dissection
02.   Sinking into the Unknown
03.   Imminent Death
04.   The Unseen
05.   Obscurity
06.   Garbage
07.   Dead Body Art
08.   Eternally Forgotten
09.   Consumed in Darkness
10.   Moans from Beyond the Grave

Durée : 50 minutes 33 secondes

line up
parution
27 Août 2012

voir aussi
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang (Split 10")

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  
Anatomia
Anatomia
Cranial Obsession

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
Anatomia
Anatomia
Dissected Humanity

2005 - Necroharmonic
  

Essayez aussi
Ramesses
Ramesses
Take the Curse

2010 - Ritual Productions
  
My Dying Bride
My Dying Bride
The Light At The End Of The World

1999 - Peaceville Records
  
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Amorphis
Amorphis
The Karelian Isthmus

1992 - Relapse Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier