chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
114 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cultes Des Ghoules - The Rise Of Lucifer

Chronique

Cultes Des Ghoules The Rise Of Lucifer (EP)
Même si je m’efforce tant bien que mal d’être le plus à jour possible dans les chroniques que je rédige, je ne peux malheureusement pas lutter contre le manque de temps. C’est donc avec plusieurs mois de retard que je viens vous parler du dernier EP de Cultes Des Ghoules paru dans un premier temps en vinyle via Terratur Possessions puis en CD via le label Under The Sign Of Garazel (une version au format cassette a également été éditée en septembre de la même année par le label Of Crawling Shadows Records).
Sorti deux ans et demi après un Henbane particulièrement éprouvant, The Rise Of Lucifer suscite d’emblée un intérêt tout particulier, avant même d’y avoir jeté une oreille même distraite. Néanmois, il ne faut pas vous attendre à un contenu débordant de générosité puisque celui-ci ne compte que deux titres seulement. Un inédit qui a donné son nom à ce EP ainsi qu’une reprise des Grecs de Necromantia intitulée "Family Of Dog (The Feast Of Ghouls)" (titre présent sur la toute première démo du groupe sortie en 1990). Pas de quoi s’étouffer malgré une durée de plus de de vingt-une minutes.

Enregistré une fois de plus au Black Lodge studio ainsi qu’au No Solace studio, The Rise Of Lucifer renoue avec la production rachitique et maladive de Häxan. Un retour en arrière comparativement à celle de Henbane même si l’une et l’autre s’avèrent finalement assez proche. Un choix qui confère au Black Metal de Cultes Des Ghoules une aura toute particulière en renvoyant l’auditeur averti à toutes ces productions obscures du début des années 90 (on pense pas mal à Darkthrone en terme de son). Du grain, du souffle, de l’écho et une certaine distance avec les instruments et les musiciens qui insufflent à ces deux compositions quelque chose d’à la fois authentique et désuet.

Fort d’une personnalité bien trempée, Cultes Des Ghoules a très vite su se démarquer de ses contemporains au sein même de la scène Black Metal dans laquelle il évolue. Une identité qui en fait l’un des groupes les plus intéressants dans le genre malgré les nombreuses barrières laissées ici et là par l’entité polonaise. Se laisser entrainer par sa musique n’a jamais été chose aisée, requérant souvent un certains nombres d’écoutes, parfois douloureuses. Mais le jeu en vaut véritablement la chandelle tant ce qu’a à offrir Mark Of The Devil et ses acolytes n’est en rien comparable avec ce que l’on peut trouver partout ailleurs. Tout ça pour vous dire qu’avec The Rise Of Lucifer, Cultes Des Ghoules reste le même groupe qu’il y a deux ans, ne changeant absolument rien à la formule qui a fait sa réputation.
Rien d’étonnant donc à voir culminer ce premier titre inédit à plus de quatorze minutes puisque le groupe se plaît bien souvent à développer son propos sur de longues séquences en perpétuelle progression (on se souvient encore très bien du EP « Spectres Over Transylvania » et de son unique titre de plus de vingt-cinq minutes). "The Rise Of Lucifer" suit naturellement le même schéma et se développe ainsi au fur et à mesure que les secondes avancent. Les séquences se suivent mais ne se ressemblent pas nécessairement même si certains riffs viennent apporter cette cohésion néanmoins nécessaire (les solos sont l’œuvre de T. Kaos de Lvcifyre). On passe ainsi de passages plutôt up-tempo, comme par exemple ces patterns en tchouka-tchouka ou bien ces quelques semi-blasts à des passages plus en retenus où les riffs répètent inlassablement le même motif jusqu’à en perdre la raison. Et si le niveau d’intensité demeure constamment mesuré, il n’en reste pas moins que Cultes Des Ghoules livre une fois de plus un titre à l’atmosphère extrêmement inquiétante. Outre cette production qui offre naturellement un certain cachet à ce Black Metal abrasif, il y a surtout la voix toujours aussi saisissante de Mark Of The Devil qui porte à elle seule une grande partie de cette ambiance blafarde et moisie auréolant chaque production de Cultes Des Ghoules. Possédé jusqu’au plus profond de son âme, le grand et taciturne polonais livre une fois de plus une prestation de qualité (épaulé ici par des cœurs discrets que l'on doit à des gens de chez MGLA) même si on ne retrouve pas tout à fait ce même éventail de voix que sur Henbane (notamment sur le titre "Vintage Black Magic" qui reste l’un des moments forts de ce dernier album). Mais peu importe car on reste transporté par sa voix rugueuse, ses cris inquiétants et lointains, ces plaintes solitaires, ces bribes de discussions qu’il semble entretenir avec lui-même ou encore ces épanchements presque mélodiques. Une folie toujours aussi palpable qui n’est pas sans laisser planer un certain malaise.

Connaissant assez peu la musique des Grecs de Necromantia (quelques écoutes seulement de Scarlet Evil Witching Black), j’avoue découvrir ce titre à travers cette reprise. Sorti initialement en 1990 sur la démo Promo Tape 1990, vous y trouverez un Black Metal aux riffs plutôt sommaires mais jouissant d’une belle dynamique. Plus simple et frontal que ce qu’a l’habitude de nous livrer Cultes Des Ghoules, cette reprise apporte naturellement quelque chose de différent (ces riffs basiques, cette construction relativement simple) même si on y retrouve paradoxalement quelques similitudes avec la musique des Polonais (notamment lors de ce break à 2:07). Ceci étant, pour être tout à fait honnête, je suis loin d’être transporté par ce morceau malgré l’atmosphère poussiéreuse et horrifique qui s’en dégage (déjà sûrement palpable sur la version originale). La faute, comme je l’ai déjà dit et répété, à ces riffs à trois notes franchement pas très folichons.

Malgré le statut de groupe culte qui revient à Necromantia, The Rise Of Lucifer vaut essentiellement pour ce premier titre de quatorze minutes qui, sans dépasser la qualité d’interprétation ni de composition de Henbane, s’avère être une fois de plus assez remarquable dans son genre. Si tous les titres du prochain album sont du même tonneau, il n’y a aucun souci à se faire tant Cultes Des Ghoules maîtrise un style qui n’appartient qu’à lui. Une œuvre un tantinet frustrante mais dont on ne peut, une fois de plus, que saluer la qualité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
17/02/2016 21:41
Pour une fois pas d'accord du tout...par rapport au précédent je l'ai trouvé ennuyeux. Beaucoup trop long et pas d'ambiance. Un 2/5 pour moi. Grosse déception

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cultes Des Ghoules
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Black Metal - 2004 - Pologne
  

formats
  • Vinyl / 2015 - Iron Bonehead Productions
  • CD / 2015 - Under The Sign Of Garazel Productions

tracklist
01.   The Rise Of Lucifer  (14:56)
02.   Family Of Dog (The Feast Of Ghouls) (Necromantia Cover)  (06:09)

Durée : 21:05

line up
parution
21 Juin 2015

voir aussi
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal
Cultes Des Ghoules / Sepulchral Zeal (Split 10")

2017 - Malignant Voices
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The Darker Paths

2018 - Hells Headbangers Records
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Coven, Or Evil Ways Instead Of Love

2016 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Häxan

2008 - Under The Sign Of Garazel Productions
  
Cultes Des Ghoules
Cultes Des Ghoules
Spectres Over Transylvania (EP)

2011 - Under The Sign Of Garazel Productions
  

Essayez aussi
Ancient
Ancient
Svartalvheim

1994 - Listenable Records
  
Sigillum Diabolicum
Sigillum Diabolicum
Monothéisme : Le Grand Culte Mortifère

2014 - Hass Weg Productions
  
Sytris
Sytris
Pod sztandarami otchłani (EP)

2016 - Werewolf Promotion
  
Waxen
Waxen
Agios Holokauston

2014 - Moribund Records
  
Seher
Seher
Nachzehrer

2016 - Totenmusik
  

Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique