chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
179 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cruciamentum - Charnel Passages

Chronique

Cruciamentum Charnel Passages
Splittera, splittera pas? En 2013, Cruciamentum nous avait laissés penser qu'il allait tourner la page suite au départ (effectif ou non) de son leader Daniel Lowndes aux États-Unis. Le concert des Anglais au Hell's Pleasure devait même être le dernier. Bien dommage vu la qualité des quelques sorties du combo qui venait à peine de faire ses preuves dans un genre de dark death metal old-school que j'affectionne particulièrement. J'avais en plus suivi la formation dès sa genèse car à l'époque, D.L. fréquentait le forum de Devourment. Je lui avais même acheté quelques CDs pour l'aider dans la création de son groupe, alors voir Cruciamentum abattu en plein vol m'avait quelque peu attristé. Mais apparemment, tout le monde avait mal compris et la troupe n'avait en fait jamais eu l'intention de stopper l'aventure. Une confusion quelque peu étrange mais le principal restait de savoir que Cruciamentum n'avait pas dit son dernier mot. Mieux, il a même sorti en septembre 2015 son premier full-length sur Profound Lore Records chez qui il se trame pas mal de bonnes choses en death metal ces derniers temps (en particulier Chthe'illist et Ritual Chamber dès le début de cette année). Et si on n'en a pas encore parlé ici, ce n'est pas parce que ce Charnel Passages déçoit. C'est juste, comme d'habitude, qu'on est grave à la bourre!

Cela dit, si l'album est bien une réussite, certains aspects me font préférer les premiers émois des Britanniques. Cruciamentum évolue toujours dans un death metal d'obédience old-school marqué par une ambiance sombre entre la lourdeur ténébreuse et la brutalité blasphématoire d'Incantation (les ralentissements de "Tongues Of Nightshade" à 1'32 et à 3'32 sur Dissolution Of Mortal Perception", le riff evil de "Rites To The Abduction Of Essence" à 1'53 après un passage en tchouka-tchouka pas très éloigné de Dead Congregation...) et le groove dark de Morbid Angel (le riff à 2'35 de "The Conquered Sun (The Dying Light Beyond Morpheus Realms)", "Necrophagous Communion" à 1'20, les ouvertures de "Tongues Of Nightshade" et "Piety Carved From Flesh", "Dissolution Of Mortal Perception" à 4'42, de quoi faire se déhancher les Grands Anciens!), influence davantage présente qu'auparavant. Mais on sent clairement une évolution vers un son plus atmosphérique. Les morceaux s'allongent (sept titres pour quarante-cinq minutes soit plus de six minutes en moyenne dont trois à plus ou moins 7'30!) et les claviers et samples d'ambiance, même s'ils restent utilisés avec parcimonie, sont plus souvent de sortie. En gros, Cruciamentum dévie vers Grave Miasma. Pas étonnant quand on sait que le batteur et le deuxième guitariste jonglent avec les deux formations mais un peu dommageable, surtout pour moi qui préférait le death metal plus frontal des premiers par rapport au DM occulto-ritualiste des seconds. Un petit manque d'efficacité et du traînage en longueur se font donc sentir de temps en temps. L'autre point d'achoppement concerne la voix de D.L. Moins profonde, plus écorchée et surtout plus poussive, c'est une petite déception même si elle est tout de même loin de gâcher l'écoute. Pour le reste, mis à part l'absence d'originalité dont je me cogne, quelques riffs un peu banals et certains enchaînements maladroits, rien de grave à signaler.

Car je le redis, au cas où le deuxième paragraphe vous aurait refroidi, Charnel Passages est un bon album. Très bon même au meilleur de sa forme. Félicitations d'abord à Daniel Desecrator pour la pochette somptueuse, classe et éthérée qui rejoint l'évolution musicale du quatuor en l'illustrant à merveille. Bravo aussi à Greg Chandler (Esoteric) pour sa production parfaitement dans le ton, en particulier une batterie naturelle au poil à la caisse claire qui claque comme il faut. Parfait pendant les blasts! Oui parce que si Cruciamentum tend à se rapprocher de Grave Miasma par certains côtés, il reste par chance bien plus brutal que ses comparses de Sepulchral Voice Records. Des blast-beats, qui sonnent du feu de Satan, on en rencontre donc encore un paquet sur des riffs bien méchants. Les riffs justement, parlons-en. J'ai dit que certains se faisaient un peu trop génériques mais dans l'ensemble, les Anglais démontrent un talent certain en la matière. Rien qui va révolutionner le genre bien sûr, on a souvent affaire à du tremolo noir, mais c'est foutrement bien fait. Le jeu des guitares se complète par des petites leads mélodiques pour accentuer l'ambiance hantée et des solos chaotico-mélodiques avec torture de vibrato et déchaînement de notes pour délivrer le chaos. Niveau rythmique, Cruciamentum varie également les plaisirs en nous faisant passer du blast au tchouka-tchouka en passant par du mid-tempo non dénué de groove ou du down-tempo écrasant. De quoi éviter trop de lassitude ou redondance même si les enchaînements et constructions s'avèrent ultra classiques dans le style.

Huit ans après la formation du groupe. Quatre ans après le dernier EP Engulfed In Desolation. On peut dire que ce premier full-length se sera fait attendre. Mais il est bien là (depuis un moment même!) et il confirme le potentiel de Cruciamentum qui s'était tranquillement installé parmi les groupes de death old-school à tendance mal éclairée les plus talentueux. Alors certes la direction gravemiasmienne prise ici m'empêche d'être conquis à 100%, gardant une préférence pour l'excellente démo Convocation Of Crawling Chaos (le groupe fera t-il un jour mieux que le fameux "Deathless Ascension"?), plus crade et evil, qui reste pour moi la meilleure sortie de la formation d'outre-Manche. Cela n'empêche toutefois pas Charnel Passages de faire son effet grâce à une délicieuse ambiance froide et sinistre, des riffs pas piqués des vers et une brutalité encore suffisamment jouissive (vive les blasts!). Après un passage en tête d'affiche du deuxième jour du We Are Old Skull... Fakk Ya fin novembre à Aix-La-Chapelle dont je ne me souviens plus grand chose à cause des Pils aussi traîtres que dégueulasses de nos amis Allemands, je donne rendez-vous à Cruciamentum à la fin du mois pour le Netherlands Deathfest aux Pays-Bas puis au festival lituanien Armageddon Descends en mars histoire de voir sur les planches si le groupe saura nous plonger encore un peu plus dans les ténèbres.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

livingdeadbyll citer
livingdeadbyll
06/02/2016 13:33
note: 8/10
Très bon en effet, même si je préfère le côté plus direct de l'EP Engulfed In Desolation.
Ils ont su bien varier avec des passages plus éthérés comme dit la chro, même si ça perd un peu en efficacité.

A voir sur le long terme, mais en attendant, headbanging !
gulo gulo citer
gulo gulo
04/02/2016 18:34
note: 8/10
Ellest d'ailleurs mieux sans le logo, cette pochette, je sais pas pourquoi elle traîne partout avec, sur le net.
AxGxB citer
AxGxB
04/02/2016 14:17
note: 8/10
Plutôt d'accord en ce qui concerne le chant qui perd quand même en puissance et en profondeur. C'est dommage. Pour le reste, je ne suis pas du tout déçu.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cruciamentum
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (7)  7.71/10
Webzines : (8)  8.48/10

plus d'infos sur
Cruciamentum
Cruciamentum
Death Metal - 2007 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   The Conquered Sun (The Dying Light Beyond Morpheus Realms)
02.   Necrophagous Communion
03.   Tongues Of Nightshade
04.   Rites To The Abduction Of Essence
05.   Piety Carved From Flesh
06.   Dissolution Of Mortal Perception
07.   Collapse

Durée : 44'47

line up
parution
4 Septembre 2015

voir aussi
Cruciamentum
Cruciamentum
Convocation Of Crawling Chaos (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Paradise Envenomed (EP)

2017 - Profound Lore Records
  
Cruciamentum / Vasaeleth
Cruciamentum / Vasaeleth
Eroding Chaos Unto Ascendant Flesh (Split 7")

2011 - Hells Headbangers Records
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Engulfed In Desolation (EP)

2011 - Nuclear Winter
  

Essayez aussi
Vanhelgd
Vanhelgd
Temple Of Phobos

2016 - Pulverised Records
  
Tomb Mold
Tomb Mold
Primordial Malignity

2017 - Blood Harvest Records
  
Hortlak
Hortlak
Hortlak

2016 - Autoproduction
  
Rogga Johansson
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere

2019 - Transcending Obscurity
  
Skulmagot
Skulmagot
Skulled To Death

2018 - Old Skull Productions
  

Dread Sovereign + Saturnalia Temple + Wolvennest
Lire le live report
Skelethal
Antropomorphia (Démo)
Lire la chronique
Bovary
Sur ce mur trop souillé (Dé...
Lire la chronique
Feastem
Graveyard Earth
Lire la chronique
Muvitium
Evighetens Cirkel...
Lire la chronique
The True Werwolf
Devil Crisis
Lire la chronique
Sons Of A Wanted Man
Kenoma
Lire la chronique
Sijjin
Angel Of The Eastern Gate (...
Lire la chronique
Seder
Sunbled
Lire la chronique
Wormhole
The Weakest Among Us
Lire la chronique
Wombbath
Choirs Of The Fallen
Lire la chronique
Deathmaze
Eau Rouge
Lire la chronique
Pearl Jam
Vs.
Lire la chronique
Ad Vitam Infernal
Infernal Comedy
Lire la chronique
Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique