chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Neurosis - A Sun That Never Sets

Chronique

Neurosis A Sun That Never Sets
Neurosis avait laissé comme dernier témoin de notre second millénaire Times of Grace. Un monument qui faisait figure d’aboutissement dans la quête musicale engagée depuis le début de la décennie 1990. Comment poursuivre après avoir vraisemblablement touché son but, effleuré du doigt son essence la plus pure ? De nombreux artistes ont eu à se poser la question avec le recul. Aller chercher autre chose, une autre forme d’émotion ? Non, nos Californiens sont bien trop obsessionnels pour ça. Leur solution ? Repartir à la recherche de leur « Graal musical » (pour les citer), mais en empruntant un autre chemin afin d’y parvenir.

Car oui, la vision du groupe pour sa musique reste la même : l’exploration de notre nature humaine et de ses souffrances. Sur A Sun That Never Sets, Neurosis apparait dépouillé, presque résigné. Il prend l’allure d’un doom psychologique enrichi de nombreux ornements (les instruments exotiques donnent encore un impact supplémentaire aux compositions à de nombreuses reprises), où l’ambiance, mystique, voire shamanique par moment (l’interlude « From Where Its Roots Run ») se ressent pendant toute la traversée. Les changements sur la forme ainsi négociés sont toujours cohérents avec les ambitions du sextet : Dave Edwarson, la composante brutale, est totalement mis en retrait, et Jason Roeder élague son jeu pour se concentrer sur une frappe lourde et métronomique. Steve Albini, reconduit avec succès à la production, donne au disque un son plus sobre, dissonant et brut (mais soigné dans ce sens, c’est tout le savoir-faire du personnage). On pourrait être tenté de dire « terne » si les nuances proposées par l'album à ce niveau n’étaient pas si nombreuses. Les guitares claires, folk même, sont bien plus présentes et appuient la teneur plus mélodique et apaisée du disque.

Apaisé, on croit Neurosis l’être lorsque résonne la première partie planante et acoustique de « The Tide ». Mais au-delà d’une construction en deux temps, exemplaire, où le cataclysme de saturation propre aux Californiens nous oblitère à mi-parcours, c’est un constat terrible que l’on fait dès ce premier véritable morceau : les tourments n’ont pas disparus, et nous sommes toujours hantés par nos démons. Les chants de Steve Von Till et Scott Kelly, touchant pour l’un, déchirant pour l’autre, se font les vecteurs principaux de ces émotions et deviennent primordiaux. On est ainsi soufflé par un « From the Hill » désespéré et ses parties hurlées à la limite de la rupture. Le groupe est toujours meurtri et en colère contre l’existence même, cependant il s’exprime pour la première fois avec parfois une note de soulagement, comme si le pire était passé, et qu’il le sait. « Crawl Back In » représente tout cela avec ses riffs en souffrance et son superbe pont presque lumineux entre arpèges et violons fragiles.

L’évolution amorcée par A Sun That Never Sets est donc assurément bien menée, bien que l’on ne retrouve pas la multiplicité des ambiances et des détails de Times of Grace. On pardonnera alors quelques longueurs quasiment non-significatives (« Watchfire », malgré l’apport des voix filtrées) à cet album peut-être plus hermétique et difficile à percer que son prédécesseur. L’énigmatique titre éponyme en est assez représentatif, de par des riffs assez sludge et sa marche lente du début à la fin. Peu mémorable en fin de compte, d’autant que sa durée étonnamment courte (pour les Californiens, cela s’entend) fait qu’il tient assez mal la comparaison avec les autres, plus amples.

Un titre d’ampleur justement, c’est le colossal « Falling Unknown » qui, entre guitares pachydermiques et mélodies vocales hypnotiques, atteint le sommet de l’album lors d’un crescendo vertigineux débouchant sur des vocaux entrelacées et a cappella, pour finir une fois de plus dans la lourdeur. Treize minutes que bien peu de groupes pourraient égaler, tant l’art de la progression est ici porté à son paroxysme. L’exploit est même réitéré sur le final du bien nommé « Stone from the Sky », les machines se dérèglant pendant que les saturations prennent des propensions déraisonnables sur le mouvement principal, pour enfin s’arrêter brusquement. Fin de la transmission.

Qu’en tirer à la fin de l’écoute ? Neurosis continue à avancer, et le contrecoup de Times of Grace n’est que peu perceptible sur ce A Sun That Never Sets, tant sa qualité est évidente, certaines de ses meilleurs chansons y figurant. La névrose propose toujours un voyage intense, une immersion forte dans une terre désolée, post-apocalyptique, où étrangement l’on est plongé dans une torpeur relaxante, concerné mais détaché dans le même temps. Un des essais les plus singuliers du groupe, à n’en point douter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Neuro citer
Neuro
10/01/2016 21:14
note: 8.5/10
L'album est disponible en écoute sur bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Neurosis
Post-Metal
2001 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (13)  8.42/10
Webzines : (13)  8.62/10

plus d'infos sur
Neurosis
Neurosis
Post-Metal - 1985 - Etats-Unis
  

vidéos
A Sun That Never Sets
A Sun That Never Sets
Neurosis

Extrait de "A Sun That Never Sets"
  

tracklist
01.   Erode  (1:49)
02.   The Tide  (8:48)
03.   From the Hill  (9:26)
04.   A Sun That Never Sets  (4:59)
05.   Falling Unknown  (13:10)
06.   From Where Its Roots Run  (3:41)
07.   Crawl Back in  (6:50)
08.   Watchfire  (8:26)
09.   Resound  (1:26)
10.   Stones from the Sky  (9:45)

Durée : 68:27 minutes

line up
parution
7 Août 2001

voir aussi
Neurosis
Neurosis
The Eye of Every Storm

2004 - Relapse Records
  
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  
Neurosis
Neurosis
Souls at Zero

1992 - Alternative Tentacles
  
Neurosis
Neurosis
Fires Within Fires

2016 - Neurot Recordings
  
Neurosis
Neurosis
Enemy of the Sun

1993 - Alternative Tentacles
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique