chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shape Of Despair - Monotony Fields

Chronique

Shape Of Despair Monotony Fields
Merveille de tristesse, Angels Of Distress est placé dans la première rangée de l’étagère, celle de mes albums de chevet. Compagnon de périodes sombres et solitaires (je ne pense d’ailleurs pas être le seul), il restera l’un des plus gros bouleversements de ma modeste culture musicale. Le contexte est placé. Conspué par certains, Shape Of Despair chamboulera une scène élitiste et « underground » en proposant un funeral doom atmosphérique aux forts accents mélodiques et symphoniques « grand public », la production puissante et claire s’y associant. Le groupe aura enfanté bon nombre de formations doom dans sa lignée, mais aucun n’aura pu atteindre un tel aboutissement. En ce mois de juin 2015, voici enfin le grand retour des maîtres finlandais sous l’épaule de Season Of Mist, cinq ans après leur EP Written In My Scars (édition vinyle limitée) et surtout onze ans après leur album mitigé Illusion's Play. Shape Of Despair perd son emblématique frontman Pasi Koskinen, remplacé par Henri Koivula (Throes Of Dawn). Le reste du line-up reste quant à lui identique à celui de 2004.

Le terme « funeral » semble quelque peu inapproprié, la musique de Shape Of Despair plus proche du doom/death jongle dans des registres variés (rock et gothique) sans tomber dans le pathos ou la détresse profonde. Un metal mélancolique et nostalgique aux percées « lumineuses » en somme (très proche du groupe Funeral). Selon les interviews donnés, Jarno ne demeure plus l’unique compositeur attitré. Ni pour les paroles, désormais écrites par Henri Koivula. Né de l’esprit de Tomi et Henri, « Descending Inner Night » par exemple, figure parmi les morceaux les plus touchants de ce Monotony Fields. L’on découvre ainsi sur ce titre le chant clair cristallin du nouveau frontman, la grande nouveauté de ce Shape Of Despair 2015. Des lignes vocales qui ne virent jamais dans la surenchère, associée à celles de Natalie, l’effet n’en est que décuplé, vous transportant vers vos émotions refoulées. Côté grognements le poignant et imparable « Written In My Scars » repris de l’EP éponyme (arrangements et production tout autre) permet de faire la comparaison entre Pasi Koskinen (version 2010) et Henri. « The curse written in my scars » résonne avec la même prestance, Henri n’a franchement rien à envier à la puissance gutturale de son prédécesseur (confirmée en live). Certains regretteront peut-être un chant plus « commun », perdant l’aspect « bestial » de Pasi. Mais en ce sens « humanisé », il sera plus facile pour l’auditeur de se reconnaître dans les vers (compréhensibles) d’Henri.

Pour ce quatrième album et pour le plus grand plaisir de ses anciens adeptes (moi inclus), le sextuor d’Helsinki retourne vers une musique plus éthérée où les nappes de claviers dominent les guitares sous un son imposant (a contrario de Illusion's Play). Constat délectable fait dès l’introduction de « Reaching The Innermost », les effluves du bijou Angels Of Distress se font de nouveau sentir. Pour autant les bouleversantes balades intemporelles « Quiet These Paintings Are » ou « Live For My Death » n’auront pas d’égal ici. Le clavier céleste de Jarno côtoie le très bon (l’introduction de « The Blank Journey ») mais aussi le passable (« Withdrawn »). Les tares de l’apathique Illusion's Play refont ainsi surface, des riffs et nappes à l’aura nettement moins imposante, sans le pouvoir émotif habituel… Compliqué pour tenir près de 10 minutes sur les très maigres « Monotony Fields », « Withdrawn » ou « The Blank Journey ». Soit plus d’une demi-heure… Sans compter les quelques longueurs disséminées sur les autres morceaux pourtant de qualité.

Le voyage vers les cieux de « The Distant Dream Of Life » (le format « court » limitant les baisses de régime) et le plombant « In Longing » souffriront ainsi de ce manque de constance dans les compositions. Ce titre expose au mieux les prouesses vocales de Natalie, toujours inspirée par le chant divinatoire sans parole de la grande Lisa Gerrard (Dead Can Dance) et fusionnant parfaitement avec l’instrumentation. Un des atouts majeurs de Monotony Fields. Au-delà du clavier et des vocaux, la production permet de savourer la basse vrombissante de Sami et les frappes lancinantes de Samu. Un ensemble des plus attrayants donc mais une kératose pilaire trop succincte pour ces 1 heure et 16 minutes.

La chronique de Monotony Fields aura été plutôt exténuante, à la fois bercé par des passages rappelant la grandeur d’un Angels Of Distress (surclassant le médiocre Illusion's Play) mais aussi pris dans une certaine torpeur. Tentant de forcer les longueurs, écoutes après écoutes, rien n’y fait, certains morceaux seront rapidement mis de côté quand d’autres perdront parfois de leur saveur mélancolique. Après autant d’années d’attente et de groupes clamant l’héritage de Shape Of Despair, nous étions en droit d’attendre une réponse des gourous. La signature chez Season Of Mist annonce très certainement une fréquence d’album plus régulière. En espérant une réponse digne du prestige des Finlandais, retour en 2001.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
26/06/2015 00:35
Ecouté plusieurs fois. Quelques beaux hymnes, de bons moments mais trop plat et surtout trop lumineux pour moi. J'ai bien fait de te le laisser Mr Green
Dead citer
Dead
18/06/2015 00:58
Ajout de 2 extraits Sourire
Nahik citer
Nahik
17/06/2015 22:02
Surprenant ! Je n'ai pour l'instant écouté que les deux premiers extraits proposés sur Soundcloud, et j'avais vraiment adoré ! Le chant clair, que certains semblent regretter, passait vraiment bien à mes oreilles...bref, j'attends de les voir au Hellfest, pour peut-être me procurer ensuite ce dernier album.
AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
17/06/2015 14:32
note: 8.5/10
Pour le coup, je l'aime beaucoup cet album et je suis très content du retour de Shape of Despair.
Je comprends qu'on y trouve des longueurs, mais pour moi elles sont finalement assez minimes et l'album a clairement gagné aux écoutes. Les morceaux que j'appréciais moins au départ ('Withdrawn" par exemple) sont parvenus à me séduire au fur et à mesure. Et le chant d'Henri est vraiment agréable, et ne paraît pas ridicule par rapport à son prédécesseur.

La chronique est claire et agréable à lire, en tout cas. Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shape Of Despair
Funeral Doom atmosphérique
2015 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (3)  6.5/10
Webzines : (25)  8.1/10

plus d'infos sur
Shape Of Despair
Shape Of Despair
Funeral Doom atmosphérique - 1998 - Finlande
  

tracklist
01.   Reaching the Innermost  (10:48)
02.   Monotony Fields  (10:56)
03.   Descending Inner Night  (10:20)
04.   The Distant Dream of Life  (06:02)
05.   Withdrawn  (10:13)
06.   In Longing  (07:50)
07.   The Blank Journey  (12:08)
08.   Written in My Scars  (08:03)

Durée : 01:16:20

line up
parution
15 Juin 2015

voir aussi
Shape Of Despair
Shape Of Despair
Shades Of...

2000 - Spikefarm Records
  
Shape Of Despair
Shape Of Despair
Illusion's Play

2004 - Spikefarm Records
  
Shape Of Despair
Shape Of Despair
Angels Of Distress

2001 - Spikefarm Records
  

Déception de l'année
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique