chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dalkhu - Descend... Into Nothingness

Chronique

Dalkhu Descend... Into Nothingness
Tout comme mes collègues, me voilà rattrapé par le rush de fin d’année (ou maintenant même de début d’année) par lequel nous allons coûte que coûte chercher à chroniquer les derniers albums que l’on souhaiterait incorporer dans notre bilan 2015. Le problème c’est que dans mon cas, c’est peine perdue. Les chroniques en retard s’étant accumulées de façon abusive, il est évident que je n’aurais pas le temps de vous parler de toutes mes bonnes surprises et de mes déceptions de l’année 2015. Il était donc temps de faire des choix, et alors que j’aurais également voulu vous parler du bon retour de Skinless, de la petite déception procurée par le tout de même sympathique dernier album de Slugdge ou encore de l’excellent Hochelaga de Dopethrone, Dalkhu sonnait pourtant comme une évidence. Non pas que les autres albums méritaient moins d’attention, mais tout simplement car Dalkhu est une surprise monumentale, une calotte qui sort de nulle part comme on en a eu que trop peu vue en 2015 en matière de Death Metal (mis à part le Cambion et le Blood of the Wolf, chroniqués en ces pages par notre cher Keyser).

Descend… Into Nothingness n’est que le deuxième album de ce groupe slovène pourtant formé en 2003, faisant suite à leur premier essai Imperator paru en 2010. 5 années de battement qui ont vu le départ de tous les membres du groupe à l’exception de J.G (guitare, basse). Le sieur ne se démonte pas pour autant et choisit alors de ne recruter qu’un seul nouveau membre pour son groupe, en la personne du vocaliste P.Ž., et de s’octroyer les services d’un batteur de session pour cet album (le très bon Spawn of the Void). Un choix qui ne sera pas anodin tant le timbre de voix de son nouveau compagnon vocaliste diffère avec le chant purement Black Metal de Berstuk, chanteur sur Imperator. P.Ž. possède en effet un growl monolithique puissant penchant entièrement du côté du (Brutal) Death Metal.

C’est donc logiquement que l’ensemble de la musique a ainsi évolué, passant du Black Metal classique de Imperator à un Blackened Death plus mature, sombre et envoûtant sur ce Descend… Into Nothingness. "Pitch Black Cave" annonce d’entrée de jeu ce qu’il adviendra de l’auditeur pour les 45 prochaines minutes avec ses riffs tourbillonnants dans une mélasse épaisse créée par cette production opaque, enlisant quiconque s’approche de trop dans une noirceur abyssale, rappelant l’ambiance capable d’insuffler à leur musique des groupes comme Pseudogod. Cependant, cette brutalité insondable n’est pas la seule arme du combo qui n’hésite jamais à briser cette opacité apparente par de petits artifices lumineux salvateurs, qui prennent ici sur ce premier morceau la forme de leads mélodiques (à 0’53’’).

En poursuivant l’écoute de ce deuxième album des slovènes, l’auditeur comprendra alors aisément que la stratégie du groupe se fonde sur ces alternances entre les deux facettes antonymes de sa musique. Dalkhu, tel une entité schizophrène aux personnalités totalement opposées, nous fait donc constamment voyager au travers ses deux univers, nous faisant par la même découvrir tantôt des blasts furieux et tantôt des leads lancinants sans que cela ne soit le moins déroutant du monde. La chanson "Distant Cry" illustre à merveille ce côté schizophrénique, voyant ses mélodies envoûtantes constamment brisées par des assauts toujours plus brutaux, et réciproquement, jusqu’à ce que ces deux aspects s’enchevêtres complètement pour former progressivement un magnifique imbroglio de mélodies et de blasts.

Le Dalkhu cuvée 2015 se présente donc comme une entité hybride arborant une violence frénétique constamment agrémentés et balancés par des éléments salvateurs pouvant prendre la forme d’un lead clair, de trémolos mélodiques ("Soulkeepers") ou même de riffs sonnant très « Viking », rappelant les premiers albums d’Enslaved "(Accepting the Buried Signs"). Tant d’éléments qui se fondent pourtant parfaitement dans le moule et qui créent un ensemble parfaitement cohérent, les changements entre chaque motif n’étant jamais maladroit. Ici chaque chanson suit son cour, sans aucune faute de goût ou redondance, évitant ainsi à l’ennui de pointer le bout de son nez. L’album s’achève même en beauté avec "E.N.N.F", pièce impressionnante de presque 10 minutes nous remémorant tous les bons éléments de l’album sur le point de s’achever. Une sorte de Best-Of qui a pour conséquence que, à la fin de l’album, l’on ressent irrémédiablement l’envie de se le repasser.
Descend… Into Nothingness est donc une franche réussite. Un album très personnel et bien composé de bout en bout, aux multiples facettes toujours bien maniées et à l’assemblage sans accroc. L’album jouit de plus d’une production efficace, puissante tout en étant assez lisible pour permettre au groupe de laisser toutes ses personnalités s’exprimer sans que cela ne devienne trop brouillon. Dalkhu nous offre donc une bien belle surprise dans une année 2015 qui a été bien pauvre en découvertes et rien que pour ça on ne peut que les remercier pour ce Descend… Into Nothingness.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

northstar citer
northstar
10/01/2016 01:35
Manque pas une lettre dans le nom du groupe par hasard, un N peut-être ?^^
Høsty citer
Høsty
09/01/2016 13:22
Le tout est en écoute intégrale sur le bandcamp du groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dalkhu
Blackened Death Metal
2015 - Satanath Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  6.83/10

plus d'infos sur
Dalkhu
Dalkhu
Black death metal - 2003 - Slovénie
  

tracklist
01.   Pitch Black Cave  (05:31)
02.   The Fireborn  (05:07)
03.   In the Woods  (05:49)
04.   Distant Cry  (04:59)
05.   Accepting the Buried Signs  (05:32)
06.   Soulkeepers  (06:53)
07.   E.N.N.F.  (09:57)

Durée : 43:48

line up
parution
15 Août 2015

voir aussi
Dalkhu
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire

2018 - Godz Ov War Productions
  

Essayez aussi
Carnifex
Carnifex
Slow Death

2016 - Nuclear Blast Records
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  
Insorcist
Insorcist
The Slaughter Of Divine Creed

2011 - Blasphemy Art
  
Ceremony of Silence
Ceremony of Silence
Oútis

2019 - Willowtip Records
  

Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Grav...
Lire la chronique
Lifeless Dark
Who Will Be The Victims? (D...
Lire la chronique
Bait
Revelation Of The Pure
Lire la chronique
Mora Prokaza
By Chance
Lire la chronique
Meurtrières
Meurtrières (EP)
Lire la chronique
Irae
Lurking in the Depths
Lire la chronique
Death Courier
Necrotic Verses
Lire la chronique
Bašmu
Enshrined In Eternity
Lire la chronique
Exocrine
Maelstrom
Lire la chronique
Cryptic Shift
Visitations from Enceladus
Lire la chronique
Bezwering
Aan De Wormen Overgeleverd
Lire la chronique
Odiosior
Odiosior (EP)
Lire la chronique
Non Serviam
Le Cœur Bat
Lire la chronique
Hum
Inlet
Lire la chronique
Nexion
Seven Oracles
Lire la chronique
Mosaic
Secret Ambrosian Fire
Lire la chronique
BLACK METAL qui parle de virus !
Lire le podcast
Gloom
Rider of the Last Light
Lire la chronique
Witchcraft
Legend
Lire la chronique
Front
Antichrist Militia (EP)
Lire la chronique
Pearl Jam
Binaural
Lire la chronique
Buköwski
Grind on the Rocks
Lire la chronique
Le sondage des années 2010
Votre top 10 ! Difficile he...
Voir le sondage
Vspolokh
Помре
Lire la chronique
Zemial
Nykta
Lire la chronique
Meth Leppard
Woke
Lire la chronique
Runemagick / Chthonic Deity
Chthonicmagick (Split 12")
Lire la chronique
Azziard
Liber Secondus - Exégèse
Lire la chronique
Cathedral
The Last Spire
Lire la chronique
Carach Angren
Franckensteina Strataemontanus
Lire la chronique