chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ataraxie - Anhédonie

Chronique

Ataraxie Anhédonie
Je l'ai sans doute déjà dit ailleurs mais cela s'applique parfaitement ici : il y a des albums qui méritent une place en bibliothèque autant que dans une étagère à disques, des albums dont les notes font un effet semblable à des mots lus et qui éclairent de leur justesse comme dans la meilleure des littératures. Le doom, style littéraire par excellence, s'y prête particulièrement par ses riffs longs comme des phrases, ses progressions narratives, ses juxtapositions élaborées, son attrait pour les études de caractère vécues de l'intérieur.

Et Anhédonie est sans doute l’œuvre de doom illustrant le mieux cette idée. Ataraxie, ce groupe extrême dont il est inutile de rappeler ici le patrimoine musical bien connu – rapide mise à jour pour les retardataires : My Dying Bride, diSEMBOWELMENT, Bethlehem, à secouer très fort et laisser reposer quelques années dans la solitude d'un salon français –, y est si proche de cette image de dandy décadent et digne telle une noblesse constatant son extinction prochaine, qu'il me donne à chaque fois que je me prépare à l'écouter le sentiment de toucher une couverture ancienne, tripoter des feuilles au grain vieilli et à l'odeur marquée par l'âge, effleurer des caractères imprimés avec profondeur par une machine d'époque.

Rayon « classiques français », section « XIXème siècle », étagère voisine à celles des éditions complètes de Jules Barbey d'Aurevilly, Léon Bloy et Joris-Karl Huysmans : voilà où je place Anhédonie dans mon esprit, celui-ci étant tant marqué par la morbidité aristocratique de la « charogne 1900 » qu'il donne l'impression d'écouter un livre-audio au propos proche d'À Rebours, son mal de vivre, sa complexité d'anatomiste des Arts, sa sensualité compliquée ayant trop goûté aux bonnes choses et ne sachant plus comment stimuler ses organes du plaisir. Que ce soit sur « Silence of Death » et ses passages death exécutés la névrose au bout de doigts rigides, touchant et retouchant avec plus en plus de rudesse des cordes âpres, ou « Avide de Sens » et ses longues leads éplorées, ses mélodies dorées répétées jusqu'à ce que le spleen laisse place à la nausée, Ataraxie est ici au plus près de sa nonchalance d'apparat finissant par faire apparaître une maîtrise excessive de personne ne sachant plus jouir de l'immédiat. Pour preuve, le chant à chutes nerveuses exaltées et réitérées de Marquis où chaque syllabe est disséquée, chaque murmure caressé.

Il y aurait tant à citer dans ces soixante-quatorze minutes, tant de passages dont il faudrait parler, tant de moments d'éclat où la sécheresse fait pousser une fleur blême, aux pétales doux et aux couleurs éteintes... Si j'ai déjà pu discourir sur la scène de Rouen et ses liens avec une certaine tradition française faite d'un érotisme allant jusqu'à la défloration intérieure, de langueur traînante de ressacs donnant son sens plein à l'expression « vague à l'âme », Anhédonie s'impose comme le mètre-étalon de ces délicatesses-ci, jusqu'à une production qui, bien que renvoyant à un album comme The Light at the End of the World de My Dying Bride, paraît hexagonale dans ses enluminures ternes, sa puissance granuleuse et son cristallin au bord du craquement.

Et... Il va falloir s'arrêter là. Difficile de parler d'un disque qui, au-delà d'une certaine monographie d'une époque, fait ressentir autant ce trouble existentiel irrésistible, fatal, dont on cherche à se détourner mais se rappelant toujours à nous, sans tomber dans l'outrancier. Chose dans laquelle fonce Anhédonie par sa durée excessive, ses guitares s'arrêtant bien après leur temps, cette voix n'en finissant plus de tartiner son vocabulaire développé, ses mots cherchant à définir leur maladie et s'éteignant en se multipliant, comme de nombreux aveux d'échec. C'est pour cela qu'il n'est pas à considérer comme un disque marquant comme on peut en avoir l'habitude, ces belles musiques nous transportant encore et encore et où l'on revient avec plaisir. Non, Anhédonie est marquant non pas pour ce qu'il offre, mais pour ce qu'il dévoile, ce qu'il révèle dans son langage finissant par devenir le nôtre, sa capacité à mettre en forme ce que nous n'arrivons pas à tenir dans nos mains. Plus que jamais, de la littérature.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
30/07/2015 15:20
note: 8.5/10
Madame Chronique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ataraxie
Extreme Doom / Death
2008 - Weird Truth Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (4)  8.5/10
Webzines : (6)  7.74/10

plus d'infos sur
Ataraxie
Ataraxie
Extreme Doom / Death - 2000 - France
  

tracklist
01.   Origin
02.   Silence of Death
03.   Walking through the Land of Falsity
04.   Anhédonie
05.   Avide de Sens

Durée : 73 minutes 59 secondes

line up
parution
17 Mai 2008

voir aussi
Ataraxie
Ataraxie
Project X (Compil.)

2011 - Weird Truth Productions
  
Ataraxie
Ataraxie
L’Être et la Nausée

2013 - Weird Truth Productions
  
Ataraxie
Ataraxie
Slow Transcending Agony

2005 - Weird Truth Productions
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  

Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique