chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
131 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Nex Carnis - Obscure Visions Of Dark

Chronique

Nex Carnis Obscure Visions Of Dark
On a beau dire, l'origine d'un groupe reste un argument de vente à succès. Si le logo bien old-school et la pochette dégoulinante à la Autopsy avaient bien attiré mon regard sur ce Obscure Visions Of Dark, c'est surtout la provenance de Nex Carnis qui m'a poussé à l'écoute puis à l'achat sur la distro de Lavadome Productions. Iran! Vous en connaissez beaucoup, vous, des combos d'Iran?! À part Azooma qui avait sorti un EP en 2014 sur Xtreem Music, je ne peux personnellement en citer aucun autre. Quelle bonne idée du coup d'avoir évoqué la zone géographique de cette formation de Téhéran puisqu'on tient là une des meilleures surprises death metal de 2015!

Que les choses soient claires tout de suite par contre, rien dans la musique de Nex Carnis n'indique ses souches perses. Pas d'instruments folkloriques, de gammes orientales, de photo d'Ahmadinejad ou de l'ayatollah Khamenei dans le livret. Dommage? Pas forcément quand on voit le résultat, certes classique mais ultra convaincant. Ce qui surprend d'abord, surtout pour un groupe de cette région dont on aurait pu attendre un son approximatif et une technique hasardeuse, c'est la production excellente, naturelle et puissante, ainsi que la maîtrise technique accomplie des musiciens qui touchent grave. On croirait entendre des vétérans expérimentés! Pas d'infos sur l'âge des deux membres iraniens Asto Vidatu (chant) et Incruent (guitare) mais ils impressionnent clairement. Bon ok, les deux compères, épaulés par leur ancien comparse Sam pour la basse et un solo fameux sur "Dissolution In Vortex Of Sanity", ont reçu de l'aide, en premier lieu du batteur Jirka Zajíc des excellents Heaving Earth, seul membre non iranien du trio. On retrouve ainsi le Polonais Jacek Hiro de Sceptic, le Hongrois Hanyi Tibor a.k.a. Disguster de Tyrant Goatgaldrakona et Mörbid Carnage entre autres et le Brésilien ex-Nephasth (c'était bon aussi ça!) Rafael Barros qui y vont tous de leur solo, le gagnant étant Hiro au toucher mélodique impeccable sur "Murky Pits Of Time". Alors forcément ça fait déjà un peu moins petit groupe underground inconnu perdu au Moyen-Orient!

Mais putain qu'est-ce que c'est bon! Obscure Visions Of Dark baigne dans le pur death metal des années 1990, label rouge garanti! Ce qu'il y a de bien aussi avec Nex Carnis, c'est qu'il ne clone pas tel ou tel groupe ou scène comme le font beaucoup de combos actuels. Au lieu de cela, il a la bonne idée de réunir plusieurs influences pour en faire non pas quelque chose d'original mais au moins de très réussi. Foutrement jubilatoire même j'ai envie de dire tant ce premier full-length m'épate encore après des dizaines d'écoutes au compteur! Death US evil (Incantation, early-Immolation), death old-school "classique", death floridien (Diabolic), death européen, death sud-américain (chilien surtout), tout se mélange à merveille pour nous donner une musique à la fois simple, efficace et intéressante. Première qualité de Nex Carnis: les riffs. Quelle démonstration! Des tremolos dark à foison la plupart du temps sur fond de bons gros blasts des familles. Oui parce que si le groupe fait bien dans le old-school niveau riffing, il y apporte une touche de brutalité plus moderne en balançant des blast-beats furieux à tour de bras. La batterie, particulièrement la caisse claire, sonne en plus divinement bien (pas de trigg dégueulasse). Jouissance garantie! Ça bourre ainsi dès le début sur un "Darkened Rites Of Existence" qui présente bien ce dont la formation est capable. Écoutez-moi aussi "Murky Pits Of Time", titre de clôture phénoménal sur lequel Nex Carnis utilise son potentiel au maximum. Quelle ouverture incroyable qui colle au siège, quelle fin de dingue aussi, avec entre les deux tout un tas de joyeusetés que tout amateur de death metal ne manquera pas de savourer.

Si le combo blast + tremolo dark se trouve souvent utilisé pour notre plus grand plaisir, les Iraniens ne se contentent pas de ça. Les morceaux, de cinq-six minutes en moyenne, fourmillent de riffs et de changements de rythme, sans paraître imbuvables. Au contraire, tout coule de source, tout s'enchaîne à merveille de façon naturelle, sans trop en faire. Un retour aux vraies valeurs en somme. Accompagnant les blasts majoritaires, Nex Carnis livre aussi du mid-tempo plus ou moins gras qui ne manque pas de groove, du tchouka-tchouka, du 2-beat ultra old-school (à 0'25 sur "Abolishing Rancid Thrones Of Deceit", bien entraînant), du pesant ("Cryptic Depths Of Unlight" calme un peu le jeu après le départ tonitruant de "Darkened Rites Of Existence" avant d'envoyer la sauce un peu plus tard, "Descent Into Ethereal Realms" et son riff plombé qui vient nous enfoncer après une séance de blasts intensifs, "Murky Pits Of Time" dans le même esprit calme après la tempête sur du growl bien profond), et même du posé à nouveau sur "Descent Into Ethereal Realms" et son break en son clair surprenamment calme à 1'55. On n'oublie pas non plus les quelques solos offerts par les invités ainsi qu'un peu de dissonances posées ici ou là (encore "Descent Into Ethereal Realms" surtout, l'outro de "Murky Pits Of Time", etc.), sans indigestion a contrario de la nouvelle hype dans le black. Voyez que ça bourre grave mais pas que. Et puis il y a aussi cette atmosphère sombre qui rend l'opus des plus appréciables. Ah ces tremolos qui font dresser les poils, il y en a à la pelle ici! Une putain d'orgie! Les quelques ralentissements font aussi leur petit effet pour plomber une ambiance déjà bien peu joyeuse.

Encore une fois, l'accouplement brutalité/ambiance engendre d'une belle bête. Qui aurait cru que l'un des meilleurs albums death metal de l'année écoulée sortirait d'Iran? Personne et c'est pourtant le cas. Nex Carnis fait une entrée fracassante avec ce premier full-length quasi parfait. Une surprise de taille aux compositions foutrement bien écrites bourrées de feeling, d'efficacité, de brutalité, de riffs mémorables, d'accélérations fulgurantes jouissives, de blasts percutants, de mélodies sombres, de groove et d'atmosphère dark prenante. Le combo a tout compris et vient se placer aux côtés de groupes qui ont marqué la scène DM underground ces dernières années comme Requiem, Mass Infection, Dead Congregation ou Destroying Divinity. Obscure Visions Of Dark prouve que quand c'est bien fait, il n'y a vraiment rien de mieux que le death metal!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

cmtex citer
cmtex
07/01/2016 13:54
Putain de découverte, merci. Je le mets dans ma liste d'achat et je suis bien d'accord, " il n'y a vraiment rien de mieux que le death metal! " Sourire
Ander citer
Ander
06/01/2016 15:27
Ca a pas l'air mal foutu ça dis donc! Moi qui suis pas trop death old-school, le titre en écoute passe crème.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
06/01/2016 12:20
Tu vends vachement bien le truc dis ! Je note le nom...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nex Carnis
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Nex Carnis
Nex Carnis
Death Metal - 2012 - Iran
  

tracklist
01.   Darkened Rites Of Existence
02.   Cryptic Depths Of Unlight
03.   Dissolution In Vortex Of Sanity
04.   Descent Into Ethereal Realms
05.   Abolishing Rancid Thrones Of Deceit
06.   Murky Pits Of Time

Durée : 34'04

line up
parution
23 Mai 2015

Essayez aussi
Electrocution
Electrocution
Inside The Unreal (Rééd.)

1993 - Contempo Records
  
Necrowretch
Necrowretch
Putrid Death Sorcery

2013 - Century Media Records
  
Drawn And Quartered
Drawn And Quartered
Merciless Hammer Of Lucifer

2007 - Moribund Records
  
Obscenity
Obscenity
Summoning The Circle

2018 - Apostasy Records
  
Binah
Binah
Hallucinating In Resurrecture

2012 - Dark Descent Records
  

Découverte de l'année
Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast