chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dizziness - Bound by Strength

Chronique

Dizziness Bound by Strength
Toutes les conditions ou presque étaient réunies pour que je passe à côté de ce groupe. Son nom d’abord, DIZZINESS, signifie « étourdissement ». Ce n’est pas tant la traduction que la laideur de ce nom qui me rebutait. Ça sonne mal non ? DIZZINESS... Et puis il y a le fait que le groupe existe depuis 2008 et que je n’en avais jamais entendu parler avant ce deuxième album. Ensuite il a sorti un split avec LYKAUGES. Et LYKAUGES est particulièrement lourd, dans le sens « problématique », dans le sens « pas le partenaire idéal ». Et enfin autre élément qui allait m’éloigner de cette découvert, le logo et la pochette qui sont rouges. J’ai énormément d’appréhension concernant le rouge. Dès qu’un album de black met un logo rouge, je sens que ça va être du brutal ou du war. Et le brutal et le war, bah,je n’en suis pas très fan...

Mais DIZZINESS n’est rien de tout cela. Il suffit en fait de regarder le visuel de plus près pour comprendre qu’autre chose nous attend. Des divinités. Des divinités grecques ! Ce groupe est effectivement un groupe grec fier d’être grec. Fier de ses origines et frissonnant pour les mythologies et légendes de son histoire. Et dès la première écoute on retrouve bien des similitudes avec ROTTING CHRIST et KAWIR, deux des meilleurs représentants du black épique hellénique. Alors attention, il ne faut pas non plus s’attendre à la grosse production et la surenchère des premiers, mais à des petits ajouts d’éléments qui donnent du goût. par exemple de légers chœurs qui vous donnent l’impression de pénétrer aux champs Élysées. D’ailleurs tout le monde ne le sait peut-être pas mais le paradis grec est situé aux enfers. C’est le lieu de l’enfer dans lequel les héros peuvent goûter au repos. C’est bien la sensation que procurent ces 7 titres. Les chœurs et mélodies ne sont que des petits passages éclairés au milieu de la hargne, qui domine. C’est pour cela que le résultat se rapproche plus du deuxième groupe cité, et encore plus d’AHERUSIA, formation méconnue mais dont vous retrouverez une chro dans ces pages, celle de As I Cross the Seas of My Soul. Mais un AHERUSIA sans claviers mis en avant ni de vocaux féminins envahissants. Dur à saisir ? Non, non, disons pour résumer qu’il s’agit bel et bien de black, mais un black qui est motivé par le sentiment de bravoure. C’est un black lumineux et dynamique qui incorpore des mélodies galopantes sans jamais dépasser la limite de son genre.

Les chœurs dont je parlais sont assez discrets et suffisamment rares. Et puis ce sont des chœurs bien mâles qui n’affaiblissent pas la musique. Un seul titre est accompagné sur quelques dizaines de secondes d’une voix féminine, mais là encore elle est en retrait. Cette voix est celle d’une invitée surprise « de marque » puisqu’il s’agit de la Norvégienne Henriette Bordvik. Souvenez-vous de votre jeunesse, c’est la demoiselle qui s’occupait des vocaux sur An Elixir for Existence de SIRENIA en 2004.



Ce n’est pas la seule à venir en renfort des quatre membres permanents. L’ancien batteur Yngve, qui a joué jusqu’à maintenant pour ACHERONTAS, NADIWRATH et une dizaine d’autres groupes, est venu taper pour quelques pistes. Plus surprenant, le Suisse bien connu de BORGNE et PURE, Ormenos, est lui aussi invité derrière les futs pour deux morceaux. Ensuite notons deux autres vocalistes venus poser leur voix. Sykelig de NAER MATARON et DEN SAAKALDTE sur «...of Virtue and Might » et Stefan Necroabyssious. Celui-ci fut le premier chanteur de KAWIR, est est également dans VARATHRON depuis 1988. Il apparaît ici sur « Deep Beneath an Ancient Dominion », une reprise de ... VARATHRON ! Original tout de même : une reprise de VARATHRON avec au micro le chanteur du groupe en question. Sincèrement, le morceau n’était pas indispensable. Il tranche véritablement avec les six autres titres et ne fait office que de clin d’œil sympathique. Autant écouter l’original :



DIZZINESS m’a bien plu. Déjà parce que je m’attendais à autre chose et que le style m’a bien parlé, mais aussi parce qu'il sait créer des ambiances. Sans bondir partout comme un taré, on se surprend à vite entrer dans leur monde et à taper du pied. L’album plaira à ceux qui trouvent que ROTTING CHRIST s’éloigne trop du black et pensent que le black peut avoir des teintes plus claires que d'habitude. L’extrait à droite est un parfait exemple de ce que contiennent ces 37minutes. A tenter !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dizziness
Black metal sauce grecque
2015 - Lower Silesian Stronghold
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dizziness
Dizziness
Black metal sauce grecque - 2008 - Grèce
  

écoutez
tracklist
01.   Legion
02.   Akation
03.   ...of Virtue and Might
04.   Myrmidons
05.   Odyssey
06.   Prometheus
07.   Deep Beneath an Ancient Dominion (Varathron cover)

Durée : 37:52

line up
parution
29 Juin 2015

Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique