chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wormrot - Abuse

Chronique

Wormrot Abuse
Il y a trois ans, je partageais mon amertume concernant "Voices", le dernier album de Wormrot. Un trio pour lequel j'ai toujours eu un profond respect, car efficace, intègre, incarnant à lui tout seul la notion de DIY si chère au genre. Et pour le coup, lui s'est vraiment fait tout seul ! Qui aurait pu croire qu'un groupe de Grindcore de Singapour signe un jour chez le géant des géants, Earache ? Pas grand monde. Et pourtant, le label a eu le nez creux... Wormrot aura comblé les fans de Grindcore du monde entier, tour à tour avec "Abuse", qui souffle ses dix bougies cette année, puis "Dirge" (2011), autre bombinette décapante, soutenant ses sorties par force tournées mondiales... Avant de terminer sur un "Voices", donc, qui m'aura grandement déçu, le groupe ayant choisi d'adoucir le propos, privilégiant les pseudo-ambiances quasi Screamo au détriment de l'efficacité. Quand le Grindcore pédale dans la semoule, forcément, j'ai moins tendance à y revenir...

Je ne comprenais, et ne comprend toujours pas, comment le groupe responsable de deux albums incendiaires, bien partis pour devenir cultissimes, a pu ainsi appauvrir ce qui faisait tout son charme. Qu'il me paraissait loin, le temps d' "Abuse"... La galette a peut-être dix ans, mais elle n'a perdu ni en impact, ni en agressivité. Bien au contraire, elle pourrait encore dispenser de belles petites leçons aux rookies cherchant encore comment blaster efficacement. C'est qu'en à peine 22 minutes, "Abuse" synthétise le concentré le plus pur, sans fioritures, de ce que je recherche dans un album de Grindcore. De la puissance, un chouïa de variété, des compositions courtes taillées pour chauffer le pit, et surtout, du feeling, tout en urgence et en débilité.

Dans un jus délicieusement cru, où surnagent à peine la caisse claire métallique malmenée par Fit et la voix mi-hystérique, mi-caverneuse d'Arif, Wormrot tabasse à tout crin, sur lit de cordes qui jonglent entre l'agression sonore la plus totale ("Indonesia", le bouillonnant "Shitlack") et le groove irrésistible, façonné pour la scène (l'hymne "Murder" à reprendre en choeur, la seconde moitié de "Freedom To Act"). Ce qui distingue "Abuse" du reste du troupeau, au-delà de la sincérité du propos, c'est son côté "organique", que d'aucuns attribueront aux racines solidement Punk du trio. Ce n'est pas toujours très carré, parfois même un peu bancal dans certaines transitions, mais ces menus défauts donnent une fraîcheur, une spontanéité à l'album qui font toute la différence. D'autant qu'à l'époque, déjà, l'heure était à la surenchère dans la production, la technique et la vitesse. Plutôt que de jouer plus fort et plus vite que ses petits copains, Wormrot mise tout sur la conviction et la férocité. Et ça marche du feu de Dieu ! Preuve en est, même dix ans plus tard, il y a encore quelques hurluberlus pour en parler...

Je doute fort que les amateurs de musique énervée lisant ces quelques lignes n'aient pas déjà écouté ce brûlot. A défaut de vous le faire (re)découvrir (et si vous ne connaissiez pas, foncez !), ce papier me permet de fêter dignement les dix ans d' "Abuse", en espérant que le futur de Wormrot ressemble d'avantage à son passé. On peut toujours rêver...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
07/08/2019 09:24
Hallu a écrit : J'aime Wormrot, en revanche ça me viendrait jamais à l'esprit de dépenser 12 € pour un CD de 20 min...

Je te rassure, dans le Grindcore, c'est un pas que j'ai encore du mal à franchir aussi...
Hallu citer
Hallu
07/08/2019 09:17
J'aime Wormrot, en revanche ça me viendrait jamais à l'esprit de dépenser 12 € pour un CD de 20 min...
Sagamore citer
Sagamore
06/08/2019 11:50
Streker a écrit : Inconnu au bataillon pour moi...
Je vais m'y pencher dessus rapidement.


Tu m'en donneras des nouvelles !
Streker citer
Streker
05/08/2019 13:31
Inconnu au bataillon pour moi...
Je vais m'y pencher dessus rapidement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wormrot
Grindcore
2009 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  7.27/10

plus d'infos sur
Wormrot
Wormrot
Grindcore "mélodique" - 2007 - Singapour
  

tracklist
01.   Lost Swines  (01:18)
02.   Exterminate  (01:06)
03.   Double-Feeding  (00:29)
04.   Born Stupid  (01:20)
05.   Sledgehammer  (00:14)
06.   So Fierce for Fuck!?  (00:08)
07.   Dis-appointing  (01:34)
08.   Good Times  (00:57)
09.   Freedom to Act  (01:25)
10.   Indonesia  (00:52)
11.   Shitlack  (01:03)
12.   Condemnation  (00:25)
13.   One Round Away  (01:07)
14.   Fuck... I'm Drunk!  (00:52)
15.   Operation Grindcore  (00:26)
16.   Rich (Yeah Yeah Yeahs Cover)  (00:43)
17.   Overgrown Asshole  (01:08)
18.   Blasphemy My Ass  (00:34)
19.   Fix Your Broken Mind  (01:08)
20.   Newkiller Nuclear  (00:39)
21.   Uncovered and Proud as Fuck  (00:38)
22.   Murder  (01:28)
23.   Scum Infestation and Last Song  (02:14)

Durée : 21:48

voir aussi
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Wormrot
Wormrot
Voices

2016 - Earache Records
  

Essayez aussi
Massive Charge
Massive Charge
Silence

2007 - Autoproduction
  
Warfuck
Warfuck
Neantification

2013 - Autoproduction
  
Writhe
Writhe
Writhe (EP)

2016 - Autoproduction
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  
Fiend
Fiend
Derailed (EP)

2014 - Noise Not War Records
  

Smile
What a Wonderful World (EP)
Lire la chronique
Fange
Poigne (EP)
Lire la chronique
Electric Wizard
Let Us Prey
Lire la chronique
Crowbar
Odd Fellows Rest
Lire la chronique
Dawn of Nil
Culminating Ruins
Lire la chronique
Sombre Héritage
Alpha Ursae Minoris
Lire la chronique
Candiria
Surrealistic Madness
Lire la chronique
Devouring Void
Septic Fluid Dripping From ...
Lire la chronique
Vaal
Visioen Van Het Verborgen Land
Lire la chronique
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique