chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Envy - A Dead Sinking Story

Chronique

Envy A Dead Sinking Story
Il y a des disques comme ça où dès la première écoute, on sent qu'il se passe quelque chose. Que ce sur quoi on pose les oreilles est grand, très grand. Que ça ne nous lâchera plus jamais et qu'on aimerait déconstruire les mathématiques pour pouvoir lui coller un ?/10. Déjà correctement anéanti, broyé et pulvérisé par «  All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead », c'est à l'improviste que j'abordais ce «  A Dead Sinking Story » sans me douter un seul instant de ce qui allait arriver. Pour l'anecdote, sachez qu'Envy, lors de leur premier concert dans la région avait laissé un souvenir à Nancy en explosant le plafond à coup de micro.

C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup : On a ici la parfaite illustration de ce qui fait qu'Envy représente LE screamo pour moi. Et cet élément clé, c'est la sincérité reproduite sur album par cette voix si caractéristique semblant à la limite de l'implosion à chaque seconde. Jamais rien ne semble surjoué chez Envy puisque chaque fraction de chaque titre semble provenir tout droit du cœur des musiciens. On les sent si pris, si passionnés et si touchants qu'on ne peut s'empêcher d'être happé dans le torrent d'émotions qu'ils nous proposent. C'est, à mon humble avis, cette énergie de tous les instants qui aura propulsé la formation japonaise au sommet du Screamo originel. Malgré son ancienneté, le quintet (avec ces deux albums spécifiquement) fait la leçon à tout les autres. Que ce soit Mihai Edrisch, Orchid, Raein, Daïtro, Circle Takes The Square ou les plus récents La Dispute ou Touché Amoré : tous se font petits face au monstre légendaire qu'est Envy.

Quasiment indépassable en terme de tristesse, de beauté et de proximité de l'âme, «  A Dead Sinking Story » est une longue procession cérébrale. Un chemin de croix bouleversant à chaque instant qui se nourrit de chacune de ses pérégrinations pour aller encore plus loin dans les tréfonds du sentiment humain. Il est d'ailleurs inutile de parler de morceaux, de parties ou de compositions tant Envy avec ce disque transcende le concept même d'album, laissant libre court à une vague incontrôlée d'émotions se tortillant dans tous les sens. Pas une micro-seconde n'est ici dédiée au remplissage ou à une quelconque réflexion sur la construction et la création artistique. Tout vient du cœur, de l'origine et de l'impulsion humaine. On se fait violence en écoutant cet opus qui nous pénètre au plus profond et a le culot de nous faire mal même si l'on est heureux. Pas d'alternative. On ne peut pas « relativiser » « A Dead Sinking Story », on ne peut que l'aimer, le subir parfois et lui rendre justice. Chose que je fais en ce moment même. Un est tout et tout est un comme perdu entre bourrasques dantesques pliant les branches sur les côtes maritimes et accalmies ou l'on voit les feuilles des arbres virevoltant légèrement au vent.

Peut-être qu' « A Dead Sinking Story » a un peu moins bien vieilli que son prédécesseur auquel il est sempiternellement comparé / confronté / opposé. Et dans cette liste, c'est le terme d' « opposition » qui résume le mieux la différence entre les deux en ce qui me concerne. On avait l'explosion avec « All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead », celle qui déchargeait une colère noire à une vitesse supersonique et nous avons l'implosion avec « A Dead Sinking Story », un ressenti tout aussi violent mais contenu, compressé, comprimé à l'intérieur d'un espace clos. Une longue tension qui plane sur chaque passage posé - sublimée par des syllabes hurlées toujours exemplaire – et qui peine à être expulsée. Même les passages avec la plus haute dose d'émotion semblent encore un peu trop petits pour la grandeur de ces sentiments. Comme si Envy avait besoin d'un bac de 100 litres pour vomir ses émotions et qu'on ne lui en donnait que 10, là où l'album précédent possédait quant-à-lui une contenance suffisante.

« A Dead Sinking Story » est un classique, le deuxième d'Envy et probablement leur dernier à moins que ces derniers réussissent un beau jour à revenir à cet incroyable niveau de qualité (ce qui, je vous l'avoue, m'étonnerait vraiment). Il représente encore aujourd'hui une façon plus posée, plus progressive d'atteindre l'excellence du Screamo. Long, grassouillet et s'étirant sur un nombre conséquent de minutes pour un album du genre, ce disque s'affirme comme un indubitable must-have que n'importe quel amateur de Screamo, éclairé ou non, se doit de posséder dans une discothèque digne de ce nom.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
23/10/2015 14:01
note: 8.5/10
FleshOvSatan a écrit : "Tournée" ouais, j'y ai été un peu fort, je parlais de cette date là :



Un de leurs rares concerts en Fr, dont j'avais lu un report.


Ok. Le groupe est au moins venus trois fois avant cette tournée de 2009. Une fois en 2005 au Furyfest. Et pour ma part je les ai vu deux fois à Rennes avant, probablement entre 2001 et 2004.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
23/10/2015 13:45
note: 9/10
"Tournée" ouais, j'y ai été un peu fort, je parlais de cette date là :



Un de leurs rares concerts en Fr, dont j'avais lu un report.
AxGxB citer
AxGxB
23/10/2015 13:11
note: 8.5/10
Très chouette album, bien chargé émotionnellement. Par contre, ça fait un bail que je ne l'ai pas ressorti. Sinon, de quelle "première" tournée européenne parles-tu?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Envy
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.4/10
Webzines : (9)  8.41/10

plus d'infos sur
Envy
Envy
Screamo - Japon
  

tracklist
01.  Chain Wandering Deeply  (8:28)
02.  Distress Of Ignorance  (5:45)
03.  Evidence  (3:16)
04.  Color Of Fetters  (7:19)
05.  Unrepairable Gentleness  (8:10)
06.  Go Mad And Mark  (6:35)
07.  A Conviction That Speeds  (5:27)
08.  Reasons And Oblivion  (5:05)
09.  A Will Remains In The Ashes  (12:44)

Durée : 62.58 min.

line up
voir aussi
Envy
Envy
All The Footprints You've Ever Left And Fear Expecting Ahead 

2001 - Temporary Residence Ltd.
  

Essayez aussi
The Saddest Landscape
The Saddest Landscape
Darkness Forgives

2015 - Topshelf Records
  
State Faults
State Faults
Desolate Peaks

2012 - Tiny Engines
  
La Quiete
La Quiete
La Fine non è la Fine

2004 - Heroine Records
  
Viva Belgrado
Viva Belgrado
Flores, Carne

2014 - Tokyo Jupiter Records
  
Suis La Lune
Suis La Lune
Distance / Closure (EP)

2015 - Topshelf Records
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique