chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Envy - All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead 

Chronique

Envy All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead 
Il y a des choses difficiles à décrire. Et comment vous dire, « All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead » en est une. Tout du moins autant que de retenir par cœur son intitulé. Peut-être tenons nous là, la quintessence d'un genre. Une définition pure et brute de la beauté dans le plus simple appareil. Qui eu cru un jour que ce soit les Japonais qui remporteraient la palme du Screamo, style pourtant si américain, voire même pour d'autres, si européen. Envy a pourtant réussi l'exploit de sortir LE ou tout du moins l'un des disques les plus poussés, touchants et violents du genre. Un chroniqueur dans une review ne datant pas d'hier avait dit « Dans dix ans on en parlera encore » et il avait raison, la preuve ici même.

Envy ne paye pas de mine, avec ses membres à casquette et sa pochette rouge/grise des plus banales. Malgré cet aspect si convenu et quelconque, on ne regarde plus la jaquette de la même manière après l'écoute du disque. L'évidence saute aux yeux (comme avec l'album suivant du même groupe d'ailleurs) : le mot chef d’œuvre est dans son droit d'usage le plus noble et s'impose à l'esprit. Rien n'est de trop chez Envy : pas de surplus de niaiserie, pas d'agressivité bourrine et futile. Une certaine tranquillité se met en place à l'écoute, malgré la dominante violente de certains passages. En fait, on pourrait dire que ce disque est ce que le Japon nous a offert de mieux, avec Monster, The World Is Mine, Mushishi, Sigh, Samuraï Champloo et bon, encore pas mal d'autres trucs en vérité.

Dès ce « Zéro » pourtant pas forcément très engageant, le quintet appose directement un style, une ambiance faite d'un groove malsain et de notes suspendues dans les airs. Un début qui se verra ensuite complètement désintégré respectivement par « Farewell To Words » puis par « Lies And Release From Silence », deux montagnes de puissances et d'émotions à intégrer directement au panthéon des titres qui vous font regretter vos jeunes années, vos amours perdus, voire même la bonne cuisine de quand vous habitiez chez maman, si vous êtes vraiment du genre hyper-sensible. Une fois que vous avez chialé un bon coup, vous pouvez toujours vous concentrez un peu sur la violence pour changer. Et il y en a, comme sur ce tonitruant « Left Hand » et son démarrage chaotique pétaradant du hardcore par le pot d'échappement à chaque changement de rapport.

Bien évidemment, le chanteur d'Envy, le bien nommé Tetsu Fukagawa est toujours aussi incroyable, avec son timbre si écorché, si douloureux et si profond. S'il y a bien une palme que l'on peut leur remettre sans discuter, c'est celle du chanteur qui va mourir sur scène tellement il est habité par sa prestation. Il tire les larmes de l'auditeur à chaque syllabe malgré le fait qu'elles soient écrites en japonais et donc incompréhensibles par la plupart d'entre-nous. Si la formation est aujourd'hui un emblème du genre, je pense que cet opus en est l'incarnation la plus parfaite. Rien ne semble laissé au hasard et pourtant tout semble si inné, si facile avec un feeling si naturel qu'on à l'impression que le disque est issu d'un enregistrement en répétition lors d'un après-midi pluvieux où les membres s'ennuyaient.

Des hordes de nuages gris imposant avec force leur pluie sur des immeubles en ruines. Un déluge, c'est ça : « All The Footprints... » est un déluge si délirant, gigantesque et imprévisible qu'il semble ruiner les vies qu'il croise sur sa route, sans pour autant y prêter attention. Imaginez la grande parade de Paprika dans une version dopée aux antidépresseurs pour les passages les plus atmosphériques (« A Cage It Falls Into » ) et aux sels de bains acquis sous le manteau neigeux pour les passages les plus virulents. Non décidément, ce disque incarne le gris, l'argenté avec une puissance si incroyable que c'est difficile de se l'imaginer et même de la décrire autrement qu'en l'écoutant. Tout dans la production rappelle en même temps à la lourdeur et à la légèreté. La lourdeur de porter son âme tout au long de sa vie et la légèreté qui caractérise par définition l'esprit. C'est avec cette ambivalence si particulière qu'Envy se démarque de la concurrence, proposant un Screamo différent des autres formations du genre.

Des guitares granuleuses, une basse mixée légèrement en retrait mais décidément métallique et une batterie au feeling parfois groovy, parfois tout simplement déchaîné : il n'y a pas de recette plus simple et pourtant plus miraculeuse. Lorsque l'album se termine ou ne sait toujours pas si ce qu'on a entendu était la chose la plus belle ou la plus moche du monde. Toujours est-il que c'était le summum de quelque chose et ça, ça n'arrive pas souvent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
23/07/2015 17:01
note: 9/10
Krokodil a écrit : Fury Fest 2005, en fait.

AxGxB citer
AxGxB
23/07/2015 16:39
note: 9/10
Tu sais que tu peux éditer les formats/releases Clin d'oeil
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
23/07/2015 14:04
note: 9.5/10
@Greg, yep, c'était une manière de signifier que je chroniquais la version de Temporary Residence.

@Krokodil : Dead Sinking Story est le prochain sur la liste, mais bon, ça va me prendre un an pour le faire, comme celui-là en gros.

Je m'occuperais peut-être aussi plus vite du petit dernier, Atheist's Cornea, qui est relativement décevant...
Krokodil citer
Krokodil
23/07/2015 13:54
note: 9/10
Classique ! j'étais tout devant au Fury Fest 2003, c'était magnifique. Par contre je les ai revu à Colmar y'a pas longtemps, c'était assez soporifique. Maintenant faut faire Dead Sinking Story.
AxGxB citer
AxGxB
23/07/2015 13:32
note: 9/10
Superbe album effectivement. Beaucoup ont encore très probablement en souvenir leur prestation incroyable au Fury Fest en 2003 je crois. Je les avais déjà vu deux fois auparavant et c'est encore plus touchant que sur album. Tout ça me fait d'ailleurs penser que ça fait un moment que je n'ai pas écouté Envy...

Par contre, la version originale de 2001 n'a pas la même pochette et n'est pas sortie sur Temporary Residence mais sur H:G Fact Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Envy
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (6)  8.83/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Envy
Envy
Screamo - Japon
  

formats
  • CD / 1970 - Temporary Residence Ltd.
  • CD / 1970 -
  • Vinyl / 1970 -

tracklist
01.   Zero  (2:05)
02.   Farewell to Words  (2:46)
03.   Lies, and Release from Silence  (4:49)
04.   Left Hand  (3:02)
05.   A Cradle of Arguments and Anxiousness  (5:26)
06.   Mystery and Peace  (6:48)
07.   Invisible Thread  (2:42)
08.   The Spiral Manipulation  (3:29)
09.   A Cage It Falls into  (6:11)
10.   The Light of My Footprints  (4:11)
11.   Your Shoes and The World to Come  (8:03)

Durée : 48.07 min.

line up
voir aussi
Envy
Envy
A Dead Sinking Story

2003 - Temporary Residence Ltd.
  

Essayez aussi
Raein
Raein
Il N'y A Pas De Orchestre

2003 - Ape Must Not Kill Ape
  
State Faults
State Faults
Desolate Peaks

2012 - Tiny Engines
  
The Saddest Landscape
The Saddest Landscape
Darkness Forgives

2015 - Topshelf Records
  
Viva Belgrado
Viva Belgrado
Flores, Carne

2014 - Tokyo Jupiter Records
  
La Quiete
La Quiete
La Fine non è la Fine

2004 - Heroine Records
  

USBM is SH*T
Lire le podcast
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream
Lire la chronique
Sabaton
The Great War
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique