chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
129 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pensées Nocturnes - À boire et à manger

Chronique

Pensées Nocturnes À boire et à manger
Quand on parle de PENSEES NOCTURNES, les réactions sont assez violentes. C’est que la tournure prise par le bonhomme derrière la musique n’a pas été celle prévue. Le premier album avait lâché de fortes odeurs dépressives et torturées accompagnées d’ajouts originaux tel du blues. La suite était devenu un chaos organisé, une musique et un monde « difficile d’accès » pour les plus polis, une « merde pas croyable » pour les autres. Le maestro n’a pas changé, assumant même au contraire de plus en plus ses choix, sa différence, son décalage. Il n’avait d’ailleurs pas hésité à intervenir lui-même dans les commentaires de chroniques ou sur les forums pour venir contre attaquer et marteler sa position pour protéger ses petits rejetons musicaux.

Cet homme, c’est Vaerohn. Vous pouvez aussi l’appeler « le clown de service ». Non seulement il est habitué, mais c’est lui qui reprend cette expression pour se présenter dans le livret de ce cinquième album. « Vaerohn, le clown du spectacle » n’est donc plus une insulte, mais un fait. Et c’est une description juste. Pertinente même. Car A boire et à manger n’est pas un album de musique. C’est un spectacle de cirque. Et si notre musicien est le clown, ne riez pas trop fort, car vous faites également partie du spectacle. C’est de vous tous que parle ce spectacle ! Les morceaux sont inspirés par notre société et en propose une représentation déformée, avec des gros traits, des gros nez, des grosses chaussures. Ce spectacle est musical, certes. Mais il va vous faire tiquer. Ne serait-ce que le timbre de voix, toujours aussi horrible, agressif par son manque de justesse et qui donne envie de pleurer tant il fait souffrir. Le mal de crâne ne s’arrête qu’à deux moments, lorsque les vocaux sont absents : « Interlude Satierienne » et « Morceau en moins », qui nous prouvent que la musique peut se faire douce si elle n’est pas accompagnée du chant. Quoique celle-ci aussi arrive à nous malmener. Elle nous tiraille dans tous les sens et mêle tout à n’importe quoi, n’hésitant pas à abuser de l’accordéon, du piano ou de la trompette. Ces ingrédients engendrent un résultat étrange, dérangeant, laid ou encore ridicule. Comme la vie !

J’en suis persuadé, si cet album est un cirque, c’est parce que notre monde en est un. Et nous en faisons tous partie. Haïr cet album, c’est haïr le monde. Ce qui n’est pas si difficile finalement... Sauf que le spectacle n’est pas assuré que par un clown. Nous découvrons des numéros divers. De la peur, des sursauts, du WTF, mais aussi des moments où l’on retient son souffle et d’autres où l’on découvre de la poésie (« La Java Niaise »).

Vaerohn est donc le clown. Accompagné de funambules, de jongleurs, de dompteurs, d’équilibristes, de conteurs, de gros messieurs qui rient grassement. Vaerohn est derrière la plupart des instruments et des vocaux. Accompagné de Hazard (WAY TO END) et de Vestal (ANUS MUNDI, MERRIMACK) au chant pour un titre chacun, respectivement sur « L’Hélicon » et « L’Aphone et la Flore ». Accompagné de GG la pédale à la batterie, de Ginette à l’accordéon, de Monsieur Erik S. Et Jelly Roll Morton au piano, de Marcel A. à la trompette. Accompagné de nous tous pour l’inspiration. Nous avons sans doute notre responsabilité avec nos actes grotesques, nos plaisirs fades et risibles, nos espoirs touchants, nos manies désagréables.

Dans cette chronique vous n’aurez pas plus d’informations sur les 9 pistes qui vous attendent. Il faut juste savoir que l’objectif de cet album n’est pas esthétique. Bien sûr, il y a quelques plaisirs à le découvrir, mais il a plus pour mission un travail artistique. C’est un projet autour d’un concept fort, et d’une identité qui l’est encore plus. Vos yeux vont se plisser, s’écarquiller, se fermer, piquer un peu. Votre cervelle va bouillir, cramer, implorer, planter un peu. C’est une expérience à la fois douce et amère. Mais sûrement pas une expérience qu’on a envie de réitérer trop souvent. On écoutera cet album avec modération, comme on ne va pas au cirque tous les jours. On ne le mettra pas en fond sonore quand on a des amis à la maison. On aura la curiosité de le ressortir quand on se sentira en phase avec lui, lorsqu’on aura envie d’observer notre monde avec les oreilles. Ou alors on continuera de dire que c’est de la merde.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Troll Traya citer
Troll Traya
14/09/2019 22:14
note: 7.5/10
Bah moi, plus je l'écoute, plus je l'aime ce skeud. Mon côté aussi grandiloquent que déglingué, sans doute^^
1kvltissime citer
1kvltissime
31/01/2019 21:09
Cet album est parfaitement en adéquation avec la journée pourrie que je viens de passer.
Effectivement, on ne l'écoutera probablement pas tous les jours comme on ne va pas au cirque tous les jours.
Mais il y a des jours, comme ça, où on le trouverait beau, tellement sa description des élucubrations et des gesticulations inutiles de ce monde grotesque correspond à ce qu'on peut vivre...
Sagamore citer
Sagamore
19/02/2016 08:50
Pas possible pour moi de coller une note à ce disque. J'avais adoré "Vacuum" et "Grotesque", mais là, ça ne veut vraiment rien dire. On sent l'effort de composition dantesque, le talent indéniable des musiciens et la quantité d'arrangements, mais j'ai trop l'impression d'un patchwork fait au hasard sur ProTools pour sonner le plus "avantgarde" possible. Définitivement pas (plus ?) pour moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pensées Nocturnes
Circus Black Metal
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Black Metal Grand Guignolesque - 2008 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Black Orleans Bump
02.   Le rat des goûts
03.   La marche de travers
04.   Interlude satierienne
05.   Les yeux boiteux
06.   L'aphone et la flore
07.   La java niaise
08.   L'Hélicon
09.   Morceau en moins

Durée : 46:35

line up
parution
16 Janvier 2016

voir aussi
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Grand Guignol Orchestra

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Nom d'une pipe!

2013 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Vacuum

2009 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Pensées Nocturnes
Pensées Nocturnes
Grotesque

2010 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique