chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cult Of Occult - Five Degrees of Insanity

Chronique

Cult Of Occult Five Degrees of Insanity
Ça y est : Cult of Occult a enfin sorti le disque que j'attendais de lui. Ce n'était pas l'envie de parler de ces Lyonnais qui manquait, tant ces derniers me paraissent avoir tout compris au sludge et au doom. Seulement, ils ne parvenaient pas encore à totalement le transmettre sur disque, leur EP de 2011 ainsi que leur premier album Hic Est Domus Diaboli finissant par me laisser de côté, ennuyé, là où la vision de quelques-uns de leurs concerts me réjouissait constamment. Une question de temps en résumé, à laquelle Five Degrees of Insanity a apporté la réponse que j'espérais.

Car les Français y sont pleinement à la hauteur de cette image avec laquelle ils aiment jouer, celle de petits alcooliques cyniques entièrement dédiés au doom. Aussi laborieux, répétitif et sadique que ses prédécesseurs, Five Degrees of Insanity attrape cette chose qui fait la différence, au point de rendre à-part cette musique à la fois simple (« conne » suis-je tenté de dire, tant elle adore les clichés jusqu’au-boutistes du lourd et lent) et hors de toutes références. On pourra acculer de citations pour tenter de les circonscrire, appeler Electric Wizard, Indian, Funeralium ou les premiers Monarch! à la barre à mine : ces ouvriers-ci ne travaillent que leur ouvrage à eux, décharné et écorché au possible, brutal et moderne en surface (il n'y a qu'aujourd'hui qu'on peut atteindre – et avoir envie d'atteindre – ce genre d'extrême), rapidement essentiel une fois l'épaisse couche sonore dépassée.

« Essentiel », le mot est lâché. Plutôt que de rappeler un groupe en particulier, Cult of Occult donne à entendre une musique qui s'arrête au sludge et au doom dans leur forme la plus canonique, sérieuse. « Une lettre d'amour à ces genres » pourrais-je ajouter, si je ne connaissais pas cette tendance à l'ironie propre aux Lyonnais. Et pourtant, derrière ce look de fan de Celeste, derrière la provocation basse, je ne peux m'empêcher de voir ici autre chose que du bêta pour lui-même. Il y a un profond respect caché quelque part sous l'attachement à la torture et au maladif, dans cette musique si excessive qu'elle ne paraît exister que pour ses créateurs. Un morceau comme « Misanthropic » est un peu plus qu'« idiot », ses incursions black metal savamment distillée jusqu'à un final élevé et brumeux prouvant que les Français ont un peu fait marcher leur cerveau cette fois-ci. Chaque titre possède d'ailleurs son atmosphère à lui, tout en s'inscrivant dans une totalité où rien ne paraît avoir été laissé au hasard. Des autistes, certes, mais atteints de leur syndrome d'Asperger particulier.

Forcément, un disque de cette ampleur, tablant autant sur le temps long, donne aussi à s'emmerder sur quelques passages. Mais on finit par se rendre compte que ce ne sont jamais les mêmes, ce qui fait juger comme coupable notre endurance plutôt que leurs compositions. Chose normale pour une musique qui fonctionne autant à l'obsession, pour eux comme pour nous, à la manière de ce chanteur qui n'en finit plus d'apposer ses hurlements tour-à-tour sludge, black et doom/death sur l'ensemble. De la production qui communique chaque ligne au burin, à ces guitares qui ont enfin compris l'intérêt de savoir se mettre parfois en retrait pour taper plus dur par la suite, rien à regretter ici – excepté ce léger sentiment de tenir une formation perçue autrefois comme lambda et désormais précieuse, capable de détruire toutes réserves à l'avenir, mais qui en garde encore un peu sous le pied.

Cult of Occult fait imaginer une France où les racailles écouteraient Grief et auraient toutes des tronches de brutes à l'ancienne, type Gérard Lanvin jeune. Une France terne et qui tâche faite d'immeubles gris se crashant sur nos yeux et de mentalités vouées à la haine de son prochain, où le seul rire possible est un ricanement. Peut-être bien le seul groupe actuel qui n'usurpe pas son aura nihiliste, au final.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
10/01/2016 14:43
note: 8/10
gulo gulo a écrit : Clairement, on n'imagine pas le disque servir de bande-son à "Les Lyonnais" avec Gérard Lanvin vieux (gitan embourgeoisé en Audi) ^^

Ahah, je pensais plus à son rôle de petite frappe prise dans un jeu sordide dans "Le prix du danger" ! J'aime à me souvenir de lui comme ça et pas autrement Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
10/01/2016 14:36
note: 8/10
Clairement, on n'imagine pas le disque servir de bande-son à "Les Lyonnais" avec Gérard Lanvin vieux (gitan embourgeoisé en Audi) ^^
lkea citer
lkea
10/01/2016 14:32
note: 8/10
Album en écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cult Of Occult
Sludge / Doom Metal
2015 - Deadlight Entertainment
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  7.93/10
Webzines : (6)  8.04/10

plus d'infos sur
Cult Of Occult
Cult Of Occult
Sludge / Doom Metal - 2011 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Alcoholic
02.   Nihilistic
03.   Misanthropic
04.   Psychotic
05.   Satanic

Durée : 70 minutes 58 secondes

parution
9 Novembre 2015

voir aussi
Cult Of Occult
Cult Of Occult
Anti Life

2018 - Music Fear Satan
  

Essayez aussi
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Indian
Indian
From All Purity

2014 - Relapse Records
  
The Whorehouse Massacre
The Whorehouse Massacre
Altar of the Goat Skull / VI (Compil.)

2015 - Transcending Obscurity
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Grengus

2012 - Doomentia Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
V

2010 - Relapse Records
  

Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique
Hulder
De Oproeping Van Middeleeuw...
Lire la chronique
Morta
Fúnebre (EP)
Lire la chronique
Disembowel
Echoes Of Terror
Lire la chronique
Mimorium
Blood of Qayin
Lire la chronique
Bethlehem
Dictius Te Necare
Lire la chronique
StoneBirds
Collapse and Fail
Lire la chronique
Twitch of the Death Nerve
A Resting Place for the Wra...
Lire la chronique