chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
33 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Oranssi Pazuzu - Värähtelijä

Chronique

Oranssi Pazuzu Värähtelijä
Emportés par le flot des sorties du moment, nous n'avions jamais pris le temps d'aborder la musique d'Oranssi Pazuzu sur Thrashocore. Il faut dire que notre volonté a été gênée par une succession de rendez-vous manqués, entre découverte tardive (avec le très bon Kosmonument, des mois après sa sortie) et actualité peu reluisante (Valonielu, plat par rapport à ce que la formation finlandaise avait pu offrir auparavant). Mais là, impossible d'y échapper ! Intrigués par une pochette mystérieuse, puis charmés par ce qu'elle voile, il nous fallait parler de Värähtelijä !

En effet, ce dernier album signe le retour de flamme avec le groupe venu du Nord. Plus de relief, plus de hargne, des passages black metal nettement plus présents, les musiciens ont mis les bouchées double afin de faire oublier leur précédent mauvais pas. Et dès les premiers titres Oranssi Pazuzu réjouit, pulvérise vos petits crânes avec une musique tant sombre qu'hypnotique. Un gros bad trip, voilà où vous plongent les Finlandais ! Ce voyage sous acides prend différentes formes et teintes comme sur des morceaux tels que « Hypnotisoitu viharukous » ou encore « Havuluu », à la fois percutants, abrasifs mais très sinueux. Vous ressentez clairement ce petit bond salvateur fait dans le passé ainsi que des incursions vers le château psychédélique de Tartaros. Néanmoins, la formation pousse plus loin ses expérimentations avec des influences tant psychédélique que prog davantage mises en relief, que ce soit par les nappes de synthé assez kitsch, les compositions plus alambiquées et aventureuses où la voix se limite à un rôle ornemental (le titre fleuve « Vasemman käden hierarkia »), les notes tirées à l'excès vous emportant lentement dans un tourbillon brumeux. Les musiciens s'affranchissent des barrières, laissant aller leur imagination et touchant au but sur un Värähtelijä délivrant un mélange black metal/sonorités des 60-70's savamment équilibré mais donnant une grande impression de spontanéité – en dépit du gros travail d'orfèvre effectué. L'ensemble prend aux tripes, sublimé par une production organique mais claire laissant parfaitement entrevoir chaque instrument dont les lignes de basses groovy et entêtantes.

Un trait d'union tiré entre black metal et rock progressif psychédélique où l'un et l'autre ne paraissent jamais perdre de leur essence, pour un résultat qui donne à rêver d'une B.O. moderne habillant la maison Harkonnen d'une version de Dune par Jodorowsky : voilà ce que fait ressentir ici Oranssi Pazuzu lors des premières rencontres, addictives. Mais une telle pochette ne trompe pas ! Autrefois marquée par les voyages spatiaux glauques ou des univers aussi colorés que monstrueux, l'illustration de Värähtelijä tranche par une nuit d'encre où seuls un tremblotant disque de lumière et une forme humaine recroquevillée montrent des signes de vie, ténus, recueillis autant qu'au bord du black out. Une émotion terne que la musique finit par faire entendre, tant ses mélodies répétitives, ses voix brouillonnes, ses mantras, évoquent un bout de route qui réinstaure la formation dans son lieu et son temps, la Finlande austère et étrange, barrée mais bariolée de gris, de Sink et autres Fleshpress. Jusqu'à un final crevant sa boule de cendre pour laisser exploser au grand air sa mélancolie (les claviers enveloppants de « Valveavaruus »), ce nouvel essai captive, rend statique, fossilise puis érode petit à petit, pour finalement faire un avec la fraîcheur nocturne et ses jams qui, sans forcer la chose, prennent un aspect rituel où la Lune est une déesse et les cernes, un costume ecclésiastique.

Mais en dépit d'un grand sentiment de liberté ressenti sur ce nouvel album avec des sonorités plus terriennes ainsi que des petites explosions bien placées, l'ensemble tend à s’essouffler en seconde partie. Un fait dû notamment à des titres moins osés mais également à de nombreux passages plus prog où le groupe déroule et déroule à l'infini les notes. Certes ce dernier délivre par la même de longues plages immersives, seulement celles-ci pêchent quelque peu par un aspect trop linéaire. Néanmoins ce petit défaut ne vient en rien perturber l'écoute et votre voyage tant Värähtelijä vous happe doucement mais sûrement durant plus d'une heure de jeu. Incontestablement une réussite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
28/03/2016 18:57
C'est vrai que le lien avec Aluk Todolo est carrément valable. Mais Oranssi Pazuzu marche justement plus chez moi (alors que AT m'ennuie poliment) ! Comme quoi...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
28/03/2016 14:40
note: 6.5/10
Bien représentatif de ma relation conflictuelle avec ce groupe. Le pire étant quand même que ce que tu dis dans la chronique me parle, je vois ce retour au Black, ce truc progressif et tout compte fait, je vois aussi cet album comme leur disque le plus intéressant.

Mais malgré ça, quand je l'écoute, je ne peux m'empêcher d'y voir une sorte d'Aluk Todolo, en moins fou, en plus calibré, en moins improvisé.Il y a bien ce côté "Bad-Trip", mais ça fait trop "petite déprime post-soirée" et pas assez "vomi dans les toilettes avec les fourmis partout dans le corps". Tant pis pour moi après tout, je crois que malgré mes efforts, Oranssi et moi, c'est une relation qui n'ira nulle part.
Dysthymie citer
Dysthymie
27/02/2016 13:07
L'album s'écoute en intégralité sur Bandcamp : http://listen.20buckspin.com/album/v-r-htelij.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Oranssi Pazuzu
Psychedelic Black Metal
2016 - 20 Buck Spin Records / Svart Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (12)  7.79/10
Webzines : (4)  8.88/10

plus d'infos sur
Oranssi Pazuzu
Oranssi Pazuzu
Psychedelic Black Metal - 2007 - Finlande
  

vidéos
Lahja
Lahja
Oranssi Pazuzu

Extrait de "Värähtelijä"
  

tracklist
01.   Saturaatio
02.   Lahja
03.   Värähtelijä
04.   Hypnotisoitu viharukous
05.   Vasemman käden hierarkia
06.   Havuluu
07.   Valveavaruus

Durée : 69 minutes 12 secondes

line up
parution
26 Février 2016

Essayez aussi
Gravetemple
Gravetemple
Impassable Fears

2017 - Svart Records
  
Occultation
Occultation
Silence in the Ancestral House

2014 - Invictus Productions
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique