chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sapaudia - Furvus Spiritus Ancellus

Chronique

Sapaudia Furvus Spiritus Ancellus
Quel est le split le plus regrettable de tous les temps dans le monde du black ? Sans aucun doute celui de WOODS OF INFINITY. Parce que le groupe était encore au top en 2011 au moment de son dernier album. Parce que les deux membres auraient très bien pu poursuivre ensemble. Parce que leur absence est très difficile à gérer, très difficile à avaler. Quel manque ! Et nombreux sont ceux qui partagent mon opinion et rêvent de leur retour. Espérons... on ne sait jamais... D’autant que le vocaliste Ravenlord semble avoir toujours un intérêt dans la musique et a bien accepté en 2003 l’invitation de La Sale Famine de Valfunde pour chanter trois titres sur Peste Noire : « Démonarque », « Niquez vos villes » et « Ode »...

Et bien figurez-vous que ce même Ravenlord remontre le bout de son nez à nouveau en tant qu’invité, mais ce qui est encore plus surprenant cette fois-ci c’est que c’est auprès d’un groupe français – encore – qui sort de nulle part. Qui avait entendu parler de SAPAUDIA avant ce premier album à part les 111 heureux bénéficiaires de la demo K7 sortie en 2013 ? SAPAUDIA est le projet d’un homme seul, d’un très jeune homme même puisqu’il est né en 1994. Mais il mérite louanges et respect encore plus encore que n’importe quel autre artiste pour faire revivre WOODS OF INFINITY à sa sauce. Car cet album est très imprégné du sceau des Suédois. Aussi bien la musique que les textes nous replongent dans leur monde désabusé. L’investissement de Ravenlord est d’ailleurs incroyable puisqu’il est allé jusqu’à écrire les paroles de deux morceaux et de les interpréter ! C’est donc lui qui ouvre l’album avec « Ensamtal » et «Isögd ». Sa voix, aaah, sa voix. Ce sont des souvenirs qui ressurgissent, des sensations qui envahissent tout l’être. Et la musique de notre jeune prodige français lui colle à merveille. Il parvient à reproduire les mêmes détresse, douceur désabusée, blessures profondes, et envies vaines de se débattre...

Les autres titres garderont la même patte, même si Ravenlord cède sa place sur les deux morceaux suivants à un autre phénomène suédois, à une autre pointure : Pessimisten. Peut-être moins connu, ses groupes ont pourtant tourmenté beaucoup d’amateurs de dépression : APATI et OFDRYKKJA (chroniqué l’année dernière avec A Life Worth Losing). Son monde est lui aussi bien sombre, et sa voix toute aussi expressive. Le bonhomme a lui aussi été convaincu par le Duc d’écrire des paroles et de les chanter. Ce qui explique les titres en suédois : « En skogens konung » et « Ett kallt öde, en värme för den döde ». Ce dernier est traumatisant. Il reprend avec une efficacité déstabilisante les thèmes de WOODS OF INFINITY, surtout l’enfance et la perte de l’innocence. « Le monde est laid les amis. Désolé les enfants, mais nous avons menti, dans la vie, vous allez en chier un max, et ça va même commencer maintenant... ». Le titre débute avec un enfant en pleurs tout de suite surmonté du « Petit Papa Noël » de Tino Rossi. Le Père Noël ne viendra pas. La mélancolie s’installe de suite et Pessimisten place sa voix plaintive / fataliste / résignée... Mais le pire vient avec l’insertion d’une communication téléphonique réelle entre un enfant et les secours. Son frère vient de se prendre une balle, apparemment de lui-même. La détresse du petit est terrifiante, impossible à retranscrire à l’écrit... Clic, ta vie a changé, aimes-tu ce sale goût dans la bouche ? Et la mélodie revient, pour au final laisser la place à une chorale d’enfants : « Douce Nuit, Sainte Nuit... ». Ce titre me transperce et me hante, je ne sais même plus si je dois remercier SAPAUDIA ou le haïr pour cette submersion d'émotions...

Les deux titres suivants ont des noms français : « Enivrante petite colombe » est très nostalgique. On y découvre pour la première fois le chant en français. Petit désavantage : il est moins poignant que les deux monstres qui viennent de passer. Petit avantage : ils sont employés avec justesse, pas en avant, mais bien fondus dans la musique. « Nuit de neige » se trouvait déjà sur la K7 citée plus haut. Le chant ressemble plus cette fois-ci à du PESTE NOIRE, crachouillant des textes d’une poésie remarquable. Le thème cette fois-ci est la nature, et la déclaration est belle ! La musique est toujours aussi propice au repli sur soi. Elle navigue entre accélérations et déprimes soudaines. Les changements de rythme sont nombreux et empêchent toute lassitude.

Une outro de 6 minutes vient finalement nous caresser les oreilles, nous faisant redescendre lentement de ce périple éprouvant. La haine n’est pas nécessairement l’arme la plus douloureuse et SAPAUDIA le prouve. Ce genre d’album est providentiel et ce n'est surtout pas une pale copie de ses influences. Le label ne s'y est pas trompé d'ailleurs et il s'agit de Obscure Abhorrence Productions, celui qui s'occupait de WOODS OF INFINITY bien entendu... Certains seront évidemment hermétiques à ce talent. Je les plaindrais presque de ne pas être touchés par cette nouvelle étoile dans le ciel de France !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

mayhem13 citer
mayhem13
19/10/2019 21:32
Merci pour la découverte sakri. C'est mon banquier qui va encore râler!
Solarian citer
Solarian
19/10/2019 18:24
note: 8.5/10
BM désabusé oui... Un disque porteur d'une atmosphère très poignante avec des mélodies tristes et déchirantes belles comme un hiver polaire; des vocalises en souffrance collant parfaitement à la musique (thanx Ravenlord et Pessimisten).
Je suis toujours client de ce genre d'album et celui-là m'a bien marqué, mais moins que "Sainte Nuit" qui est une véritable perle de mélancolie.
Je m'étonne d'ailleurs qu'on ne lui ait pas encore fait honneur ici par le biais d'une petite chro...
Sakrifiss citer
Sakrifiss
14/07/2017 11:01
note: 9/10
Archi a écrit : Je découvre ce disque sur le tard, et c'est tout simplement l'une de mes plus grandes expériences de black !
Merci pour la trouvaille ...


Je suis avec plein de chros en ce moment, mais je devrais quand même chroniquer le suivant un de ces jours...
Archi citer
Archi
14/07/2017 00:31
Je découvre ce disque sur le tard, et c'est tout simplement l'une de mes plus grandes expériences de black !
Merci pour la trouvaille ...
Streker citer
Streker
23/01/2016 22:02
J'espère qu'il sera aussi bon que celui-ci et que le chant sera plus expressif
Sakrifiss citer
Sakrifiss
22/01/2016 17:23
note: 9/10
Un nouvel extrait du prochain album, pour ceux qui ont été gentils :
https://www.youtube.com/watch?v=zToHl85DcNI
Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/10/2015 18:01
note: 9/10
Le prochain est apparemment prévu pour l'hiver !
Blaise citer
Blaise
13/10/2015 15:00
Il ne pouvait que te plaire cet album. Il m'a aussi beaucoup plus, bien que je ne sois pas un inconditionnel de WOI. Cette année est décidément exceptionnelle dans le genre.
Streker citer
Streker
10/10/2015 18:48
Quelle bonne nouvelle !!! Je m'empresse de le commander celui là ! Encore merci pour cette chro et jolie découverte

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sapaudia
Black Metal Désabusé
2015 - Obscure Abhorrence Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Sapaudia
Sapaudia
Black Metal Désabusé - 2012 - France
  

tracklist
01.   Ensamtal
02.   Isögd
03.   En skogens konung
04.   Ett kallt öde, en värme för den döde
05.   Enivrante petite colombe
06.   Nuit de neige
07.   Outro

Durée : 41:12

line up
parution
27 Septembre 2015

Temple Of The Dog
Temple Of The Dog
Lire la chronique
Sammath
Across The Rhine Is Only Death
Lire la chronique
Denial Of God
The Hallow Mass
Lire la chronique
Terrorizer
Caustic Attack
Lire la chronique
PPCM #26 - TROIS SENSATIONS à écouter d'URGENCE
Lire le podcast
Ossuaire
Derniers Chants
Lire la chronique
Xoth
Interdimensional Invocations
Lire la chronique
Carcinoid
Metastatic Declination
Lire la chronique
1349
The Infernal Pathway
Lire la chronique
Gaahl's Wyrd + Gost + Mayhem
Lire le live report
Undergang
Ufrivillig Donation Af Vita...
Lire la chronique
25th Anniversary Tour
Machine Head
Lire le live report
Botanist
Ecosystem
Lire la chronique
Concrete Winds
Primitive Force
Lire la chronique
Maïeutiste
Veritas
Lire la chronique
Faceless Entity
In Via Ad Nusquam
Lire la chronique
Le Black Metal... CA M'AGACE !!!
Lire le podcast
Häive
Iätön
Lire la chronique
Infaust
Verblichen
Lire la chronique
Nox Irae
Here The Dead Live (EP)
Lire la chronique
Dauþuz
Monvmentvm
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Gidim
Lire la chronique
Devourment
Obscene Majesty
Lire la chronique
Gatecreeper
Deserted
Lire la chronique
Hangman's Chair
Bus de Nuit (EP)
Lire la chronique
False
Portent
Lire la chronique
Sadistic Ritual
Visionaire Of Death
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Procession Of Ghosts
Lire la chronique
Sons Of Rebellion Tour 2019
Dead Congregation + Deströy...
Lire le live report
Keys of Orthanc
A Battle in the Dark Lands ...
Lire la chronique