chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Born Of Osiris - Soul Sphere

Chronique

Born Of Osiris Soul Sphere
2015 aura été essentiellement morose pour les adeptes (souvent moqués) du régiment « deathcore technico-mélodique » de Sumerian Records (lancé au milieu des années 2000). Veil Of Maya aura sorti sa purge FM Matriarch en mai (désolé pour l’absence de chronique, mes oreilles et celles de Flesh saignent encore), After The Burial subira le suicide de son guitariste Justin Lowe (après une crise de schizophrénie) cet été et enfin Conducting From The Grave vient tout juste d’annoncer sa séparation… De ce rayon de l’écurie, il ne reste que les historiques (premiers groupes signés sur le label) The Faceless (nouvel opus pour l’année prochaine) et Born Of Osiris (BOO). Ces derniers avaient particulièrement déçu (Tomorrow We Die ∆live) après un The Discovery prometteur. Les Américains continuent sur leur rythme d’un album tous les deux ans depuis 2007 (déjà !), place en toute logique au cinquième brûlot Soul Sphere.

BOO fait du BOO et revient un peu plus à ses racines, n’allez pas chercher plus loin. Alors montez donc le son, la production outrancière habituelle monte encore d’un cran (comme quoi c’est possible) ! Profitez de la lourdeur de la 7 cordes et des frappes écrasantes de Cameron (jouissez donc des basses). Evidemment les riffs saccadés sont de la partie mais terminé l’overdose de breakdowns joués par des enfants de centre aéré de Tomorrow We Die ∆live, Lee Mckinney varie ses riffs et balance encore dans le tas quelques jolis leads/soli : « The Other Half Of Me » (2:47), « The Sleeping And The Dead » (1:18), « Resilience », « The Louder the Sound, the More We All Believe (2:20), « Warlords » (3:10). Trop avare finalement. Dommage que le bonhomme n’en ait pas ajouté d’avantage, l’aura de A Higher Place refaisait surface. Mais ce sera surtout dans les compositions que le gap se fera avec son prédécesseur (pas si difficile vous me direz), outre la quantité de riffs, les Américains jouent avant tout la carte des breaks impromptus à la rythmique alambiquée (typiquement la recette After The Burial) sur « Free Fall » (3:14) ou « Illuminate » (1:47 et 3:37).

Nous n’échappons pas non plus aux quelques morceaux plus metalcore taillés MTV avec chant clair (Linkin Park ?) associé du claviériste. Fort heureusement ça passe plutôt bien, sans vocodeur ou niaiserie ajouté comme en témoigne l’efficace refrain de « Throw Me In The Jungle ». Sauf que paradoxalement à cela, Soul Sphere demeure l’album le plus « violent » de BOO. Les deux hurleurs poussent encore plus fort la gueulante (grave pour Ronnie et Joe pour le criard), trop même parfois (l’exténuant et poussif « Illuminate » ou « The Composer »). Et puis le batteur frappe toujours comme un sourd (rappelez-vous de « Behold », la même intensité) sur « Goddess Of The Dawn » et « The Composer » (1:30) avec une bonne dose de double pédale. Côté claviers, les nappes « cheap » disparaissent elles pour mieux accompagner les guitares (à la manière de A Higher Place). Les passages symphoniques « hollywoodien » demeurent eux par contre toujours très cosmétiques. Quant aux expérimentations électro du précédent album, vous ne ferez la moue que sur « The Louder the Sound, the More We All Believe » (horreur) ou le final de « The Composer ». Ouf. Bref tout paraît assez homogène, bien ficelé et très carré. Pourtant Soul Sphere perdra de notre attention, particulièrement en deuxième partie. L’album manque de moments forts et de réelle accroche, on reste sur notre faim au bout du compte.

Avec Soul Sphere, Born Of Osiris reprend l’aspect direct de Tomorrow We Die ∆live mais ira étoffer ses compositions et y ajoutera une pincée de testostérone. Le résultat fonctionne indubitablement, la galette s’apprivoise aisément dès la première écoute (essence même du groupe) mais peinera à tenir en haleine tout le long. La faute à l’absence des mélodies épiques des deux premiers opus mais aussi à des aspects progressifs et expérimentaux trop timides (The Discovery comme référence). Born Of Osiris ne prend aucun risque et fait ainsi le strict nécessaire. Un bon album certes mais rien de réellement marquant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Rapha3l citer
Rapha3l
31/10/2015 19:32
A cause de Tomorrow We Die ∆live j'avoue avoir un peu peur d'écouter cet album... Et vu ta chro, je pense que je m'en passerais ! Ce genre de musique m'ennuie de plus en plus. Alors si c'est pas vraiment marquant... :/
NEXT !
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
31/10/2015 15:41
note: 7.5/10
Tout à fait d'accord. Le seul groupe de Sumerian qui tient encore la route pour moi après le cassage de gueule monstrueux de Veil of Maya. Un cassage de gueule assez prévisible celà dit, tant Veil of Maya a toujours été un groupe assez inconstant, que ce soit dans sa discographie complète comme au sein d'un même disque.

La première est un hit absolu, peut-être un des seuls morceaux récents de BoO au niveau de "The Discovery", et comme tu le dis, les chants clairs sont faits avec parcimonie et bon goût (comme ça a souvent été le cas chez BoO cela dit, notamment dans les quelques interludes, "Throw Me Off The Jungle" confirme la filiation avec le BMTH de "Sempiternal" et le Architects récent), comme quoi c'est possible.

Par contre, je te rejoins, l'album lasse vite, notamment sur la deuxième partie. Le duo "Tidebinder" / "Resilience" m'achève à chaque fois et me file l'envie d'écouter autre chose...

Et c'est rageant, parce que Dieu sait que les mecs ont le talent et la technique pour nous sortir leur "Exoplanet". Peut être qu'il leur manque toutefois une kyrielle d'influences Post et Mélodiques... Bon, je sais, c'est pas sport de balancer comme ça le nom du meilleur skeud de Deathcore des cinq dernières années et de dire "faudrait qu'ils fassent pareil". Mais cela dit, un renouvelle plus prog et planant chez BoO, ça le ferait carrément !


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Born Of Osiris
Deathcore mélodique
2015 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (15)  7.4/10

plus d'infos sur
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Deathcore mélodique - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Other Half of Me  (3:32)
02.   Throw Me in the Jungle  (3:36)
03.   Free Fall  (4:09)
04.   lluminate  (4:45)
05.   The Sleeping and the Dead  (3:42)
06.   Tidebinder  (4:21)
07.   Resilience  (3:50)
08.   Goddess of the Dawn  (3:23)
09.   The Louder the Sound, the More We All Believe  (3:27)
10.   Warlords  (4:09)
11.   River of Time  (3:22)
12.   The Composer  (4:28)

Durée : 46:43

line up
parution
23 Octobre 2015

voir aussi
Born Of Osiris
Born Of Osiris
The Discovery

2011 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
Tomorrow We Die ∆live

2013 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
The New Reign

2007 - Sumerian Records
  
Born Of Osiris
Born Of Osiris
A Higher Place

2009 - Sumerian Records
  

Essayez aussi
After The Burial
After The Burial
Rareform

2009 - Sumerian Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Halfway Human

2017 - Long Branch Records
  
Conducting From The Grave
Conducting From The Grave
When Legends Become Dust

2009 - Sumerian Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Invade

2010 - Victory Records
  
Dying Humanity
Dying Humanity
Fallen Paradise

2007 - Restrain Records
  

Sulphur Aeon
The Scythe of Cosmic Chaos
Lire la chronique
Strigoii
The Oldest of Blood
Lire la chronique
Hwwauoch
Hwwauoch
Lire la chronique
Deicide
Overtures Of Blasphemy
Lire la chronique
Gama Bomb
Speed Between the Lines
Lire la chronique
Dirge
Lost Empyrean
Lire la chronique
Hats Barn
S.h.e.o.L (EP)
Lire la chronique
Sick Of It All
Wake The Sleeping Dragon!
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 22 - Hit-Parade 2018
Lire le podcast
Haunt
Grimoires Of Undead Power
Lire la chronique
Embryonic Cells
Horizon
Lire la chronique
Dodsferd
Diseased Remnants of a Dyin...
Lire la chronique
Machine Head
Catharsis
Lire la chronique
Bilskirnir
In Solitary Silence
Lire la chronique
Skulmagot
Skulled To Death
Lire la chronique
Cemetery Urn
Barbaric Retribution
Lire la chronique
Svartidauði
Revelations Of The Red Sword
Lire la chronique
The Necromancers
Of Blood and Wine
Lire la chronique
Metalhertz #1 - L'influence de Chuck Schuldiner
Lire le podcast
Nag
Nagged to Death
Lire la chronique
Alone in the Mist
Useless
Lire la chronique
Outre-Tombe
Nécrovortex
Lire la chronique
Nachtmystium
Resilient (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus + Furia + Mysticum
Lire le live report
Cénotaphe
Horizons (EP)
Lire la chronique
VƆID pour l'album "Jettatura"
Lire l'interview
Iskandr
Euprosopon
Lire la chronique
Armaggedon
The Satanic Kommandantur
Lire la chronique
Infernal Coil
Within a World Forgotten
Lire la chronique
Death Karma
The History of Death & Buri...
Lire la chronique