chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
143 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vehemence - Forward Without Motion

Chronique

Vehemence Forward Without Motion
Eté 2004, la pochette signée Wesley Benscoter (Autopsy, Cattle Decapitation, Slayer, Hypocrisy, Nile, Mortician…) de Helping The World To See me fait de l’œil (oui c’est le cas de le dire) jeune chroniqueur innocent que je suis. Puis le clip de « By Your Bedside » et sa mélodie empruntée à la « Carmina Burana » confirment une certaine attirance. Mais mon allégeance à Vehemence se fera lors de la découverte de son prédécesseur God Was Created. Un bijou de death metal progressif et mélodique bien trop méconnu. Un charme malheureusement de courte durée, lâché par Metal Blade un an après la sortie de Helping The World To See, le groupe de Phoenix se séparera pour finalement se reformer fin 2007 avec un nouveau deuxième guitariste. Pourtant Vehemence restera assez vague sur la suite et plutôt fantomatique sur ses interventions… Il proposera au compte goutte des titres démos (R.I.P MySpace) et des concerts locaux mais toujours avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Finalement le groupe entrera dans son « studio maison » pour enregistrer un quatrième album portant l’étendard du modeste label américain Battleground Records. Dix ans plus tard, Vehemence est enfin de retour.

Ceux guettant (comme moi) le moindre message du groupe connaîtront déjà une partie de ces morceaux composés entre 2007 et 2011 (parfois renommés), diffusés dans leur version démo et/ou filmés lors de leurs concerts. La recette de Vehemence ne change donc pas, un metal extrême bigarré lorgnant toujours entre death US, death mélodique (vieille école), brutal death et black. Une appétence black nettement plus marquée désormais, pas si étonnant puisque trois des cinq membres auront joué au sein d’Abigail Williams. Tremoli et arpèges glacials, batterie martiale dense, hurlements déchirés… L’enchaînement « In The Shadows We Dwell » (riff fatal à 3:24) et « A Dark Figure In The Distance » (son break à 1:09) transpire le metal noir. Quel plaisir de retrouver le riffing de Bjorn… Le socle mélodique demeure ainsi, outre le nombre incalculable de riffs accrocheurs (un paragraphe complet), des leads (aucun titre épargné) qui montent d’un cran en recherche et technicité. Démonstration faite sur les huit minutes « heavy ahuri » de « Murdered By The Earth ». Vehemence use encore d’un tempo relativement modéré tout le long, de fait il en profitera pour varier ses débits (vagues de double pédale de face) et contraster ses luxuriantes compositions (neuf morceaux pour une heure de musique). Un pavé tout en fluidité.

L’envoutant God Was Created contait la douce histoire d’un tueur psychopathe (nécrophile) obsédé par une femme vouant tout son amour à Jésus Christ. A l’instar du plus inégal Helping The World To See, point de délicat concept cette fois-ci mais des vers « impétueux » contre tout type de religion et l'humanité dans son ensemble, Nathan nous plonge dans son univers (première personne souvent utilisée dans les paroles jouissives). Fini l’asthme éprouvant des débuts, place à des vocaux puissants, gutturaux et articulés que l’on tentera d’imiter. Seul désormais, le frontman s’occupera de toutes les parties criardes (épaulé à l’époque du bassiste). Des hurlements pêchant il est vrai en termes de puissance mais plutôt honorables dans l’ensemble. Un chant aidé par un mixage tout autre. Une discographie qui souffrait d’une production bien obscure… Balayée à des années lumières ici, un son massif (fûts et tympans martyrisés) et un mixage parfaitement équilibré. Mention toute spéciale aux rouleaux compresseur « It’s All My Fault » (« I hate this life ! ») et « There Are So Many Reasons To Give Up On Religion » (« Fool me once : shame on you ! Fool me twice : shame on me ! »)… Tout simplement imparables. On redemande des morceaux de ce calibre car peut-être que Vehemence a voulu trop en faire sur certains passages. Aucun remplissage mais des moments longuets qui tirent parfois sur la corde… Des baisses de régime reprises par un break impromptu, une mélodie ou un déchaînement de violence. L’ambiance mélancolique aurait pu être encore plus affinée (les finals de « In The Shadows We Dwell » et « She Fucks Like She’s Alive ») afin d’agripper la perfection. God Was Created hante toujours mon esprit.

Association du complexe God Was Created et du direct Helping The World To See, Forward Without Motion touche de près l’excellence. « De près », peut-être que son death aurait pu gagner encore en terme d’ambiance ou d’efficacité (quelques rallonges aisément amputables) mais le niveau de composition pharamineux pour le style pratiqué ainsi que les passages mandales auront indubitablement le dernier mot. Onze années de silence interminable qui auront pu faire murir naturellement le metal de Vehemence, à la fois mélodique, brutal, progressif et surtout personnel. L’attente était sensée pour ce retour imposant, j’ai de nouveau 20 ans.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
10/06/2019 14:12
X-Death a écrit : Tu trouveras pas sur Discogs mais sur leur Bigcartel.

Seulement 10 balles le LP ! ... et 20 de frais de ports
X-Death citer
X-Death
10/06/2019 13:53
note: 8.5/10
N4pht4 a écrit : X-Death a écrit : un côté Black parfois très prononcé

Bah.... Je vois pas le problème moi !
Mais merci pour le rappel, j'ai au moins pensé 10 fois à le cliquer mais une fois sur discogs je me perds souvent.



Tu sais bien, quand c'est trop black ça me plaît pas. On est a la limite là.

Tu trouveras pas sur Discogs mais sur leur Bigcartel.
N4pht4 citer
N4pht4
10/06/2019 12:53
X-Death a écrit : un côté Black parfois très prononcé

Bah.... Je vois pas le problème moi !
Mais merci pour le rappel, j'ai au moins pensé 10 fois à le cliquer mais une fois sur discogs je me perds souvent.

X-Death citer
X-Death
09/06/2019 20:14
note: 8.5/10
J'ai boudé cette album à sa sortie, je me demande encore pourquoi... M'enfin c'est pas comme si c'était la première fois...

Les raisons : des compositions très personnelles comme dit dans la chronique, quelques longueurs et un côté Black parfois très prononcé. ( le morceau 6 est dégueulasse aussi... )

Après la sortie du dernier House of Atreus ( qui comporte les même spécificités) il me fallait plus de Death mélodique bien enervé et inspiré. Une plongée dans Thrashocore m'a permis de remonter cette pépite brute, elles se font rare malheureusement... des idées peut-être ??

Triste que le groupe est splitté, cet album devient rare, alors dépechez vous
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
14/10/2015 21:31
Je note: ça fait envie !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vehemence
Death Metal
2015 - Battleground Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (3)  8.73/10

plus d'infos sur
Vehemence
Vehemence
Death Metal - 1997 † 2016 - Etats-Unis
  

vidéos
Murdered by the Earth
Murdered by the Earth
Vehemence

Extrait de "Forward Without Motion"
  
I Don’t Want to Look Inside
I Don’t Want to Look Inside
Vehemence

Extrait de "Forward Without Motion"
  

tracklist
01.   I Don’t Want to Look Inside  (07:08)
02.   Imagining the Loss  (05:38)
03.   Murdered by the Earth  (08:24)
04.   Jim the Prophet  (05:26)
05.   In the Shadows We Dwell  (04:58)
06.   A Dark Figure in the Distance  (08:16)
07.   It’s All My Fault  (03:25)
08.   She Fucks Like She’s Alive  (06:58)
09.   There Are So Many Reasons to Give Up on Religion  (06:13)

Durée : 56:26

line up
parution
23 Octobre 2015

voir aussi
Vehemence
Vehemence
God Was Created

2002 - Metal Blade Records
  
Vehemence
Vehemence
Helping The World To See

2004 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
Leveling the Plane of Existence

2011 - Relapse Records
  
Unurnment
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)

2019 - Maggot Stomp Records
  
Cadaveric Fumes / Skelethal
Cadaveric Fumes / Skelethal
Heirs Of Hideous Secrecies (Split 7")

2018 - Hells Headbangers Records
  
Imprecation
Imprecation
Damnatio Ad Bestias

2019 - Dark Descent Records
  
Demigod
Demigod
Slumber Of Sullen Eyes

1992 - Drowned Productions
  

10 MoM Challenge n°3 - Ceci n'est pas du DEATH !
Lire le podcast
Entombed A.D.
Bowels Of Earth
Lire la chronique
Mavorim
Silent Leges Inter Arma
Lire la chronique
Asagraum
Dawn of Infinite Fire
Lire la chronique
PPCM #23 - CELTIC pas beau ce METAL-là ?
Lire le podcast
Mgla
Age Of Excuse
Lire la chronique
Kruksog
Foster Prudence
Lire la chronique
Darkend
Spiritual Resonance
Lire la chronique
Adherent
Demo MMXVII (Démo)
Lire la chronique
Power From Hell
Profound Evil Presence
Lire la chronique
Imperial Cult
Spasm of Light
Lire la chronique
Jupiterian
Terraforming
Lire la chronique
Vitriol
To Bathe From The Throat Of...
Lire la chronique
Atlantean Kodex
The Course of Empire
Lire la chronique
Acid Witch
Evil Sound Screamers
Lire la chronique
Lutomysl
Ecce Homo
Lire la chronique
Various Artists
Slave to the Grind (DVD)
Lire la chronique
Temple Of Dread
Blood Craving Mantras
Lire la chronique
Antichrist Siege Machine
Schism Perpetration
Lire la chronique
Illdisposed
Reveal Your Soul For The Dead
Lire la chronique
Furia
Grudzień za grudniem
Lire la chronique
Critical Defiance
Misconception
Lire la chronique
Rotted
Pestilent Tomb
Lire la chronique
Jesus Cröst
Tot
Lire la chronique
Impavida
Antipode
Lire la chronique
Imprecation
Damnatio Ad Bestias
Lire la chronique
Esoctrilihum
The Telluric Ashes Of The O...
Lire la chronique
Ossuary
Supreme Degradation (Démo)
Lire la chronique
Wraith
Absolute Power
Lire la chronique
Le Jardin d'Alice
Higenjitsu (非現実)
Lire la chronique