chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grief - Dismal

Chronique

Grief Dismal (Compil.)
Impossible de commencer cette chronique sans souligner le travail d'Ivan Kocev, gérant de Fuck Yoga. Le label macédonien au nez fin (on lui doit déjà la réédition de l'excellente démo de Noothgrush, entre autres) a eu encore une fois une excellente idée en exhumant cette compilation des débuts de Grief. Autrefois indisponible pour qui n'était pas prêt à surveiller quotidiennement Discogs et dépenser une somme conséquente, elle est enfin republiée dans un format faisant honneur à l'originale, la seule modification apportée étant une remasterisation puissante et conservant le grain particulier des premières réalisations des EPs Dismal et Grief ainsi que des titres « Lifeless » et « Fucked Upstairs » issus du split entre les Ricains et Dystopia, toutes regroupées ici. De quoi donner envie d'utiliser google traduction pour remercier qui de droit. Fuck Yoga : Благодарам !

Sinon, la tentation est forte de suivre la tradition d'un certain webzine en concluant de trois mots simples : tout, est, là ! Sans aller jusqu'à faire de Grief l'un des premiers fondateurs du sludge pur et dur au même titre que d'autres plus réputés (encore que ce n'est semble-t-il l'histoire que de quelques mois...), il est clairement celui qui est allé le plus loin à l'époque dans ce que le style possède de plus pouilleux, underground et hostile. Presque dénué d'accélérations (seuls les morceaux « Isolation », « Fleshpress » et « Fucked Upstairs » font de brèves incartades au trot de mollusque sur lequel se calent les instruments), éloigné de notions telles que l'accroche, la composition à tiroirs, voire de la composition tout court, Grief paraît ici à son plus écœuré et écœurant. Une musique que l'on peut qualifier encore aujourd'hui de « définitive », au point que l'on en retrouve des traces grosses comme des cailloux dans les essais de sludge récent les plus bétonniers.

Mais s'arrêter à un bête constat historique pour faire de cette sortie un objet « culte » ne serait pas lui rendre justice. Car, pas loin de vingt-trois ans plus tard, Dismal n'a rien perdu, ni de son pouvoir, ni de son étrangeté. Suintant la haine par tous leurs pores, la voix étranglée et urbaine de Jeff Hayward en première ligne, ces quarante-trois minutes possèdent cette aura particulière, aussi vindicative que dépressive, des œuvres issues des nineties et leur goût pour la sentence et le cynisme, les samples au diapason (le « It's frantic, frantic noise » de « Shoot Me... (I'm Already Dead) » par exemple). Politique dans sa misanthropie instituée en programme, rêvant de l'annihilation de toutes choses vaguement vivantes, Grief en vient à se stranguler lui-même, ânonnant son mépris de tout, toutes et tous les jambes tremblantes et le regard chancelant, constamment au bord de s'écrouler totalement. Un sludge de débris, humains et autres, de gravats de notes s'effondrant sur elles-mêmes, allant jusqu'à attraper une ambiance fumante et statique d'après-guerre.

Il y a tout et il n'y a rien ici. Jusqu'à sa pochette me renvoyant au Into Darkness de Winter (pas qu'elle d'ailleurs, ce qu'elle enrobe possédant la même essence terne et radioactive que le disque de l'hiver), Dismal vénère la destruction, tant et si bien qu'il en est une de ses meilleures mises en musique. Certains pourront dire que Grief possèdera pleinement ce qui fait son identité par la suite et ils n'auront pas tout à fait tort, cette compilation étant jusqu'au-boutiste mais moins impressionnante dans son étalement que les buffets gratuits Torso et ...And Man Will Become the Hunted, où satisfaire sa passion pour le beurre d'escargot. Un début, certes si semblable à un aboutissement qu'il a fait date, mais restant la naissance d'un groupe qui deviendra grand. Comme un enfant issu des ruines.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
02/03/2016 09:01
note: 4.5/5
Je vais peut-être le prendre aussi alors Sourire Faut dire que le son sur le split avec Dystopia est déjà énorme, donc si tout a été "gonflé" au même niveau, ça peut grave le faire.
lkea citer
lkea
01/03/2016 22:53
note: 4.5/5
Krokodil a écrit : Par rapport à la version originale le son est vraiment différent ? Je dois dire que je suis assez attaché au côté pestilentiel et limite asthmatique du vieux, qui rajoute une sacrée dose de morbide pour le coup.

Il est plus puissant mais tu ressens encore très bien le côté grouillant et asthmatique comme tu dis ! Il a pas perdu son cachet quoi.
Krokodil citer
Krokodil
01/03/2016 22:48
note: 4.5/5
Tellement dénué d'accélérations que t'as même l'impression de ne plus avoir de jambes quand tu regardes par terre, juste des moignons sanguinolents qui trempent dans un océan de déchets. Par rapport à la version originale le son est vraiment différent ? Je dois dire que je suis assez attaché au côté pestilentiel et limite asthmatique du vieux, qui rajoute une sacrée dose de morbide pour le coup.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grief
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (3)  4.17/5
Webzines : (3)  4.1/5

plus d'infos sur
Grief
Grief
Sludge - 1991 † 2009 - Etats-Unis
  

formats
  • CD / 1993 - Common Cause
  • CD / 2015 - Fuck Yoga Records

tracklist
01.   Rhinoceros
02.   Isolation
03.   Coma
04.   Shoot Me... (I'm Already Dead)
05.   Lifeless
06.   Fucked Upstairs
07.   Depression
08.   Virus
09.   Fleshpress
10.   The Drone

Durée : 43 minutes 3 secondes

voir aussi
Grief
Grief
...And Man Will Become the Hunted

2000 - Pessimiser Records
  
Grief
Grief
Torso

1998 - Pessimiser Records
  
Grief
Grief
Miserably Ever After

1996 - Pessimiser Records / Theologian Records
  
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Iron Monkey
Iron Monkey
Iron Monkey

1996 - Union Mill
  
Baroness
Baroness
First & Second (Compil.)

2009 - Hyperrealist
  
Come to Grief
Come to Grief
The Worst of Times (EP)

2017 - Fuck Yoga Records
  
Fistula
Fistula
Idiopathic

2003 - Shifty Records
  
Eyehategod
Eyehategod
New Orleans Is The New Vietnam (Single)

2012 - A389 Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier