chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Archgoat - The Light-Devouring Darkness

Chronique

Archgoat The Light-Devouring Darkness
Si vous lisez Thrashocore avec assiduité, vous n’êtes pas sans savoir que l’activité d’Archgoat est relativement marquée ces derniers jours avec la sortie d’un split en compagnie de Satanic Warmaster intitulé Lux Satanae (Thirteen Hymns Of Finnish Devil Worship) ainsi qu’une place de choix dans notre bilan de fin d’année grâce à l’excellent « The Apocalyptic Triumphator » qui a marqué le grand retour des Finlandais après six ans d’absence. En parallèle, le label français Debemur Morti vient de rééditer pour la première fois en CD le EP Angelcunt (Tales Of Desecration) sorti initialement en 1993 ainsi que The Light-Devouring Darkness, deuxième album d’Archgoat qui malgré ses qualités évidentes n’avait pas encore trouvé place parmi les innombrables chroniques de qualité que compte votre webzine préféré.

En comparaison des deux premières versions parues en 2009 chez Blasphemous Underground Productions et Moribund Records, cette réédition de 2015 n’offre que bien peu d’avantages. La principale différence concerne le packaging puisque Debemur Morti a fait le choix d’un digipack soigné là où les deux précédents labels avaient opté à l’époque pour un simple boitier cristal. L’artwork impeccable et toujours aussi à-propos de Chris Moyen est ainsi mis un peu plus en valeur mais c’est à peu près la seule différence notable puisqu’hormis le choix de ce format cartonné et le traitement de couleur noire appliqué à la partie lisible du CD, rien de vient différencier cette réédition des premiers pressages évoqués un peu plus haut.

Sorti trois ans après Whore Of Bethlehem, ce deuxième album d’Archgoat suit sans surprise le chemin emprunté par les Finlandais depuis leurs débuts en 1989. Une dévotion sans faille qui à défaut de surprendre, comblera tous les amateurs du trio scandinave qui n’en attendaient probablement pas moins (ni même davantage). Ainsi, tout ce qui faisait le charme de son prédécesseur est ici repris tel quel. Il n’y a finalement que la production, moins brouillonne et plus compacte, pour différencier ces deux albums. Le groupe abandonne ainsi cette approche plus "raw" caractérisant jusqu’alors ses précédents enregistrements pour quelque une production toujours très marquée par les standards de l’underground mais offrant cependant davantage de puissance. Si le résultat demeure toujours relativement dense, The Light-Devouring Darkness gagne néanmoins en immédiateté ainsi qu’en lisibilité. Pour le reste, tout est absolument identique. De cette voix glaireuse, bestiale et caverneuse à ces riffs simples aussi entêtants qu’efficaces en passant par ces breaks à se briser la nuque, ces accélérations démoniaques ou bien encore ces atmosphères blasphématoires, tout y est. Sans exception.
Certains auront sûrement l’audace de reprocher aux Finlandais de vivre sur leurs acquis mais ces derniers, aveuglés par leur propre ignorance, ont oublié une chose particulièrement importante : Archgoat est l’un des pionniers du genre, bouleversant dès sa création les fondations de la scène Black underground. Qui plus est, il n’existe pas beaucoup d’autres groupes de son niveau aujourd’hui. Il est celui qui porte l’étendard. Celui qui mène ses suivants à la bataille. Un leader montrant le chemin. Ce statut, le groupe l’a amplement mérité et surtout il a su en rester digne. C’était le cas en 1993, en 2006, en 2009, en 2015 et bien évidemment encore aujourd’hui. Car derrière cette absence de remise en question, ces riffs simples ou ce côté linéaire et rébarbatif, Archgoat cache une efficacité des plus redoutables. Comment ne pas avoir envie de se fracasser la tête contre les murs sur les breaks ou les séquences mid-tempo de "Tribulation Of The King Of Worms", "Goat And The Moon", "Blessed In Beast’s Blood", "Fornicated Messiah"... ? Comment ne pas avoir le poil qui se hérisse à l’écoute de tous ces riffs Satan à l’odeur de bouc ? Comment ne pas devenir complètement fou sous cette pluie de blasts incessants ou bien ces riffs aliénants ? En somme, il semble bien difficile de passer outre une telle déferlante, surtout si on apprécie un tant soit peu ce genre de Black Metal bestial et bas du front.

Malgré les années qui passent ainsi que ces quelques périodes d’inactivités qui ont marqué la carrière des Finlandais, Archgoat a toujours su rester fidèle à ses valeurs et à une certaine ligne de conduite musicale qu’il a lui-même façonné durant ses premières années. Une valeur sûre incapable de décevoir, voilà ce que représente Archgoat aux yeux de ses "innombrables" fans (toutes proportions gardée, on ne parle pas de millions de personnes non plus). Même lorsque le groupe sort un split composé uniquement de vieux morceaux réenregistrés, tout le monde semble vouloir s’extasier. C’est vous dire l’ampleur du phénomène Archgoat dans ce petit microcosme qu’est la scène Black/Death underground. Oh ça va, j’ai le droit de (me) tacler non ? Quoi qu’il en soit, The Light-Devouring Darkness n’est ni surprenant, ni original, ni novateur, ni rafraichissant... Il représente simplement tout ce qu’est et sera Archgoat. Sans fioritures, sans détours, sans masques. Une vision impure traduit en musique de la manière la plus sale et la plus primitive qui soit. Hail Satan, Hail Lucifer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Archgoat
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.17/10
Webzines : (11)  6.09/10

plus d'infos sur
Archgoat
Archgoat
Black Metal - 1989 - Finlande
  

formats
  • Vinyl / 2011 - Debemur Morti Productions
  • CD, Vinyl / 2015 - Debemur Morti Productions

tracklist
01.   Intro: 3rd Invocation  (01:04)
02.   Apotheosis Of Lucifer  (02:43)
03.   Tribulation Of The King Of Worms  (02:49)
04.   Goat And The Moon  (03:58)
05.   Sodomator Of The Doomed Venus  (02:35)
06.   The Light-Devouring Darkness  (03:41)
07.   Blessed In Beast's Blood  (03:03)
08.   Worms Born Of Martyrdom  (02:58)
09.   Fornicated Messiah  (03:34)
10.   The Dawn Of The Antichrist  (03:32)

Durée : 29:57

line up
parution
7 Février 2009

voir aussi
Archgoat
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator

2015 - Debemur Morti Productions
  
Archgoat
Archgoat
Whore Of Bethlehem

2006 - Hammer Of Hate Records
  
Satanic Warmaster / Archgoat
Satanic Warmaster / Archgoat
Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship) (Split 12")

2015 - Hells Headbangers Records
  
Archgoat
Archgoat
The Luciferian Crown

2018 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Hate Forest
Hate Forest
Sorrow

2005 - Supernal Music
  
Kawir
Kawir
Exilasmos
(Εξιλασμός)

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Bornholm
Bornholm
Primaeval Pantheons

2016 - Massacre Records
  
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Volahn / Shataan / Arizmenda / Kallathon
Desert Dances And Serpent Sermons (Split-CD)

2015 - The Ajna Offensive / Iron Bonehead Productions / Crepusculo Negro
  
Ritual Knife
Ritual Knife
Hate Invocation

2017 - Fallen Empire Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview