chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
150 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Riverside - Love, Fear and the Time Machine

Chronique

Riverside Love, Fear and the Time Machine
A mon grand regret, je n'ai pas eu le temps l'année dernière de découvrir de nouvelles choses en matière de musique, et encore moins de nouvelles nouvelles choses ce qui m'a valu, une fois encore, un maigre bilan annuel. Mais tout comme le rappelait notre vénéré membre fondateur Chris dans sa chronique fleuve du dernier Insision, la vie est une question de priorités et Riverside fait partie des miennes : il n'était évidemment pas question que je passe à côté de ce nouvel album. Si la chronique a tardé comme vous pouvez le constaster, ce n'est pas uniquement par flemme ou manque de temps : ce sixième album, je l'écoute depuis sa sortie et mon épopée a été pleine de rebondissements. Il m'aura fallu du temps pour le comprendre et pour l'apprécier à sa juste valeur, un voyage qui en valait la peine.

Sans être une véritable déception, "Shrine of New Generation Slaves" m'avait un peu déçu, surtout après la quasi-perfection de "Anno Domini High Definition". On y retrouvait un Riverside moins percutant et moins personnel, délaissant son univers au profit de ceux de ses influences, un comble pour un groupe qui a su s'affirmer dès le début par sa trilogie "Reality Dream". Mes premières écoutes de "Love, Fear and the Time Machine" m'avaient amenées aux mêmes conclusions, voire pire. Qu'avez-vous fait de vos guitares électriques et de votre fougue amis Polonais ? Le quartet ose un album majoritairement calme et contemplatif, un choix artistique inattendu qui m'a totalement rebuté au premier abord, m'ennuyant au plus au point. Quelques semaines après sa sortie, je l'ai finalement laissé de côté et commencé à réfléchir à une chronique à la hauteur de ma déconvenue.

C'est finalement en le ressortant quelques temps après que j'ai commencé à l'assimiler et à l'apprécier. Riverside n'est plus à prendre comme ce groupe imprévisible à la frontière entre le rock et le metal progressif : plus les années passent, plus le propos s'assagit et dérive vers un folk/rock atmosphérique rappelant fortement les travaux de Steven Wilson, d'Anathema et d'Antimatter. Moins à l'aise dans les passages les plus électriques, il s'illustre avant tout dans l'expression de la mélancolie où les guitares acoustiques, la piano et le sublime chant de Duda se feront un malin plaisir à arracher toutes les larmes de votre corps. A l'instar d'un Anathema justement, le combo s'est désormais réfugié dans une musique d'une telle simplicité, d'une telle naïveté qu'il en émane un sentiment de pureté et de plénitude qui semble universel, à défaut d'être original.

Comme je le disais plus haut et comme le laissait présager leur précédente oeuvre, Riverside ne surprend plus. Les seules expérimentations qu'on retrouve ici (toutes proportions gardées) seront à aller chercher du côté des sonorités électroniques qui parsèment l'ensemble, plutôt bien vues et de très bon goût évidemment. Au final, jamais les Polonais ont été aussi linéaires, notamment en seconde partie d'album. Est-ce réellement dommage ? Quelque part oui, en ce qui me concerne. Toutefois, ces musiciens sont bien trop doués pour s’encroûter et réservent encore assez de petites subtilités rythmiques et mélodiques pour ajouter quelques niveaux de lectures qui viendront prolonger le plaisir de découverte et d'écoute. Rien n'illustre mieux tout ceci que la seconde partie de "Saturate Me" qui commence comme du rock progressif de papy pour enchaîner à 2'00 sur un des plus beaux moments de bravoure de leur carrière. Toute la musicalité et le feeling de ce fantastique groupe concentré en 5 minutes.

Voir autant de lumière émaner d'un album de Riverside brûle les yeux. Mais une fois vos lunettes de soleil sur le nez, vous pourriez vous laisser émouvoir par la beauté nue d'un simple levé de soleil. Car "Love, Fear and the Time Machine" c'est juste ça, un nouveau départ, une chaleur timide qui vous réchauffe le coeur, une pensée pour ceux qui ne sont plus là, une promesse pour ceux qui restent, la BO d'un avenir meilleur. Pas une révolution et tant pis puisqu'on s'y sent si bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/02/2016 15:20
Très déçu pour ma part. Ce n'est pas faute de lui avoir (re)donné sa chance pourtant mais hormis un démarrage correct, je m'ennuie au plus haut point. J'en attendais sans doute trop après un "Shrine" quasi parfait.
Dead citer
Dead
23/02/2016 23:57
von_yaourt a écrit : Tu sais que Piotr vient de mourir ?

Non tu me l'apprends. Putain encore un mort Déçu
von_yaourt citer
von_yaourt
23/02/2016 23:36
Tu sais que Piotr vient de mourir ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Riverside
Rock progressif
2015 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (17)  7.89/10

plus d'infos sur
Riverside
Riverside
Metal/rock progressif - 2001 - Pologne
  

vidéos
Found (The Unexpected Flaw of Searching)
Found (The Unexpected Flaw of Searching)
Riverside

Extrait de "Love, Fear and the Time Machine"
  

tracklist
01.   Lost (Why Should I Be Frightened by a Hat?)  (05:51)
02.   Under the Pillow  (06:47)
03.   #Addicted  (04:52)
04.   Caterpillar and the Barbed Wire  (06:56)
05.   Saturate Me  (07:08)
06.   Afloat  (03:11)
07.   Discard Your Fear  (07:00)
08.   Towards the Blue Horizon  (08:09)
09.   Time Travellers  (06:41)
10.   Found (The Unexpected Flaw of Searching)  (04:03)

Durée : 60 min.

line up
parution
4 Septembre 2015

voir aussi
Riverside
Riverside
Memories in My Head (EP)

2011 - ProgTeam Management
  
Riverside
Riverside
Voices In My Head (MCD)

2005 - InsideOut Music
  
Riverside
Riverside
Out Of Myself

2004 - The Laser's Edge
  
Riverside
Riverside
Anno Domini High Definition

2009 - Century Media Records
  
Riverside
Riverside
Rapid Eye Movement

2007 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
Antimatter
Antimatter
Fear of a Unique Identity

2012 - Prophecy Productions
  
Transatlantic
Transatlantic
Bridge Across Forever

2001 - InsideOut Music
  
Pink Floyd
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon

1973 - EMI
  
Wolverine
Wolverine
Communication Lost

2011 - Candlelight Records
  
Porcupine Tree
Porcupine Tree
The Incident

2009 - Roadrunner Records
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique